Menace de joie
@import url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/station-font.css);
 
/*
    Third Law Canon Theme
    [2016 Wikidot Theme]
    Created by GreenWolf, with technical assistance from Randomini and aesthetic assistance from Dr Kens and tawny.
    Based on SCP Sigma 9 Theme created by Aelanna and Dr Devan.
    The Station font was created by Nick Matavka and is licensed under the SIL Open Font License.
    The Prometheus Labs/Third Law Flame Logo was created by GreenWolf and is licensed under CC-BY-SA 3.0.
     Revised by stormbreath.
*/
 
:root {
    /* 2 Header */
    --ct_bg_header-image: url('http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/body_bg_7.png');
    --ct_bg_header-logo: url('http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3law/PL_3Law_Logo_2.png');
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: #222e59;
    --ct_col_rate-secondary: #404d7e;
    --ct_col_rate-cancel: #e9ebf0;
    --ct_col_rate-link-hover: #c1bccd;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px #312259;
}
 
/* COMMON */
h1, #page-title {
    color: #315B7D;
}
 
#page-title {
    border-color: #315B7D;
}
 
/* links */
a {
    color: #4682B4;
}
 
a.newpage {
    color: #86bbd8;
}
 
a:visited {
    color: #054a91;
}
 
body {
    background-color: #E3E7EA;
    color: #000000;
}
 
/* HEADER */
#search-top-box-input {
    border: solid 1px #0c1121;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
}
 
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    border: solid 1px #bfc3d4;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #404d7e;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit] {
    border: solid 1px #0c1121;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
    background: linear-gradient(to bottom, #263464,#1e284e);
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    border: solid 1px #bfc3d4;
    color: #e9ebf0;
    background-color: #222e59;
    background: linear-gradient(to bottom, #1e284e,#263464);
}
 
#login-status {
    color: #e9ebf0;
}
 
#login-status a {
    color: #e9ebf0;
}
 
#login-status ul a {
    color: #4057a7;
}
 
#account-topbutton {
    background: #CCCCCC;
    color: #4057a7;
}
 
#header h1 a {
    color: transparent;
    font-family: 'stationmedium', Arial, sans-serif;
    font-size: 180%;
    text-shadow: none;
}
 
#header h1 a::before {
    content: "Troisieme Loi ";
    color: #e9ebf0;
    text-shadow: 3px 3px 5px #000000;
}
 
#header h2 span {
    color: transparent;
    text-shadow: none;
}
 
#header h2 span::before {
    content: 'Scientia potentia est ';
    color: #F1F1F1;
    font-style: italic;
    text-shadow: 1px 1px 1px rgba(0,0,0,.8);
}
 
/* TOP MENU */
#top-bar a {
    color: #e9ebf0;
}
 
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px #4B4194;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #E3E7EA;
    color: #4682B4;
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top: 1px solid #6A7194;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #E2E4E7;
}
 
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #4682B4;
}
 
/* SIDE-MENU */
 
#side-bar a:visited {
   color: #4682B4;
}
 
.side-block .menu-item > .image {
    filter: hue-rotate(210deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(210deg);
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px solid #315B7D;
    background: #E2E4E7;
    box-shadow: none;
}
 
#side-bar .side-block.media,
#side-bar .side-block.resources {
    background: #E2E4E7;
}
 
.scpnet-interwiki-frame {
     filter: hue-rotate(200deg) saturate(180%) brightness(90%) opacity(75%)
}
 
#side-bar .heading {
    color: #315B7D;
    border-bottom: solid 1px #315B7D;
}
 
#side-bar div.menu-item.inactive a {
    color: #315B7D;
}
#side-bar div.menu-item .sub-text {
    font-size: 80%;
    color: #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link {
    border-bottom: solid 1px #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link .collapsible-block-link {
    color: #315B7D;
}
 
#side-bar .collapsible-block-unfolded-link .collapsible-block-link:hover {
    color: #4682B4;
}
 
/* YUI-TABS */
.yui-navset .yui-content{
    background-color: #E2E4E7;
    padding-left: 2em;
    padding-right: 2em;
}
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav a {
    background-color: #36648B;
}
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus, /* no focus effect for selected */
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover { /* no hover effect for selected */
    background: #36648B; /* selected tab background */
    color: #eeeeee;
}
.yui-navset .yui-nav a:hover,
.yui-navset .yui-nav a:focus {
    background: #bfc3d4;
}
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border-color: #36648B;
}
 
/* FOOTER */
#footer {
    background: #7F7C94;
    color: #C1BCE0;
}
 
#footer a {
    color: #E0E0E0;
}
 
/* SOME NICE BOXES */
div.sexy-box {
    background: #E0E0E0;
    border: 1px solid #C1BCE0;
}
 
div.sexy-box div.image-container img {
    border: 1px solid #E0E0E0;
}
 
.content-panel {
    background-color: #1F1F1F;
    margin: 10px 0 15px;
}
 
.content-panel.standalone {
    background: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-heading {
    color: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-body {
    background: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .panel-footer {
    color: #E0E0E0;
}
.content-panel .panel-footer a {
    color: #E0E0E0;
}
 
.content-panel .content-toc {
    background-color: #E0E0E0;
}
 
/* Standard Image Block */
.scp-image-block {
    border: solid 1px #4B4194;
}
 
.scp-image-block .scp-image-caption {
    background-color: #E0E0E0;
    border-top: solid 1px #4B4194;
}
 
@media (min-width: 767px) {
     #header {
             background-position: 10px 20px;
     }
}
 
@media (max-width: 767px) {
    #side-bar {
        background-color: rgb(54, 100, 139);
    }
}
/*
    Cracked Third Law Theme
    [2018 Wikidot Theme]
    A variant of the Third Law Theme created by TyGently.
    Original theme created by GreenWolf, with technical assistance from Randomini and aesthetic assistance from Dr Kens and tawny.
    Based on SCP Sigma 9 Theme created by Aelanna and Dr Devan.
    The Station font was created by Nick Matavka and is licensed under the SIL Open Font License.
    The Prometheus Labs/Third Law Flame Logo was created by GreenWolf and is licensed under CC-BY-SA 3.0.
     Revised by stormbreath.
*/
 
:root {
    /* 2 Header */
    --ct_cnt_alt-slogan-txt: "QUELQUE CHOSE NE VA PAS...";
    --ct_bg_header-image: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3lawcracked/body_bg_cracked.png);
    --ct_bg_header-logo: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3A3lawcracked/crackedbase.gif);
    --ct_fns_alt-slogan-txt: 13.4px;
    --ct_fns_slogan-txt: 0;
}
notation: 0+x
blank.png

« Entracte ||


Quand l'apocalypse arrive, il a tendance à y avoir trois types de personnes.

D'abord, il y a ceux qui s'étaient préparés pour elle durant toute leur vie. Ils scrutent le paysage désolé et détruit, murmurent quelque chose pour se féliciter, puis battent en retraite dans leurs bunkers méticuleusement conçus remplis de tous les haricots en conserve qu'ils pourront manger.

Ensuite, il y a ceux qui s'étaient préparés pour elle durant toute leur vie. Ils scrutent le paysage désolé et détruit, sautent de joie, et puis endossent leur équipement de bondage et chevauchent leur moto diesel pour déverser un peu d'enfer sur Terre.

Enfin, il y a les personnes comme Casey, assises dans le noir total avec une lampe-torche morte.

"Hum," chuchota-t-il. "Elle s'est encore éteinte."

"Ouais, je peux voir ça." Quelqu'un claqua des doigts, et ces doigts prirent feu. La douce lumière illumina le visage d'Adam Rowe. "Est-ce que c'est les piles ?"

