L'Homme sur le Seuil
notation: +3+x

À : O5-1
DE : O5-12
RE : la fin
PRIORITÉ : HAUTE

J'espère que ça va bientôt s'arrêter. Si tu es comme moi, voir des choses à la BBC et dans le New York Times avant que le personnel ne t'en informe doit te peser aussi.

C'est fini. La seule chose qui me reste est de te dire ce que je sais.

Deux est morte. Nous ne le savons que parce qu'elle nous l'a dit d'elle-même. C'était gentil de sa part de laisser un mot, je suppose. J'ai réussi à entrer en contact avec Trois, Sept et Treize. Les autres, Dieu sait. On n'a aucun protocole pour une situation pareille.

Le mieux qu'on puisse dire, c'est qu'ils nous ont gratifiés d'un véritable spectacle.

L'HOMME SUR LE SEUIL

Acte Premier - Trente-Cinq Ans

ACTE PREMIER

SCÈNE UNE

0943, heure locale - perturbations à proximité du Plateau de Gizeh en Égypte. Forces militaires égyptiennes mobilisées en réponse à une masse apparente en formation devant le Grand Sphinx, sur la base d'informations provenant d'une action d'une Confrérie Musulmane. Présence de médias impliqués. Révélation massive d'un phénomène anormal.

0947, heure locale - apparition spontanée d'une violente tempête de sable, dans un rayon de 100 km autour du Grand Sphinx. Un bataillon de l'Armée Égyptienne est présent et assiste à la scène. Quatre humanoïdes, d'apparence Sémite et vêtus simplement d'habits blancs et de sandales apparaissent spontanément sur place également. Plusieurs tirs inefficaces des soldats laissent supposer que lesdits humanoïdes sont incorporels. Les entités - non identifiées à ce jour - ne tiennent absolument pas compte des événements ayant lieu autour d'elles.

PROTÉE
J'espère ne pas être incorrect en disant que je suis effrayé.

MELLITA
Nous sommes tous effrayés, Protée. C'est le jour pour lequel notre cohorte a été préparée depuis le jour de notre naissance.

PROTÉE
Trois d'entre nous vont être choisis. Avons-nous eu assez de temps ici ? Cela nous rassurera-t-il si nous sommes rejetés ?

AGUS
Regarde un instant tout ce que nous avons fait ensemble. Nous avons cartographié un système stellaire inconnu. Écrit une chanson qui fit de nous les héros de l'Assemblée d'Été. Nous nous sommes taillé un chemin dans le Passage des Ombres de la Montagne de Glace. Je te le dis, Protée, s'ils me rejettent aujourd'hui, je ne me soucie pas de ce qui viendra après, ça en a valu la peine.

PROTÉE
J'espère être aussi brave que toi quand j'entrerai dans la chambre.

MONASHIR
Tous acceptent ce qu'ils reçoivent sur le Seuil.

MELLITA
Comment pourrait-il en être autrement ?

AGUS
Comment pourrait-il en être autrement ?

1017, heure locale - la tempête de sable s'intensifie brièvement, occultant toute vision dans la zone, avant de cesser immédiatement. Quand la visibilité est rétablie, les humanoïdes anormaux ne sont plus présents. En revanche, le Grand Sphinx a disparu et a été remplacé par une projection holographique de lumière bleue, de la même apparence et approximativement de la même taille, sans source visible. De nombreux enregistrements photographiques et vidéographiques sont pris et communiqués. Progression d'une menace existentielle pour la réalité consensuelle à prendre en considération.

ACTE PREMIER

SCÈNE DEUX

1143, heure locale - la place Tahrir au Caire, en Égypte, est plongée dans l'obscurité. Aucun signe d'éclipse solaire, de couverture de nuages ou d'une quelconque explication possible n'est observable. Neuf lunes semblent être visibles dans le ciel nocturne. Des émeutes débutent presque immédiatement et des messages annonçant la fin des temps commencent à être diffusés par les systèmes d'annonce publique reliés à plusieurs mosquées locales. Des images correspondant aux quatre humanoïdes apparaissant en face du Grand Sphinx sont projetées par une source inconnue sur le flanc du Mogamma building, visible de toute la place. Toute activité cesse alors que le son démarre en accompagnant les images.

