Archives de l'Institut de l'Anormal : Opération Neuvième Soleil

Document IA-███-CN



Opération Neuvième Soleil

Les documents qui suivent sont ceux retrouvés le 16 août 1902 dans le Col Wakhjir aux côtés de l'anomalie SCP-███-CN. Conservés dans un coffre en bois de cèdre, ceux-ci nous renseignent sur une des dernières actions d'envergure de l'Institut de l'anormale avant sa disparition en 1912, après près de 1500 ans d'existence.1

Accessible au personnel de Niveau 3


1605yk3.jpg
1605yk3.jpg

Archives de l'Institut Impérial de l'Anormal

3.jpg

Reproduction d'un des symboles apparaissant sur les sceaux métalliques.

Artefact : Neuvième Soleil

Catégorie : Objet anonyme

Sources classiques : Il est, dans les lointaines terres de l'Ouest, un objet connu seulement des sages sous le nom de Neuvième soleil. Personne ne l'a jamais vu de ses yeux d'homme car il est enfermé depuis des temps immémoriaux dans un grand cube de bronze de deux bù2 de côté. Celui-ci est gravé d'innombrables glyphes des montagnes3 aux significations encore inconnues, même des plus éminents lettrés de l'Empire Céleste4. Toutes les faces sauf une sont identiques, c'est à dire ornées d'un grand soleil à neuf rayons ayant en son centre un glyphe des montagnes de grande taille5. La dernière des faces, si elle est également ornée d'un soleil identique, comporte une profonde rainure en son centre telle une porte, ainsi que trois sceaux, disposés en colonne sur cette rainure. Deux d'entre eux sont de plomb et le troisième, celui du centre, est de l'or le plus fin et le plus pur qu'il soit possible de trouver en cette Terre. Ce dernier n'a jamais été ôté, contrairement à ses homologues de plomb. En effet, il a été remarqué que le fait d'ôter un sceau augmente considérablement la température de la pièce où se trouve la boite et une lumière semblable à celle de mille torches apparait depuis l'intérieur du cube à l'endroit où le sceau était auparavant placé. Lorsque deux sceaux sont ôtés, toute personne dans un rayon de quarante pas est instantanément brulée sur les parties face au cube comme si elles avaient touché du métal chauffé au rouge et ceux dans un rayon de trois pas sont réduits en cendres. La lumière qui s'échappe du cube rend alors aveugle quiconque osant le regarder. Les effets cessent lorsque les sceaux sont replacés à leurs emplacements originels. Dans le cas où cela ne serait pas fait, ils reviennent naturellement à leur place après quelque temps par un moyen encore inconnu6. Les sceaux de plombs, quoique fort bien ciselés, sont de facture bien moins délicate que celui d'or et semblent suggérer qu'ils ont été réalisés dans une urgence relative afin de parer à la disparition des originaux en métaux précieux. Chaque sceau est orné d'un glyphe des montagnes à la signification tout aussi inconnue que les autres7 surmonté d'un corbeau à trois pattes.

Sources additionnelles :

Il y a bien longtemps, du temps où les chants des papillons emplissaient encore la Terre, il était dix soleils, tous fils de Di Jun, immortel Empereur des Cieux. Ils vivaient avec leur mère, Xihe dans le délicieux pays de Fusang par delà les mers de l'Est, là où les chrysanthèmes fleurissent toujours et où la mort n'a pas sa place. Chaque matin, Xihe prenait un des soleils avec elle dans son char tiré par six dragons et l'emmenait avec elle dans sa course autour des mondes terrestres avant de rejoindre ses frères au soir. Afin qu'il n'y ait pas de jaloux, l'astucieuse Xihe changeait chaque matin de soleil et ainsi tous les dix jours, chacun d'entre eux avait l'occasion de voir depuis le ciel les merveilles de la Terre.
Cependant, un jour vint où les soleils en eurent assez. Dix jours étaient pour eux une trop grande attente et ils décidèrent de profiter du sommeil de leur mère pour s'échapper. Ce matin-là, ce furent donc dix soleils qui se levèrent sur la Terre. La lumière implacable des dix astres dessécha les mers, brûla les plantes et fit fondre les neiges immaculées des monts Kunlun. Di Jun, l'immortel Empereur des Cieux, se rendit compte du malheur que ses enfants causaient sur Terre et leur ordonna d'arrêter. Mais, trop occupés à s'amuser dans le ciel, les fils n'écoutèrent pas les paroles du père.
Excédé, l'Empereur des Cieux appela Hou Yi, l'Archer Céleste pour qu'il les punisse. Il lui donna un arc écarlate et dix flèches blanches faites des crocs d'un des colossaux poissons-chats de Fusang dont les mouvements font trembler mers et montagnes. Hou Yi descendit alors sur Terre et abattit un à un chaque soleil. Alors qu'il armait son bras pour lancer son ultime trait, l'Empereur des Cieux arrêta sa main. Si trop de lumière était fatal aux êtres de la Terre, il en était de même pour l'obscurité. Il devait y avoir un soleil dans le ciel, ni plus, ni moins. Hou Yi posa donc son arc et contempla une dernière fois l'astre brulant qui maintenant parcourait seul le ciel infini, avant de repartir au délicieux pays de Fusang, par-delà les mers de l'Est, là où les chrysanthèmes fleurissent toujours et où la mort n'a pas sa place.

