La Pierre Tombale d'Alto Clef
notation: +5+x
blank.png

Le service funéraire était plus grand que ce à quoi s'attendait Jack. Ça devait être contre les règles de voir autant de Senior Staffs de la Fondation au même endroit, au même moment. Mais à nouveau, recruter des agents de la CMO mis à l'écart était aussi contre les règles, et Alto avait été aussi une exception à celles-ci.

"Exceptionnel est un bon mot pour lui," se murmura Jack.

"Tu ne lui aurais jamais dit ça en personne, n’est-ce pas ?"

Jack regarda par-dessus son épaule. Sophia se tenait derrière lui, vêtue d’un pantalon noir et d’une chemise blanche boutonnée.

"Et encore booster son ego ? Putain, non."

"Tu marques un point."

"C’est bon de te voir."

"C’est bon de te voir aussi, Jack."

"On devrait prendre un verre à un moment n’étant pas, tu sais, après des funérailles. Ça fait quoi ? Cinq ans ?"

"Sept, je crois."

"Hmm. J’étais près."

Sophia hocha la tête, et les deux redevinrent silencieux. Le regard de Jack se porta à nouveau sur la pierre tombale. C’était petit, ce qu’Alto aurait détesté. Il n’y avait même pas le nom "Alto Clef" dessus. Ils avaient gravé le nom "Jonathan Sealee" à la place. Mais c’était la vie à la Fondation, mourir dans l’ombre et tout le tralala.

"Est-ce qu’ils t’ont dit comment il était mort ?", demanda Jack après un moment.

"Non. Et toi ?"

"Nope."

"Est-ce que tu as demandé ?"

"Au moins une douzaine de fois", répondit Jack. "C’est tout Clef, n’est-ce pas ? Même mort, c’est de façon mystérieuse et classifiée."

"La seule chose qui aurait pu faire plus "lui", ça aurait été qu'il meurt en train de bander."

Jack se résolut à sourire. "C’était un vrai salopard, pas vrai ?"

"Il l’était. Un salopard courageux, mais un salopard."


La dernière fois que Jack vit Alto, c’était au mariage de son fils. Il avait envoyé une invitation à Alto juste pour avoir une chance de voir à nouveau ce salopard, mais n’avait pas espéré grand-chose. Il manqua la cérémonie et une bonne partie de la réception. Mais alors que la soirée touchait à sa fin et que les gens commençaient à prendre la direction de la porte, un visage familier se détacha de la foule et se dirigea vers Jack.

"Regardez qui a décidé de montrer sa tête de cul !" s'exclama Jack.

"J'aurais été un parrain de merde si j'avais manqué tout le truc, pas vrai ?"

"Tu as manqué la cérémonie, tu es toujours un parrain de merde," Jack donna une grande tape sur le dos d'Alto, "Tu veux un verre ?"

"Non, ça va. De toute façon, j'ai besoin de conduire pour rentrer à la maison."

"Oooh, regarde-toi, M. Responsable."

"Ça fait quelques années que j'ai arrêté de prendre des risques, tu sais."

Jack se prit une autre gorgée de bière, "Ne me dis pas ça. Ça fait, quoi, deux mois qu'on s'est retrouvés dans ce combat au couteau en Bolivie. Passer à deux doigts d'avoir tes doigts coupés n'est pas vraiment sans danger."

"Ça s'est passé il y a cinq ans, Jack."

"Quoi, vraiment ?"

"Ouais."

"Hm, j'imagine que ma vision du temps doit être bousillée."

Alto sourit et guida un Jack chancelant vers un siège, "Tu en as bu combien ?"

"C'est genre, mon huitième, je crois ?"

"S'il te plaît, ne me fais pas le coup du coma éthylique. Tu te souviens de ce moment où tu avais trop bu avant cette réunion avec tout le site ?"

"Pas vraiment, non. J'ai vraiment comaté."

"…c'est plutôt juste. Tu es mort."

"Ça sonne un peu dramatique", répondit Jack, un grand sourire aux lèvres.

"Ils t'ont trouvé un corps de remplacement."

"Je vois…" Jack regarda Alto de façon suspicieuse. Il aurait pu l'inventer. Ça faisait au moins vingt ans. Il aurait pu sortir ça tout droit de son cul. "Sinon, comment ça va, mon gars ?"

"Tu ne m'avais jamais appelé "mon gars" avant."