L'HOMME
Vous quatre, nés en ce même jour il y a de cela trente-quatre ans, êtes-vous prêts à entrer ?

MELLITA, AGUS, MONASHIR
Nous le sommes.

PROTÉE
Nous le sommes.

L'HOMME
Voyez-vous, comme l'on peut s'en douter, comment les exilés peuvent-ils avoir la moindre idée de ce qu'est notre magnifique monde, et comment ceux qui restent ont-ils répandu l'ombre de la mort parmi ceux qui doivent partir à présent ?

MELLITA, AGUS, MONASHIR
Nous le voyons.

PROTÉE
Nous le voyons.

L'HOMME
Regardez, alors, au-delà de ce monde. En ce jour, c'est le Seuil. C'est le lieu où la société humaine est conçue. C'est ici que le salut de quelques-uns d'entre nous, si grand dans sa perfection, si sacré dans sa beauté magnifique, est obtenu par la grâce du plus grand nombre. Ce sont eux qui auront à faire le sacrifice ultime, et ce sont eux qui méritent notre amour et notre honneur par-dessus tout. Choisissez-vous de passer le Seuil, de votre plein gré ?

MELLITA, AGUS, MONASHIR
Nous le choisissons.

PROTÉE
Nous le choisissons.

L'HOMME
Mellita Froideneige des Pics d'Ombre, avancez-vous.

MELLITA
Je suis prête.

L'HOMME
Votre chemin vous mènera sur la Planète des Yeux.

MELLITA
Je… J'accepte ma mission.

L'HOMME
Agus Erreciel, Troisième Citoyen des Falaises de l'Affût, votre chemin vous mènera sur la Planète de la Peau.

AGUS
J'accepte ma mission.
(AGUS semble vaciller légèrement, proche de défaillir)

L'HOMME
Monashir Pourprelune, la Dame de la Tour.

MONASHIR
Je suis prête.

L'HOMME
Vous n'aurez pas à partir. Rappelez-vous toujours du grand amour de vos sœurs et frères partis, maintenant et à jamais.

MONASHIR
Je le ferai.
(MONASHIR commence à sangloter)

L'HOMME
Protée Martel le Guide.

PROTÉE
Je suis prêt.
(PROTÉE tremble)

L'HOMME
Votre chemin vous mènera sur la Planète des Mains.

1232, heure locale - après le dialogue ci-dessus, la lumière du jour revient sur la place Tahrir. Sur les 10 000 personnes estimées présentes sur la place, plusieurs milliers perdirent spontanément la vue et plusieurs centaines semblèrent être instantanément écorchées vives par des moyens inconnus. Toutes les autres personnes présentes sur la place n'avaient plus de mains à la fin de l'événement anormal, leurs bras se terminant par des moignons parfaitement cicatrisés. Les réseaux d'information régionaux, Al-Jazeera en particulier, commencèrent à rapporter les faits malgré plusieurs tentatives d'interférences coordonnées avec cette dissémination d'information.

Toutes les nations ont placé leurs forces militaires en alerte maximale, et quelques-unes semblent avoir déjà saisi l'opportunité de marquer quelques points dans la confusion. C'est la seule chose qui ait encore le moindre sens. Contre quoi croient-ils se mobiliser ? C'est une façon d'avoir l'air de faire quelque chose, au final.

Les églises, mosquées, synagogues, etc. sont submergées. Les Abrahamiques sont convaincus que le jugement est proche. Tous les autres commencent à réaliser que… eh bien, qu'on est tous baisés. Les premiers rapports de meurtres-suicides commencent à arriver. Mais pas autant qu'on le supposait, en fait. Les gens ont des options. 001 s'est assuré qu'ils le sachent.

Acte Second - Le Voyageur se Prépare

ACTE SECOND

SCÈNE UNE

1521, heure locale - des rapports provenant de Beijing font état du corps embaumé de Mao Zedong quittant de lui-même son mausolée et se déplaçant sur la place Tiananmen. Une confirmation visuelle est fournie par les centres de service de Xinhua news quelques minutes plus tard. Une projection humanoïde anormale, similaire à celle vue lors de l'incident "Protée" au Caire, apparaît au milieu de la place aux côtés du corps de Mao, qui semble tenir le rôle de L'Homme.

