Le Jeune Homme
notation: +3+x

Personne n’appréciait le Caporal Lawrence. Pas que personne n’ait essayé, ou qu’il fut particulièrement froid, simplement qu’il semblait être l’une de ces personnes se trouvant sur une « longueur d’onde » différente. Cependant, dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale, la normalité était au mieux relative, et n’était pas l’inquiétude première des soldats. Lawrence combattait, obéissait aux ordres, et ne perturbait pas ses camarades, et c’était tout ce qu’on attendait de lui. Et si alors les gens se sentaient de plus en plus inconfortables en sa présence ? Dans un lieu où le risque que votre chair ne pourrisse et ne tombe de vos os - alors que vous étiez encore vivant - était le premier de vos soucis, un petit conflit de personnalité se classait plusieurs rangs en dessous d’une égratignure.

Lawrence, pour sa part, s’en inquiétait comme il s’en était toujours inquiété. C’est-à-dire, qu’il ignorait complètement l’existence de tels sentiments à son égard. De même qu’un homme aveugle de naissance ne saurait pleurer le souvenir des couleurs, le Caporal Lawrence ne pouvait déplorer l’absence de compagnie. Il était silencieux, n’ayant personne à qui parler, et immobile, n’ayant rien à faire pendant de longues périodes. La tranchée ennemie, située à moins de deux kilomètres, s’était tue depuis plusieurs jours, laissant l’ennui et la nervosité s’installer encore plus profondément que d’habitude… sans compter le malaise semblant émaner de Lawrence comme des vagues de chaleur.

Le pire était qu’il n’y avait pas de véritables raisons de ne pas apprécier le caporal. C’était un homme quelconque, de taille et de carrure moyennes, discret de voix et d’action. Personne ne pouvait se souvenir s’il avait jamais haussé la voix de joie ou de colère. Il avait, cependant, certaines manières étranges. Il fixait parfois les gens un ou deux battements de cœur plus longtemps qu’il n’était acceptable. Il dormait par ailleurs rarement, et ses camarades d’abri racontaient qu’il marmonnait constamment dans son sommeil. La teneur de ces monologues nocturnes, lorsqu’ils étaient compréhensibles, était souvent bizarre, et potentiellement dérangeante. Un soldat de deuxième classe demanda même à changer de quartiers après avoir entendu le nom de sa fille passer les lèvres du Caporal Lawrence, suivi d’un rire gargouillant étouffé.


On racontait que s’il avait été envoyé en sortie par ses commandants, c’était plus par désir de l’éloigner que pour ses talents de soldat somme toute ordinaires. Lui et quatorze de ses camarades furent envoyés par-delà l’étendue cauchemardesque et ravagée du no-man’s land séparant les tranchées, avec pour mission la reconnaissance et si possible la prise des positions adverses. Beaucoup semblaient espérer que Lawrence aurait l’opportunité de prouver sa dévotion à son pays en accomplissant le sacrifice ultime.

C’était alors qu’il était parti, pendant cette attente longue de trois jours où les hommes retenaient leur souffle, se préparant à un bombardement inopiné, que quelqu’un commença à poser des questions. Là où plus tôt, il était presque considéré tabou d’aborder le sujet du Caporal Lawrence, depuis son départ, de lui et de son « aura », la rumeur semblait maintenant se déchaîner. Personne ne se souvenait qu’il ait jamais parlé d’un chez-soi. Aucune lettre parfumée n’arrivait, et aucune lettre humide et couverte de poussière ne repartait. Il parlait souvent de ses rêves, et parlait parfois avec les hommes de nourritures et de plaisirs oubliés, mais jamais avec une réelle passion.

Les questionnements commençaient même à remonter le long de la chaîne de commandement, jusqu’aux rangs les plus élevés. Personne ne put retrouver ses ordres de stationnement. Il serait arrivé avec une escouade venue de France en renfort… mais aucune trace écrite ne fut retrouvée. Le reste de l’escouade n’avait jamais vu l’homme avant qu’il ne soit embarqué avec eux la nuit précédant le départ, avec les survivants d’autres unités décimées par les Allemands. La rumeur courant parmi les hommes du rang suggérait que le caporal était une malédiction. Que presque tous les hommes qui auraient partagé une casemate avec lui auraient attrapé le « pied de tranchée », et que les pièces qu’il hantait semblaient sentir plus encore que d’habitude le moisi et la pourriture.


