Le Triomphe d'Amityville
:root {
    --bg: #111111;
    --bg-medium: #292929;
 
    --fg: #efefef;
    --fg-muted: #666;
 
    --fg-accent-light: hsla(28, 85%, 58%, 1);
    --fg-accent: #e47412;
    --fg-accent-dark: hsla(28, 85%, 38%, 1);
 
    --fg-accent-2-light: hsl(285, 65%, 58%);
    --fg-accent-2: hsla(285, 65%, 48%, 1);
    --fg-accent-2-dark: hsla(285, 65%, 38%, 1);
 
    /* 4 Rating-module */
    --ct_col_rate-primary: var(--fg-accent-2-dark);
    --ct_col_rate-secondary: #fff;
    --ct_col_rate-cancel: #fff;
    --ct_col_rate-link-hover: #e9c9f3;
    --ct_brd_rate-primary: solid 1px var(--fg-accent-2-dark);
}
 
/* Couleur texte creditbox */
.credit {
    color: #000;
}
 
div#container-wrap:before {
    content: "";
 
    display: block;
    width: 100%;
    height: 38px;
 
    position: absolute;
 
    border-bottom: 8px solid var(--fg-accent-dark);
 
    background: var(--fg-accent);
}
 
body, div#container-wrap {
    background: linear-gradient(var(--bg-medium), var(--bg)) repeat-x, var(--bg);
    background-size: 1px 180px;
    color: var(--fg);
}
 
div#content-wrap {
    margin-top: 3em;
}
 
h1, h2, h3, h4, h5, h6,
div#page-title {
    color: var(--fg-accent);
}
 
a, #side-bar a {
    color: var(--fg-accent);
    transition: 0.2s;
}
 
#side-bar a {
    color: var(--fg-accent-2)
}
 
a:visited, #side-bar a:visited {
    color: var(--fg-accent-dark);    
}
 
#side-bar a:visited {
    color: var(--fg-accent-2-dark)
}
 
a:hover, #side-bar a:hover,
a:focus, #side-bar a:focus {
    color: var(--fg-accent-light);
}
 
#side-bar a:hover,
#side-bar a:focus {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
del {
    color: #660000;
}
 
ins {
    color: #006600;
}
 
/* header */
 
#header {
    background: none;
    padding-top: 40px;
}
 
#header h1, #header h2 {
    margin-left: 0;
}
 
#header h1 {
    background: url(/local--files/theme:halloween/scp-halloween-fr.png) no-repeat top left;
    background-size: contain;
 
    display: block;
 
    height: 130px;
    max-height: 130px;
 
    width: 100%;
    max-width: 550px;
 
    font-size: 0;
    position: relative;
    top: 32px;
}
 
#header h1 a {
    display: block;
 
    margin: 0;
    padding: 0;
 
    height: 130px;
    max-height: 130px;
 
    width: 100%;
    max-width: 550px;
}
 
#header h2 {
    display: none;
}
 
/* top bar */
 
#top-bar {
    margin-top: 60px;
    border-bottom: 1px solid var(--fg-muted);
 
    padding-top: 4px;
    padding-bottom: 4px;
}
 
#top-bar a {
    transition: unset;
}
 
#top-bar ul li ul {
   border-color: var(--fg-accent-dark);
}
 
#top-bar ul li.sfhover ul li a, #top-bar ul li:hover ul li a {
    border-top-color: var(--fg-accent-dark);
    border-color: var(--fg-accent-dark);
}
 
#top-bar ul li ul a, #top-bar a:hover {
    color: var(--fg-accent);
}
 
#top-bar ul li.sfhover a, #top-bar ul li:hover a {
    border-color: var(--fg-accent-dark);
 
    color: var(--fg-accent);
    background-color: var(--bg-medium);
}
 
#top-bar ul li.sfhover a:hover, #top-bar ul li:hover a:hover {
    border-color: var(--bg-medium);
 
    color: var(--bg);
    background-color: var(--fg-accent);
}
 
/* side bar */
 
#side-bar .side-block {
    background-color: transparent !important;
 
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
 
    box-shadow: 0 2px 6px var(--fg-accent-2-dark);
}
 
#side-bar .heading {
    color: var(--fg-accent-2-light);
    border-bottom: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
}
 
#side-bar .menu-item img {
    display: none;
}
 
#side-bar .menu-item.home p::before,
#side-bar .menu-item.main p::before,
#side-bar .menu-item.help p::before,
#side-bar .menu-item.series p::before,
#side-bar .menu-item.forum p::before,
#side-bar .menu-item.default p::before {
    content: "> ";
    background-image: none;
    display: inline;
    position: relative;
    font-size: 10px;
    color: var(--fg-accent-2-dark);
}
 
