Les Superviseurs

Centre des Canons Anglais » Centre de What a Wonderful World / Centre de Ces pins tortueux » Emporte-le, ma Chérie » Les Superviseurs

notation: +4+x
blank.png
@import url('http://scp-wiki.wdfiles.com/local--files/component%3Awilsons-theme/national-park.css');
 
/*
    Thème des Solutions Fauniques Wilson
    [2018 Wikidot Theme]
    Créé par stormbreath et DarkStuff.
    Basé sur le Thème SCP Sigma 9 créé par Aelanna et Dr Devan, et le Thème MC&D créé par Randomini.
    Le logo WWS a été créé par DarkStuff.
    Le nouveau logo a été créé par DrAnnoyingDog.
    La police National Park est sous licence SIL Open Font License et peut être trouvée ici : https://nationalparktypeface.com/
*/
 
:root {
    /* 1 Common */
    --ct_col_link: #148c14;
    --ct_col_link-visited: #036403;
    --ct_col_link-newpage: #c8e293;
 
    /* 2 Header */
    --ct_cnt_alt-header-txt: "Solutions Fauniques Wilson";
    --ct_cnt_alt-slogan-txt: "Où toutes les bêtes sont les bienvenues";
    --ct_col_header-txt: #fff;
    --ct_col_slogan-txt: #fff;
    --ct_fnt_header-txt: 'national_parkregular', sans-serif;
    --ct_fnt_slogan-txt: 'national_parkregular', sans-serif;
    --ct_shd_header-txt: 3px 3px 5px #000;
    --ct_fns_alt-header-txt: 43.8px;
    --ct_fns_alt-slogan-txt: 13.4px;
    --ct_fns_header-txt: 0;
    --ct_fns_slogan-txt: 0;
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: #a3c162;
    --ct_col_rate-secondary: #d1ed9a;
    --ct_col_rate-cancel: #f1fff0;
    --ct_col_rate-link-hover: #665731;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px #665731;
}
 
/* Couleur texte creditbox */
.credit {
    color: #665745;
}
 
/* RECOLOR THE TITLE */
h1, #page-title {
    color: #6C7F41;}
 
#page-title {
    font-weight: lighter;
    border-color: #6C7F41;
}
 
/*RECOLOR THE LINKS
#side-bar a, #side-bar a:visited {
    color: var(--ct_col_link);
}*/
 
/*HEADER IMAGES*/
div#container-wrap {
    background: url(http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Awilsons/body_bg.png) repeat-x;
}
 
#header {
    background: url("http://fondationscp.wdfiles.com/local--files/theme%3Awilsons/WWS_Logo_2.2_abrv.png") 15px 40px no-repeat !important;
    background-size: 6rem !important;
}
 
/* RECOLOR THE SEARCH BAR */
#search-top-box-input {
    border: solid 1px #665731;
    color: #665731 !important;
    background-color: #a3c162;
    font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus {
    background-color: #d1ed9a;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit] {
    border: solid 1px #665731;
    color: #ffffff;
    background: #665731;
    font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    border: solid 1px #665731;
    background: #c8e293;
    color: #665731;
}
 
/* LOGIN STUFF */
#login-status {
    color: #665731;
}
#login-status a {
    color: #897543;
}
#login-status ul a {
    color: #665731;
}
#account-topbutton {
    background: #ccc;
    color: #665731;
}
 
/* IMAGE BLOCK RECOLORING */
.scp-image-block {
  border: solid 1px #665731;
}
.scp-image-block .scp-image-caption {
  background-color: #d1ed9a;
  border-top: solid 1px #665731;
}
 
/* MODULE RATE RECOLOR */
.page-rate-widget-box .rate-points {
  background-color: #a3c162 !important;
  border: solid 1px #665731;
}
.page-rate-widget-box .rateup,
.page-rate-widget-box .ratedown {
  background-color: #d1ed9a;
  border-top: solid 1px #665731;
  border-bottom: solid 1px #665731;
}
 
.page-rate-widget-box .rateup a,
.page-rate-widget-box .ratedown a {
  background: transparent;
  color: #a3c162;
}
.page-rate-widget-box .rateup a:hover,
.page-rate-widget-box .ratedown a:hover {
  background: #a3c162;
  color: #665731;
}
.page-rate-widget-box .cancel {
  background: transparent !important;
  background-color: #a3c162 !important;
  border: solid 1px #665731 !important;
}
.page-rate-widget-box .cancel a {
  color: #f1fff0 !important;
}
.page-rate-widget-box .cancel a:hover {
  background: #c8e293 !important;
  color: #f1fff0 !important;
}
 
