Herman Fuller présente : L'Ahurissante Armée d'Acrobates
affiche2.png

La page suivante provient d'une publication intitulée Nés pour le Cirque : la Ménagerie des Monstres d'Herman Fuller. Ni l'identité de l'éditeur, ni celle de l'auteur ont été établies, et des pages disséminées ont été retrouvées insérées dans des livres ayant pour thème le cirque dans des bibliothèques de par le monde. La ou les personnes derrière cette dissémination est/sont inconnue(s).

texte.png

Nés pour le Cirque

L'ahurissante armée d'acrobates

Et puis un jour alors qu’on venait de finir une représentation en Papouasie-Nouvelle-Guinée , tout a basculé. Fuller nous avait fait nous installer au pied du Mont Lamington, il disait que ça rajouterait du "cachet" au spectacle. Tout s’est bien passé, jusqu’au moment où nous nous apprêtions à partir. Au moment d’ouvrir une voie vers notre prochaine destination, l’apprenti du Maître Des Voies de l’époque a fait une fausse manip avec l’appareil et ouvert une fissure menant directement au cœur du volcan. Et vu la force des tremblements qui ont suivi, ça l’avait réveillé, et il s’apprêtait à nous péter sous les pieds. Ça allait être une éruption bien massive, du genre qui te bouche le ciel de cendres pendant des semaines, si ce n’est des mois, et qui te provoque des putains de tsunamis dans toute la région. Ça allait être un carnage. Après avoir balancé le pauvre gamin dans la faille, Fuller a décidé qu’il était temps de mettre les voiles, laissant les gens du coin se démerder avec le volcan.

Mais Elvis n’était pas d’accord. Il voulait qu’on répare notre merdier nous-mêmes, disant qu’on ne pouvait pas provoquer une catastrophe et partir comme si de rien n’était. Au début, Fuller a éclaté de rire, pensant qu’il faisait une blague, mais quand il a compris qu’il était sérieux, il est rentré dans une colère noire. Il faisait de plus en plus chaud alors que la majorité du Cirque évacuait par une nouvelle voie, et Fuller et Elvis étaient toujours en train de se disputer. Fuller a lancé à Elvis qu’il n’avait qu’à boucher le trou lui-même s’il le voulait, avant de lui tourner le dos et d’emprunter la voie. Il devait penser qu’Elvis le suivrait, mais il en a décidé autrement.

Je suis passé dans les derniers, alors j’ai vu ce qu’il a fait. Il a pris Fuller au mot, et a commencé à boucher le trou. Avec lui-même. Avant que je passe par la voie à mon tour, je l’ai vu se jeter continuellement dans le trou pour essayer de le colmater. Ça faisait un moment qu’il ne croyait plus le mensonge que Fuller lui avait raconté quand il était gamin, mais il se suicidait en boucle volontairement. Et croyez moi, les cris de douleurs des Elvis quand ils touchaient la lave étaient insoutenables, mais probablement pas autant que l’odeur de chair brûlée. Et pourtant, alors que je passais à mon tour par la voie, j’ai pu apercevoir son visage alors qu’il continuait de sauter. J’ai jamais vu un type avec un air aussi déterminé. Je pense que c’est pour ça que moi et les autres gars qui étaient restés derrière, on n’a pas essayé de l’en empêcher, de le ramener de force avec nous, même pas un seul d’entre eux. Nous les monstres, les parias, on a rarement la possibilité de choisir où l’on va mourir. Et lui il était résolu à se sacrifier pour des gens qu’il ne connaissait même pas, et on s’est dit qu’on pouvait pas lui enlever ça.

De l’autre côté, Fuller ne s'est pas rendu compte tout de suite qu’Elvis ne l’avait pas suivi, il était trop occupé à gérer le capharnaüm provoqué par notre débâcle. Le temps qu’il réalise et qu’il force le Maître des Voies à réouvir une voie vers la Nouvelle-Zélande, il s’est écoulé facilement plusieurs heures. Et une fois sur place, c'était trop tard. Tout ce qui restait, c’était une montagne de corps calcinés soudés les uns aux autres. Il n’y avait plus aucun signe de vie d'Elvis. Herman a déclaré qu’il était mort, a fait recouvrir le tas de cadavres de terre en guise de sépulture, et est passé à autre chose. Trois jours plus tard, le Mont Lamington entrait en éruption, ravageant la région et tuant des milliers de personnes. Fuller aimait dire que le sacrifice d’Elvis n’avait servi à rien, mais je reste persuadé que sans lui, les dégâts auraient été mille fois pires.

Deux ans plus tard, alors que tout le monde le pensait mort, on l’entendait à la radio, et la moitié du globe l’adorait déjà. On ne sait pas trop comment il s’en est tiré, probablement en laissant traîner un clone dans un coin. Jamais vu Fuller aussi furieux que cette nuit-là. Les radios ont été proscrites et quiconque prononçait son nom était immédiatement puni. Fuller était vraiment hors de lui, et il en voulait à mort à Elvis. Pour lui, il avait trahi le Cirque et il n’y avait pas de crime plus grave que ça. Il s’est promis d’avoir sa peau, mais il suffisait à Elvis de se créer un clone pour lui échapper. Il a dû finalement se contenter de le tuer socialement en s’arrangeant pour que quelqu’un découvre son corps avant qu’il ne le remplace par un clone. Aujourd’hui tout le monde pense qu’il est mort, alors qu’il se balade par dizaines dans tous les États-Unis. Des sosies ? Et puis quoi encore ?

262

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License