Pire que la Peur
notation: +1+x

Jo Lowe n'était pas la personne la plus brillante du Site-118. Elle n'était pas la plus qualifiée, ni la plus ponctuelle, ni la plus professionnelle. C'était généralement pour une de ces raisons, ou un de ses nombreux autres défauts comme Chercheur Junior, qu'elle trouvait le Dr Devane frappant sur le mur de son bureau. Aujourd’hui, en revanche, n'était pas un de ces jours. Le haut de son front était légèrement rougi, un signe que Jo connaissait bien. Elle se prépara mentalement alors qu'il étalait des documents tamponnés avec le mot 'REJETÉ' en caractères gras et rouges.

"Vous avez de la chance que le Directeur Owings n'ait fait que tamponner votre proposition plutôt que de me donner une boîte de confetti.", dit-il pendant que Jo récupérait son dossier, penaude. "Vous réalisez que ça va à l'encontre des procédures de confinement du skip, n'est-ce pas ?"

"Je ne crois pas", répliqua Jo. "Sinon, je ne l’aurais pas suggéré."

"La version de Manos : The Hands of Fate sans les "vannes" est parfaitement acceptable", dit-il. Le mot "vannes" sortit de sa bouche comme une boule de poil. "Ça fait exactement partie des paramètres des procédures de confinement de 2006. Si votre proposition avait été à propos de l'original, des caractéristiques des films non édités sur ce programme Mystery Piece Theater-"

Mystery Science Theatre 3000.”

"Oui, c'est ça. Si votre proposition avait contenu les films origin-"

"Mais c'est juste ça, Doc", l'interrompit Jo. "2006 a déjà vu la moitié de ces films, certains d'entre eux plusieurs fois. Joel et les robots se sont déjà moqués d'un de ses favoris. Il adore Ro-Man. Combien de fois plus aimera-t-il regarder des gens parler de Ro-Man ?"

"Le Directeur a peur que cela puisse lui donner de mauvaises idées, Mlle Lowe." La voix du Dr Devane était mesurée et régulière, mais des tâches rouges révélatrices commencèrent à apparaître sur son cou, juste derrière ses oreilles. "Les films que 2006 regarde sont spécialement choisis pour lui montrer les pires productions d'horreur créées tout en le persuadant qu'elles sont les meilleures. De cette façon, la Fondation peut le contenir en préservant son ignorance sur les vraies horreurs de ce monde."

"C'est pourquoi j'ai uniquement sélectionné les films soumis au Code Hays", répondit Jo. "Ils ne contiennent pas de nudité, presque pas de gore ou de violence, et ils ont un charme loufoque, familiale que leurs équivalents modernes tendent à manquer. Avec ça, 2006 n'apprendra pas accidentellement des choses comme les zombies couverts de sang ou la torture pornographique, ou tirer sur des écureuils parce qu'ils sont gais. En tout cas, je pense que les procédures de confinement de 2006 doivent être sérieusement revues. La phrase "films d'horreur de mauvaise qualité" n'est pas aussi spécifique que ce que le commandement O5 pense, puisque que cela couvre tout, de Ed Wood à-"

"Oui, j'en suis conscient, Mlle Lowe", dit sèchement le Dr Devane. "Nous vous avons embauché car vous pouvez utiliser vos connaissances pour créer une courte liste de films que SCP-2006 pourra regarder. Films qui, en accord avec ses procédures de confinement, doivent être de mauvaise qualité et lui montrer qu'ils représentent l'apogée de la peur pour les humains."

"Je sais," dit Jo en essayant de cacher son exaspération. "Ce que j'essaie de dire, c'est que pour comprendre comment protéger les gens efficacement de ses effets négatifs, nous n'aurons pas besoin de le contenir du tout. On pourrait potentiellement le reclassifier en Euclide, peut-être même en Thaumiel."

"Mlle. Lowe, ce n'est tout simplement pas ce à quoi la Fondation SCP sert. Nous comprenons 2006 à un niveau tout à fait acceptable, et ses procédures de confinement sont en place pour une raison. S'il brise son confinement et apprend ce qui effraie réellement les gens-"

"Ça résultera en quelque chose se rapprochant plus d'un épisode de Scooby Doo que de l'ampleur d'une brèche de 682 ou de 106", dit Jo, l'interrompant pour la seconde fois. Les tâches derrière ses oreilles étaient en train de se répandre au bas de son cou. "Mon expérience avec 2006 m'a appris qu'il ne veut pas faire de mal aux gens. Il veut leur faire peur. Pour lui, ce sont des choses totalement différentes."