/* INFO MODULE */
.rate-box-with-credit-button .creditButton {
    background-color: #a3c162 !important;
    border-color: #665731 !important;
}
.creditButton a {
    color: #fff6f0;
}
.creditButton a:hover {
    color: #665731;
}
 
/* BEARITAGE RATING MODULE */
.heritage-rating-module {
  background-color: #a3c162;
  border: solid 2px #665731;
  box-shadow: 0px 0px 0px 2px rgb(204,192,102);
}
 
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .rate-points {
  border: solid 1px #a3c162;
}
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .rateup,
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .ratedown {
  border-top: solid 1px #a3c162;
  border-bottom: solid 1px #a3c162;
}
 
.heritage-rating-module .page-rate-widget-box .cancel {
  border: solid 1px #a3c162;
}
 
/* AYER'S INFO MODULE */
:root {
--barColour: #a3c162;
}
 
/* TAB RECOLORING */
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border-color:#d1ed9a; /* color between tab list and content */
}
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav a {
    background-color:#a3c162! important; /* tab background */
    border-color:#665731;
    color:#665731;
    transition: 0.125s;
}
 
.yui-navset .yui-nav a em {
background-color: #fdfdfd;
box-shadow: 0px 1px 2px rgba(0,0,0,0.7);
border-color: #b7a9a9;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus,
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover {
    background-image: none;
    background-color: #a3c162; /* selected tab background */
    color:white;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a em {
    border-color: transparent;
    box-shadow: 0px 1px 2px rgba(90,134,50,0.5);
    background-color: #a3c162;
}
 
.yui-navset .yui-content {
    background-color: #F7F7F7; /* content background color */
}
 
.yui-navset .yui-content,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-content {
    border-color: #b7a9a9; /* content border */
    border-top-color:#b7a9a9; /* different border color */
}
 
.yui-navset-left .yui-content {
    border-left-color: #b7a9a9; /* different border color */
}
 
/*SIDE BAR RECOLOR AND STUFF */
#side-bar {
   font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#side-bar .side-block {
    border: 1px solid #665731;
    box-shadow: 0 2px 6px rgba(0,51,0,.5);
}
#side-bar .heading {
    color: #665731;
    border-bottom: solid 1px #665731;
    font-size: 10pt;
}
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e7e5e8;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #e7e5e8;"] .heading p {background-color: #E5E8E5 !important; }
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"] .heading p { background-color: #FFF6DD !important; }
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"],
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] .heading p { background-color: #D2E2C5 !important; }
 
.side-block .menu-item > .image {
    filter: hue-rotate(70deg);
}
 
/* TOP BAR RECOLORING*/
#top-bar {
   font-family: 'national_parkregular', sans-serif;
}
 
#top-bar ul li ul {
    border: solid 1px #3d2b1f;
}
#top-bar ul li.sfhover ul li a,
#top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top: 1px solid #665731;
}
 
#top-bar ul li.sfhover a,
#top-bar ul li:hover a {
    background: #82a016;
    color: #ffffff;
}
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: #8db600;
}
#top-bar ul li.sfhover a:hover,
#top-bar ul li:hover a:hover {
    background: #c8e293; /* top bar hover background color */
    color: #665731;
}
 
/* FOOTER STUFF */
#footer {
    background: rgb(80, 68, 37);
    color: #d1ed9a;
}
 
/* RECOLOR THE TABLES */
#page-content .wiki-content-table tr th {background-color: #a3c162; color: white; border: 1px solid #665731;}
 
/* RECOLOR THE QUOTEBLOCK */
blockquote {border-color: #dcf2b0; background-color: #dcf2b0; color:#665731;}
 
#toc{border-color: #dcf2b0; background-color: #dcf2b0; color:#665731;} 
 
/* RECOLOR THE LINE BREAKS */
hr {
    background-color: #665731;
}
 
/* SCROLLBAR */
::-webkit-scrollbar-track {
    background: #DAEAB9;
}
 
::-webkit-scrollbar-thumb {
    background: #755400;
}
 
/* MOBILE REFORMATTING */
@media (max-width: 767px) {
    #header h1 a::before {font-size: 60%;} 
}
 
@media (max-width: 767px) {
#side-bar{background-color: #d1ed9a}
 
.open-menu a {
    border: 0.2em solid #6C7F41 !important;
    background-color: #83994E !important;
    color: #665731 !important;
}
}
 
/* TRANSLATION BLOCK */
iframe.scpnet-interwiki-frame {
    filter: hue-rotate(70deg);
    -webkit-filter: hue-rotate(70deg);
}
 