/* side bar: social media links workaround */
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] .menu-item::before {
    content: "";
}
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #e5e5ff;"] img {
    display: inline;
}
 
/* side bar: user resources workaround */
 
#side-bar .side-block[style="background-color: #fff0f0;"] div:nth-child(2) {
    display: none;
}
 
/* rating module */
 
.page-rate-widget-box .rateup a:hover,
.page-rate-widget-box .ratedown a:hover,
.page-rate-widget-box .cancel a:hover {
    background-color: var(--fg-accent-2-light);
    color: white;
}
 
/* footnote hovers */
 
.hovertip {
    width: 20em;
    padding: 0.5em;
 
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light) !important;
    border-radius: 0.5em;
 
    background-color: #000000ee !important;
    box-shadow: 0 0 6px 1px #000000aa;
    z-index: 100;
}
 
.hovertip .f-heading {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
/* inputs */
 
input.text, input.button,
#search-top-box-input,
#search-top-box-form input[type=submit],
div.buttons input, input.button, button, file, a.button {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-dark);
    border-radius: 0;
    font-size: 1em;
    outline: 0;
}
 
div.buttons input:hover, div.buttons input:focus,
input.button:hover, input.button:focus,
button:hover, button:focus,
file:hover, file:focus,
a.button:hover, a.button:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    background: transparent;
    color: var(--fg);
}
 
input.text:hover, input.button:hover,
input.text:focus, input.button:focus,
#search-top-box-input:hover,
#search-top-box-input:focus,
#search-top-box-form input[type=submit]:hover,
#search-top-box-form input[type=submit]:focus {
    color: var(--fg);
    background: transparent;
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-light);
    outline: 0;
}
 
/* wikidot page elements */
 
#page-title {
    border-color: var(--fg-muted);
}
 
table.wiki-content-table th,
table.wiki-content-table td,
#toc,
blockquote,
.scp-image-block .scp-image-caption {
    border-color: var(--fg-muted);
    background-color: transparent;
}
 
table.wiki-content-table th {
    background-color: var(--bg-medium);
}
 
hr {
    background-color: var(--fg-muted);
}
 
.code {
    border: 1px dashed var(--fg-muted);
    background-color: transparent;
 
    font-family: "Consolas", "Courier New", "Roboto Mono", monospace;
    font-size: 14px;
}
 
/* user login */
 
#login-status {
    color: var(--bg);
}
 
#login-status a {
    border: 0;
    color: var(--bg);
}
 
/* footer */
 
#footer, #license-area {
    background: var(--fg-accent);
    color: #111;
}
 
#license-area {
    background: var(--fg-accent-dark);
}
 
#footer a, #license-area a {
    color: #fff;
}
 
/* code highlighter stuff */
 
.hl-identifier, .hl-code, .hl-brackets {
    color: var(--fg);
}
 
.hl-var {
    color: #21ff00;
}
 
.hl-special {
    color: #ffff00;
}
 
.hl-reserved {
    color: #00b2ff;
}
 
.hl-number, .hl-string {
    color: #ff0020;
}
 
/* tabs */
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-nav a em {
    border-color: var(--bg-medium);
    transition: unset;
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a em {
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.yui-navset .yui-nav a,
.yui-navset .yui-nav a:focus,
.yui-navset .yui-nav a:hover {
    color: var(--fg);
    background: var(--bg);
}
 
.yui-navset .yui-nav .selected a,
.yui-navset .yui-nav .selected a:focus,
.yui-navset .yui-nav .selected a:hover {
    background: var(--bg);
}
 
.yui-navset .yui-nav,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-nav {
    border: 0;
}
 
.yui-navset .yui-content,
.yui-navset .yui-navset-top .yui-content {
    background-color: var(--bg);
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
/* popups */
 
.owindow {
    background-color: var(--bg);
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.title.modal-header {
    background-color: var(--bg);
}
 
.owindow .button-bar a {
    background-color: transparent;
    border-color: var(--fg-accent);
}
 
.owindow .button-bar a:hover, .owindow .button-bar a:focus {
    background-color: transparent;
    border-color: var(--fg-accent-light);
}
 
/* editor */
 
textarea {
    font-family: "Verdana", sans-serif;
    padding: 2px;
    font-size: 100%;
    border: 1px solid var(--fg-accent-2);
    background-color: var(--bg);
    color: var(--fg);
    outline: 0;
}
 
textarea:hover, textarea:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
.change-textarea-size a {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border-color: var(--fg-accent-2)
}
 
.change-textarea-size a:hover, .change-textarea-size a:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    text-decoration: none;
}
 