"J'ai vu les dossiers", reprit Jo. "Quand il fait peur à quelqu'un avec succès, la chimie de son cerveau, ou peu importe la façon dont vous voulez l'appeler, monte en pic de façon très similaire à un enfant de cinq ans soufflant sur une bougie de son gâteau d'anniversaire, ou une mère tenant son nouveau-né pour la première fois. Je ne suis pas sûre qu''il comprenne pourquoi les humains ressentent la peur, ou ce qu'il ferait avec le concept de guerre nucléaire. Je pense qu'il pourrait nous aider si nous lui demandions."

Pendant ce discours, le superviseur de Jo continuait de la regarder de haut, avec son regard mesuré. Elle pouvait le voir prenant de profondes inspirations et expirations par son nez, et elle remarqua les rougeurs répandues sur son visage. Elle changea de tactique.

"Quel est le but de la vie, Dr Devane ?"

"J'ai peur de ne pas comprendre votre question, ou pourquoi vous me la posez."

"Quel est le but de la vie ?" répéta Jo. Le docteur la regarda comme si elle lui avait demandé pourquoi de l'urine de chat coulait de ses oreilles. "Je vais vous dire ce que j'en pense : je pense que nous sommes ici pour rendre la vie meilleure aux autres. Nous sommes ici pour faire du monde un meilleur endroit, pour rendre les gens joyeux. Vous êtes probablement en train de penser que c'est naïf, vous avez probablement raison, mais c'est comme ça que je le ressens."

"Mlle Lowe, c'est votre boulot de rendre la vie meilleure à toute l'humanité. Nous ne pouvons répondre aux besoins ou aux caprices de ces anomalies. Cela va à l'encontre des principes fondamentaux sur lesquels cette organisation a été créée."

"Je ne dis pas que nous devons donner à 2006 son propre carnaval à thème", dit-elle. "Pas tout de suite. Je dis juste que nous pouvons réduire les procédures de confinement et peut-être même changer sa classification avec quelques modifications."

"Votre enthousiasme pour ce projet a été dûment noté, Mlle Lowe", déclara finalement le Dr Devane, les rougeurs s'estompant de ses joues. "Je conseillerai des sessions de tests avec le film Mystery Science Piece que 2006 n'a pas encore vu. Cela pourrait être un compromis acceptable ?"

"Je suppose", céda Jo. "Mais docteur, je pense que le Dr Louef et le Dr Wensley sont en train de monter cela de manière disproportionnée. Je ne crois pas que 2006 veuille effrayer les gens. Je crois que ce qu'il veut, c'est de les rendre heureux. Il ne comprend juste pas la différence." Le Dr Devane prit une profonde respiration et relâcha un grand soupir.

"Vous êtes jeune, Jo", dit-il d'une voix calme et presque inaudible. "J'apprécie vraiment votre enthousiasme, et honnêtement, j'aimerais que plus de membres de notre personnel aient votre mentalité. Quoiqu'il en soit, le fait est que le confinement de ces entités est en place pour une raison, et que nous agréions à cette raison ou non, nous devons respecter les procédures et le garder confiné. Vous comprendrez si vous restez plus longtemps à votre poste. Je suis confiant là-dessus."

Il sourit chaleureusement. Jo essaya de lui rendre son sourire, mais il était forcé, alors elle laissa tomber la tentative. Le Dr Devane se tourna et quitta le bureau, et Jo poussa un soupir avant de pivoter vers son ordinateur. Elle avait besoin de préparer la prochaine session de tests avec 2006. Elle avait besoin de savoir si la comédie qu'elle avait choisie était assez drôle pour passer au travers du contrôle de qualité de 2006.


"Je suis désolé, Ranger Brad. Je crois que toutes ces discussions sur cette horrible mutilation me poussent à bout."

"D'accord, Dr Armstrong. Cette horrible mutilation pousse beaucoup de gens à beaucoup de bouts." Jo ne rit pas sur le coup, du moins pas extérieurement. Elle n'avait pas ri à Manos, ni à Boggy Creek 2, ni à Leech Woman. C'était sans importance.