/* WILSON'S DIVS */
div.wilson-border {border: 1px solid #665731;}
 
div.wilson-header {color:white; background: #a3c162; padding: 15px; font-size: 150%; font-weight: bold; text-align: center;}
 
div.wilson-subtitle {color:#665731; background: #c8e293;padding: 5px; text-align: right; font-weight: bold;}
 
div.wilson-body {color:#665731; background: #d1ed9a; padding: 15px;}

Chapitre I.XII

Les premiers jours, il y eut beaucoup de conversations sur le diagnostic. Sur ce qu'elle allait devoir faire, combien ça allait coûter. Toutes ces choses horribles et stupides desquelles il faut se soucier, alors que tout ce que vous voulez faire est rester dans votre lit immobile jusqu'à ce que tout ça se résolve magiquement. Mais la vie ne marche jamais comme ça. Et le cancer exige des actions. Donc nous parlions. Nous parlions de ce qui était en train de se passer dans son corps. Nous parlions de ce qui pourrait se passer si ça s'étendait. Nous avions les têtes remplies de tous les pires scénarios possibles et espérions que les meilleurs se produiraient.

J'allai avec elle à ses rendez-vous chez les médecins, bien que je ne me souvienne pas des détails. Nous parlions de traitements. De ce qu'elle pouvait et ne pouvait pas faire. De probabilités.

Lors des pires jours, nous parlions du temps qui lui restait.

Mais d'une façon nauséeuse et embarrassée, je m'amusais bien. Il y avait plusieurs raisons pour lesquelles ce qui aurait dû être un passage purement et simplement affreux de ma vie est me revient avec une tendresse douce-amère. Tout d'abord, et ce qui est le plus compréhensible : je reprenais contact avec ma mère. C'était dans les circonstances les plus désespérées qui soit, mais il y avait des moments où la maladie qui rongeait ma mère de l'intérieur arrivait parfois à disparaître comme par magie. Nous fîmes des choses que ma mère avait toujours voulu faire : voyager, surtout. À Hawaï, à Venise, au Groënland pour voir les aurores boréales, et la liste continue (pas beaucoup plus, cela dit). Nous sortions chaque jour manger à un nouveau restaurant à San Diego, avec en tête l'objectif de goûter à toutes les saveurs disponibles dans la baie. C'était en grande partie mexicain. Je ne m'en plaignais pas.

Et à San Diego, j'étais enfin libre. Je portais ce que je voulais, me présentais comme je le souhaitais, et disais aux gens mon vrai nom. Pour tous les étrangers que je rencontrais, j'étais Faeowynn, et je pouvais donc enfin être tout à fait Faeowynn pour moi-même. Une moitié de mon armoire prenait un peu la poussière et je l'aimais comme ça.

Mon entreprise était en avance sur son temps et avait découvert comment me faire travailler en ligne, donc je travaillais de chez moi. J'ai perdu ma position de contrôleuse des finances parce que je n'étais pas là en personne, et je devins une comptable comme les autres, mais ils me demandèrent plusieurs fois de revenir, donc je sentais que lorsque je le ferais, je serais en forme (même si j'essayais de ne pas penser à l'"inévitable"). Chaque jour, je me réveillais pour m'occuper de mes emails du travail.

Et en parlant d'emails, Tim s'était mis à les utiliser. Une fois qu'il eut maîtrisé le système, il découvrit qu'il préférait leur nature instantanée. Nos échanges d'emails de cette époque ont une familiarité particulière et un confort que nos lettres précédentes n'avaient pas. J'entrai dans une sorte de période dorée avec mon père. Après sa visite et notre câlin, je ressentais un lien plus fort avec lui, et soudainement des choses qui m'avaient autrefois irritée commencèrent à me sembler comme autant de petites excentricités amusantes. Pas toutes, devrais-je dire, mais certaines. Je me détendis même lorsqu'il voulait prétendre que ses animaux étaient magiques. Je traitais cela comme une métaphore filée pour parler de comment il voyait le monde boisé autour de lui, et dans ce cadre, j'appris à apprécier à quel point mon père adorait son travail.

Cette période de grâce dura quelques années. Mais nous devrions commencer de sa perspective.


* * * * *


Il bruinait une douce pluie d'avril du ciel gris-bleuté, comme autant de petits coups et de tapotements sur le toit de son pickup tandis qu'il était assis à l'intérieur, dans l'allée qui menait à sa propre maison. Il inspira profondément et baissa sa vitre. Il sortit son bras gauche dans la pluie et laissa le volume insignifiant de chaque goutte se rassembler sur sa manche et sa main. Il sentit l'eau s'accumuler dans sa paume puis finir par se déverser sur le côté en gouttelettes juste assez grosses pour tracer les contours de son poignet. Il retroussa sa manche pour laisser tout son bras se refroidir lentement sous la pluie, ne faisant à nouveau plus qu'un avec son foyer.