.edit-help-34 a {
    color: var(--fg-accent-2);
}
 
.edit-help-34 a:visited {
    color: var(--fg-accent-2-dark);
}
 
.edit-help-34 a:hover,
.edit-help-34 a:visited:hover {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
input.text, input.button,
#search-top-box-input,
#search-top-box-form input[type=submit],
div.buttons input, input.button, button, file, a.button {
    background: transparent;
    color: var(--fg);
    border: 1px solid var(--fg-accent-2-dark);
    border-radius: 0;
    font-size: 1em;
    outline: 0;
}
 
div.buttons input:hover, div.buttons input:focus {
    border-color: var(--fg-accent-2-light);
    background: transparent;
    color: var(--fg);
}
 
#lock-info {
    background: transparent;
    border: 0;
}
 
#lock-info #lock-timer {
    color: var(--fg-accent-2-light);
}
 
/* home page elements */
 
.content-panel, .content-panel .panel-body,
.international-entry:nth-child(even),
.alternate:nth-child(even) {
    box-shadow: unset;
    background: #141414;
    color: var(--fg);
}
 
.news-block .news-title > p,
.news-block .news-content > p,
.feature-block .feature-title > p,
.feature-block .feature-subtitle > p {
    color: var(--fg);
}
 
iframe.scpnet-interwiki-frame {
    filter: invert(1) hue-rotate(85deg) saturate(13) brightness(80%);
}
 
iframe.html-block-iframe {
    filter: invert(1);
}
 
div[style="text-align: center; color: #600;"] {
    color: var(--fg-accent) !important;
}
 
/* mobile rules */
 
@media (max-width: 767px) {
 
#side-bar, #side-bar:target {
    border: 0;
    background: var(--bg);
}
 
#search-top-box {
    top: 174px;
}
 
}
notation: +2+x
blank.png

Amityville dans le Missouri
30 octobre

Le Directeur Jacobs croqua dans une pomme alors qu'il surveillait la ville en dessous de lui. Depuis la fenêtre de son bureau il pouvait voir tout Amityville. Depuis l'École de Strawberry Street à l'extrémité sud de la ville jusqu'au Parc Ingram juste à côté du site. Les feuilles étaient brunes et, malgré le fait d'être fin octobre, la neige recouvrait le sol.

La neige était un phénomène météorologique parfaitement normal— plusieurs zones dans les comtés voisins avaient été touchées par des chutes de neige. Cependant, c'était assez inhabituel pour que l'on puisse blâmer la ville et ses habitants.

Il cherchait une excuse pour se débarrasser de Jack Summers. L'homme était professeur d'histoire et déviait du programme d'enseignement approuvé par la Fondation pour le Lycée d'Amityville. C'était une chose d'enseigner la Seconde Guerre Mondiale aux élèves, mais c'en était une autre de passer six semaines sur l'Insurrection de Varsovie et de parler en détail de la guérilla s'y étant déroulée. Des guérillas dont les tactiques ont été utilisées contre le personnel de la Fondation. C'était assez simple pour le moment, juste des gamins lançant des boules puantes faites maisons dans les voitures de la Fondation, mais ça allait dégénérer.

Il regarda l'horloge sur son bureau. Minuit moins dix. Il remercia Dieu de ne pas être à Sloth's Pit. Ils devaient probablement s'occuper d'une crise qui pouvait détruire la ville, tandis que le pire qu'il ait eu à faire était d'annuler la chasse aux bonbons pour la septième année d'affilée.

Il prit une autre bouchée de la pomme et grimaça, la recrachant. Il venait de croquer dans un vers de la taille de son pouce.


Sur l'avenue principale, l'Agent Palmer voulait dire que c'était une nuit calme. Mais il connaissait cette ville— Amityville avait un moyen de faire ravaler ses mots et était devenue hostile les derniers mois. Un de ses amis avait commenté sur le beau temps qu'il faisait une seconde avant de se faire foudroyer. Sa petite amie avait dit que la ville était parfaitement sûre avant que son appartement s'effondre— sans elle dedans, Dieu merci. Et Palmer lui-même avait failli se prendre un feu d'artifice au visage le 4 juillet après s'être dit qu'il aurait été de bon ton de laisser les habitants s'amuser pour une fois.

L'horloge au-dessus du tribunal désaffecté affichait 11 h 59. Dans une minute elle sonnerait minuit malgré le fait que les pièces permettant de faire du son aient été retirées deux ans plus tôt lorsque le tribunal fut fermé. Les gens s'attendaient à entendre la cloche sonner, alors elle sonnait.

Et évidemment, lorsque la grande trotteuse tomba sur le douze, la cloche inexistante commença à sonner.

BONG

Il fallut une seconde à Palmer pour réaliser qu'il pouvait entendre quelque chose arriver de Benedict Avenue, juste derrière lui.

BONG

Il se tourna pour lui faire face. