Tourment entre deux rives
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=UnifrakturCook:700&display=swap');
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Merriweather&display=swap');
@import url('https://fonts.googleapis.com/css?family=Special+Elite');
 
/* Masquer le titre */
#page-title {
  display: block;
}
 
/* Grand titre : 1er = Texte titre 2e = Contour, ombre */
 
#header h1 a::before {
    content: ;
    font-family: chomsky;
    font-weight: normal;
    font-style: normal;
    color:black;
}
 
#header h1 a {
    display: none;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: transparent;
    background: transparent;
    font-family: Merriweather;
    font-size: 0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: none;
    letter-spacing: 0.9px;
}
 
#header h2 span::before {
    content: ;
    color:black;
}
 
#header h2 a {
    display: none;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: transparent;
    background: transparent;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: none;
    letter-spacing: 0.0px;
}
 
h2 {
  font-family: 'Special Elite', cursive;
  font-size: 17pt;
  color:black;
}
 
/* LOGO */
 
#header {
    height: 200px;
    padding-bottom: 0px; /* FOR MENU */
    position: relative;
 background: url( BLANC )
}
 
/* BANNIÈRE */
 
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg.png) top left repeat-x;
}
body {
    background-position: top center;
    background-repeat: repeat;
    background-color: white;
    color: black;
}
 
/* FOND DE PAGE */
 
body {
    color:black;
    background-image: url( BLANC );
    font-family: Merriweather;
}
 
/* TITRE DE LA PAGE */
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  font-size: 200%;
  padding: 35px 0 10px;
  position: relative;
}
 
/* HIDE THE HEADER TEXT */
#header h1 a {
    display: block;
    margin: 0;
    padding: 0px 0 0px;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    color: #00003D;
    background: transparent;
    font-family: Akashi, Arial, sans-serif;
    font-size:0%;
    text-decoration: none;
    text-shadow: 3px 3px 5px #000;
    letter-spacing: 0.9px;
}
 
#header h2 span {
    display: block;
    margin: 0;
    padding: 0px 0;
    line-height: 0px;
    max-height: 0px;
    font-weight: bold;
    color: #f0f0c0;
    font-family: Helvetica, sans-serif;
    font-size: 0%;
    text-shadow: 1px 1px 1px #000;
    text-shadow: 1px 1px 1px rgba(0,0,0,.8);
}
 
/* BARRE DE RECHERCHE */
#search-top-box-input, #search-top-box-input:hover, #search-top-box-input:focus {
    background-color: transparent;
    color: transparent;
    display: none;
    font-size: 0pt;
    padding: 0px;
}
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    border: solid 0px black;
    padding: 40px;
    color: black;
    display: none;
    font-family: Merriweather;
    background-color: transparent;
    box-shadow: inset 0px 0px 0px rgba(0,0,0,.8);
}
#search-top-box-form input[type=submit] {
    display: none;
    background: transparent;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    background: transparent;
    display: none;
}
 
/* TOP BARRE */
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding-top: 93px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
#top-bar ul {
    float: right;
}
#top-bar a {
    color: #fff;
    background: transparent;
}
#top-bar ul li {
    border: 0;
}
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px transparent;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(0,0,0,.5);
    border-top: 0;
}
#top-bar ul li a {
    border-left: solid 1px rgba(64,64,64,.1);
    border-right: solid 1px rgba(64,64,64,.1);
    text-decoration: none;
    padding-top: 10px;
    padding-bottom: 10px;
    line-height: 1px;
    max-height: 1px;
    overflow: hidden;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #fff;
    color: #414446;
    border-left: solid 1px rgba(64,64,64,1);
    border-right: solid 1px rgba(64,64,64,1);
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-width: 0;
    width: 150px;
    border-top: 1px solid #ddd;
    line-height: 160%;
    height: auto;
    max-height: none;
    padding-top: 0;
    padding-bottom: 0;
}
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #fff;
    color: #414446;
    text-decoration: none;
}
#top-bar ul li ul {
    border-width: 0 1px 1px 1px;
    width: auto;
}
#top-bar ul li ul li, #top-bar ul li ul li.sfhover,
#top-bar ul li ul li, #top-bar ul li ul li:hover {
    border-width: 0;
}
#top-bar ul li ul li a {
    border-width: 0;
}
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #a01;
}
 