Tim ouvrit la boîte à gants avec sa main droite et en sortit une petite boîte. Après quelques difficultés pour ouvrir la boîte avec une seule main, il en sortit un cigare à moitié fini. Il le posa sur ses genoux et fouilla dans la boîte à la recherche d'un briquet, mais revint bredouille. Tim soupira et ferma les yeux. Son bras devenait de plus en plus humide, comme s'il l'avait mis dans un banc de brouillard. Il écouta les clapotis lents mais réguliers sur son toit et prit d'autant plus de profondes inspirations. Inspire, expire. Inspire, expire. Inspire, et puis expire. Il le fit jusqu'à ce qu'il entende la porte de sa maison s'ouvrir et se refermer.

"Chéri," appela la voix d'Alice, "pourquoi tu restes dans la voiture."

Tim l'ignora pendant les quelques secondes où il pouvait se le permettre et lui répondit "Je récupère !"

Il entendit Alice s'approcher de la voiture et venir par sa gauche. Il y eut un moment où ils laissèrent tous deux régner le silence. Tim l'aurait laissé durer autant que possible. Mais pas Alice.

Elle baissa sa manche puis prit sa main. "Je comprends. Je suis vraiment désolée de te faire ça. Mais Anders a besoin de toi."

Tim ouvrit les yeux et se tourna vers Alice. "Anders ? Qu'est-il arrivé à mon fiston ?"

"Ils ont trouvé un énorme truc. Au Refuge. C'est arrivé pendant que tu étais parti, personne n'a voulu t'embêter donc tu n'as pas été mis au courant. Je crois qu'Andie pourrait mieux te l'expliquer."

Tim soupira et serra plus fort la main d'Alice. "OK. Je vais y aller."

Alice hocha simplement la tête et laissa l'instant durer. Ils étaient tous deux en train de tremper dans la pluie, mais ni l'un ni l'autre ne s'en souciait. La robe aux motifs floraux verts et roses d'Alice commença à s'affaisser sous l'accumulation d'eau. La manche gauche de Tim passa graduellement d'humide à trempée. Et les minutes passèrent.

"Tim," souffla Alice, "tu fumes ?"

Tim baissa les yeux sur le cigare sur ses genoux.

"Oh," remarqua-t-il. "Non. Oui. Juste celui-là, je l'ai eu pour mon anniversaire il y a deux ans à cause d'un malentendu."

Alice hocha la tête.

"Juste un seul ?"

Tim déglutit. "Il y en avait trois. Maintenant il ne reste que celui-ci." Il croisa le regard d'Alice. "Je me suis dit que c'était l'occasion."

Alice hocha à nouveau la tête. "Juste un seul."

Tim essaya de sourire. "Je n'ai pas de réserve secrète, je te promets."

"D'accord," dit-elle. "Mais pas devant les garçons, s'il te plaît."

Tim rit doucement. "D'accord. Je comprends."

Il l'attira près de lui et ils s'embrassèrent à travers la fenêtre de la voiture.

"On dirait que j'ai des affaires à régler," dit Tim en s'écartant.

"Certainement. Que dis-tu d'un chocolat chaud au coin du feu ce soir ?"

"Parfait. Je t'aime, chérie."

"Je t'aime aussi."

Tim remonta la vitre, referma le couvercle de la boîte de cigares et la remit à sa place, démarra le pickup, et recula hors de l'allée.


* * * * *


"Un ours blanc."

"Oui."

Anders était assis à côté de Tim dans son bureau aux murs et aux meubles vert menthe et marron chocolat. Le bureau était recouvert d'images d'ours blancs — à la fois des images d'ours blancs en général et de l'ours en question — ainsi que des notes sur les endroits où il avait été aperçu, des cartes du Comté de Clackamas avec des punaises sur les endroits où il irait probablement se nourrir, des notes sur comment le capturer, un résumé de la réunion qui s'était tenue en l'absence de Tim, à laquelle il avait été décidé qu'on ne pouvait pas se permettre de le laisser vivre dans la nature, plusieurs options pour le loger lorsqu'il serait au refuge, ce qu'il faudrait faire pour pouvoir s'en occuper le mieux possible… l'intégralité de ce qui pouvait être envisagé. Dans les moindres détails.

"Waow," dit Tim en feuilletant une pile de spéculations à peine possibles et probables sur ce qu'il pourrait faire. "Vous n'avez pas chômé !"