Les hommes envoyés dans le no man’s land avec le Caporal Lawrence étaient au courant, mais ne se souciaient que peu de tout cela. Un soldat parmi tant d’autres, tous avec un certificat de décès à leur nom n’attendant qu’un tampon qui pouvait tomber à tout instant. Ils se déplaçaient rapidement et au ras du sol, de cratère en cratère, glissant dans la boue humide et trébuchant sur le fil barbelé – la seule chose qui semblait pousser dans cette étendue désolée. Couvrant les derniers mètres en chargeant et se jetant dans la tranchée, ils ne furent pas accueillis par l’aboiement des fusils et des ordres en allemand … mais par un lourd et épais silence. Redoutant une embuscade, les hommes commencèrent à explorer les tunnels et les couloirs de la tranchée.

Les hommes, déjà nerveux, ne furent pas rassurés par leurs investigations. Les tranchées sentaient la moisissure, la sueur, avec un arrière goût de fruit pourri. Une substance visqueuse et écœurante semblait s’être accumulée dans chaque renfoncement, chaque fissure, poisseuse comme de la colle et provoquant des démangeaisons. Dans un monde où rats et insectes allaient jusqu’à essayer de bous voler votre nourriture alors même que vous la mangiez, ils ne virent aucun signe de vie, pas même une mouche. Un dépôt d’armes gît dans un chaos innommable, des munitions répandues sur le sol, des fusils éparpillés comme des cure-dent. Un mess est réduit à une ruine, ses tables et ses chaises empilées au centre de la pièce, tordues et carbonisées, des rations vraisemblablement piétinées dans la poussière par d’innombrables pieds. Et toujours rien, vivant ou mort, ne fut découvert par les soldats de plus en plus nerveux.

Le deuxième classe Dixon trouva le premier corps, et parvint à alerter ses camarades avant de vomir.

Ils purent deviner qu’ils se fut agît autrefois d’un homme uniquement parce que rien d‘autre d’une telle taille n’aurait pu se trouver là. Il gisait sur le sol d’un dortoir. L’entièreté du sol. La chair avait été… répandue, étalée comme du beurre sur la terre brute. Des os, constellés de trous et déjà pourrissants, dépassaient selon des angles aléatoires, tels des arbres morts dans un marais. Le crâne était posé sur l’une des couchettes les plus élevées, tourné face à l’encadrement de la porte, dix os de phalanges blanchis enfoncés dans ses orbites fissurées. Un homme qui s’était approché pour l’inspecter découvrit que l’arrière du crâne avait été défoncé, et que la masse pourrissante, spongieuse d’une langue avait été placée dans la cavité autrement vide.

D’autres restes furent bientôt découverts, chacun plus étrange et perturbant que le précédent. Un cercle de mains dans un poste de garde, dix d’entre elles, doigts entrelacés, les poignets brisés et en lambeaux. Deux hommes dans un tunnel, leur peau momifiée, telle du cuir, orbites vidées, mâchoires ouvertes dans un angle impossible, leurs vêtements déchirés couverts d’une écume noire et huileuse. Les latrines repoussèrent même les plus endurcis, tremblants et s’étouffant. Débordantes d’excréments et d’abats, des morceaux de viande flottant, suintant, dans la boue infâme… toute la surface parsemée de ce qui ressemblait à des milliers de globes oculaires miroitants, nerfs et tendons se déployant comme des queues de poissons.

Le Caporal Lawrence fut le premier à apercevoir le trou, alors que ses camarades tenaient un débat houleux quant au mérite d’un éventuel retrait précipité de la tranchée cauchemardesque. Il était petit, situé dans une section d'excavation récente – le début d’un nouveau bras de tranchées se projetant encore plus près des lignes ennemies. De pas plus d’un mètre et demi de diamètre, il ressemblait au fruit de la découverte accidentelle d’une chambre souterraine naturelle, sa noirceur opaque défiant tout investigation plus précise. Le deuxième classe Dixon, ayant récupéré du choc enduré précédemment, aperçu le caporal tâter le bord du trou du bout de sa botte, s’accroupir pour y jeter un œil… puis soudainement y glisser la tête la première avant qu'il n’ai eu le temps de crier une question.

Le deuxième classe était un bon soldat, et se précipita pour venir en aide à son camarade. Lorsqu’il fut interrogé à posteriori, il ne put pas vraiment faire lumière sur ce qu’il arriva pendant les deux minutes que le Caporal Lawrence passa dans le trou. Il ne voyait rien, la lumière de sa lampe semblant être engloutie par les ténèbres impénétrables. Il y avait des bruits… le frottement d’un déplacement sur un éboulis. Un étrange bruit liquide, un bruissement sec qui lui rappelait les carapaces d’insectes qu’il collectionnait autrefois l’été durant. Alors qu’il appelait à l’aide, une bouffée nauséabonde remonta soudainement de la cavité, une odeur comme celle d’un vieux nid de reptile, et ses camarades le trouvèrent hoquetant à côté du trou alors qu’ils accoururent.

C’était alors qu’ils se dépêchaient de porter assistance au deuxième classe Dixon que la main émergea du trou. Ils levèrent leurs fusils, rugissant à l’intention du propriétaire de cette main pâle et tremblante de s’identifier. Alors que leurs regards étaient braqués sur la cavité, une seconde main rejoint la première, suivie par le visage pâle et tremblant du Caporal Lawrence. Il était zébré de coulures d’une vase noire et visqueuse, toussant et s’étouffant tandis qu’il se hissait hors du trou et s’effondrait aux côtés du deuxième classe. Alors qu’ils se précipitaient pour les aider, le caporal vomit un flot de la même boue repoussante qui le recouvrait, son corps recroquevillé en évacuant encore plus dans ses pantalons souillés. Ils hésitaient à le toucher, et s’y résolurent lorsque le flot apparemment sans fin de crasse se fut tarit. Il était au bord de l’inconscience, ses yeux écarquillés et son regard halluciné, son corps mou comme celui d’un poisson.


Les hommes quittèrent la tranchée à toute vitesse. Portant le caporal, ils fuirent sans se soucier des dangers du no man’s land. Ils le traversèrent en un temps record, avant de se jeter dans leur tranchée familière, tremblants et hoquetant – un homme connu pour avoir tué un soldat allemand avec une brique gisant recroquevillé sur le sol en un tas de sanglots. Les commandants arrivèrent prestement, isolant les arrivants et essayant de calmer les plus lucides pour leur extorquer un rapport sur la situation. Ce qu’ils obtinrent aurait été immédiatement démenti et décrit comme étant des mensonges et des hallucination, si ce n’était pour les regards suppliants et honnêtes des soldats au rapport. Le Commandement essaya de les rassurer avec des explications à base de fatigue et de tests d’armes chimiques inhabituelles… et des échanges de regards suggestifs, tandis que les hommes effrayés étaient raccompagnés.

Le Caporal Lawrence n’avait pas grand-chose à rapporter. Du temps passé dans le trou, il ne pouvait (ou ne voulait) pas vraiment se souvenir. Il affirma avoir glissé, et être tombé dans ce qui avait sans doute été une poche d’eau souterraine, ou une latrine enterrée. Des sons et des odeurs rapportées par le deuxième classe, il n’avait rien à dire non plus, si ce n’était qu’il avait lutté pendant un moment avant de réussir à remonter à l’instant où les hommes arrivèrent. Vraiment, il n’avait pas l’air particulièrement traumatisé. En fait, il semblait même en de meilleures dispositions que beaucoup ne se souvenait l’avoir jamais vu, faisant à ses commandants la faveur d’un large sourire innocent alors qu’il était renvoyé avec l’ordre de ne parler des événements sous aucun prétexte.

Le caporal prouva être un homme changé dans les jours qui suivirent. Il était beaucoup plus loquace, mais fit bientôt regretter aux autres son habituel silence inquiétant. Il divaguait sur les joies des espaces clos, et sur la création et la destruction qui germaient autours d’eux. Il radotait sur des plaisirs humains oubliés, dont l’étendue et l’âge en firent certains menacer le caporal d’une mort douloureuse et silencieuse… ce qui ne semblait qu’élargir encore plus son sourire permanent. Le Deuxième classe Dixon, un camarade de dortoir du caporal, chuchota à un ami qu’il s’était réveillé une nuit pour découvrir le caporal debout au pied de sa couchette, le surplombant de toute sa hauteur, ses yeux brillant comme deux dollars d’argent. Le jour suivant, ils découvrirent le deuxième classe empêtré dans les barbelés, ses intestins éparpillés sur presque trois mètre dans toutes les directions.