L'HOMME
Il ne sert à rien d'insister. Nous avons tous notre place désignée.

PROTÉE
Mais ça n'a absolument aucun sens ! Notre monde est immense, notre utilisation de ses ressources efficace et sage. Aucun d'entre nous ne devrait vivre en exil.

L'HOMME
Les problèmes d'un futur lointain deviennent ceux de demain pour une race aux jours sans fin.

PROTÉE
Il doit y avoir un moyen de régler le problème. Si tous les femmes et les hommes vivaient aussi longtemps qu'ils le désiraient, nous n'aurions pas besoin de naissances. À quoi sert de créer la vie si elle est vouée à la souffrance ?

L'HOMME
J'ai eu à remplir cette tâche très longtemps, mon ami. Ces questions ne sont pas nouvelles. Et mes réponses ne le sont pas non plus. Notre espèce s'est élevée lorsque nous avons compris notre véritable nature. Nous devons toujours être capables de créer la vie. Nos esprits, subtilement connectés à travers l'air et le monde onirique, deviennent sombres et destructeurs quand l'acte de création nous est ôté.

PROTÉE
Et la souffrance ? Et la cruauté qui vit sur nos neuf lunes ?

L'HOMME
La souffrance ? Oui, il y a de la souffrance. C'est ainsi que cela doit être. Et nous le savons, nous le sentons, nous bâtissons nos fondations sur elle. La vie se nourrit de la vie et l'entreprise humaine en fait autant, ayant besoin de grandes quantités de souffrance pour être. Cela nous lie. La conscience qu'il en existe d'autres qui ne peuvent pas avoir ce que nous avons construit nous affecte profondément. C'est une clé de voûte de nos âmes. C'est une chose que nous avons découverte il y a très longtemps de cela. C'est vital. Et ce fut la découverte qui pava la route jusqu'au portail du Paradis.

L'HOMME
Mais la cruauté ? Non. Nous ne faisons pas cela parce que nous désirons causer la souffrance. Nous le faisons pour ceux qui restent dans la société fantastique que nous avons bâtie. Nous avons donné la beauté et la vérité sans fin à ceux qui ont été choisis. Si ne serait-ce qu'une seule personne peut goûter à un bonheur infini, cela ne vaut-il pas n'importe quelle quantité de souffrance finie ?

PROTÉE
Mais pourquoi dois-je toujours être celui qui en paye le prix ?

L'HOMME
Mon ami. Viens avec moi. Je t'accompagnerai.

1559, heure locale - après la fin de l'occurrence anormale, la foule sur la place Tiananmen entre dans un état de haute agitation, déchiquetant le corps de Mao Zedong et résistant à un cordon formé par les forces de police anti-émeutes. Les dirigeants des gouvernements mondiaux majeurs commencent à émettre incitations au calme à l'intention de leur population alors que les scientifiques tentent d'expliquer les occurrences du Caire et de Beijing. Des milliers d'individus sont déclarés morts dans des émeutes dans divers centres de population à travers le monde.

ACTE SECOND

SCÈNE DEUX

1610, heure locale - le barrage des Trois-Gorges, dans la province d'Hubei en Chine, disparaît spontanément. L'immense volume d'eau auparavant retenu par le barrage reste immobile. En quelques minutes, des hélicoptères mandatés par les autorités d'urgence locales arrivent sur la scène. Des projections humanoïdes apparaissent sur la surface du mur d'eau formé.

PROTÉE
Quel est ce lieu ?

L'HOMME
Vois-tu notre planète dans le ciel, cette magnifique sphère bleue ? Tu es sur la Planète des Mains, mon ami.

PROTÉE
Je ne comprends pas. On dirait que tout a brûlé. Les bâtiments, les décombres…

L'HOMME
Il fut un temps où nous avons exilé ceux dont le destin était de venir ici. Ils ont bâti leurs propres sociétés, dans un sens. Ils étaient guidés par ce qu'ils ne pouvaient pas avoir, leur mince espoir déformé en une sorte de vengeance sur leurs enfants au centre de cette grande constellation. Ils ont construit de grandes structures, de vastes arches, de terribles armes. Les révoltes ont eu lieu il y a bien, bien des millénaires. Le dernier conflit auquel notre humanité aurait jamais à faire face. À présent, il est facile de s'assurer que cela n'ait plus jamais lieu. Pas d'espoir pervers pour tenter qui que ce soit à une destruction futile.