"Je suppose que c'est les piles, ouais." Casey s'agenouilla sur le trottoir. Sa genouillère de fortune écrasa un morceau de verre contre l'asphalte, et il gémit. Il bidouilla le boitier des piles jusqu'à ce qu'il s'ouvre, puis l'examina à la lumière digitale. Les piles étaient arrangées correctement. Bien entendu, si elles ne l'avaient pas été, la torche n'aurait pas fonctionné au départ, donc Casey ne savait pas exactement ce qu'il espérait accomplir en effectuant cette autopsie.

Une main s'abattit sur son épaule. Vera Garcia était derrière lui, baissant le regard sur la lampe-torche. "Tu vois quelque chose d'intéressant ?" gazouilla-t-elle.

Casey secoua la tête. "Non. Juste des piles mortes. Pourquoi est-ce qu'Eustace n'a pas une de ces torches à manivelle de toute façon ?"

Adam s'accroupit devant Casey, faisant officiellement de cet instant un conciliabule. "Est-ce que mon père a l'air d'être quelqu'un qui possède une torche à manivelle ?"

Casey haussa un sourcil. "Est-ce que c'est une catégorie distincte ?"

"Je l'avais classé dedans," lança Vera. "D'après mon expérience, il y a trois types de-"

Bip, bip, bip. Des alarmes monotones interrompirent le bourgeonnement de la perle de sagesse de Vera. Adam tâtonna à la recherche de sa radio de ceinture avec son bras blessé, puis la tint en l'air entre ses doigts non-enflammés.

Le petit haut-parleur émit une voix. "Attention, à tous les résidents de Trois Portlands. Ceci est une diffusion d'urgence, de l'Agent Spécial Robin Thorne, de l'Unité des Incidents Inhabituels du bureau de Trois Portlands."

Adam leva les yeux au ciel. La radio poursuivit, imperturbée. "Tous ceux en ayant la possibilité doivent se rendre au centre-ville. Une zone de refuge a été établie sur la Trois Portlands Plaza. Nous avons de la nourriture, un abri, de l'eau et l'armement pour vous protéger des pillards et des animaux sauvages. La périphérie de la ville n'est pas sûre."

Il fut cruellement rappelé à Casey quelle était sa place dans le monde. Pas seulement métaphoriquement, mais aussi littéralement : agenouillé au sol dans une rue noire, complètement ignorant de ce qui pourrait rôder à l'extérieur du modeste rayon du cercle de lumière digitale, et protégé uniquement par l'équipement de protection de roller récupéré dans les décombres. Il frissonna.

Thorne omit aussi de faire un commentaire là-dessus. "De plus, nous avons reçu des rapports sur des perturbations temporelles, je relève l'heure actuelle : 10h30 heure de Trois Portlands, 30 août 2024. Thorne, terminé."

Adam hocha la tête alors que la radio recommençait à ne faire entendre que des parasites. "Je suis content qu'ils aient spécifié que c'était Trois Portlands. Je commençais à craindre qu'on soit à Cleveland. Alors là ça aurait valu une diffusion."

Casey fit la moue. "Est-ce que les points sont si nuls ?"

Adam leva les bras au ciel du mieux qu'il le put avec l'un en écharpe et l'autre en feu. "Ce ne sont pas des points ! C'est toujours la même chose ! En trois semaines ils ont à peine changé les termes !"

"Eh bien, ils indiquent aussi l'heure à présent."

"Super ! Ça va sauver toutes les personnes qui ont perdu leurs montres quand la ville a implosé."

"Je ne voudrais pas intervenir," intervint Vera, "mais le ciel semble revenir."

Adam souffla sa flamme digitale, mais resta visible. L'obscurité se levait au moins.

La lumière revint dans Trois Portlands à la manière dont elle revient dans une salle de cinéma une fois que le générique de fin s'est achevé : timidement, comme si elle était embarrassée par la dévastation recouverte de popcorn qu'elle était devenue au cours du film.

La quasi-totalité de la courbure en forme de bol de Trois Portlands était visible. Les rues auparavant presque concentriques qui marquaient les anneaux de la ville étaient déformés ; de grandes incohérences entre les routes parcouraient la ville comme du tissus cicatriciel. Des quartiers entiers étaient obscurcis par du brouillard framboise, ponctué par des étincelles d'incendies. Les arrondissements visibles n'avaient pas mieux résisté, leurs allées jalonnées de bâtiments renversés et de pavés arrachés. Le ciel tourbillonnant clignotait en rouge et en violet. Un condominium qui flottait loin au-dessus de leur tête était pris dans un courant et tournoyait paresseusement.

Adam secoua la tête. "Je vous jure, ça empire à chaque fois que je la regarde."

"Probablement parce que ça empire," expliqua Vera.

Casey jeta un coup d'œil aux alentours. Les galeries d'art bombardées qui les encadraient semblaient abandonnées, pour l'instant. "Est-ce qu'on peut faire nos repérages, s'il vous plaît ? Avant qu'il fasse nuit à nouveau."

"Bonne idée." Vera fouilla la sac qui pendait à son épaule. Elle en sortit une brochure pliée qu'elle déplia en une carte grossièrement octogonale. Elle la tint devant son visage un instant, puis jeta un œil par-dessus pour scruter le paysage urbain qui s'étendait devant eux.

"Ça," dit-elle, indiquant quelque chose au loin, "c'est le Quartier des Docks, correct ?"

Le quartier était diamétralement opposé au groupe mais était toujours visible. Les canaux secs qui délimitaient la zone étaient remplis de brume blanche brillante et étaient encore plus larges que la dernière fois qu'ils avaient entraperçu ce lieu. Encore plus de crevasses jaillissaient des ornières, d'innombrables fractures capillaires dans les fondations de la ville.

Vera parcourut la carte avec son doigt, du quartier des Docks jusqu'à la Trois Portlands Plaza. La place était à peine visible sous un nuage de fumée qui s'attardait suite au feu qui l'avait pratiquement consumée il y avait presque trois semaines. Si on plissait les yeux, on pouvait à peine distinguer les regroupements de tentes qui étaient apparus autour d'elle. Au moins quelques personnes prêtaient attention à l'avertissement du FBI en exil. Quelques personnes.

Ayant fermement pris ses repères, Vera extrapola leur destination prévue. "Alors, on devrait seulement avoir besoin de traverser deux quartiers en direction du centre et environ 30 degrés dans le sens des aiguilles d'une montre, grosso modo, pour atteindre le bâtiment. En supposant qu'il ne s'est pas déplacé depuis la dernière fois qu'on l'a vu.

Casey regarda par-dessus son épaule. "On y sera en combien de temps du coup ?"

Elle haussa les épaules. "Si les rues devant nous sont aussi mauvaises que celles derrière nous, ça pourrait prendre quelques heures."

Casey soupira et remit sa lampe-torche dans sa ceinture. "On marche depuis deux jours. On peut gérer quelques heures de plus."

Le trio se mit en route et descendit la colline.


Deux jours et quelques kilomètres plus tôt, ils étaient rassemblés dans la cuisine d'Eustace Rowe.

Un gargouillement trainant emplissait la salle encombrée faiblement éclairée. Il monta en puissance jusqu'à devenir un hurlement frustré.

Eustace jeta son casque au travers de la pièce. Le dôme d'acier se dirigea vers la table, s'arrêtant en plein vol au dernier moment. Il lévita sur place au-dessus du comptoir de la cuisine, reposant sur les tubes qui le connectaient au superordinateur organique tapis dans le coin comme un distributeur automatique abandonné.

Une grimace tordit le visage ridé de l'homme. "Bon sang," maugréa-t-il. "Ça ne fonctionne pas."

Il y eut une pause. De là où il était assis à la table Casey prit la parole. "L'ordinateur cérébral flippant ne fonctionne pas ?"

Eustace secoua la tête. "Hevel devrait bien fonctionner. Je l'ai nourri uniquement avec la meilleure viande. Il devrait pouvoir ouvrir une Voie avec ses ventricules fermés." Il fit les cent pas en carré dans la pièce.

Casey leva la main. "Est-ce qu'on pourrait ne pas anthropomorphiser l'ordinateur organique ?"