Pas un seul des hommes qui visitèrent cette tranchée ne survécu à la Grande Guerre, bien qu’en vérité peu d’entre eux ne soient morts au combat. Une vague de maladie toucha la tranchée quelques jours après la mort du deuxième classe Dixon. Une étrange maladie, rongeant la chair comme de l’acide – les hommes se réveillant pour découvrir leurs membres la veille en bonne santé la chair dévorée jusqu’à l’os, noirci et suintant. Un sergent fut découvert dans une latrine, assaillit par une marée de rats. Ils refusèrent d’abandonner le corps même sous le feu nourri des soldats, et attaquèrent plusieurs hommes avant que le cadavre ne puisse être récupéré. Le soulagement vint enfin lorsque la plupart des malades furent envoyé vers divers hôpitaux – beaucoup parmi eux expirant avant même de trouver leur lit.

Le Caporal Lawrence fut placé en détention provisoire dans un asile français, où il fut transféré après que l’hôpital qui l’accueillait à l’origine ait porté plusieurs plaintes. Son comportement semblait indiquer une instabilité mentale grandissante, qui culmina par une tentative d’agression sexuelle sur une infirmière, qui se solda par la perte de trois doigts de la main droite et de la vision de l'œil droit ce cette dernière. Le caporal passait alors son temps à divaguer avec les autres patients, chuchotant à propos de halls sans fin, de poursuites dans l’obscurité, et de chair ouverte comme les pages d’un livre. Ses sauts d’humeurs furent éludées comme autant de symptômes de la fatigue causée par la guerre, même alors que son comportement devenait moins violent et plus dérangeant.

Il disparut à plusieurs reprises de l’asile, pour ne réapparaître que plusieurs heures plus tard, comme si de rien n’était. Lorsqu’interrogé, il commençait à chanter « My Bonnie Lies Over The Sea » d’une voix monotone, jusqu’à ce que les docteurs partent, exaspérés. D’autres patients commencèrent à réclamer d’être éloignés du fou chuchotant. Une odeur rance de moisissure empestait l’air en sa présence, et des symptômes d’infections et de l’étrange maladie dévorante qui affligea sa tranchée d’origine semblaient le suivre où qu’il soit. L’administration tenta à plusieurs reprises de transférer l’homme, pour seulement se heurter à une confusion bureaucratique. Aucune trace de lui ne put être trouvée. Aucun formulaire d’engagement, aucune recommandation, aucun incident, pas même un certificat de naissance. Tout du long il restait assis des heures durant, les jambes croisées, sur son lit, fredonnant occasionnellement d’un ton discordant, divaguant sur les noms de ses codétenus entre deux ricanements étouffés.

Une nuit de Novembre, le Caporal Lawrence, ainsi que dix-huit autres hommes, disparurent, pendant la relève des infirmières à trois heures du matin. La chambre puait la rouille, l’huile, et la moisissure. De larges tâches d’une épaisse substance noire couvraient les lits et plusieurs des murs, et formaient sur le sol des flaques corrodant le plancher. Des hommes il n’y avait à première vue aucune trace. Alors qu’elles fouillaient, une infirmière poussa un lit sur le côté, et hurla alors qu’elle faillit trébucher dans l’une des dépressions puantes et affaissées. Des centaines de ce qui semblait être des dents humaines formaient sur le sol une spirale régulière. Après le décompte, elles purent rassembler l’équivalent de la dentition de toutes les âmes qui habitaient l’asile encore quelques heures auparavant… sauf une.


Jamais le caporal ne fut retrouvé, ni lui, ni les autres hommes. L’incident disparu dans le flot des nouvelles de la guerre, et fut rapidement oublié. Des rumeurs concernant une tranchée maudite circulèrent sur le front, souvent prises pour de la simple malchance. Malgré cela, elles continuaient d’arriver… des histoires parlant de morts inexpliquées, d’hommes disparaissant, pour ne réapparaître que quelques jours plus tard, vivants, mais brisés et tordus au-delà de toute compréhension. Des histoires parlant d’une étrange figure sombre hantant les villages bombardés d’Europe.

Il semblerait que cette photographie soit la seule image du Caporal Lawrence jamais enregistrée, prise plusieurs jours après qu’il émergea du trou dans la tranchée allemande.

medium.jpg

Auteur original : Dr GearsDr Gears
Titre du conte : The Young Man
Source Originale : The SCP Foundation
Date : 15/05/2013
Lien : http://www.scp-wiki.net/the-young-man

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License