/* SIDEBAR */
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 80px;
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px double #000;
    box-shadow: 0 0px 0px rgba(21, 21, 21, 1);
    background: white;
    border-radius: 0px;
}
#side-bar .heading {
    color: #BC0E12;
    font-size: 120%;
    border-bottom: solid 1px #00003D;
}
 
#side-bar img {
    filter: hue-rotate(70deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(70deg);
}
 
#side-bar div.side-block:nth-child(7) > div:nth-child(1) > div:nth-child(1) img {
    filter: none;
    -webkit-filter: none;
}
 
/* MENU OUVERTURE SIDEBAR */
 
open-menu a {
    border: 0.2em solid #003333!important;
    background-color: lightgrey!important;
    color: #003333!important;
}
 
/* MOBILE SIDEBAR */
@media (max-width: 767px) {
 
#side-bar{
    background-color: transparent;
}
 
.open-menu a {
    border: 0.2em double white!important;
    background-color: #807665!important;
    color: white!important;
}
}
 
/* NOM UTILISATEUR */
 
#login-status {
    color: #990000;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    z-index: 30;
   display: none;
}
 
#login-status a {
    background: transparent;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    color: black;
border: none;
}
 
#login-status ul a {
    color: black;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
    background: transparent;
background-color: transparent;
 
}
 
#login-status ul a:hover{
color: black;
    font-family: 'Special Elite', cursive;
    font-size: 100%;
}
 
#account-topbutton {
    background: transparent;
    color: #000;
}
 
/* Adjust Mobile Image Size */
@media (max-width: 321px) {
 
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  font-size: 200%;
  padding: -30px 0px 0px 0px;
  position: relative;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
}
 
@media (min-width: 322px) and (max-width: 424px) {
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
}
@media (min-width: 425px) and (max-width: 767px) {
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Asous-le-monde/body-bg-portable.png) top left repeat-x;
}
#top-bar {
    position: absolute;
    z-index: 50;
    top: 140px;
    height: 21px;
    line-height: 18px;
    padding: 0px;
    margin-bottom: -50px;
    z-index: 20;
    font-size: 90%;
}
 
#side-bar {
    background: transparent;
    padding-top: 0px;
}
 
#page-title {
  display: block;
  font-family: 'Merriweather', cursive;
  font-style: italic;
  color: #000;
  padding-top: -50px;
  margin-top: -70px;
}
}
notation: +9+x
blank.png

Sous les becs de gaz du Passage du Pont-Neuf étouffés par le brouillard nocturne, une silhouette courbée à l’œil perçant déambulait entre les boutiques. Les faibles lumières suffisaient à peine à éclairer les enseignes peintes et décrépies, aussi l’ombre fuyante, qui ne laissait paraître qu’un homme dissimulé sous un chapeau de feutre et un manteau long, dut sortir une lampe à huile et des allumettes. Son attention divergea, le temps d’une mauvaise pensée, vers le marchand parisien d’où il avait tiré ses fournitures et qui lui avait bien trop délesté sa bourse. Cette réflexion fut cependant écartée de son esprit, afin qu'il puisse terminer la tâche déjà entamée.

Une fois la mèche allumée par la main noueuse, les murs étroits devinrent plus discernables en même temps que le visage du porteur. C’était un homme âgé aux traits marqués par la débauche de son ancienne vie. Son dos voûté et son corps tremblant sous ses vêtements trahissaient un vieux notable, quasiment septuagénaire, qui se démenait à paraître plus menaçant qu’il ne l’était. D’un pas qui semblait vouloir se faire discret sans pour autant y arriver, il s’avança vers les nombreuses vitrines du passage en espérant y voir écrit le nom qui l’avait mené jusqu’ici. Son regard scrutait chaque recoin discernable des échoppes qui ne pouvaient lui renvoyer que leur reflet misérable. Le vieillard piétina sur les pavés, et partit en face pour continuer sa traque.