Vera leva les yeux du couteau qu'elle aiguisait nonchalamment contre le comptoir. "Je dois reconnaître être d'accord avec Casey sur ce coup."

Eustace ricana. "Oh, je parie que c'était dur pour toi."

La pièce se calma un moment. Vera loucha vers lui, et il soupira. "Désolé, désolé. Contre-productif. C'est juste tellement frustrant." Il s'assit à la table et enfouit sa tête entre ses mains.

Vera haussa un sourcil vers Casey, qui haussa les épaules. Eustace se leva à nouveau du siège. "Le Maire est mort. Ça fait à peine trois semaines, et la moitié de la ville est déjà en ruines. Et le meilleur sorcier de Trois Portlands-" il ponctua chaque mot en frappant la table avec ses poings "-ne peut même pas ouvrir une Voie pour s'enfuir."

Casey jeta un coup d'œil dans la cuisine, à la recherche d'une solution enfouie sous une pile de vaisselle. "Eh bien, où est-ce que ça ne passe pas ?"

"Le Maire maintenait Trois Portlands ancrée aux Ancêtres Portlands sur Terre," expliqua Eustace. "Sans les connexions, nous sommes à la dérive. Toute Voie conventionnelle doit combler la distance qui augmente toujours, ce que j'ai fait facilement. Mais une fois que le tunnel arrive sur Terre, il ne trouve pas preneur. Quelque chose me bloque. Empêchant quiconque de s'enfuir de Trois Portlands."

Adam fronça les sourcils. "Celui qui est derrière tout ça veut s'assurer qu'il n'y a aucun survivant, et il a la technologie pour garantir que nous coulions tous avec le navire."

Eustace poursuivit. "J'ai juste besoin de quelque chose capable de pénétrer la barrière. Comme une-" Il s'arrêta et et releva la tête, les yeux brillant d'une nouvelle clarté. "Comme une foreuse. J'ai peut-être une idée." Il se mit debout et leva les bras devant lui. Des étincelles bleues et violettes coulèrent du bout de ses doigts, s'unissant en une image d'une roue à rayon — un modèle réduit de Trois Portlands.

"J'ai surveillé cette ville depuis la mort du Maire. Gardé l'œil ouvert sur les activités magiques associées aux Voies et à la téléportation entre autres. Normalement il y a trop de choses en cours pour avoir une image claire. Maintenant que tout le monde est en train de mourir, les données sont beaucoup plus faciles à décrypter." Des éclats lumineux décalés éclairaient plusieurs parties de la carte. "La majorité de l'activité se déroule en rafales discrètes. Probablement des sorciers qui se défendent ou qui pillent des cavistes. Vous pigez."

"Ce sont les deux activités des sorciers," intervint Vera.

Eustace la railla avant de continuer. "Ce motif a été relativement constant, avec une exception. C'est cet endroit dans la ville qui a émis des relevés constants de faible niveaux, le genre qui pourrait représenter une Voie qui fait courir des câbles internet jusqu'à la Terre. Mais au contraire de tous les autres réseaux de câbles de Trois Portlands, il fonctionne toujours." Un unique plier de lumière bondit, à proximité du centre de la roue et à peu près à quantre-vingt-dix degrés dans le sens inverse des aiguilles d'une montre de la maison d'Eustace.

Il pointa le pilier lumineux du doigt. "C'est le siège de Oneiroi Incorporated. Je ne sais pas ce qu'ils foutent là-bas, mais ils sont toujours en ligne, et s'ils peuvent garder un trou d'épingle sortant de Portlands… eh bien, si on prend leur tech, la greffe à Hevel, et la met sous le contrôle d'un puissant sorcier, on pourrait avoir une chance d'ouvrir un portail pour partir d'ici."

Casey acquiesça, lentement. "Tout de même, comment est-ce qu'on est supposés rapporter leur tech ?"

"Vous n'en avez pas besoin," sourit Eustace. "Si l'ouvreur de voie de Vera fonctionne toujours, tout ce que vous avez à faire c'est le trouver et presser la détente. Je peux vous téléporter tous ici et m'occuper du reste. Facilement."

Adam fit la moue. "C'est un long périple à faire à pied, en particulier maintenant. Une fois qu'on y est, comment est-ce qu'on pourrait rentrer dans le bâtiment ? Si leur câble interdimensionnel est toujours debout, les systèmes de sécurité le sont probablement aussi."

Eustace haussa les épaules. "Peut-être que vous rencontrerez un employé serviable. Ou quelqu'un que vous connaissez sera là-bas."

Adam loucha vers lui. "Papa, est-ce que ce plan repose sur la bonté innée d'inconnus au hasard pour nous sauver la vie à tous ?"

Le vieil homme leva les mains au ciel. "Je ne sais pas, okay ? Je ne peux pas te le dire. Nous sommes trop loin des rails maintenant." Il fronça les sourcils et baissa les yeux sur ses mains ridées, croisées sur la table. "Je sais que tu avais raison l'autre fois. Au sujet du Maire en danger, et tout ça. Et je sais que peut-être, si j'avais écouté, si on avait agi plus tôt, le Maire aurait pu être sauvé. Et on ne serait pas dans ce pétrin. Mais je ne l'ai pas fait, et on y est. Donc je fais du mieux que je peux. Et je suppose que ce devrait être suffisant."

"Ouais," dit Casey, serrant la doublure de sa veste jusqu'à ce que ses articulations blanchissent. "Je suppose que oui."


"Attends, papa ne sait toujours pas ?"

Adam s'assit sur une prote dégondée, à présent à moitié encastrée dans l'asphalte en partie fondu de l'intersection. Dans sa bonne main, il avait un sandwich au fromage. Ils avaient au départ acheté quelques fruits en conserve pour le moral, mais après deux jours sur la route les conserves avaient rouillé brutalement, laissant seulement une bouillie de fruits et de rouille qui avaient taché profondément le sac de sport de Vera. Heureusement, elle avait insisté pour apporter des sandwich de secours.

Casey mâchonna son repas mollement, se posant contre le châssis d'un tramway accidenté qui bloquait la moitié de la ville. "Il n'y avait pas vraiment de bon moment pour le lui dire. Je ne pouvais pas venir et dire, 'Hey, il s'avère que la conspiration voulait qu'on essaie d'avertir le Maire, et il s'avère que nous avons effectivement laissé les assassins rentrer. Donc c'est effectivement entièrement notre faute. Oups.'"

Adam secoua la tête, postillonnant une bouchée de pain bagnat. "Pas entièrement notre faute." Il avala. "On ne peut pas battre notre coulpe pour n'avoir pas prédit le futur. On ne peut pas se cacher des choses les uns aux autres non plus."

Casey cracha une une bouchée sur le trottoir spongieux. "Je ne sais pas ce qu'il fera s'il le découvrait. Pour l'instant, pour la toute première fois, il est véritablement gentil avec moi — ou au moins, il essaie. Je ne l'ai jamais vu essayer avant."

Adam fronça les sourcils. "Parce qu'il croit que c'est sa faute. On ne peut pas jouer à la roulette coupable."

Il y eut un bruit métallique sourd. Vera sortit d'elle-même le long du côté du tramway, attrapant une paire de jumelles sur ses genoux. Ses jambes pendaient à côté de la tête de Casey. "En travaillant pour le Directoire K, j'ai vu beaucoup de secrets. Plus longtemps on les garde, plus dangereux ils sont quand ils sortent. Maintenir le mensonge est une bonne idée uniquement si vous le révélez quand la cible est la plus vulnérable, la distrayant alors que vous enfoncez le couteau entre ses côtes." Elle fit un mouvement de poignardage dans les airs, puis se figea et baissa lentement les mains. "Mais cela ne s'applique probablement pas dans le cas présent."

Casey acquiesça. "Je l'espère." Il dissimula les restes de son sandwich.