風星經, Fēng xīng jīng, Classique du vent et des étoiles,
Ère des Royaumes combattants (IIème siècle de notre ère).

Historique : D'après les archives, le Neuvième Soleil fut détenu au Site Qixing dans la province du Guandong dans le sud de l'Empire probablement à partir de l'ère des Royaumes Combattants et au moins jusqu'à la fin de la dynastie Ming. Il y a ensuite un vide entre l'année Jia-Shen du soixante-douzième cycle8 et l'année Gui-Hai du soixante-treizième cycle9 où un rapport indique le ravitaillement du site Shen dans le Xinjiang où l'objet est mentionné comme étant le seul confiné dans la forteresse. Les moyens par lesquels il fut transporté d'un site à l'autre ou la date de ce voyage sont pour l'instant inconnus. Le site Shen est une forteresse de la Dynastie Qing à remparts de pierre probablement bâtie sur un fort de la Dynastie Tang. Une centaine d'hommes en arme est en permanence présente sur place dirigée par un commandant nommé par les Grands Commandants de l'Institut. Du fait de sa position au milieu des dunes de Tamalkan, la probabilité d'une attaque est très peu élevée et la forteresse est armée de puissants canons et d'arquebusiers hors pair pouvant la défendre vaillamment.

堡壘之書, Baolěi zhī shū, Chronique des Forteresses
Année Jia-Zi du soixante-quinzième cycle10

Commentaire : Le Neuvième Soleil est probablement l'artefact le plus puissant qui existe à l'heure actuelle sur cette Terre. Comme il est dit dans les sources classiques, le simple fait de retirer deux sceaux suffit à tuer instantanément n'importe qui dans un rayon de trois pas. En sachant cela, imaginez ce qu'il se passerait si les trois sceaux étaient enlevés en même temps ou même que le cube ne soit ouvert. Les conséquences seraient potentiellement cataclysmiques, d'autant plus si cela est fait dans un but militaire. Il est donc primordial que l'objet reste en confinement quoi qu'il en coûte, même si cela devait entrer en contradiction avec les ordres de la Cité Interdite.

Grand commandant Shénnóng11, Troisième Souverain
Douzième jour du dixième mois de l'année Gui-Mao du soixante-et-onzième cycle12


Documents annexes :

Lettre du Grand Commandant Tiān Shū reçue par le Commandant Chen, administrateur du site Shen depuis 1895, en novembre 1901 :

Journal du commandant Chen du 5 mai au 1er juin 1902 :


Récupération : C'est à partir de la mi-juin 1902 que l'administration du Site-Teth s'est mise à redouter qu'un malheur soit arrivé au convoi parti un mois plus tôt. Des recherches ont étés lancées pendant le reste du mois de juin et tout le mois de juillet, sans succès. Il aura fallu attendre le 8 août 1902 pour que l’enquête avance. À 10h38 du matin, une secousse sismique de magnitude 6,3 a été mesurée pendant 48 secondes dans les environs du mont Gunash dans le Pamir, à environ 60 kilomètres du site. Les rapports indiquent des dégâts catastrophiques dans les villages alentours avec une estimation d’une centaine de morts civils. De plus, les secousses ont durement touché le Site-Teth et endommagé certaines structures, causant la rupture du confinement de SCP-███-RU, celui-ci étant rapidement rétabli au prix de 12 morts et 9 blessés. Il apparaît également que des bergers situés plus près de l’épicentre dans les montagnes ont rapporté une lumière aveuglante ainsi que des brûlures au deuxième degré aux bras. À partir de leurs témoignages, une expédition d’exploration fut mise en place pour découvrir le si phénomène avait un lien avec la disparition du convoi.

L’objet en lui-même a été retrouvé en bon état au centre du cratère avec les trois sceaux en place, quoique présentant des traces de fonte superficielle, notamment les exemplaires en plomb.

D’autre part, lors de l’exploration de la zone, l’équipe de récupération a découvert un cairn rocheux surmonté d’un drapeau de l’Institut en partie brûlé. Celui-ci avait été protégé du souffle de l’explosion par un piton rocheux de grande taille. Sous les rochers se trouvait un coffre en cèdre contenant les documents présentés ci-dessus et dont la face inférieure était gravée avec le message ci-dessous :

Pour en savoir plus quant aux conséquences de l’incident et au confinement actuel de l’anomalie, veuillez consulter le rapport SCP-███-CN.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License