Guide des Amnésiques mis à jour
notation: +8+x
blank.png

Proposition de Classification des

Agents Amnésiques Non-Anormaux de Synthèse

Avant-propos

La Fondation et les organisations qui l'ont précédée ont toutes déjà eu recours à des agents affectant les souvenirs afin d'effacer la mémoire des individus qui ne sont pas autorisés à connaître certaines données sensibles. Bien que ces agents soient généralement regroupés sous le terme générique d'"amnésiques" (ou plus justement d'"amnésiants"), de nombreuses variétés différentes ont été utilisées afin d'accomplir cette mission de protection du secret.

Parmi nos amnésiques les plus couramment utilisés, beaucoup sont de nature anormale, soit par leur origine, soit par leur fonctionnement. Le fait que les amnésiques soient souvent de nature anormale en fait des SCP de Classe Thaumiel, remis imprudemment entre les mains de toute FIM, Agent de Terrain ou Chercheur qui le souhaite. Par ailleurs, la récupération de ces amnésiques est souvent complexe au point de susciter un danger ou problématique d'un point de vue éthique.

Fort heureusement, les neurosciences ont beaucoup progressé depuis la naissance de la Fondation, et nous avons maintenant les moyens de produire en masse des produits amnésiants non-anormaux. En plus d'être entièrement non-anormale, la prochaine génération d'amnésiques devrait être plus rentable pour la Fondation et présenter moins de risques pour la santé des sujets à qui ils sont administrés. Le fonctionnement de ces produits repose principalement sur le déclenchement d'une déconsolidation de la mémoire, laquelle est générée par la rupture des voies neuronales responsables de l'encodage des souvenirs épisodiques. Les produits en eux-mêmes sont contenus dans des nanoparticules spécialement conçues à cet effet, ce qui permet de cibler des zones spécifiques du cerveau et de réduire considérablement la quantité de produit nécessaire ainsi que les effets secondaires.

Le Conseil O5 examine actuellement les propositions visant à supprimer progressivement l'utilisation des amnésiques traditionnels et à les remplacer par des alternatives non-anormales. Afin de faciliter cette transition au sein du personnel de la Fondation, nous soumettons les révisions suivantes au système actuel de classification des amnésiques. Veuillez noter que tous, peu importe leur classe, sont désormais disponibles sous forme orale, en aérosol ou par voie intraveineuse pour le confort des spécialistes en amnésiques, et garderont leur goût de pile et de menthe poivrée dont aucun d'entre nous ne se souvient mais qui nous est toujours familier.


Classe A, Amnésie Rétrograde Générale

  • Pour l'effacement de souvenirs récents et/ou de souvenirs épisodiques spécifiques

Bien qu'en principe, les amnésiques de Classe A déconsolident des souvenirs au hasard, ils affectent surtout les engrammes situés dans la "plage de reconsolidation de la mémoire" de 5 à 6 heures, étant donné que ce sont les souvenirs les plus récents dans la mémoire du sujet. Cela se confirme tout particulièrement pour les souvenirs épisodiques très spéciaux, tels que les rencontres avec des phénomènes anormaux. Ces souvenirs sont plus sensibles aux amnésiques de Classe A après l'exposition initiale, cependant il est possible de rouvrir une plage de reconsolidation de la mémoire, ce qui permet aux spécialistes des amnésiques de rappeler aux sujets des souvenirs spécifiques longtemps après leur formation initiale et de les effacer.

Classe B, Amnésie Rétrograde Régressive

  • Pour l'effacement progressif des souvenirs récents

Les amnésiques de Classe B ont pour premiers effets la déconsolidation des souvenirs les plus récemment formés, puis font marche arrière vers les souvenirs les plus anciens. Le degré d'effacement de la mémoire dépend du dosage de l'amnésique, une dose de 75 mg entraîne une perte de mémoire d'environ 24 heures en moyenne. Ils sont parfaitement adaptés pour effacer des souvenirs récents qui remontent à une durée de plus de six heures sans avoir à manipuler des souvenirs spécifiques.

Classe C, Amnésie Rétrograde Ciblée

  • Pour la suppression de souvenirs spécifiques de n'importe quel moment de la vie du sujet

Les amnésiques de Classe C sont utilisées conjointement avec des techniques d'imagerie cérébrale de haute fidélité et de stimulation transcrânienne. Les images du cerveau permettent de localiser des engrammes spécifiques de la mémoire du sujet ; une fois les engrammes atteints, les amnésiques sont activés par une stimulation précise et non-invasive, généralement par des ultrasons ou des champs magnétiques.

L'avantage des amnésiques de Classe C repose sur le fait qu'ils permettent d'éliminer les souvenirs avec une précision chirurgicale, quelle que soit leur date de formation, ce qui est particulièrement utile pour effacer des données confidentielles de la mémoire de membres du personnel de Classe D et de SCP humanoïdes neutralisés avant leur libération. Leur principal inconvénient provient de la difficulté à déplacer le matériel requis pour les utiliser. Par conséquent, les amnésiques de Classe C sont plus facilement administrables dans les sites de la Fondation, cependant des dispensaires de terrain mobiles pour amnésiques sont actuellement en cours de développement.