Adam attrapa la main de Casey et la serra. "Je sais que tu as traversé beaucoup de choses. Comme nous tous. Si je pouvais juste prétendre que je n'avais rien à voir avec ce qui est arrivé, je le ferais. Mais parfois exposer les choses à la lumière est la seule façon de-"

Un vrombissement bruyant brisa le silence. Il se réverbéra contre les bâtiments, résonnant dans la rue derrière eux. Adam gémit. "Argh, j'allais quelque part avec ça."

Casey lâcha sa main. "Est-ce que ce sont des moteurs ?"

Vera porta ses jumelles à son visage, scrutant directement la rue perpendiculaire. "On dirait des motos."

Adam grimaça. "Pas un bon signe. On devrait se cacher." Il grimpa sur la partie avant du tramway accidenté, se glissa sous les rampes, et se tapit à l'intérieur, où le toit s'était suffisamment déformé pour révéler de quoi voir. Il chuchota : "Vera ?"

Il y eut une série de bruits sourds au-dessus d'eux. Vera bascula le long d'une vitre retournée et s'accroupit face à eux deux. Elle réajusta le sac de sport qu'elle portait en bandoulière dans son dos.

Adam hocha la tête. "On reste là." Il se retourna et observa par la fêlure irrégulière dans le métal.

C'était des motos, en effet. Deux motards desendaient la rue en trombe. D'après ce qu'il pouvait dire, c'était un homme et une femme, chacun équipé d'une veste pastel moche qui les protégeait plus des compliments que de la terre ou des blessures. Leurs mobylettes étaient ornées de sacs et d'accessoires, des modifications automobiles grossières qui étaient manifestement artisanales.

Ils s'arrêtèrent en dérapant, encadrant le tramway sur leurs motos trafiquées. La femme cria, "D'où est-ce que le signal vient, Davis ?"

L'homme dégingandé attrapa un petit appareil brillant à sa ceinture. "Ça devrait être ici. À moins que ce truc fasse des caprices, ce que je ne vais pas exclure tout de suite." La moto de Davis ponctua son affirmation d'un toussotement crépitant et d'un écoulement de gaz d'échappement vert. "Ach, merde." Il descendit, et la moto tomba à ses côtés.

L'imposante femme croisa les bras, dépitée. "Arrête de glander et fouille la zone. S'il n'y a rien à choper ici, ce sera pour ton cul."

Davis rattacha l'appareil à sa ceinture, puis récupéra un petit pistolet dans sa poche. "Ouais, ouais. Je parie qu'il y a au moins deux traînards ici, peut-être plus." Il haussa graduellement le ton. "Et si vous pouvez m'entendre, sachez que ce sera bien plus facile si vous sortez simplement ! Pour nous tous. Surtout pour moi, hein." Il laissa sa moto derrière lui et se dirigea vers l'intersection, le pistolet brandi. Il était hors de vue d'Adam à présent.

Un moment plus tard, il commença à caqueter. "J'ai quelque chose ! Un sac à dos. J'ai quelques cadeaux aussi." Il revint dans le champ de vision et le passa à la femme, qui commença à le fouiller.

Le sang d'Adam se figea. Il avait laissé son sac à dos au sol. L'ouvreur de voie était à l'intérieur. Et maintenant ils l'avaient.

Des brins de possibilités traversèrent l'esprit d'Adam. Deux personnes, au moins une armée. Il aurait l'élément de surprise, mais ce ne serait pas une victoire facile. Surtout avec cette blessure béante à son bras qui le ralentissait. Non, il valait mieux partir sur autre chose. Une illusion gênante. Quelque chose de subtil.

C'était parfait. Son père avait dit une fois à Adam qu'il excellait dans la magie subtile. En contexte ç'avait été un sarcasme cruel, mais ce n'était pas le moment de s'inquiéter pour de tels détails techniques.

Il écarta de tels préoccupations bénignes de son esprit et écarta d'un clignement d'œil le feu et la fumée qui recouvraient Trois Portlands. Le monde physique lui était perdu, mais le monde spirituel vint à la vie. L'éclat du domaine lui piqua les yeux, et il broncha. L'air grouillait activement d'esprits, pétillant d'une densité de mort plus grande qu'Adam n'avait jamais observé. Ils étaient récents. De nouveaux ajouts. Ils tremblaient de l'histoire traumatique des dernières semaines de la ville effondrée. Comme les vivants, ils étaient piégés dans Trois Portlands, incapables d'atteindre leur paix finale en-dehors de la dimension de poche orpheline.

Leur pouvoir suinta dans Adam, et il frissonna. Il ne s'attendait pas à un tel déversement brut d'énergie. De telles effusions sont rarement subtiles, et un râle inopportun pourrait dévoiler la position du trio. La blessure de son bras rougeoya intensément et la peau l'entourant se dessécha. C'était trop à utiliser, trop demander même.

Adam serra les dents. Les innombrables morts essayaient de forcer le passage dans lui, imprégner son esprit et utiliser sa voix comme la leur. Il serra les yeux mais cela ne fit rien pour freiner l'assaut aveuglant. Il était en train de griller vivant, à un instant de mettre le feu aux alentours.

Il sentit des mains saisir fermement ses épaules. Il força ses yeux à s'ouvrir, et il trouva Casey, fixant silencieusement Adam, l'implorant de redescendre. Cela lui donna quelque chose sur lequel se concentrer. Adam inspira profondément. L'énergie quitta son corps comme de la vapeur surchauffée, le laissant frissonnant mais paisible. Les motards dehors n'étaient pas les plus sages pour son plan avorté.

Bip, bip, bip. Adam écarquilla les yeux. La voix de l'Agent Spécial Thorne retentit depuis sa radio de ceinture. "Attention, à tous les résidents de Trois Portlands—"

Il l'arracha de son clip et la jeta contre le mur, où elle explosa en éclats silencieux.

"Hrh ?" Davis tourna son attention des bâtiments à moitié effondrés vers le tramway. Il arma son pistolet ostensiblement.

La femme sourit. "Faisons ça simplement. Sortez et ceci pourrait se faire véritablement à l'amiable."

Avant que Davis n'ait pu faire un autre pas, une sirène retentit, et il couvrit ses oreilles. Une voix tonitruante distordue suivit.

"INTRUS DÉTECTÉ. VOUS ÊTES SUR UNE PROPRIÉTÉ PRIVÉE. SI VOUS N'ÉVACUEZ PAS LES LIEUX DANS QUINZE SECONDES, DES DRONES MERLIN ARMÉS SERONT DÉPLOYÉS."

Les pilleurs se figèrent. "Oh non," murmura l'homme. "J'dois avoir trébuché sur un système de sécurité automatique. Aller, aide-moi-"

La femme avait déjà fait demi-tour sur sa moto et accéléré. Davis cria, "Oh, aller !" Il commença à courir, mais son pied se coinça sur la mobylette retournée, et il tomba à terre, envoyant son pistolet rebondir sur le trottoir. Il n'y prêta aucune attention en se remettant sur pieds et courut derrière sa partenaire qui s'enfuyait.

Adam, Vera et Casey se regardèrent les uns les autres en silence.

Une autre voix, plus douce, les appela. "Okay, vous pouvez sortir maintenant."

Casey passa sa tête à l'extérieur de leur cachette. Une femme en jogging sale se trouvait au milieu de la rue, tenant un mégaphone dans une main et un sac dans l'autre. Son œil gauche était recouvert d'un gros cache-œil noir. "Plutôt convaincant, pas vrai ?"

Casey haussa un sourcil. Il se leva, attrapant la main d'Adam pour mettre l'homme tremblant sur ses pieds derrière lui. Alors que Vera se glissait à côté d'eux, un reflet de métal attira son regard. Le pistolet abandonné de Davis reposait juste là sur la route.

Ça ferait l'affaire. Elle s'agenouilla, regarda des deux côtés, remit la sécurité, puis glissa le pistolet dans son sac de sport.

