Proposition de projet 1976-075: "Chut !"

Nom : Pierre Rodd

Titre : Chut !

Matériel nécessaire :

→ 8 enceintes de sonorisation (déjà en possession)
→ Supports pour les enceintes
→ 1 console de mixage
→ 1 magnétophone à cassettes (déjà en possession)
→ Câbles audio (déjà en possession)
→ Cassette audio sur laquelle est enregistrée l’œuvre (déjà en possession)

Résumé :

Chut ! est une installation sonore composée de 8 enceintes de sonorisation placées de sorte à constituer un carré. Chaque enceinte est dirigée vers le centre du carré.

L’œuvre diffusée par l'installation est une pièce sonore créée en 1976 à partir de divers échantillons de voix humaines prises dans de nombreux pays différents. Ces voix, traitées, ont ensuite été montées sur des bandes magnétiques pour en faire une pièce audio.

On peut distinguer 2 parties distinctes de cette œuvre. La première se caractérise par une séparation des voix sur chaque enceinte. Ces voix, différentes, inintelligibles, presque éthérées, très réverbérées, évolueront ensuite et seront distordues en cris, puissants, terrifiants, presque inhumains. S'ensuit le pic, le climax : les cris seront mélangés et concentrés en un seul signal, très puissant dont la fréquence augmente progressivement.

Ce signal est projeté par chaque enceinte du système de diffusion jusqu'à sa fin lorsque la fréquence atteindra 20 000 Hz. Une zone est ainsi formée dans ce carré d'enceintes. Chacune des personnes au sein de cette zone devra supporter une pression acoustique excessivement forte mais celle-ci n'est pas mortelle.
Tout système de diffusion située dans cette zone sera neutralisée de manière permanente. La source sera également inutilisable.

Intentions :

J'étais en visite à Paris en 1975, pour rencontrer François Bayle grâce à mon ami Pierre Schaeffer, dans les laboratoires du Groupe de Recherches Musicales qui venait d'être intégré à l'Institut National de l'Audiovisuel. Il m'a montré le fonctionnement de l'acousmonium, sa création. J'étais comme un enfant découvrant un nouveau jouet. Toutes ces enceintes ayant un rôle particulier, une qualité qui leur est propre, ce jeu sur l'espace, la projection sonore… cela m'a donné de nouvelles perspectives. Nous avons de la chance, la France est le pays le plus évolué concernant le son, et je peux en profiter.

Un mois plus tard, j'ai assisté à une conférence orchestrée par John Cage. Je connaissais déjà son "œuvre" 4'33''. Inintéressante. Cependant, il avait dit quelque chose lors de son discours qui m'avait interpellé: il souhaitait réduire au silence le monde, par le chaos pour qu'il ne reste que les deux bruits qu'il aurait entendu dans la chambre anéchoïque d'Harvard. Il parlait de ces deux bruits comme d'une chose divine. Tout le monde pensait qu'il parlait de sa manie de composer de manière hasardeuse et qu'il souhaitait l'appliquer à 4'33''. Moi, j'avais compris ce qu'il préparait. Le public avait entendu, mais pas écouté. Dès qu'ils entendent un artiste parler de manière compliquée, ils pensent être devant l'individu le plus intelligent de l'univers tout en interprétant ses paroles de manière la plus complexe possible.

De retour dans mon atelier à Bordeaux, ma tête remplie de nouvelles idées et l'envie de contrer Cage dans ses plans, j'ai cherché un moyen de faire face à sa performance qui aurait lieu l'année suivante.
Je me suis inspiré de ce que m'avait montré Bayle à Paris, j'ai récupéré des enceintes et j'ai expérimenté avec. J'ai réussi à créer une sorte de champ sonore permettant de contrer tout système de diffusion, l'enfermant dans une zone délimitée par les enceintes que j'ai modifié.

Il ne me manquait plus que la pièce sonore. Il me fallait quelque chose digne de l'occasion. Arrêter ce malade qui se prend pour un artiste, c'est quelque chose.
J'ai toujours adoré les voix humaines, elles font partie de notre identité et pourtant, elles sont aussi malléables que n'importe quel son. Elles peuvent perdre leur enveloppe et en avoir une nouvelle, totalement différente, comme une nouvelle identité. C'est avec cette base que j'ai créé l’œuvre qui neutralisera la bombe de John Cage. Ouais, j'ai eu l'information d'un de ses assistants qui a confirmé mon hypothèse: une bombe sonore d'une puissance phénoménale, pouvant former un trou noir qui engloutira toute la Terre. Quoi de mieux que de détruire le monde pour le "réduire au silence", hein ? Il a au moins le mérite d'être poétique.

Je suis vraiment le seul qui ne le trouve pas cool ?

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License