"Je suis putain de bourré, OK ? Maintenant, dis-moi ce qui t'occupe, ces derniers temps."

"Classifié."

"Oh, va te faire voir. Tu pars sauver le monde par toi-même tout le temps et moi, je dois rester là et faire de la paperasse. Le mieux que tu puisses faire, c'est de me raconter des bonnes histoires."

"Crois-moi, ces histoires ne sont même pas bonnes."

"Allez, s'il te plaît. Juste une."

"Je ne sais pas. Je deviens vieux, mec. Ils ne m'envoient plus dehors faire tous les trucs intéressants comme ils le faisaient, avant."

"Tu tues toujours des Type Vert."

"Parfois."

"Eh bien, c'est toujours intéressant."

"Je rêve que ça ne le soit pas."

"Répète ça ?"

"Les trucs intéressants, ce n'est plus vraiment ce que je recherche."

"Hm."

Jack se contenta de fixer Alto pendant quelques secondes. Alto agita sa main devant le visage de Jack.

"Tu es là ?"

"Ouais, ouais. Je me disais juste que ça faisait longtemps qu'on avait pas parlé."

Alto laissa échapper un petit sourire, "J'imagine que oui."

"Est-ce que quelque chose t'est arrivé ?"

"Probablement."

"Probablement ?"

"C'est classifié."

"Oh, je t'emmerde."

Alto tapa dans le dos de Jack et regarda sa montre.

"Merde. Il faut vraiment que j'y aille."

"Vraiment ? T'es juste passé pendant, quoi, dix minutes !"

"J'ai une réunion à dix-neuf. C'était sur le chemin."

"Bien sûr. Il fallait que ça soit pratique pour toi."

"On se voit plus tard, Jack."

"Il faudrait qu'on boive des coups ensemble, un de ces jours !"

Et ce furent les derniers mots qu'il lui ait dit.


Sophia et Jack fixèrent la pierre tombale jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'eux. Sophia avait apporté un parapluie, mais ça s'était finalement avéré inutile ; même les prévisions avaient annoncé que ce serait une journée ensoleillée. Il n'y avait donc aucune raison pour Sophia de retourner à sa voiture. Elle en avait juste marre de rester debout dans le silence.

"Hé, est-ce que tu peux me déposer à la réception ?" demanda Jack à Sophia.

"Tu n'as pas pris ta voiture pour venir jusqu'ici ?"

"J'ai pris le bus, mais je ne pense pas qu'il y ait une ligne qui aille jusqu'à dix-neuf."

Sophia eut un sourire, "Tu es encore plus inutile qu'Alto."

"Je sais pas si c'est mettre haut la barre ou non," répondit Jack avant de se rattraper, "Sinon, à quel point tu le connaissais bien ?"

Sophia lança un regard perçant à Jack. Il leva ses mains en signe de reddition.

"Non, je veux dire, je te vois rarement sortir de ton bureau et je suis aussi un directeur. Je n'arrive juste pas à imaginer pourquoi tu parlais autant avec Cle-"

"Qui supervise ses missions, à ton avis ?"

"…les Superviseurs ?"

"Tu n'es pas drôle, Jack", répondit Sophia. Elle déverrouilla une Toyota Camry blanche. Elle aurait pu s'acheter quelque chose de plus beau, mais Sophia avait toujours été minimaliste. Jack s'assit sur le siège passager et les deux partirent.

"C'est tout ce que tu as fait durant tout ce temps ? Superviser Clef ?" demanda Jack.

"Bien sûr que non. Mais je mentirais si je disais que ça n'avait pas rallongé mes journées."

"Et tu ne sais pas ce qui lui est arrivé ?"

"Aucune idée."


La dernière fois que Sophia avait vu Alto, c'était à un débriefing normal. L'homme ne semblait pas pouvoir la regarder dans les yeux. Son visage était affaissé et la forme de sa colonne vertébrale ressemblait à un point d'interrogation. Les quelques fois où Sophia avait pu bien regarder son visage, il était évident qu'il n'avait pas bien dormi.

"Statut de la mission ?" demanda Sophia. Elle connaissait la réponse, mais la confirmation formelle faisait partie des procédures normales.

"Succès."

"Tous les objectifs accomplis ?"

"Oui. La cible a été éliminée."

"Des témoins ?"

"Oui. Ses deux fils et sa femme."

"Étaient-ils au courant que la cible était anormale ?"