La femme borgne remit le mégaphone dans son propre sac, puis lança au trio un salut moqueur. "Mon nom est Darcy. Darcy Dale. Vous pouvez m'appeler deus ex machina." Elle marqua une pause. "C'était une blague. Ne m'appelez pas comme ça s'il vous plaît."

"Je suis Casey Malik."

"Adam Rowe."

"Je suis Vera K. Garcia, et c'est un plaisir de faire votre connaissance."

Darcy s'inclina devant chacun d'eux en retour. "Que représente le K ?"

Vera inclina la tête. "Quelle drôle de question."

"Oh, bien sûr," dit Darcy. "Je demanderai quand nous serons à l'intérieur. Suivez-moi." Elle avait déjà commencé à s'éloigner de l'intersection.

"Attendez, attendez," l'appela Casey. "À l'intérieur de quoi ?"

Elle jeta un coup d'œil par-dessus son épaule. "Oneiroi Incorporated. Je travaille là-bas."

Adam se massa les temps. "Bordel."


De l'autre côté des voies du tramway et derrière un pousse-pousse rouillé se trouvait une grille d'acier noir et de verre bleu, un building anguleux qui se remarquait comme le nez au milieu de la figure dans ce qu'offrait le quartier décrépit mais rustique. Dans le bâtiment se trouvait le nexus de l'altération de la mémoire, la chirurgie psychique, et la thérapie onirique qu'était le QG d'Oneiroi Incorporated à Trois Portlands. Malgré tout ce qui s'était passé, il avait l'air indemne. Le signe géant flottant à l'avant brillait toujours :

OneiroiBanner_FR.png

"C'est donc ça." soupira Adam. "On y est enfin."

"Ouaip," répondit Darcy. "Laissez-moi vous montrer l'intérieur." Les portes d'entrée s'ouvrirent à leur approche, et se fermèrent hermétiquement derrière eux. La première chose qu'ils remarquèrent fut l'air : frais et sec, contrastant violemment avec l'extérieur étouffant. C'était comme si rien ne s'était passé. Le hall faiblement éclairé était moderne et raffiné, avec des bancs d'attente devant des foyers électriques froids — et un long bureau d'accueil avec des comptoirs de marbre iridescent entourant le mur noir. Il n'y avait aucun autre être vivant à portée de vue.

Darcy ne ralentit pas. Elle déverrouilla une porte subtilement encastrée derrière le bureau. "Ne vous éloignez pas." Ils obtempérèrent. La porte révéla un long couloir de maintenance. Des tuyaux de maintenance serpentaient dans tous les sens sur le plafond. Le couloir se ramifiait régulièrement, mais Darcy savait où elle allait.

Adam tira la manche de Casey. "Casey," chuchota-t-il, "Ils ont pris l'ouvreur de voie. Il était dans mon sac. Qu'est-ce qu'on va faire ?"

Casey déglutit et hocha la tête. "On continue. On la joue cool. On verra plus tard."

"Mais qu'est-ce qui va se passer quand on arrivera à l'équipement et qu'on ne pourra pas ouvrir de portail ?"

Casey fronça les sourcils. "Je ne sais pas. Mais pour l'instant la seule alternative est de nous morfondre pour un moment au lieu de faire quelque chose de productif, et j'ai personnellement suffisamment fait ça." Il examina la silhouette fatiguée et douloureuse de son petit ami et fronça les sourcils. "Ne t'occupe pas de ça s'il te plaît. Tu es surchargé. Laisse-moi m'occuper de tout pour un moment."

Adam grimaça. "Okay," acquiesça-t-il.

Plus haut, Vera tenta de bavarder. "Qu'est-ce que vous faites ici, Darcy ?"

"Je suis une technicienne," répondit-elle, sans regarder en arrière. "En gros, il me payent pour faire en sorte que les tuyaux soient intacts, et que tout va là où ça doit aller."

"Qu'est-ce qu'il y a dans les tuyaux ?" Vera tendit le cou pour mieux observer les tubes qui s'entrecroisaient.

"Oh, on n'a pas la permission de le savoir. Probablement quelque chose de flippant." Darcy se retourna pour lui faire face, marchant à reculons à présent. "Oneiroi a toujours été un chouïa excentrique, tu sais ?"

"Des tubes de fluides inconnus sonnent vraiment comme une marque d'excentricité."

Elle sourit chaleureusement. "T'as tout compris. La majorité de l'installation de fonctionne d'elle-même, en roue libre complète, donc on avait une équipe réduite, au sens figuré, quelques semaines avant l'apocalypse. Maintenant c'est juste moi et mes amis ici. Ces rapaces ont pillé les parages pendant des jours, mais ils ne peuvent pas rentrer ici."

Casey suivit son rythme, un regard inquiet sur son visage. "Pourquoi se cacher ici du coup ? Pourquoi ne pas aller au camp au centre-ville ?"

"Oh, je n'irai pas là-bas. Un, la police me recherche pour des raisons complètement bidon. Deux, c'est une ruche là-dedans."

Des questions abondèrent à l'esprit de Casey. "Une ruche de quoi ? D'abeilles ? Et est-ce que tu viens de dire que tu es recherchée par la police ?"

Elle sourit tristement. "C'est une longue histoire, mais j'ai l'impression que tu le sais déjà." Avant que Casey ne puisse lancer une autre salve, la porte d'acier derrière elle s'ouvrit.

Elle menait à une salle de contrôle exigüe aux murs bordés de panneaux scintillants, avec une table en plastique installée au milieu. Autour d'elle se trouvaient deux personnes, un homme et une femme. Le premier était grand et blond, et la seconde portait un chemisier sale et des lunettes cerclées de noir.

L'Agent Troy de L'Insurrection du Chaos et Samantha Romain de Redzone Securité levèrent les yeux vers Adam et Casey, figés dans l'embrasure de la porte.

"Merde." dirent-ils tous les quatre à l'unisson.


Six personnes fatiguées et sales étaient assises autour de la table. Des pages éparpillées recouvraient la surface, détaillant des concepts, de lieux, et des personnes d'intérêt.

Samantha frappa ses main l'une contre l'autre. "Commençons par le commencement. Je pense qu'on peut tous s'accorder sur le fait de laisser le passé au passé. Rien de bon ne sortira de chamailleries sur des petites affaires anciennes."

Adam murmura, "Vous avez essayé de me tuer lors d'un différent commercial."

"On dirait que quelqu'un est en train de construire un barrage pour empêcher l'eau de couler sous les ponts," dit-elle.

"Vous ne pouvez pas faire ça aux métaphores."

Troy intervint. "Je ne ferai pas de chichi. Bon sang, je ne me rappelle même pas pourquoi Casey et moi nous sommes énervés. Parce que après, il a vidé une bouteille d'amnésiants sur ma tronche."

"Comment sais-tu que c'est moi si tu ne peux pas t'en souvenir ?"

"Parce que tu as laissé ton téléphone derrière toi, génie. Tu as bon goût pour les sonneries au passage."

"Oh," Dans toute l'agitation, Casey ne s'était jamais rendu compte qu'il l'avait égaré.

Samantha frappa la table. "La hache de guerre est enterrée vous autres. Elle est enterrée si profondément que vous n'allez jamais la trouver. On passe à autre chose."

Des affirmations furent marmonnées dans toute la pièce.

"Maintenant, c'est l'heure de faire le point. Agent Troy, tu veux bien les intégrer ?"

Il soupira et se dirigea vers le fouillis d'écrans et d'afficheurs. Il tapota l'un jusqu'à ce qu'il se connecte et fasse défiler une carte projetée de Trois Portlands. Un point rouge lumineux apparut au niveau de Oneiroi Inc, et une grosse masse de rouge pulsa à l'intérieur du centre ville. Le reste de la ville était vide. "C'est ce sur quoi je travaille depuis notre petit accrochage. Sans mémoire du dernier jour et la plupart de mes données perdues, j'ai poursuivi mon plan. Le matin suivant, j'ai réussi à intercepter un autre meurtrier contrôlé mentalement à la scène de crime.