"On a essayé de faire au mieux," dit Anders avec un sourire en coin. "Mais basiquement, nous sommes actuellement dans la phase "comment va-t-on s'y prendre". L'ours a l'air intimidant. Il gèle les choses auprès desquelles il passe. C'est une menace pour l'écosystème local, mais il va lui falloir des installations énormes ici au Refuge. On ne peut pas vraiment se permettre de le récupérer tant qu'on n'a pas tous les appareils dont on a besoin, mais peut-on le laisser en liberté ? Il va poser une menace soit pour nous ici au Refuge, soit pour les rivières qu'il fréquente et tous les randonneurs qui pourraient le croiser. On est divisés sur le choix de le contenir maintenant ou plus tard. On attendait tous ton retour pour prendre la décision. Donc maintenant que tu es là… tu pourrais enlever ce poids de nos épaules ?"

Tim inspira profondément et promena son regard sur tous les documents. "Ça fait beaucoup de choses d'un coup," remarqua-t-il. Il tira auprès de lui leur rapport écologique, allant à la section Impact observé. Il en dévora le contenu. Puis il feuilleta jusqu'à Impact probable. "Mmm," fredonna-t-il. Il tapota la page de l'index. "La population est encore fragile."

"À cause des poissons-globes l'année dernière, oui."

"Mmm," fredonna-t-il à nouveau, avant de reposer le rapport loin de lui. "On est rendus à quel numéro d'enclos ? Trente ?"

"Nous travaillons sur les enclos trente-cinq à quarante."

"Mon dieu…" Tim mit une main sur son front et se pencha en arrière sur sa chaise.

"Papa ?"

"Une seconde." Il fixa le plafond blanc cassé et inspira profondément une fois de plus. Peut-être que quelques autres inspirations profondes lui procureraient cette sensation de calme et de sérénité qu'il recherchait et qui lui permettrait de s'attaquer au problème avec un enthousiasme familier.

"Ça me surprend que tu sois venu bosser aujourd'hui. Je pensais que tu allais rester à la maison."

"C'est ta mère qui m'a envoyé."

"Ah, évidemment. Elle s'inquiète tellement. À ta place, Papa, je ne m'en soucierais pas. Si tu as besoin de te reposer et de te détendre, alors c'est ce qu'il faut que tu fasses. Si elle ne comprend pas, dis-lui que c'est moi qui te l'ai dit. OK ?"

Tim s'affala dans sa chaise et souffla. "Le Refuge est juste en train de devenir tellement énorme."

Anders hocha la tête pour acquiescer. Il y eut un moment de silence.

Tim tapa dans ses mains sans crier gare. "Très bien ! Nous avons de la place, nous avons les fonds, nous allons l'attraper. Nous allons le loger tout seul dans un enclos jusqu'à ce que l'on sache comment s'occuper de lui. Le plus gros problème va être de s'approcher de cette bête. Tu penses que tu peux demander à Robin de convaincre quelques volontaires ? Disons, pour demain, ou après-demain ? Le plus tôt sera pour le mieux, je pense que l'affaire est dans le sac."

"V-vraiment ?"

"Bien sûr ! Pourquoi est-ce qu'on y arriverais pas ? En un peu plus d'une décennie d'existence, je ne me rappelle pas d'une seule grosse bourde."

"C'est dangereux de penser comme ça, Papa."

"Et si l'on ne s'en occupe pas, qui le fera ?"

Anders pondéra la question. "Aucune idée, honnêtement. On s'est toujours occupés de ce genre de trucs."

"Exa-que-te-ment ! C'est notre responsabilité, et attendre ne fera qu'augmenter les dommages qu'il provoque, alors que nous pouvons réduire les dégâts — quitte à nous donner un peu de mal — en le ramenant ici le plus vite possible. D'accord ?"

"Plus ou moins."

Tim tapa dans ses mains. "Parfait ! Donc, de quoi allons-
nous avoir besoin pour l'attraper ?"


* * * * *


Si vous voulez bien m'excuser, je trouve que nos nouveaux personnages seront mieux présentés par un changement de perspective. Tout le monde sait déjà ce qu'il s'est passé avec l'Ours Polaire. Mais cela m'a pris une bonne dizaine d'années avant de redécouvrir cette histoire d'un autre point de vue. En partant du principe que mes lecteurs potentiels ont tous connu une expérience similaire, je pense qu'il serait plus pertinent de donner une nouvelle dimension à cette histoire plutôt que de simplement régurgiter ce que tout le monde sait déjà. Et donc.

Une berline noire roulait au milieu de la forêt, sa vitesse dépassant constamment la limite autorisée d'une dizaine de kilomètres/heure, et progressait au travers de la végétation ombragée des bois de l'Oregon. La route filait sous les roues de la voiture, leur trajet étant aussi sinistrement silencieux qu'il était sûr.