Après de longues minutes, sa lampe vint enfin illuminer une suite de caractères rouges qui le firent sursauter. Dans une police capitale ostentatoire, ils étaient comme scandés et disaient : « THÉRÈSE RAQUIN ».

À la vue de ces mots, il fut saisi à la gorge par un sentiment contrasté, autant teinté d'un soulagement certain que d'une peur dissimulée. Il voulut tousser, faire partir le mal, mais il sentait que cet immense vestibule pouvait rapidement prendre des allures de cercueil s’il attirait trop l’attention. Au fond de lui, il comprenait que cette impression n’était que la conséquence physique de ses souvenirs encore vifs et douloureux.


Tout lui revint comme dans un rêve : les rives de la Seine, la barque chavirante, le corps qui tombe, se débat comme un beau diable et expire alors que ceux qui l’ont jeté appellent à l’aide une fois la besogne accomplie. Et lui, le vieux bougre, celui qui déjà jeune était arriviste de longue durée, il regardait ébahi le meurtre se faire comme un enfant observe les insectes se battre et céder aux eaux d’un étang. Il regardait, certes, mais pour n’avoir que des souvenirs à ses trousses, se disait-il, encore aurait-il fallu qu’il ne se sente pas fougueux.


Pourquoi, pourquoi, murmurait-il entre ses dents jaunies, a-t-il cru pouvoir résoudre la terrible situation d’une telle manière ? Sur cette berge calme, loin du massacre, il était pourtant vierge de toute culpabilité. C’est que sa volonté, endormie par les luxes que ceux des hautes instances peuvent se permettre, avait soudain été piquée par cet homme et cette femme qui poussaient le troisième passager par dessus-bord.


L’acte était insoutenable. Il lui fallait agir, autrement que resterait-il du peu d’estime qu’il avait envers l’espèce humaine ainsi que lui-même ? Il songea à appeler des secours, mais les criminels le faisaient déjà avec beaucoup d’application, et plus encore, sa couardise s’affirmait dans le domaine du courage bien plus que dans tous les autres. Il resta donc immobile pendant ce qui devait être dix secondes, et ce qui lui parut une éternité. C’est alors qu’il songea à l’impensable, et qu’une pulsion parcourut ses membres. Sa main, comme prise d’une volonté de justice, plongea dans une des poches de son veston pour en sortir un objet singulier.

Son canon doré brillait au soleil de l’après-midi. Sous une forme qui rappelait un pistolet du siècle dernier, quoique trop grotesque et orné d’apparats, il pesait lourd dans la paume et la conscience du vieil homme. Quand il le reçut en cadeau lors d’une réception de ministres, plusieurs décennies auparavant, on lui avait certifié que cela venait d’un village perdu d’Afrique Noire, inconnu même des forces coloniales françaises, et qu’encore avant, un obscur colon anglais avait donné l’artefact aux autochtones pendant un rituel primitif. Ceux-ci auraient craint le cadeau toute leur vie, et il fut prétendument jeté dans les eaux du Nil pour calmer les pouvoirs qu’il renfermait. Des pouvoirs tels qu’ils arriveraient à arrêter n’importe quel homme, avait insisté son précédent possesseur, un ambassadeur qui avait reçu le pistolet d’un parent colonel. Du propre aveu de celui-ci, comprendre comment un tel pistolet pouvait tirer était impossible, d’autant plus qu’il ne se chargeait d’aucune balle.

Le vieillard trembla en regardant ses doigts qui se serraient sur la poignée ; il ne voulait pourtant pas provoquer la terreur auprès des passants, mais dans le même temps, comment réagir sans violence à un évènement aussi abject ? Il n’avait aucune idée, à ce moment, de ce que pouvait réellement produire l’artefact maudit. Il ne savait même pas pourquoi il avait persisté à le garder, bien caché dans ses habits, comme s’il attendait une situation propice. Or, celle-ci était bien là, sous ses yeux. C’était peut-être le seul instant de sa vie où il pourrait utiliser un pareil artifice. Le seul où il pourrait montrer, déjà trop tardivement, une bravoure enfouie sous des attitudes pècheresses.

