81ème tour, septième année, dix-neuvième cycle, tresdi

Entrée précédente

Extrait du Journal d'Aframos Longvoyage, Pélerin

Annoté par Avos Torr, Érudit de la Bibliothèque de Rheve

Trédi, dix-neuvième cycle, septième année, 81ème tour

Quarante-neuvième jour dans les Arbres

Tout est la faute de Torne. J'aurais dû le savoir.

Nous avons atteint le Moteur peu de temps après nous être reposés la nuit dernière. Il n'était pas dans le même état que nous l'avions quitté.

De grandes parties de la machine se sont cassées. Nous avons vu des engrenages au sol, des cylindres brisés. Les parties qui restaient bougeaient par intermittence. Un des côtés avait explosé, et des éclats de métal gisaient partout.

L'Abbé Ingénieur s'est dirigé vers nous en boitant. Il avait une jambe cassée mais avait construit une attelle avec des débris. La colère se lisait sur son visage.

"Bande d'imbéciles !" s'est-il écrié à notre adresse. "Triples crétins !" Il nous a invectivés ainsi jusqu'à trébucher. Cela aurait été comique si les autres moins ne s'étaient pas rassemblés autour de nous. Bon nombre d'entre eux étaient également blessés, mais j'ai d'abord remarqué que la plupart d'entre eux étaient armés de couteaux, de masses et d'armes improvisées comme l'attelle de l'Abbé Ingénieur.

Le vieil homme s'est relevé. Il nous a hurlé dessus de façon incohérente pendant plusieurs minutes jusqu'à ce que sa rage se soit enfin épuisée. Puis le technolyte à qui nous avions auparavant parlé - qui avait désormais une jambe en moins - s'est avancé. Comme le reste de ses acolytes, il avait un air furieux et désespéré sur son visage. Il a alors commencé à nous raconter ce qui s'était passé.

Peu de temps après que nous étions partis du Moteur, il avait explosé. Plusieurs d'entre eux avaient perdu la vie dans l'explosion, mais ce n'était, dixit le technolyte, qu'un désagrément de faible importance comparé à la perte de la machine elle-même. Car ils n'étaient pas fous. Ils avaient raison.

La machine, expliquait-t-il, gardait une trace des évènements. Elle assurait qu'un évènement en suive un autre. Elle faisait en sorte que tout fonctionne sans anicroche. Maintenant que la machine était détruite, la mécanique du monde se grippait et cela n'allait pas tarder à empirer. Et tout était de notre faute.

Je pensais à leur dire que Torne avait appuyé sur les boutons, mais j'étais relativement certain qu'ils lui tomberaient alors dessus, et je n'allais pas abandonner un ami ainsi.

L'Abbé Ingénieur avait repris son souffle après sa tirade et a demandé le silence d'un geste. "Vous avez détruit le Moteur," dit-il. "Vous devez le réparer. Bientôt, vous serez les seuls à le pouvoir."

Je lui demandais ce qu'il voulait dire par là lorsqu'un de nos gardes a changé. Un instant, c'était un vieil homme avec une longue barbe ; le suivant, c'était une jeune femme avec de longs cheveux sur sa tête.

"Comme vous pouvez le voir," a-t-il dit, tandis que la jeune femme fixait son corps d'un air alarmé, "ces perturbations nous affectent également. Demain, nous ne serons peut-être même plus de la même espèce. Après cela, nous ne serons plus capables d'aligner deux pensées assez longtemps pour nous souvenir que la machine est là. En revanche, vous êtes au centre de tout cela. Vous serez affectés en dernier. Cela vous donnera peut-être le temps dont vous aurez besoin."

"Le temps de faire quoi ?" a demandé Torne, l'air pressé de les aider. Je crois qu'il éprouvait des remords.

"Vous devez trouver," a dit le vieil homme avant de disparaître, laissant derrière lui un bol empli de cheveux.

"Vous devez trouver la truite non-déterministe," a poursuivi le technolyte en ramassant le bol avec révérence1.

Nous lui avons demandé ce que cela pouvait être, et il a haussé les épaules. "Vous devrez le trouver par vous-mêmes. Vous devez sputer ivec euz. Snad ptor y datrer." Nous avons tenté de continuer à lui parler, mais nous n'avons pas pu comprendre quoi que ce soit d'autre de lui ou des autres moines.

Nous avons dormi près des restes du Moteur et sommes repartis ce matin. Nous ne voyions aucun des moines. Il y avait un superbe petit-déjeuner préparé là où ils avaient dressé leur camp. Au vu des circonstances actuelles, nous avons décidé de ne pas en manger. On n'est jamais trop sûr.

Nous avons parlé un peu de notre quête tandis que nous marchions. Torne dit qu'une truite est une sorte de poisson, bien qu'il n'ait jamais entendu parler d'une truite non-déterministe auparavant. Comment pouvons-nous trouver quelque chose si nous n'avons aucune idée de ce quoi elle ressemble ou d'où elle pourrait se trouver ?

Pendant que nous avancions, il avait de plus en plus de signes étranges. Les trous vides s'agrandissaient. Torne les appelle "espaces négatifs". Il y avait aussi des arbres d'âges changeants, et je n'ai pas vu beaucoup d'animaux aux alentours. Ceux que nous avons vus se comportent bizarrement. J'ai vu une de ces créatures jacassantes et arboricoles en train de courir entre les arbres. Tout à coup, elle s'est immobilisée et a poussé un cri déchirant avant de s'envoler. Puis il y avait la créature épineuse qui a explosé une douzaine de coudées devant nous. Nous étions chanceux de ne pas être plus près ; certains des piquants s'étaient enfoncés de plusieurs centimètres dans les arbres les plus proches.

Il y avait un endroit où nous avons découvert que les sons arrivaient une demi-minute après avoir été émis. Cela compliquait la communication entre nous.

Nous avons cherché des poissons partout où nous le pouvions. Nous avons vu quelques lits de rivière, mais ils étaient à sec après s'être vidés dans les espaces négatifs.

J'espère que nous allons la trouver à temps.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License