Darcy leva sa main timidement. Casey la fixa bouche bée. Il avait plus de questions qu'il ne pouvait prononcer, donc il en posa juste une. "Qu'est-ce qui s'est passé ?"

Elle regarda ses pieds. "Tu sais comment ça se passe. Une seconde tu profites d'une promenade un aprèm, et la seconde d'après, tu frappes un agent de police avec un couteau que tu ne savais même pas posséder. Je me suis cachée dans une benne pendant deux heures avant que Troy ne vienne me repêcher."

Troy acquiesça. "Mademoiselle Dale avait accès à Oneiroi Inc, et par extension à une partie de leur meilleure technologie dans l'industrie prédictive. Les hall byzantins et leur personnel réduit en faisait une cachette parfaite. En utilisant l'imagerie cérébrale de Mademoiselle Dale et un peu d'ingéniosité, j'ai branché ça : un radar de tous les memes à Trois Portlands avec une construction similaire à celle du ver. Une carte des bombes à retardement potentielles dans toute la ville."

Casey fixa la carte à nouveau. "Pourquoi est-ce qu'il y a autant de rouge au centre-ville ?"

"Ce doit être la ruche," expliqua Troy. "C'est au-delà de ce que tous mes modèles auraient pu prédire. Il doit y avoir deux cent personnes infectées rassemblées dans ce camp de réfugiés parmi d'autres survivants, et je doute qu'aucun d'entre eux ne s'en rende compte."

"Mais pourquoi ?"

"Je ne sais pas," admit Troy, "Et je ne veux pas le découvrir. S'ils attendent tous leur détonateur, alors c'est pratiquement une armée qui reste là, attendant d'être activée à tout moment. C'est pourquoi nous sommes là et pas là-bas. Eh bien, ça et l'équipement. Il a été très utile."

Darcy se revigora. "Et c'est comme ça que nous avons rencontré Samantha !"

Samantha afficha un sourire forcé. "Les affaires allaient mal, et mon garde du corps a essayé de me tuer. Inutile de préciser que ce n'est plus mon garde du corps."

Adam ricana vers elle. "Le grand sans yeux ? Maintenant tu sais quel effet ça fait."

Elle soupira. "Oui, oui, je sens une véritable affinité avec toi. Je suis contente qu'on ait pu se rapprocher."

"D'où est-ce qu'il venait de toute façon ? Comment est-ce qu'il s'est fait infecter ? Je suppose que ce n'était pas un employé Redzone ordinaire."

"On avait quelques contractuels extérieurs. Ils fournissaient de la main-d'œuvre, sans poser de question, en échange de notre implication dans certains projets qui les intéressaient particulièrement. Je ne sais pas lesquels exactement. Je ne suis pas haut placée, je suis juste très douée dans mon boulot."

Adam haussa un sourcil. "Des projets spéciaux comme la dimension de poche sur laquelle tu m'as fait enquêter l'année dernière ?"

Elle se moqua. "Ne sois pas si prétentieux. Tout ne tourne pas autour de tes mésaventures de dingue."

Troy leva les yeux de son écran. "Tu as reçu un employé anonyme, et puis il a essayé de te tuer avec le même ver mémétique que ces deux avaient ? Ce contractuel doit venir d'une orga de normalité, Sam. Tout est connecté."

Elle leva les yeux au ciel. "Eh bien, indique moi une orga de normalité qui traite uniquement avec des personnes sans yeux."

Un silence inconfortable recouvrit la pièce.

Samantha parla à nouveau. "Le fait est que ces deux m'ont aidé à m'échapper. Et maintenant je suis ici avec vous autres gens charmants." Ses yeux passèrent sur le trio, puis s'attardèrent sur Vera. "Attends, tu m'as l'air familière."

Casey jeta un coup d'œil à Vera. "Tu traînes beaucoup pour quelqu'un qui n'a jamais été à Trois Portlands auparavant."

Vera haussa les épaules. "J'ai un des ces visages."

"Tu étais en Oregon, à côté du Chipotle," poursuivit Samantha. "Est-ce qu'elle vous a déjà dit qu'elle traînait dans Portland couverte de peinture de bronze, espionnant des gens ?"

Casey haussa les épaules. "Je n'ai eu aucune raison de lui demander de quoi elle était ou n'était pas couverte."

Adam loucha vers Vera. "Est-ce que c'est vrai ?"

"Eh bien, je n'espionnais pas des gens," expliqua Vera. "J'espionnais juste en général. C'était de l'espionnage non-ciblé, un crime sans victime."

"On s'éloigne du sujet," intervint Troy de l'autre côté de la pièce, agacé que personne ne regarde ses gadgets. "Nous faisions de l'analyse de données. Les signaux étaient partout, il y en avait des dizaines, si ce n'est des centaines. Nous avons conclu que la conspiration devait aller jusqu'au sommet. Nous allions contacter le Maire, mais la ville est partie en vrille avant qu'on ait cette chance."

Casey plissa le front. "On a rencontré le Maire. C'était un piège. Les conspirateurs ont utilisé l'ouverture pour monter un assassinat." Dans sa tête quelque chose commença à cliqueter.

L'Agent Troy gémit. "Bien sûr. Dieu sait combien de personnes étaient prêtes à tomber dans ce piège. Des sécurités dans des sécurités. C'était inévitable. Et maintenant nous sommes coincés ici, sans issue à l'horizon."

"Eh bien," interrompit Adam. "Voilà la solution à ce problème."


Le groupe se précipita dans le hall. Darcy fit rouler un chariot à roues bruyant dans le corridor ; Troy agrippa une liasse de feuille sur son torse. Les murs du corridor étaient recouverts de plaques métalliques bizarres et de grappes de câbles. Passé cela, une grande porte de coffre se profilait.

Darcy s'arrêta net sur l'un des murs étranges, et les autres firent de même. "Si un système de ce bâtiment doit résister à une apocalypse, c'est celui-ci. Personne ne rentre là-dedans, pas seulement parce que le protocole de sécurité annihile toute âme qui essaie de le faire."

Samantha sourit. "Redzone Sécurité gardait toujours un œil ouvert sur les autres corpos à grande masse de données, spécialement celles qui sont mystérieuses. Aucune n'est plus mystérieuse qu'Oneiroi Incorporated. Une théorie partagée sur la source de la sauce secrète d'Oneiroi est qu'il s'agit d'une sorte de techno dimensionnelle — forant dans le non-espace conceptuel pour accéder plus facilement aux esprits des gens, sucer leurs mauvais souvenirs, ou en implanter de meilleurs. Je parie que s'il y a une sorte d'équipement dimensionnel lourd dans ce bâtiment, c'est à l'intérieur de ce coffre."

Troy jeta un coup d'œil à Adam. "Tu as dit que t'as trouvé une Voie venant d'ici, c'est ça ?"

Il secoua la tête. "Pas moi exactement. C'est Eustace Rowe qui l'a trouvée. Elle pourrait nécessiter quelques modifications, mais si on peut la lui apporter, il semble confiant."

"Eustace Rowe," répéta Troy lentement. "Le reclus ?" Il feuilleta ses papiers.

"Lui même. Et malheureusement, mon père," dit Adam. "Que tout le monde recule." Ils obtempérèrent. Casey se tenait derrière lui, le regardant l'air très inquiet.

Adam libéra son bras blessé de l'écharpe, qu'il laissa tomber au sol. L'entaille rouge énervée sur son avant-bras donnait l'impression d'avoir été faite à peine quelques jours auparavant, pas des semaines. Il plia le bras, et elle crépita d'énergie douloureuse.