"Il semble que non. Je les ai quand même amnésiés après. Ils pensent qu'il est mort dans un accident de voiture. La procédure normale."

"Autre chose à signaler ?"

"Oui."

Sophia pencha sa tête sur le côté. Normalement, c'était là que le débriefing se terminait, Alto se dirigeait vers la porte et Sophia n'avait plus à voir son visage mal rasé pour quelques semaines. Elle voulait que ça se termine.

"Quoi donc ?", demanda Sophia.

Alto leva finalement les yeux pour la première fois de toute la rencontre, "Je voudrais être placé en tant que réserviste."

Sophia étouffa un rire. "Toi ? Réserviste ? Tu t'es cogné contre une barre avant de venir ? Demande refusée."

"Quoi ?" Alto se leva et s'approcha du bureau de Sophia, "Pourquoi ?" Elle pouvait sentir les odeurs d'après-mission émanant de lui. L'homme avait arrêté de se laver pendant les missions depuis un an. Quand Sophia s'en plaignait, Alto mettait ça sur le compte du stress, mais personne n'y croyait vraiment. Sophia dut rassembler tout son courage pour maintenir le contact visuel.

"Tu es notre agent le plus fiable quand il s'agit de neutraliser des Type Vert. Personne ne t'arrive à la cheville."

"Je deviens de moins en moins fiable chaque jour !" dit Alto. Il plaça sa main devant Sophia. Elle s'agitait comme s'il y avait un tremblement de terre. "Est-ce que ça ressemble à la main d'un tireur de précision ?"

"Eh bien, il faut que tu fasses quelque chose pour les faire remarcher." Sophia pouvait sentir des larmes se former dans ses yeux. Ils piquaient à cause de l'odeur d'Alto.

"Ça fonctionne jusqu'à ce que ça arrête de fonctionner. Un jour, je vais revenir dans un sac mortuaire."

"Qu'est-ce qui rend le grand Dr Clef effrayé par la mort, tout à coup ?"

Alto se pencha sur la table, "Peut-être que je veux juste passer quelques années en ayant la paix, tu as déjà pensé à ça ? Étant donné l'état de mon foie, il ne me reste pas plus de sept ou huit ans à vivre. Peut-être peux-tu laisser un vieil homme vivre un peu."

Le nez de Sophia ne pouvait plus le supporter. Elle se détourna de l'homme et commença à se frotter les yeux.

"Demande toujours refusée. Si tu veux vraiment t'en aller, vois ça avec le Conseil."

Et ce furent les derniers mots que Sophia lui ait dit.


Les deux arrivèrent au Site-19, se saluèrent d'un signe de la tête et partirent chacun de leur côté. Ils se mêlèrent aux autres à la réception, faisant tout leur possible pour parler de n'importe quoi sauf du connard qui venait tout juste d'être enterré. Mais ils pouvaient toujours sentir un poids dans l'air. Cette ambiance "tu ne mesures pas ta chance jusqu'à ce qu'elle disparaisse" qui arrivait quand quelque chose se terminait.

Pendant ce temps, quelque part au fond du Site-19, un assistant administratif entrait des actes de décès dans la base de données de la Fondation. Il avait un plus haut niveau d'accréditation que n'importe quel directeur et certains membres du Conseil O5. Mais c'était surtout parce qu'ils avaient besoin de quelqu'un pour entrer ces informations et qu'ils n'allaient pas gâcher le temps d'O5-3.

Mais cet assistant ne comprenait pas ce qu'il y avait de si confidentiel dans ces actes de décès. Il ne connaissait aucun agent ou docteur de la Fondation, donc il ne pouvait pas mettre un nom sur un visage. De plus, pour la plupart des actes, la cause de la mort était inconnue de toute façon.

Mais il connaissait l'importance d'enregistrer les informations, et comme c'était ce pourquoi on le payait, l'assistant le faisait. Il s'asseyait à son petit bureau, séparé du reste de la Fondation, et continuait à entrer les noms, les dates de décès et les "Non disponible". Cependant, alors qu'il était arrivé à la moitié de la pile dont il s'occupait actuellement, il tomba sur un papier qui lui donna finalement une cause de décès.

Nom : Jonathan Sealee

Date du décès : 19/04/2019, 16:33 HdE

Cause de la mort : Tué dans un accident de voiture en allant chercher sa fille à son cours de danse.

"Hmm."

Et puis il passa au papier suivant.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License