L'esprit assailli par ses pensées, il laissa ses yeux s’humecter devant le spectacle donné sur la Seine par les deux agités. Des scélérats, se disait-il. À trop faire attendre sa besogne, il allait laisser les meurtriers partir en victimes. En se sentant à nouveau vengeur, il retroussa les manches de son habit et voulut charger l’arme, mais il se rendit vite compte que les propos dont il se souvenait étaient avérés : il n’y avait nulle part où placer des munitions. L’homme se sentait désemparé, encore une fois. Jamais alors, se geignait-il encore dans sa tête, il ne vivrait la gloire de celui qui triomphe du Malin. Jamais.

Pendant qu’il entretenait sa misère en regardant l’arme du coin de l’œil, celui-ci passa subrepticement sur son avant-bras. Un bref mouvement de surprise agita immédiatement son corps. Il y avait en lieu et place d’une couleur chair homogène le noir d’une gravure sur sa peau. Un chiffre romain, apparu comme la trace d’une malédiction. L’esprit du notable était dorénavant occupé, en plus des autres malheurs, par ce problème ésotérique. Était-ce un signe ? Divin, démoniaque ? Dans ce cas, pourquoi lui, pourquoi maintenant ? Pourquoi le mettre dans l’embarras et la détresse ? Il se posait une quantité de questions et voulait des réponses. Il savait pourtant, au fond de lui, ce qu’était sa conviction. Il avait fauté. Il avait trahi son honneur. Il lui fallait se ressaisir. Rapidement, il recouvra sa raison et se mit à observer, d’un côté le puissant objet, et de l’autre la barque sur la Seine. Toute sa vie durant, il avait profité des situations que lui offrait la Fortune. Maintes fois, il avait trompé, mais dans quel but ? Tout cela n’était qu’une épreuve. L’épreuve qui signerait la naissance d’un être nouveau.

Il mit en joue son arme tout en faisant fi du manque de balles. Plus rien n’avait d’importance. Il se concentra sur les cibles, des formes sautillantes qu’il apercevait sur le fleuve turquoise. Il allait rendre justice, il allait faire la bonne décision, une bonne fois pour toutes. Dieu, Satan ou quiconque derrière la machination sous le monde, je vais prouver que je mérite ma vie, scanda-t-il alors empli de rage, en appuyant d’un geste sec et déterminé sur la gâchette.


Le vieillard grinça des dents en se remémorant, plus fort qu’il ne l’avait jamais fait, avec un son qui résonna sur les murs du Passage du Pont-Neuf. Il s’était senti investi d’une mission, et avait suivi des instincts puérils. Quel terrible chose que l’impulsion, pensait-il encore une fois ! Ce fut en effet avec une complète inconscience qu’il tira des bords de Seine vers la barque des deux fautifs.


Il vit la balle percer l’air et atteindre un des embarqués. Tout du moins, c’est ce qu’il crut. Il lui sembla bien voir l’air se distordre sous la vitesse d’un projectile, et celui-ci atteindre son but, mais il n’y avait rien. La femme fut prise d’un mouvement de recul, et sa main se porta immédiatement sur son ventre. Pas une goutte de sang ne coula sur sa robe. Elle leva ses yeux d’un air surpris, tout d’abord de s’être fait tirer dessus, mais plus encore de n’avoir aucune séquelle.

Le vieil homme se trouva complètement désemparé, alors que les passants s’étaient arrêtés devant le spectacle méprisable d’un gentilhomme décrépi essayant d’empirer une noyade par l’assassinat de deux jeunes gens. Tout d’un coup, son angoisse atteignit un point de non-retour. Ce fut un mécanisme très bien huilé, malgré la rudesse des années, qui s’enclencha. Alors qu’il était montré du doigt par tous les promeneurs, il se mit à courir. Il s’enfuit comme il l’avait fait toute sa vie. Pas de destination, pas de refuge, juste ses cuisses, ses mollets, ses chevilles et ses pieds au service d’un sauvetage incertain. Il se retourna, et vit de nouveaux assaillants le poursuivre, alors que d’autres allaient aider les pauvres victimes de l’accident, inconscients de leur vraie nature. Il fut pris de dégoût, un dégoût vif et immense pour les autres et pour lui-même. Il était trop naïf, et ils l'étaient aussi. Pour lui, c’était maintenant sûr, il allait cette fois succomber à ses torts, sans jamais pouvoir les rattraper.