Les morts de Trois Portlands étaient partout si on savait où regarder. Adam ne pouvait s'empêcher de regarder, observant chacun d'entre eux. Il les connaissait, et ils le connaissaient. Il serra les dents et leva les bras au plafond. Un ruban d'étincelles émergea de sa blessure, puisant dans son sang pour conduire les âmes qui l'entourait.

Les dizaines de spectres sulfureux formèrent des couches mouvantes d'ectoplasme translucide en direction du hall. Ils étincelèrent en pénétrant dans le champ de sécurité, résistant à l'annihilation grâce à une barrière de matière spirituelle concentrée. Le dernier émetteur fut obstrué alors que plus de fantômes se grillaient entre les engrenages de la porte du coffre, cassant les mécanismes métalliques fragiles en deux dans un crac colossal.

Le coffre s'ouvrit. Adam aboya, "Go, go !" Il s'élança dans un sprint. La porte s'encastra dans le mur et ébranla le bâtiment, déséquilibrant les boucliers spirituels. Des filets d'intelligence façonnée se dé-tissèrent derrière eux six alors qu'ils détalaient.

Adam atteignit le coffre en premier et agrippa la première poignée comme support. Il se sentait comme une sculpture de glace un jour chaud ensoleillé. Il vacilla, basculant dans les bras de Casey.

Casey cligna des yeux. Le coffre était sombre, éclairé uniquement par quelques lumières encastrées et la faible lueur de plusieurs écrans vidéo rose uni. Il était quasi-circulaire, et presque chaque centimètre d'espace mural du sol au plafond était occupé par des panneaux, des afficheurs numériques vibrants, et d'immenses grilles d'interrupteurs sans étiquette. Au centre se trouvait un pylône, aussi grand que lui et presque aussi large. Flottant au-dessus de son sommet conique se trouvait une lumière violette de la taille d'une tête d'épingle qui déformait aussi légèrement l'espace autour d'elle.

"Darcy," chuchota-t-il, "quel est cet endroit ?"

Elle avait poussé le chariot aussi loin qu'elle pouvait. "Je ne sais pas trop, pour être toute à fait honnête. Tout le trafic net du bâtiment passe par là. Je supposais qu'il s'agissait d'une base de donnée, peut-être un super-ordinateur. Ce n'est pas le cas."

Adam se redressa de lui-même, se secouant en quittant la poigne de Casey. Il râla, "Juste besoin d'une minute. Ça la machine ?" Il pointa du pouce le pylône central alors qu'il se reposait contre la porte béante.

Troy approcha son visage de la tête d'épingle flottante. "C'est quelque chose. Darcy, Vera, regardez les commandes."

Elles acquiescèrent. Vera posa son sac au sol et fit le tour de la pièce en balayant la console à la recherche de quelque chose qui aurait pu être conçu pour un opérateur humain plutôt que n'importe quelle entité supra-dimensionnelle pour laquelle cette installation semblait être adaptée. Son regard s'arrêta sur six afficheurs sur un côté du pylône, chacun présentant un nombre complexe. Darcy se pencha. "Des coordonnées. Si cette tête d'épingle est la Voie, c'est là où elle conduit. Mais c'est juste… nulle part."

"Pas nulle part," dit Casey. "Ça conduit vers l'Extérieur, pas vrai ?"

Un claquement vint de l'autre côté de la pièce. Samantha alluma une cigarette. "Je suppose qu'ils ne récupèrent pas la télévision par câble de l'espace infini entre les univers." Elle fit une pause pour tirer une bouffée. "Désolée, on ne peux pas vraiment sortir par là."

Darcy se pencha, faisant courir ses doigts sur une série de boutons sous les écrans. "Je vais essayer de les ajuster. Gardez un œil dessus."

Il y eut un bip de dégonflement, et la tête d'épingle clignota. Les écrans changèrent de couleur, passant du rose au marron. Casey cligna des yeux. "C'est une transmission en direct. On regarde de l'autre côté de la Voie. Pourquoi est-ce qu'ils ont une caméra pointée vers l'Extérieur ?" Il fixa le le trou d'épingle, et pendant un instant il eut l'impression pressante que quelque chose le fixait en retour. "Peut-être qu'il vaut mieux ne pas demander."

Troy n'y prêta aucune attention. "Est-ce que tu peux la pointer vers la Terre, Darcy ?"

Elle marmonna affirmativement. Quelques pressions supplémentaires sur des boutons, et le marron passa à de la friture, puis coalesça en une image. C'était l'intérieur d'une grande tente blanche vide, vue au travers d'un objectif grand angle. La fumée dans le coffre-fort fut attirée dans la Voie et un léger tourbillon sphérique se forma autour du trou d'épingle. Des murmures inquiets en émanèrent, trop distordus pour être déchiffrés.

Troy haleta. "C'est ça."

Darcy continua de trafiquer les boutons, et fronça les sourcils. "L'image ne change pas, même si je modifie les coordonnées."

Troy acquiesça rapidement. "C'est pris au piège. Ils ont attrapé notre Voie, ils la redirigent." Il se tourna vers les autres. "C'est ça. Les personnes qui gèrent la conspiration. C'est leur tente." Il porta les yeux fixement sur l'afficheur, puis les baissa sur ses mains.

Darcy sourit. "Et quelle tente. Et maintenant les gars ?"

Casey frotta ses mains ensemble et s'agenouilla à côté de Darcy. "Okay, euh, est-ce ça se détache ? Est-ce qu'on peut poser le pylône sur le chariot ?"

Troy enfouit sa tête entre ses mains. "Non, non, non. Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce qu'on est en train de faire ?"

Casey lui jeta un regard. "Si cet appareil peut projeter un trou de ver vers la Terre, on peut bosser dessus. Ça pourrait vouloir dire une issue. On doit juste l'apporter à Eustace."

La respiration de Troy s'intensifia. "Et puis quoi ? Des milliers de personnes vont juste passer par un trou d'épingle ? Même si on le pouvait, on irait juste directement dans la gueule de la conspiration. Ils nous attendent maintenant."

Adam agrippa l'embrasure de la porte du coffre et se hissa debout. "Mon père sait qu'il peut l'élargir suffisamment. Peut-être qu'il peut contourner le piège. On peut faire en sorte que ça fonctionne."

Troy était furieux à présent. "Donc on transporte cet énorme morceau de machinerie de l'autre côté d'un Portlands post-apocalyptique et on le livre à Eustace Rowe ? On va vraiment faire confiance à l'homme qui n'est pas sorti en dix ans pour partager son issue de secours avec tout le monde ?"

"Je lui fais confiance. C'est notre meilleure option."

"Tu n'as pas compris ?" cria Troy, "C'est la fin. Tout ce temps, ils avaient un coup d'avance sur nous. C'est une des orgas de normalité, c'est obligé. Les men in black doivent avoir décidé qu'une cité anormale était de trop, que Trois Portlands devait périr. Et maintenant on va juste mourir avec elle."

"Eh bien," intervint Samantha. Elle fit tomber sa cigarette au sol et l'écrasa sous son talon. "Pas nécessairement."

La pièce devint silencieuse. Elle poursuivit. "Si nous avons un trou d'épingle vers la Terre, peut-être qu'ils peuvent nous entendre. Peut-être qu'on n'a pas à couler avec le navire. Peut-être qu'on peut conclure un accord avec eux."

Troy loucha vers elle. "Un accord ? Pour quoi ?"

"Eh bien, qu'est-ce qu'on a à offrir ? Un peu de menue monnaie, un peu de main-d'œuvre qualifiée." Sa voix devint glaçante. "Deux actifs dormants et le seul équipement capable de foutre en l'air leurs plans."

"Non," dit Adam dans un râle, les yeux écarquillés. "Tu ne ferais pas ça."

Samantha plissa les yeux. "On sait tous les deux que je le ferai."

"Non," cria Adam. Il leva la main, et sa blessure commença à briller encore une fois-

Troy prépara un coup de pied et le balança. Son pied cueillit le mage au sternum. Adam vola en arrière, dans la porte ouverte.