Une femme aux cheveux blonds et portant une robe violette occupait le siège passager, regardant par la fenêtre. Elle tapait du pied sur le sol, se surprenait à claquer des doigts à un rythme inhabituel et clignait des yeux plus que nécessaire.

"Je suis chaud bouillant", fit remarquer Seanan McDowell depuis la banquette arrière. "Ou froid plutôt." Il se mit à rire, mais personne ne le suivit. Ce n'était pas le moment de faire de l'humour, semblait-il. "Désolé, c'est juste ma façon de faire. Je la ferme."

"C'est bon", dit Sophia. Elle comptait les triolets dans sa tête, en cherchant si elle ne pouvait pas les entremêler avec des quintolets. Des mesures à trois et à cinq temps sur la même période. N'ayant jamais eu qu'un intérêt superficiel pour la musique, ce défi pourrait l'occuper tout au long du trajet. Qui n'était pas très long, en réalité. Et cela commençait à l'inquiéter. "Est-ce que nous avons déjà passé la frontière du Nexus-17 ?"

"Par définition, le Nexus-17 correspond à l'ensemble du comté de Clackamas, mais, euh, non. Si vous parlez du centre d'activité, on a encore du chemin à faire."

"Rappelez-moi, est-ce que je devrais m'inquiéter de quoi que ce soit ?" Sophia regretta d'avoir posé cette question une troisième fois. Elle était une femme de livres. Cela l'avait honnêtement surprise lorsque le Directeur Holman l'avait assignée hors de la salle de réunion afin de rendre une petite visite à Boring. Quel enfer, elle pouvait compter sur les doigts de sa main toutes les fois où elle s'était rendue à Portland pour des affaires officielles et puis, la majeure partie de son travail consistait à écrire au sujet de Portland. Elle pouvait probablement raconter l'histoire de n'importe quel bâtiment. À condition qu'on lui en donne d'abord l'adresse.

Soudain, les arbres se séparèrent et ils furent accueillis par la campagne. Des champs et des fermes s'étendaient à perte de vue (jusqu'à ce que ceux-ci soient bloqués par les arbres). Sophia sentit une subtile accélération de son rythme cardiaque. Ils passèrent près d'un panneau indiquant : "Bienvenue à BORING, OREGON". Bientôt, donc. Cela allait arriver dans très, très peu de temps.

"Où se situe la majeure partie des dégâts ?" demanda Sophia.

"Ça suivrait grossièrement une ligne entre la mairie et le QG des Solutions Fauniques Wilson", expliqua l'agent au volant. "La détonation est survenue juste à l'est de la base et a endommagé plusieurs enclos. C'est là que nous devrons faire disparaître certains corps d'animaux anormaux et où nous pourrions trouver des restes de l'ours."

"Et est-ce vraiment un objectif prioritaire ?"

"Il ne s'est jamais rien produit d'aussi imprévisible de toute l'histoire connue du Nexus-17", fit remarquer Seanan depuis la banquette arrière. "On pensait pas que c'était capable de nous pondre quelque chose d'aussi puissant. Il est possible que cette anomalie ne soit pas du tout liée au nexus, mais elle respecte tous les modèles actuels si ce n'est sa puissance, donc je dirais que c'est peu probable. Plus on pourra obtenir d'informations, mieux ce sera. Peut-être que de retour au labo, certaines données pourront nous éclairer sur tout ça."

"Mhmm", répondit Sophia.

Soudain, ils semblèrent traverser une frontière intangible. La température chuta tel un sac de sable. L'agent alluma le chauffage juste à temps pour permettre à Sophia de résister à l'envie de se mettre en boule. Le givre se collait au bout de l'herbe et des cultures qu'ils croisaient, et des traces de gel se formaient sur les fenêtres des maisons.

"Seigneur", murmura Seanan pour lui-même.

"J'ai déjà vu pire", plaisanta l'agent.

"Mmm", fut tout ce que dit Sophia.

Les rues étaient étrangement vides ; sans doute qu'une sorte d'évacuation avait eu lieu une fois les fédéraux entrés en scène. Alors que la berline s'approchait du centre de la ville — ou plus exactement du début de celle-ci — un brouillard commença à gêner leur vision.

"Il y avait vraiment assez d'humidité dans l'air pour former un brouillard aussi épais par condensation ?" demanda Sophia.

"La ville est devenue assez humide depuis qu'ils ont récupéré ce crapaud, si vous vous souvenez. Mais je crois que celui-ci est mort lors de la déflagration — Kai vient de m’informer à l'instant que leur secteur aquatique est celui ayant subi le plus de dégâts."

Sophia grimaça. "Ça fait sens."