PROTÉE
En ôtant nos mains.

L'HOMME
En ôtant nos mains. La mentalité d'une planète peuplée par ceux qui n'ont pas de mains est la bonne, pour nous tous.

PROTÉE
Où sont-ils tous ?

L'HOMME
Viens.

1632, heure locale - le fleuve Yangtsé est libéré, causant des inondations massives, d'importantes destructions d'habitations et de propriétés ainsi que des milliers de morts tout au long des rives du fleuve. La catastrophe exacerbe l'instabilité de la République Populaire de Chine et le Parti Communiste dirigeant le pays est renversé par un soulèvement populaire dans les quelques heures suivant cet événement.

Tout est parti en fumée, Un. Tout ce pour quoi nous avons travaillé. Broyé en quelques heures. Et la seule chose qui retient encore un tant soit peu tout ça, c'est une unique idée.

Rentrer à la maison. Où qu'elle puisse être.

Acte Troisième - Aux Gens de la Terre

ACTE TROISIÈME

SCÈNE UNE

2301, heure locale - tous les édifices conséquents dans la région de l'Avenue du Capitole à Washington D.C. changent de coloration, passant du blanc au rouge. Le Washington Monument émet une colonne d'intense lumière rouge s'élevant dans le ciel, visible à plusieurs centaines de kilomètres de distance. Des projections holographiques de dix mètres de haut, représentant plusieurs humanoïdes similaires à ceux décrits précédemment apparaissent directement sur le miroir d'eau du monument.

PROTÉE
Nous avons parcouru bien des kilomètres.

L'HOMME
La Planète des Mains est vaste. Mais regarde. Voici quelqu'un.

FEMME SANS MAINS
Encore des gens ? Je dois être près de la fin, bénie soit-elle.

PROTÉE
Qui êtes-vous ?

FEMME SANS MAINS
Je n'ai plus de nom. Nous n'avons pas besoin de choses comme cela ici.

PROTÉE
Vous rappelez-vous de votre maison ?

FEMME SANS MAINS
C'est ici, ma maison.

PROTÉE
Je veux dire l'endroit d'où vous êtes venue, avant ici.

FEMME SANS MAINS
Je me souviens d'une époque où je ne mourais pas de faim. Mais c'était il y a longtemps. C'est difficile de se rappeler.

PROTÉE
On voit vos côtes. Voudriez-vous que je vous trouve de la nourriture ?

FEMME SANS MAINS
Il n'y a rien à trouver. Ce lieu est tout de suie et de sel. Mais la faim est une bénédiction. Mon esprit est clair, mon être est léger et propre. Dieu me parle. Il me dit de lever mes moignons vers la lumière bleue du ciel, et je le fais. Et je prie, et j'ai conscience d'être ici pour une raison, et cela m'emplit de joie.

PROTÉE
Ce lieu vous rend heureuse ?

FEMME SANS MAINS
Le dernier cadeau du corps avant qu'il ne s'évapore est la révélation divine. Je vis dans la vérité. Je vis sans peur, sans doute. Je loue l'esprit qui a conçu ce lieu. C'est un lieu d'extase.
(FEMME SANS MAINS s'écroule)

L'HOMME
Et maintenant son temps est écoulé. Pas de tourments ou de faux espoirs, pas de nourriture ou d'eau pour lui permettre de tenir plus longtemps qu'elle ne le doit. Ce n'est qu'un petit sacrifice, comparé au salut qu'il apporte.

PROTÉE
Depuis combien de temps était-elle ici ?

L'HOMME
Deux semaines.

PROTÉE
Elle n'avait pas l'air de souffrir.

L'HOMME
La joie du martyre oblitère toute souffrance. Ce secret n'est connu que de ceux des planètes extérieures, c'est un cadeau à ceux qui font ce sacrifice. Non. Elle a réellement été transcendée.

PROTÉE
Je suis prêt.