"Sont-ils effrayés, Mademoiselle Jo ?" SCP-2006 tourna son crâne osseux en direction de Jo Lowe et la fixa avec ses orbites creuses. Jo s'arrêta un peu plus longtemps que ce qu'elle aurait voulu avant de forcer ses yeux à s'ouvrir avec une peur feinte.

"Oh non, mon dieu !" cria Jo à s'en déchirer les poumons. Elle agrippa son torse comme si son cœur martelait tel un marteau-piqueur. Le cornet sur son genou vola en l'air, et une pluie de sel et de popcorn beurré s'abattit sur le SCP et le Chercheur Junior. "S'il vous plaît, ne me faites pas de mal ! Je n'ai jamais souhaité devenir la Mariée du Squelette Perdu !"

"Calmez-vous, Mademoiselle Jo, ce n'est que moi", dit SCP-2006 de ses lèvres décharnées. Son ton de voix était légèrement au bord de l'irritation. "Je suis heureux de vous faire peur et tout, mais je voudrais regarder le film avec vous."

"Oh, SCP-2006", dit Jo alors qu'elle lâchait un fort soupir mélodramatique. "J'ai failli mourir avec la peur que vous m'avez faite."

"Je n'essayais pas de vous effrayer, pas cette fois", répliqua SCP-2006, et il modifia sa tête pour un homme aux cheveux noirs avec un superbe moustache, noire également. Il fronça les sourcils en signe de désapprobation et Jo se demanda si c'était la raison pour laquelle il avait changé de visage. "Je veux regarder ce film d'horreur avec vous. C'est vraiment effrayant. Les squelettes font très peur."

"Le Maitre approuvera", Jo acquiesça et le regard désapprobateur disparut du visage de SCP-2006. Il sauta sur ses pieds et lança joyeusement ses bras en l'air, et les empreintes rouges sur son manteau noir s'agitèrent avec excitation. "2006, aimez-vous être ici ?"

"Bien sûr !" SCP-2006 fit des sauts sur le dossier de son siège tout en se transformant en un ptérodactyle en caoutchouc d'une taille énorme, en réussissant tant bien que mal à ne pas tomber de l'appui-tête. Il tourna ses faux yeux globuleux collés sur son visage pour faire face à Jo, et pendant que l'un des globes oculaires allait et venait de manière désordonnée dans son étui en plastique, elle réprima un rire. "Cet endroit regorge des meilleurs films d'horreur, il y a toutes sortes de personnes sur lesquelles exercer mes capacités à faire peur pour que je puisse les garder au top, et le meilleur de tout, je peux m'asseoir et regarder des films avec vous !"

"Et si je vous disais qu'il y a plus, 2006 ?" commença Jo. SCP-2006 inclina sa tête de ptérodactyle dans ce qui semblait être de la confusion (bien qu'il eût été difficile de l'affirmer compte tenu de sa forme actuelle). "Et si je vous disais que vous pourriez interagir avec plus de monde, effrayer plus de gens, et regarder des films d'horreur autant que le cœur vous en dit-"

L'agent mémétique tueur qui clignota ne laissa pas le temps à Jo de finir sa semi-brèche de confinement accidentelle. Elle s'effondra immobile dans sa chaise pliante pendant que SCP-2006 la regardait.

"Mademoiselle Jo ?" SCP-2006 examina de près son corps sans vie. Il lui donna un petit coup avec une des ailes vertes en caoutchouc. Elle ne répondit pas. "Est-ce que je vous ai effrayé au point de mourir ? Je le savais ! Je le savais que j'étais le plus effrayant. Personne ne peut dire que je ne le suis pas !" Il se remit en place dans sa chaise pour finir le film.

Les yeux morts de Jo regardaient fixement l'écran, mais ne voyaient rien. Dr Devane sirota son thé et s'excusa mentalement à sa subalterne pendant qu'il tapait le mémorandum final rapportant sa mort.


Interviewé : SCP-2006

Interviewer : Dr D█████

Avant-propos : SCP-2006 a récemment été léthargique, et a montré un enthousiasme résolument terne à provoquer de la peur et de la terreur à tous les chercheurs et Classes-D lui étant assigné. Le Dr D█████ a été affecté pour enquêter sur les possibles causes de cette défaillance psychologique.

