La Moralité des insectes
notation: +2+x
blank.png

Épisode no : 083 Retranscription fournie
Invités vedettes : Dr James Petahn, M. Michael Simmons par 3N Network

AmericaAhead-1.png

RETRANSCRIPTION - 20h00, 19/03/2022


DALY : Bonsoir, l'Amérique. Je suis votre hôte, Daniel Daly, et bienvenue dans America Ahead !

DALY : Comme vous le savez sûrement, les récentes invasions de sauterelles ont été de véritables désastres pour l'environnement et l'agriculture en général. Mais dernièrement, et grâce à la société Sotherby-Charleston & Partners, le gouvernement a mis sur pied l'Agence de Prévention et de Suppression Active des Sauterelles, ou plus simplement APSAS. Je me doute que les citoyens américains se posent des questions sur cette nouvelle organisation, donc sans plus attendre, j'accueille M. Michael Simmons et le Dr James Petahn !

[ APPLAUDISSEMENTS DU PUBLIC ]


SIMMONS : Bonjour, M. Daly. C'est un plaisir de vous rencontrer.

PETAHN : Pareil pour moi.

DALY : Alors, pour ceux qui ne connaîtraient pas ces messieurs, M. Simmons est l'administrateur du siège de l'APSAS et le Dr Petahn en est le directeur de recherche. Bien, passons à notre première question. À quoi sert l'APSAS ?

SIMMONS : Eh bien, um, c'est plus ou moins indiqué dans le titre, Mr. Daly. Pour la Suppression Active des Sauterelles - nous essayons de trouver des pesticides capables de maîtriser les sauterelles, et quant à la Prévention - nous cherchons un moyen de nous assurer que cela ne se reproduira plus.

DALY : Comment arrivez-vous à trouver ces pesticides ?

SIMMONS : Je ne serais pas capable de vous répondre, je ne suis que le manager. Mais mon collègue devrait en être capable, pas vrai ?

PETAHN : Absolument. Nous prenons simplement quelques sauterelles et les exposons à différentes gammes de pesticides, puis nous analysons les effets de ceux-ci. La plupart du temps, les résultats s'avèrent néga-

DALY : Désolé de vous interrompre, Dr Petahn, mais pourquoi ces sauterelles sont-elles si résistantes aux pesticides classiques ?

PETAHN : Ces sauterelles sont en quelque sorte comparables à une nouvelle souche. C'est un peu comme une étape évolutive - les pesticides ne réagissent plus de la même manière sur les sauterelles.

DALY : Une souche de sauterelles ? Est-ce une nouvelle espèce, ou plutôt une-

SIMMONS : Il s'agit de l'espèce Chortoicetes terminifera, plus communément appelée criquet australien.

DALY : Des criquets australiens ? En Amérique ? C'est un peu tiré par les cheveux, non ?

PETAHN : Pas du tout, M. Daly. Il est fort probable qu'une petite popolation ait été amenée ici et se soit reproduite.

DALY : Qui pourrait bien amener une petite population si ce n'est des scientifiques ?

SIMMONS : Il n'a suffi que de deux sauterelles pour provoquer une telle situation, M. Daly.

DALY : Il n'a suffi ?

SIMMONS : N'a, ne, n'aurait suffi, peu importe. Vous m'avez compris.

DALY : Bref, quel est l'impact estimé de l'APSAS ?

PETAHN : L'impact de l'APSAS sur quoi ?

DALY : L'environnement et l'économie.

PETAHN : Eh bien, si l'APSAS fait bien son boulot, les États-Unis pourront se passer des lois de rationnement et, à terme, cela créera bon nombre d'emplois dans le secteur agricole. Nous travaillons avec LUBILOSA afin de nous assurer que cela se fasse rapidement.

DALY : Cela règle le problème de l'environnement, mais qu'allez-vous faire des sauterelles ?

SIMMONS : Laissez-moi utiliser un vieux terme du FBI. Éliminer. Jusqu'au dernier.

DALY : Vous voulez toutes les tuer ?

PETAHN : Bien sûr que non, M. Daly. C'est pour cela que M. Simmons ici présent n'est pas un docteur.

SIMMONS : J'ai beau ne pas être docteur, Dr Petahn, je n'en reste pas moins l'administrateur de l'APSAS.

DALY : Puisque nous y sommes, M. Simmons, pensez-vous qu'il soit éthique d'intentionellement conduire une espèce à l'extinction ?

SIMMONS : Ce n'est pas une question d'éthique, M. Daly, c'est une question de travail. On m'a chargé de sauver des vies et c'est ce que je vais faire.

PETAHN : Et vous ferez ça en éradiquant toutes les sauterelles de la surface de la Terre, je présume.

SIMMONS : Putain, je ferai tout ce que j'aurai de faire, Dr Petahn. Je suis sûr que vous comprenez, M. Daly ?

DALY : Je suis plutôt du côté du Dr Petahn sur ce point, M. Simmons. La Terre survivra sûrement, mais sera-t-elle la même au détriment d'une esp-

SIMMONS : C'est pas le moment de jouer les écolos, M. Daly.

DALY : Et ce n'est pas non plus le moment de commettre un génocide, M. Simmons.

SIMMONS : Vous pouvez arrêter de donner des leçons de morale au peuple américain et commencer à leur donner des faits concrets. Vous qualifiez la pulvérisation des sauterelles de génocide, M. Daly ? Mais quand vous marchez sur une fourmi, est-ce que vous appelez ça un meurtre ?

