Légendes Urbaines
notation: +2+x
blank.png

Ne me parle pas de putain d'légendes urbaines. Nom de dieu, avec not' taf, tu devrais pourtant t'en douter.

T'en douter de quoi ? Que ce ne sont pas des putains d'histoires, abruti ! Bon ok, certaines le sont. J'veux dire, évidemment tu vas pas te faire flinguer par un caïd pour un signal de phares. Mais la plupart ne l'sont pas. Pourquoi es'que personne n'en entend parler ? Pourquoi personne n'entend parler d'aucun putain d'skip ? On est pas les seuls à jouer à ce jeu, tu vois ?

Nan, j'te raconte pas d'la merde. Écoute, j'vais t'dire comment je sais que c'est vrai.

C'était y'a un p'tit temps. Je chassais des lutins au New Jersey. Quoi ? Ils étaient petits avec des oreilles pointues et une voix perçante. Ça me suffit. Est-ce que c'était vraiment des lutins ? Probablement pas, ils étaient certainement pas en train d'faire des gâteaux. Est-ce que j'en ai quelque chose à foutre de leur vrai nom ? Certainement pas. Bon, arrête de m’interrompre.

Donc, j'suis pas en service, j'avais fini pour la journée. M'en vais boire un coup dans un bar dans les mauvais quartiers d'la ville. Ça m'rappelle chez moi, tu vois ? Et là y'a cette nana. Elle est mignonne donc j'lui offre un verre. Une chose mène à l'autre et on va chez elle. Nan c'est pas professionnel, mais qu'est-ce t'en as à foutre de ce que je fais de mon putain d'temps libre ? Merde.

Bon, on tape la discute en buvant un verre, et d'un coup j'me sens partir en vrille, pire que Buddy Holly et Big Booper. Ouais tu commences à capter l'histoire.

Le truc, c'est que le moment où tu te réveilles dans une baignoire avec de la glace ? Ouais c'est des conneries. Ils prennent tes putain de reins. Ils s'en branlent si tu survis. T'es qu'un gars parmi d'autres qui pourrait les pointer devant un inspecteur. Pour eux c'est mieux s'tu crèves.

Ouais, j'suis encore en vie. Merci d'avoir remarqué. Tu remarqueras p'têtre aut'chose qu'ils ont loupé. J'suis un gars balaise. Quasi 140 kilos et plus de deux mètres. J'suis un putain d'gros morceau. Et il en faut beaucoup pour me foutre à terre, et encore plus pour m'y garder. J'me réveille avec une violente douleur dans le flanc. J'ouvre les yeux et y'a c't'enfoiré avec son scalpel en train de m'ouvrir. J'y ai mis un terme vite fait, crois-moi. J'étais encore un peu dans l'cirage, mais j'suis un agent entraîné de la Fondation. C'était une bande d'amateurs. Ça s'est passé plus ou moins comme tu peux l'imaginer.

Alors ne me parle pas de putain d'légendes urbaines.

Bon, garde tes yeux ouverts. C't'ordure avec son crochet va bien finir par se pointer.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License