Ils passèrent au travers du brouillard tel un avion rentrant dans un nuage. Leur vitesse diminua drastiquement en raison de la visibilité et Sophia put ainsi longuement observer la ville. Du peu qu'elle voyait, la ville consistait en une petite communauté concentrée. Les bâtiments étaient entièrement recouverts de neige, laissant croire à Sophia qu'ils venaient de monter dramatiquement en altitude. Partout, les lumières étaient éteintes. Les commerces étaient fermés. Il restait peu de voitures, et celles toujours présentes appartenaient systématiquement au gouvernement. Le brouillard, la désertion, les véhicules quasi-militaires… Tout cela rappelait à Sophia le début d'un film d'horreur kitsch.

Ils prirent quelques virages, passèrent devant quelques bâtiments semblant avoir été directement endommagés, aperçurent une bouche d'incendie brisée et couverte de glace ornant le coin d'une rue et furent ensuite arrêtés par un barrage.

Un groupe d'hommes, vêtus d'uniformes noir et bleu foncé agrémentés de badges et d'ornements dorés, se tournèrent vers les nouveaux arrivants. La berline s'arrêta, et deux des officiers s'approchèrent du véhicule. L'agent descendit la vitre.

"Bonjour", commença l'officier.

"Bonjour", répondit l'agent. "Nous sommes de la Fondation."

"Bien sûr que vous l'êtes…"

Tous les passagers de la voiture étaient déjà en train de sortir leurs badges, plaques et autres pièces d'identité. D'abord, l'agent montra un registre d'agent venant du Site-64. Puis, Sophia et Seanan présentèrent leurs badges de sécurité qu'elles avaient dissimulés dans leurs sacs. L'officier les inspecta, puis leur rendit.

"Et qu'est-ce que vous venez faire ici ?"

"N'avez-vous pas reçu d'ordre ? Le directeur Holman a appelé en amont, il a contacté vos supérieurs. Nous sommes ici en mission diplomatique auprès des Solutions Fauniques Wilson avec la permission expresse du Directeur Adjoint Avery Mandrake, lequel agissant en lieu et place du Directeur Exécutif en raison d'une urgence conflictuelle dont les détails nous ont été refusés."

L'officier regarda Sophia d'un air incrédule. "Restez ici et laissez-moi vérifier."

Lui et son silencieux camarade retournèrent auprès du reste du groupe, et entamèrent une discussion inaudible.

"Ils essayent de gagner du temps", grommela Seanan.

"Vraiment ?"

"Évidemment. Josh, Kai et l'Agent Boldary sont déjà sur place et ils ont bien dû passer par un de ces postes de contrôle ou un autre. Ils vous bloquent vous parce que vous allez éloigner M. Wilson."

"Y a-t-il un quelconque moyen de les confronter à ce sujet ?"

"Pas pour l'instant. Ils vont feindre la confusion jusqu'à ce qu'ils obtiennent la confirmation que celui faisant passer un entretien à Tim Wilson a obtenu ce qu'il voulait. Si nous insistons, nous risquons de nous retrouver dans de mauvaises conditions pour négocier avec eux, ce qui nous est crucial en ce moment et ils le savent. Ils ont diplomatiquement le dessus."

"Fait chier." Sophia recommença à claquer des doigts. Mais des deux mains cette fois, créant un clave latin. Quelque part dans sa tête, The Girl from Ipanema commença à se jouer.

Après un certain temps, l'officier réapparut. "Très bien, il nous faut un code de confirmation."

L'officier sortit un petit livre relié de cuir, et fut imité par tous les passagers de la voiture. Le fédéral visa d'abord l'agent.

"Grand."

L'agent feuilleta plusieurs pages. "Ignoble."

L'officier cocha une case, puis pointa Sophia du doigt. "Discutable."

Sophia parcourut impatiemment le livre, passant plusieurs fois à côté du chapitre voulu. "Blasphème."

Une autre case cochée. "Vous, à l'arrière", dit-il, "ostensiblement."

"Est-ce que c'est le code ?"

"Ostensiblement est le code."

Sophia se sentait perdre la tête, alors que de plus en plus de secondes se changeaient en minutes. Seanan feuilleta le livre plus longtemps que de raison, et dit finalement : "Mortier."

L'officier cocha une dernière case. "Très bien, vous êtes libres de passer." Il fit signe à son groupe, qui recula une voiture afin de leur permettre de passer. Ils murmurèrent quelques remerciements professionnels dans la voiture et passèrent le barrage.

Très vite, ils arrivèrent au QG.