PETAHN : Je pense qu'il essayait simplement de souligner quelque chose, Simmons. Nous ne devrions pas être trop sévères avec notre hôte.

SIMMONS : Trop sévères, Petahn ? Trop sévères ? Mais descendez un peu de vos grands chevaux. Vous préféreriez choisir de sacrifier des vies - des vies d'américains - tout ça pour pouvoir récolter un peu plus de vos sauterelles, docteur ? Quelques sauterelles contre une économie ? Quelques sauterelles contre 21% de chômage ? Hors de question, Dr Petahn. Je ne resterai pas là à regarder ces insectes détruire notre mode de vie.

PETAHN : Ces quelques sauterelles contre une solution, Simmons. Si vous essayez d'éradiquer ces sauterelles, elles réapparaîtront aussitôt - peut-être même plus dangereuses qu'avant. Ces tests nous aideront à garantir leur confinement, afin qu'elles ne soient plus un problème. Regardez ce qu'a fait le tout premier LUBILOSA. Il a permis de découvrir les effets du champignon Metarhizium sur les sauterelles. Et il est toujours utilisé de nos jours. Pensez simplement à ce que lAPSAS pourrait faire. Et Simmons, calmez-vous. Prenez des vacances ou quelque chose comme ça. Je sais que vous êtes stressé et que vous ne pensez pas vraiment ce que vous dites.

SIMMONS : Je suis parfaitement conscient de ce que je dis, Petahn. Je vais exterminer ces sauterelles pour sauver la race humaine. Je donnerai un lance-flammes à chaque citoyen des États-Unis et leur dirai de brûler s'il le faut. Je suis habilité à le faire, Dr Petahn. Et je serais prêt à le faire.

DALY : Je ne suis pas sûr que vous soyez compétent pour prendre une telle décision, M. Simmons. Pas plus que le général MacArthur n'était compétent pour prendre la décision de lâcher des bombes atomiques sur la Corée. Et il ne fit rien, M. Simmons, car les personnes au pouvoir respectaient suffisamment l'éthique pour pouvoir lui dire "Non".

SIMMONS : Vous voulez rester assis ici à discuter d'éthique ? C'est le problème avec vous. Quand on passe le point de non-retour, vous restez là à refuser de voir la réalité. On ne parle pas du gagnant du prochain Super Bowl ou des Républicains contre les Démocrates. On parle de l'avenir de l'humanité. Nous avons atteint ce point. Nous l'avons atteint ! Et je ne compte pas rester assis ici à discuter d'éthique. Je m'en vais. Bonne soirée, M. Daly.

DALY : Eh bien, il a un sacré caractère. Il lui manque peut-être une case ?

PETAHN : Je m'excuse pour ça. C'est peut-être le cas, mais il est tout à fait qualifié pour ce travail. Nous allons le garder sous surveillance - il est extrêmement stressé en ce moment. Euh… je voudrais juste dire un mot à tous les américains qui viennent de regarder ça : je vous promets que la survie de ces quelques sauterelles ne se fera pas au détriment du peuple américain.

DALY : En effet. Je pense que vous faites tous des progrès en ce sens.

PETAHN : Je vous remercie, M. Daly.

DALY : Nous parlerons un peu plus de l'APSAS après la pub. Mais en attendant, ne zappez pas, l'Amérique !

[ APPLAUDISSEMENTS DU PUBLIC ]

< FIN DE LA RETRANSCRIPTION >


-~-


Site-121/Siège de l'APSAS
Mesa Verde, Californie - Salle de repos du Site-121
20/03/2022, 13h09

Deux hommes se tenaient dans un coin de la salle de repos du Site-121, sirotant un café glacé et discutant entre eux. L'un des deux, qui ressemblait étrangement à un jeune Walter Schellenberg, était vêtu d'une blouse blanche arrivant aux genoux un peu sale, ainsi que d'un long pantalon noir et d'une chemise rouge. Cet homme était quelque peu en colère après l'autre, qui était souvent comparé à un gars du même genre que Robert Kennedy. Le gars type Kennedy portait un costume gris clair, accompagné d'une chemise blanche et d'une cravate violette. Après quelques minutes de silence, l'homme en blouse prit la parole.

"C'était un putain de désastre hier, Simmons. À quoi est-ce que tu pensais avec ton numéro de Colonel Jessup ?"

"Je sais, Petahn. Je suis désolé. J'étais nerveux et beaucoup trop sur la défensive. Je sais que ça me donne une mauvaise image."

"Pas qu'à toi, maintenant les citoyens pensent qu'un taré dirige l'APSAS. Ça nous donne tous une mauvaise image."

"Tu t'en es bien sorti."

"Je me devais de garder le peu de crédibilité qu'il nous reste. Tu m'en dois une."

Simmons soupira. "Eh bien, le moins que je puisse faire serait d'avancer tes tests. Ça te semble bien ?"

"Ça fera l'affaire pour le moment."

"Tu es sûr, Petahn ?"

"Ça ira, Simmons. Je te le promets. Tout ça sera réglé d'ici quelques mois. Peut-être même pour juillet. Je vais m'occuper de ce… truc."

"Je te crois. Je dois y aller ; à plus tard. On organise un banquet de lancement tout à l'heure. Tu seras là ?"

"Bien sûr. J'y serai."


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License