<Début de l'interview>

Le Dr D█████ entre dans la cellule de SCP-2006 pour le trouver flottant dans un coin dans sa forme sphérique.

Dr █████ : SCP-2006 ? Êtes-vous- ho mon dieu !

Des claquements peuvent être entendus alors que le Dr █████ fait un bond loin du SCP en feignant d'avoir peur et d'être choqué.

SCP-2006: Ho, vous êtes effrayé. Bien, je suppose.

Dr █████ : Oui, bien sûr, SCP-2006. Vous êtes le maître de la peur.

SCP-2006: Parfois, j'aimerais ne plus l'être.

Dr █████ : Que voulez-vous dire ?

SCP-2006: Pourquoi Mademoiselle Jo n'est pas revenue ?

Dr █████ : Mademoiselle Jo ? Pause. Ho, le Chercheur Junior Lowe. Et bien, vous lui avez fait peur au point qu'elle est morte. Vous êtes le maître de la peur, 2006. Personne d'autre n'aurait pu le faire.

SCP-2006: Je l'ai effrayé à mort ?

Dr █████ : Oui, vous l'avez fait. Personne n'est aussi effrayant que vous, 2006.

SCP-2006: Mais pourquoi n'est-elle pas revenue quand le film s'est terminé ?

Dr █████ : Je… j'ai peur de ne pas comprendre.

SCP-2006: Et bien, quand les humains meurent, comme quand un requin les mange ou que leur cerveau est aspiré par les Martiens, ils s'améliorent pour pouvoir recommencer après.

Dr █████ : Ha, je vois.

Silence.

SCP-2006: Si Jo n'est pas debout maintenant, vous pouvez me dire quand elle le sera ? Et quand elle reviendra ? Elle me manque. Les films nocturnes me manquent, le popcorn, et les petits lapins féroces nucléaires.

Dr █████ : Je vais m'en assurer. Hum…

Dr D█████ s'éloigne avant de se racler la gorge. Il hurle au maximum de ses poumons. 2006 ne bouge ni ne change son apparence.

Dr █████ : Mon dieu, 2006. Je pensais que vous étiez une horrible abomination venue de Jupiter !

SCP-2006: Je suis resté ici, doc. Je n'ai pas changé. J'en ai pas vraiment envie.

Dr █████ : Pourquoi ça ?

SCP-2006: La peur est la meilleure émotion. C'est fun est excitant et fait de vous [DONNÉES SUPPRIMÉES] pompe comme [SUPPRIMÉ]. C'est quelque chose que Mademoiselle Jo et moi pourrions partager. Vous voulez savoir quelle est la pire émotion ?

Dr █████ : Je… Pause. Oui, j'aimerais.

SCP-2006: L'émotion qui apparaît quand vous voulez que quelqu'un vienne vous rendre visite mais vous ne savez pas quand il viendra ni si il viendra.

Dr █████ : "Le désir". Le mot que vous cherchez est "le désir", 2006.

SCP-2006: Je ne veux pas la chercher. Je ne veux plus jamais la ressentir. Elle est horrible et seule et elle ne rend plus les choses effrayantes. Je veux qu'elle parte jusqu'à ce que les belettes déchirent sa chair et ne reviennent jamais.

Un long silence. Dr █████ se racle la gorge une nouvelle fois.

Dr █████ : Bien, je pense que j'ai tout ce dont j'avais besoin. Merci, 2006. Je vous verrai le mois prochain.

SCP-2006: Vous me direz quand Jo ira mieux ?

Dr █████ : Bien sûr. Je vous alerterai lorsqu'elle reviendra.

SCP-2006: Super. Terrifier les gens n'est juste plus la même chose. Mademoiselle Jo est intelligente. Elle pourrait peut-être me dire pourquoi.

<Fin de l'interview>

Discours de clôture : À la suite de l'Incident 2006-Lowe, les procédures de confinement de SCP-2006 ne nécessitent plus de cours d'acteurs. Le contrôle des films et également abandonné, car il ne semble plus affecter le comportement de 2006. Toute demande pour une "Mademoiselle Jo" ou un individu similaire doit être ignorée ou écartée.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License