Dans le champ de sécurité.

Un crépitement sonore emplit l'air alors qu'il atterrit sur son dos. Sa peau émit de la vapeur alors que le champ d'annihilation drainait sa force vitale hors de son corps. Il essaya de se recroqueviller, mais ça venait de toutes les directions.

Casey de figea un instant, puis cria, "ADAM !"

Il plongea et lança son poing vers la tête d'Adam, mais l'homme se pencha sur le côté et le coup ne rencontra que de l'air.

Troy le fit suivre de son propre coup porté avec tout le poids du corps. Son poing atteignit l'œil gauche de Casey, envoyant sa tête contre le mur dans un bruit sourd dérangeant. Il s'affala au sol.

Troy porta son attention sur Vera. Elle était en pleine feinte, mais il l'attrapa à la gorge, la saisissant fermement par la nuque et la repoussant. Elle fit tomber son sac et griffa le bras de Troy. Il ne broncha pas.

De l'autre côté de la pièce bondée, Samantha avait arraché les fichiers de Troy et commencé à les lire vers le trou d'épingle. Elle parcourut les lignes d'adresses et de noms sensibles. Darcy plongea vers elle, mais elle bondit à l'écart. Sur l'écran d'affichage, la tente avait commencé à se remplir de personnes floues. Qui que ce fut de l'autre côté, il avait clairement pris note de l'agitation.

Casey serra son œil qui gonflait rapidement. Il jeta un coup d'œil à la porte, où Adam reposait dans le champ d'annihilation. Des tourbillons de vapeur l'entouraient, des mues d'énergie, mais il continuait de remuer. De se battre.

Troy écrasa Vera contre le mur. Elle cessa de se débattre. Il baissa les yeux sur Casey. "Tellement vous tout tout craché. Un seul vrai coup et c'est fini. Vous savez, vous n'êtes rien sans vos tours, sans vos mots, sans quelqu'un derrière qui vous cacher. Vous ne tiendrez pas une seconde tout seuls."

Casey toussa. Du coin de l'œil, il aurait pu jurer voir Vera qui le regardait. "C'est pas ça le problème, n'est-ce pas ?"

Troy se renfrogna. "Quoi ?"

"Je ne suis pas tout seul."

Vera crocheta son pied autour du sac de sport au sol et l'envoya de l'autre côté de la pièce. Casey l'attrapa d'une main, et le fouilla de l'autre.

Casey en sortit le pistolet du pillard, le tint à bout de bras, et pressa la détente.

Un bang strident secoua la pièce. Troy desserra sa prise, et Vera se rattrapa.

De la poussière de plâtre se détacha de la balle encastrée dans le plafond. Casey baissa le pistolet vers le torse de Troy. "Les mains en l'air contre le mur. Vous deux. Maintenant."

Troy et Samantha échangèrent un regard, figés. Sans un mot, ils firent un pas en arrière, les mains en l'air.

Casey fit un signe de tête à Vera, puis lui envoya le sac de sport d'un coup de pied. "La corde. Attache-les à la console." Elle acquiesça et fouilla le sac. "Darcy, essaie de mettre le pylône sur le chariot." Elle murmura une réponse affirmative, et s'agenouilla à côté de la machine pour inspecter sa base.

Troy prit la parole, bredouillant. "Okay, okay, c'est fini, mais s'il vous plaît, s'il vous plaît, est-ce que quelqu'un d'autre que Casey peut tenir le flingue ?"

Casey ricana. "Non. Ferme-la."

Darcy cracha sur les deux. "Quelle honte, vous deux. Est-ce que c'est vraiment comme ça que vous traitez nos invités, et moi aussi ?" Ils ne répondirent pas.

Derrière eux, le grésillement et le crépitement du champ d'annihilation commença à se dissiper. Du brouillard et de la fumée, une silhouette debout émergea. Adam Rowe, recouvert d'une couche protectrice d'esprits sublimés, ses yeux crépitant de rage.

Il ouvrit la bouche comme pour parler, puis s'effondra en un tas au sol.

Casey glissa vers lui sur le béton, gardant le pistolet pointé vers le duo contre le mur. Il attrapa le bon poignet d'Adam et trouva le pouls. Il était inconscient, prenant un peu de repos bien mérité.

La pièce vira au rouge. "Qu'est-ce que c'est que ça ?" demanda Casey.

Darcy regarda autour d'elle. "Lumières d'urgence. La magie doit avoir court-circuité le système de sécurité. Le bâtiment passe en mode verrouillage." Elle appuya sur un bouton au pied du pylône, et il bascula sur le chariot dans un crash effrayant. Elle sauta dessus et commença à attacher les sangles du chariot. "On devrait peut-être se dépêcher. Genre vraiment."

Troy leva les yeux, incrédule. Il tortilla ses poignets dans ses liens nouvellement serrés. "Quoi ? Vous ne pouvez pas nous laisser simplement ici."

Casey lança le pistolet à Vera, qui le glissa dans son sac. "En fait, je pense qu'on peux. On va bien voir."

Samantha resta bouche bée. "Non, s'il vous plaît. Détachez-nous."

Casey glissa ses bras sous le corps d'Adam et le souleva en se relevant. "J'espère que vous allez nous soutenir. Si nous échouons, personne ne saura où vous êtes." Il fit un signe de tête à Darcy et Vera. "Allons-y."

Il courut, Adam dans ses bras et l'adrénaline inondant son corps. Derrière lui, Darcy et Vera faisaient rouler le pylône sur le chariot. Ils dépassèrent la grille de sécurité en courant et descendirent le hall. Derrière elles, Samantha continuait de les appeler. "Ce n'est pas drôle. Ce n'est pas drôle !"

Ses cris s'affaiblirent alors qu'ils fonçaient dans les corridors rougeoyants. Le sang vrillait les tempes de Casey. Il pouvait à peine sentir la charge dans ses bras, ou la douleur dans son œil au beurre noir, ou la peur de ce qui se passerait après. Tout ce qui comptait était la course.

Ils jaillirent dans le hall et dans la porte d'entrée. Les panneaux de verre se rabattirent derrière eux, verrouillés.

De nouveau ils respirèrent l'air vicié et putride de la cité agonisante.

"Et maintenant ?" demanda Darcy.

Vera parcourut les rues du regard. "Pas beaucoup de bon choix."

"Les rails de tramway," dit Casey d'une voix rauque. Il pointa les rails incrustés dans la rue. "On peut mettre le chariot sur les rails et le conduire en descendant, vers le camp de réfugiés. On aura de l'aide médicale là-bas. Peut-être que les feds pourront nous aider à revenir vers Eustace."

Vera fronça les sourcils. "Ce truc pourrait être plus dangereux dans le camp qu'ici. On ne sait pas si le signal de Samantha a été compris, ou ce que la conspiration pourrait planifier maintenant qu'ils savent qu'on prépare quelque chose."

Casey installa Adam sur le chariot, à côté du pylône, et le sangla dessus. Il enleva sa veste et la coinça sous sa tête. "S'il te plaît." Il se tourna vers Vera. "Tu dois me laisser chercher de l'aide."

Vera fit la moue, puis acquiesça. "Alors on ira au centre-ville."

Darcy poussa le chariot sur les voies. Il glissa en place facilement. Elle s'accrocha à l'arrière. Casey et Vera sautèrent de chaque côté. Ils donnèrent un coup de pied ferme au sol, et lentement, le chariot commença à bouger.

Le chariot roula en descendant la colline, accélérant continuellement vers la ruche au cœur de Trois Portlands.

Au-dessus d'eux, le ciel était tordu en un cyclone de débris. Le chemin devant eux était littéralement jonché d'épaves et de déchets. L'air chaud était derrière eux.

"Ne t'inquiète pas," dit Darcy, avant que le vent hurlant ne puisse recouvrir leur audition. "C'est en descente à partir de là."


« Intermède | Hub | ████ ██ █████ »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License