Classe D, Amnésie Rétrograde Progressive

  • Pour la suppression des premiers souvenirs

Les amnésiques de Classe D sont l'opposé des amnésiques de Classe B. Ils ciblent d'abord les souvenirs les plus anciens puis progressent vers les souvenirs les plus récents, les effets variant selon les dosages. Les situations nécessitant leur administration étant très spécifiques, les amnésiques de Classe D sont rarement utilisés. Bien qu'ils soient, de par leur conception, plus puissants que les autres amnésiques, il n'en reste pas moins qu'un dosage extrêmement élevé est nécessaire pour éliminer une partie importante de la vie d'un sujet. De ce fait, les risques d'effets secondaires sont particulièrement élevés. Il est à noter que les amnésiques de Classe D ne ciblent que les souvenirs de la mémoire explicite. Les souvenirs de la mémoire implicite, notamment ceux liés aux aptitudes que l'individu a acquises dans sa jeunesse, ne seront pas affectés.

Classe E, Ennui

  • Pour induire une complaisance psychologique vis-à-vis de l'anormal

Pour être franc, "ennui" n'est pas le terme approprié pour désigner les effets psychologiques des amnésiques de Classe E. Il serait plus juste de les qualifier de produits "anti-nostalgiques". Bien que comme les autres amnésiques, ils ciblent les voies neuronales de la mémoire, ils ne les déconsolident pas. À la place, ils affaiblissent les voies en dissociant la mémoire de toute émotion, qu'elle soit positive ou négative, supprimant toute raison au sujet d'associer une émotion à un souvenir et permettant à la mémoire de s'affaiblir de manière autonome.

Les amnésiques de Classe E sont très utiles dans les situations où il est impossible de faire disparaître une anomalie et où, pour préserver la normalité, l'anomalie doit être perçue comme normale. Les amnésiques de Classe E contraignent les sujets à accepter le monde tel qu'il se présente devant eux et à oublier qu'il a été différent.

Classe F, Fugue

  • Pour effacer et reconstruire l'identité du sujet

De même que les anciens amnésiques de Classe F, ces amnésiques provoquent un État de Fugue chez le sujet, autrement dit une amnésie dissociative. Le sujet oubliera son identité et pourra soit en recevoir une nouvelle du spécialiste responsable de son amnésie soit être autorisé à en développer une par lui-même.

Classe G, Gaslighting

  • Pour faire douter les sujets de l'authenticité de leurs souvenirs

Les amnésiques de Classe G induisent une déréalisation des souvenirs, les faisant paraître fantastiques ou oniriques, amenant le sujet à douter de leur authenticité. Les amnésiques standards de Classe G utilisés sur le terrain sont conçus pour cibler les souvenirs liés aux anomalies, et sont plus efficaces lorsque le sujet n'a aucune preuve tangible de leur existence et qu'il est impossible de cibler des souvenirs spécifiques. Par ailleurs, les amnésiques de Classe G ciblant les souvenirs non-anormaux ont été interdits par le Comité d'Éthique sont actuellement en cours de développement à la demande du Conseil O5.

Classe H, Amnésie Antérograde

  • Pour empêcher la formation de nouveaux souvenirs

Les amnésiques de Classe H empêchent le sujet de former de nouveaux souvenirs, bloquant la consolidation de la mémoire tant que l'agent est dans son organisme. La durée des effets dépend du dosage, pour 75 mg la durée moyenne est d'environ 24 heures.

Classe I, Amnésie Transitoire

  • Pour faire entrer dans un état d'amnésie temporaire

Les amnésiques de Classe I provoquent une amnésie transitoire par le blocage des voies neuronales responsables de la mémoire à long terme, empêchant temporairement les sujets de se souvenir de leur passé. La durée des effets dépend du dosage, ici encore, pour 75 mg la durée moyenne est d'environ 24 heures.

Classes W à Z, Mnésiques

  • Protection contre les anomalies anti-mémétiques et autres anomalies mnémoniques

Les Classes W à Z regroupent les mnésiques, autrement dit les produits qui empêchent ou inversent l'effacement de la mémoire, et qui sont le plus souvent utilisés par le Département Antimémétique. Bien que leur rôle soit opposé à celui des amnésiques, les deux types de produit reposent sur le même principe de ciblage des voies neuronales de la mémoire, ce qui permet la création de produits mnésiants non-anormaux.

Les mnésiques de Classe W permettent au sujet de percevoir et de conserver la connaissance des antimèmes, en plus d'améliorer globalement la mémoire. Les mnésiques de Classe X restaurent la connaissance d'antimemes déjà perçus auparavant ou de souvenirs supprimés. Les mnésiques de Classe Y permettent au sujet de retrouver parfaitement tous les souvenirs qu'il a acquis lors des périodes où il a été affecté par un amnésique, et une simple dose de Classe Z rend le sujet biochimiquement incapable d'oublier quoi que ce soit pour le reste de sa vie. Les mnésiques de Classe Z sont systématiquement létaux, le décès du sujet résultant généralement d'une crise d'épilepsie quelques heures après la prise du mnésique.

La prise simultanée d'amnésiques et de mnésiques n'est pas recommandée.


Rapport au Conseil des Superviseurs sur l'Éthique des Amnésiques Non-Anormaux

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License