L’ancien ministre, après tout ce temps passé dans ses souvenirs tortueux, fixait encore la devanture de la boutique Raquin. Oui, c’était eux, il l’apprit après sa course, qui avaient été les protagonistes de cette mascarade. Thérèse était celle qu’il avait voulu stopper d’une balle. Son mari, qui lui se nommait Camille, était le noyé. Le troisième, le meurtrier, lui était cependant inconnu. Pourquoi cet homme avait commis le crime ? Personne ne pouvait le savoir, ni le pourrait, pensa-t-il, tous les témoins ayant cru assister à une noyade accidentelle. Son propre geste, au contraire, se voulait brave et juste, mais ne put être perçu que comme un odieux méfait. Il était maintenant couvert d’opprobre, et s’il avait le malheur de croiser encore une fois un des promeneurs dans les rues de Paris, celui-ci le prendrait en chasse immédiatement.

Cela faisait plus d’une semaine qu’il se cachait dans la ville, naviguant masqué, dormant sous les ponts à côté des plus démunis. La vigueur qu’il avait acquise lors de sa fuite s’estompait, et il se sentait trop vieux pour entretenir sa vigilance jusqu’ici constante. Ce n’était pour lui plus possible de tenir sous une telle cadence. Il regarda son bras, comme il l’avait fait des dizaines de fois pendant sa cavale, et observa le nombre inscrit. XII. « Douze ». Douze quoi ? C'était une question qui le hantait depuis des jours.

Cependant, Il avait une piste. L’inscription avait, il en était quasiment sûr, changé depuis la première fois. Il avait d’abord mis cela sur le compte de la fatigue, de l’inattention, de la hâte, mais il dût se rendre à l’évidence, son bras s'était changé : il y était bien inscrit « treize » lorsqu’il se morfondait sur les bords de Seine. Pour lui, cela n’avait de sens que dans un seul cas de figure. Aussi terrifiant et impossible que cela était, ce nombre devait représenter les munitions imperceptibles de son arme mystérieuse. La balle qu’il avait tiré n’avait rien produit, et elle fut pourtant décomptée. Le vieillard n’y comprenait rien. Avait-il hérité du seul objet, parmi tous les artefacts anormaux dont il avait entendu parler au cours de sa carrière, n'ayant pour seul effet de ne pas en avoir ? Il était profondément intrigué par cette situation.

Son angoisse le rappela soudain à l’ordre. Il n’était pas là pour encore s’apitoyer sur son sort. Il avait un projet. Il n’avait pas déambulé jusqu’à ce passage étroit pour admirer les échoppes. Il lui fallait entrer dans la maison de Thérèse Raquin. Sa main alla toucher l’arme, cette fois-ci bien efficace, qu’il avait achetée avec sa lanterne. Un couteau de boucher. Il ne pouvait plus reculer. Il s’était mis le monde entier à ses trousses. Il lui fallait rattraper sa faute dramatique, mettre un terme aux problèmes qui rongeaient son âme. Il n’y avait qu’un échappatoire : tuer la femme. Tuer Thérèse, comme elle a fait tuer son propre mari. Le vieil homme se voyait pris dans une boucle infernale, et se sentait obligé de terminer ce qu’il avait entrepris. Il avait voulu être bourreau ce jour-là, ainsi donc devait-il faire son office. Il se préparait à forcer l’entrée comme un voleur. C’était pour lui le commencement de la fin. Il allait devenir ce que les gens pensaient de lui : un assassin. Il se mit à trembler de plus belle. Il ne savait pas quoi faire après avoir exécuté sa tâche. Fuir encore une fois ? Peut-être. S’ôter la vie dans la foulée ? S’il le faut. Il ne savait pas. Lui, le vieux rabougri plongé dans le brouillard glacé, ne savait faire qu’une chose : suivre son instinct.