L'officier avait omis de leur donner un mot d'identification, comme le voulaient les directives, les obligeant ainsi à passer par deux fois le laborieux processus des codes avant d'atteindre les portes d'entrée. Le bâtiment était peint d'un assortiment de verts menthe et forêt, bien que dans le brouillard perçant, il ne ressemblait plus qu'à une nuance grisâtre de son ancienne apparence. L'Agent Boldary et Josh Higginbottom attendaient devant les portes d'entrée.

"Agent Reddy, Dr Turner, M. McDowell…" Boldary salua chacun d'entre eux.

"Dites-moi tout, Higginbottom."

L'historien de Boring se frotta les tempes un instant. "Tim vient juste de finir d'être interrogé dans son bureau. Les fédéraux grouillent dans les locaux comme des fourmis sur un reste de gâteau après un pique-nique. Ils disparaîtront dès que nous serons assez nombreux pour leur forcer la main, mais pas avant. Ils sont… intraitables. Et je présume que nous n'aurons pas le moindre renfort avant encore… approximativement huit heures."

"Et où se trouve Kai ?"

"M. Boskovich est assis avec quelques employés et essaie de déterminer ce qui peut être fait pour les animaux en fuite."

"Je suis certaine que d'une certaine manière, il apprécie toute cette histoire." Sophia se pinça les lèvres.

"Mmm." Josh décida de rester muet.

Sophia soupira. "M. Higginbottom, amenez-moi au bureau de Wilson. Reddy, venez avec moi. McDowell, tâchez de trouver un plan sur la façon dont nous allons limiter les dommages. Je n'ai pas de précisions pour vous, trouvez juste quelque chose, n'importe quoi. Allez chercher Kai et mettez-le sur le coup aussi. C'est nous qui subissons les frais lorsqu'on le laisse agir à sa guise." Ils hochèrent la tête. "Oh, et Boldary, restez là et ayez l'air aussi imposant que possible. Faites éventuellement en sorte que certains employés vous voient en compagnie des autres. On essaie de faire bonne impression."

Boldary sourit. "Ça peut se faire."

Sophia jeta un coup d'œil à Josh, qui se retourna et ouvrit les portes vitrées du QG. Comme il l'avait indiqué, les officiers étaient partout, prenant des photos de chaque chose, documentant les moindres détails, discutant avec les employés aux yeux gonflés, et de manière générale, saccageant l'endroit. C'était le bordel. Et tout ce que Sophia souhaitait, était de voir des agents de la Fondation le faire à leur place.

Elle s'élança dans un long couloir, couvert de part et d'autre de bureaux étant soit en train d'être saccagés, soit l'ayant déjà été. Josh la conduisit au-delà de deux tournants, et ils tombèrent nez à nez avec un homme à l'air bourru se tenant devant la porte du bureau étiqueté au nom de Tim Wilson.

"Sophia Turner, Directrice de Confinement au…"

"Ouais, ouais", dit-il, en se contentant de s'écarter.

"Merci Higginbottom. Restez ici. Reddy, avec moi."

Sophia s'avança et ouvrit la porte.

Un homme, mesurant à peine en dessous de la moyenne, avec une barbe à peine grisonnante et portant un bob ne se prêtant pas du tout à l'occasion, leva les yeux depuis sa position avachie derrière un bureau désormais désert et stérile.

"Qu'est-ce que vous voulez de plus ?" souffla-t-il.

Sophia s'assit sur la chaise en face de lui. "Nous ne sommes pas ceux avec qui vous vous êtes entretenu précédemment."

L'homme soupira. "Vous avez l'air très, très semblables."

"Disons simplement que nous suivons la même notice." Elle nota que M. Wilson fixait Reddy derrière elle, la hauteur des yeux suggérant que l'arme accrochée à sa hanche présentait un intérêt particulier. "Nous sommes ici pour vous emmener."

"M-m'emmener ?"

"Pas pour plus de quelques jours, avec un peu de chance moins d'un seul si tout se passe bien. Vous ainsi que trois employés de confiance de votre choix. Mais nous allons devoir partir le plus tôt possible."

"Mais m'emmener où ? Et pourquoi ?"

"Vous n'êtes pas autorisé à savoir ce genre de choses." Par ailleurs, Sophia ne connaissait toujours pas la réponse à cette deuxième question. "Disons simplement que nous voulons vous parler."

"Vous êtes avec le gouvernement ?"

"Vous n'êtes pas autorisé à le savoir."

"Alors comment avez-vous pu passer le FBI ?"

"Vous n'êtes pas autorisé à le savoir."

"Qui êtes-vous ?"

Sophia répondit avec un sourire pincé et dépourvu d'humour. "Vous n'êtes pas autorisé à le savoir."



« Audrey Fuchs | Histoires que mon Père m'a racontées | Déconnecter »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License