2333, heure locale - une foule estimée à approximativement 50 000 personnes s'est rassemblée autour du Washington Monument pour assister à l'occurrence anormale. Les forces de l'ordre ne sont pas présentes sur les lieux, ayant été appelées pour contenir une potentielle émeute dans la région du Capitole.

ACTE TROISIÈME

SCÈNE DEUX

2340, heure locale - un grand portail s'ouvre au centre du Washington Monument. Rien n'y est visible à part une faible lumière verte. La projection holographique continue.

L'HOMME
Présente tes mains, Père de l'Humanité.
(L'HOMME brandit un couteau de cérémonie dans une main, une torche dans l'autre)

PROTÉE
Je suis prêt.
(PROTÉE tend ses mains à L'HOMME)

L'HOMME
Acceptes-tu de payer le prix du sacrifice, pour tes frères qui pourront rester dans la lumière pour toujours ?
(L'HOMME découpe le poignet gauche de PROTÉE)

PROTÉE
Je l'accepte.
(PROTÉE saigne abondamment)

L'HOMME
Offres-tu ta souffrance pour le bien de tous, ton exil pour le bénéfice de la psyché collective de l'Humanité ?
(L'HOMME tord le poignet gauche de PROTÉE, rompant l'os et le tendon puis sectionnant les ligaments restants tenant la main en place)

PROTÉE
Je l'offre.
(du sang jaillit du poignet gauche de PROTÉE)

L'HOMME
Renonces-tu à la réalité instable de l'univers hors de ce système ? Te voues-tu à la préservation de la raison dans ce même système de planètes ?
(L'HOMME brûle le moignon gauche de PROTÉE avec la torche, cautérisant la blessure)

PROTÉE
J'y renonce.
(PROTÉE hurle)

L'HOMME
Avec la main gauche, tu acceptes ta mission. Avec la droite, ta mission t'accepte.
(L'HOMME tranche nettement la main droite de PROTÉE dans un mouvement fluide)

PROTÉE
Je vous remercie.
(PROTÉE saigne abondamment)

L'HOMME
Nous, les vivants, devons maintenir une société de parfaite harmonie, de parfaite justice, de parfaite beauté. Nous, les vivants, devons maintenir nos natures humaines dans une parfaite pureté, vivant dans le plus haut plan accessible à nos formes. Nous, les vivants, devons sublimer notre souffrance dans les buts les plus divins.
(L'HOMME brûle le moignon droit de PROTÉE avec la torche, cautérisant la blessure)

PROTÉE
Je suis honoré au-delà de tout mesure.
(PROTÉE hurle)

L'HOMME
Par ce pacte saint, nous connaîtrons l'amour sans mesure et sans fin. Va, Père. Achève ton voyage.

PROTÉE
J'accepte ma mission.

2359, heure locale - la projection humanoïde représentant Protée traverse la portail du Washington Monument. Les autres projections s'estompent et disparaissent à son entrée. Le portail commence à se fermer lentement. Plusieurs spectateurs des premiers rangs se précipitent dans le portail, suivis par un nombre croissant de spectateurs, jusqu'à ce qu'un nombre estimé à trois milliers de témoins aient passé le portail avant sa fermeture. Aucun individu ayant pénétré dans le monument n'a pu être localisé ou observé depuis cet événement.

Treize m'a demandé si ce pour quoi nous nous sommes battus était bien naturel. Quelle question stupide. Qu'est-ce que ça peut bien faire si le monde auquel nous avons permis d'exister était naturel ou non ? C'était bien mieux que ce qui nous attend.

Le truc à Washington a donné beaucoup d'idées aux gens. Ils ont réussi à faire apparaître plusieurs autres de ces portails en quelques endroits. Ils fuient dedans. C'est difficile de les en blâmer. Nous avons perdu toute capacité significative à contrôler quoi que ce soit. La fête est finie. Le monde sait que la science est une illusion et certainement une blague cruelle. Pourquoi ne pas saisir sa chance ? Mieux vaut être un réfugié qu'un cadavre. Ou pire.

Moi ? Non. Je ne le ferai pas. Je ne mettrai pas fin à ma vie comme une bête de troupeau.

Ç'a été un plaisir de servir, Un.

-Douze

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License