Un bruit sourd se fit entendre sur les pavés. Le sang du futur assassin ne fit qu’un tour et il se retourna pour essayer d’apercevoir l’autre bout de l’allée.

Un homme surgit de l’entrée du passage. La brume autour de lui s’éparpilla pour tomber comme un manteau d’apparat, révélant un uniforme d’officier bleu nuit. Il était lui aussi âgé. Ses traits plissés, tombants et craquelés dévoilaient un individu né au siècle dernier, et plus certainement d’à peu près quatre-vingt-dix ans. Son visage exprimait malgré les stigmates du temps une multitude d’émotions, tout en restant implacablement dur. Son pas était pressé et assuré, terrifiant le vieux notable qui se mit à courir en abandonnant son projet. Jamais il n’avait vu quelqu’un d’aussi abimé d’apparence être aussi vigoureux. Il avait reconnu l’uniforme. Il en avait entendu parler dans ses passages aux différents ministères. Il avait assisté à certaines des opérations de cette milice formée à la lutte des arts occultes. Il ne voulait pas avoir affaire à l’un d’eux.

L’homme en uniforme se mit à accélérer. Ses yeux fixaient droit devant lui, et semblaient luire. Non, il luisaient véritablement. Ils perçaient la nuit. Il se rapprocha du vieux notable et tendit le bras pour se saisir de lui. Ses pupilles le fixaient toujours alors qu’il se mettait à clamer :

« La Gendastrerie vous a déclaré coupable d’une tentative d’assassinat par le biais d’un arme anormale. Rendez-vous sur-le-champ ! »

Le vieillard puisa dans ses dernières forces, et continua sa fuite plus vite qu’il ne l’avait jamais fait. Sa couardise le sauvait, une dernière fois peut-être. L’officier lui frôla la manche, et le vit partir au-delà de la sortie du passage. Il se stoppa. Il voulait finalement laisser le fuyard courir, pour l’embourber dans sa propre peur.

Le vieil homme ne comprenait pas pourquoi on le laissait partir, et il ne voulait pas savoir. Il voulait juste fuir. Il entendit encore un fois le gendastre :

« Fuis tant que tu peux… »

Il ne voulait rien écouter. Il s’enfonça dans les ruelles parisiennes à toute allure.

« … Eugène de Rastignac ! »

Après plusieurs minutes de course acharnée, il s’arrêta pour tomber à genoux au milieu d’une avenue du XIème arrondissement. Son ouïe n’avait pas failli, c’était certain. L’homme connaissait son nom. Il savait certainement qu’il avait été ministre, pair de France et un grand amateur de la vie mondaine de jadis. Il savait aussi qu’il avait tenter de tuer la dénommée Thérèse Raquin. Et il savait donc que lui, Rastignac, possédait une arme considérée « anormale » par les hommes de l’ombre de l’Empire. Il était très certainement déjà piégé.

Il repensa à l’altercation qu’il venait d’avoir. Il avait pu, le temps d’une seconde, apercevoir de près le visage du gendastre. Ses caractéristiques étaient encore fraiches dans son esprit ; il était persuadé de l’avoir déjà croisé. Il ne savait pas où. C’était encore une étrangeté qu’il ne comprenait pas, excepté que cette fois-ci, il ne pouvait pas accorder d’importance à ce genre de pensées. Il lui fallait fuir plus loin, fuir la capitale, fuir Paris.

C'est lorsqu’il se releva pour entamer la recherche d’une cache qu'une terrifiante révélation le frappa dans tout son être.


Il y a plus de trente ans, lorsqu’il était dans une des périodes les plus sombres de sa vie, il était allé visiter plusieurs fois la morgue. Il avait alors l’envie désespérée et perverse de se choquer plus que de raison. Un après-midi, il y avait vu un homme repêché de la Seine qui s'y était jeté pour mourir. Il avait le même visage que l’officier. Les rides du visage n’étaient pas aussi fréquentes, et les yeux étaient fermés, mais ce ne pouvait être que le même. Le noyé avait son nom disposé sur un petit écriteau devant lui. Rastignac s’en souvenait. L’encre bavait sur le papier, et elle disait : « JAVERT ».

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License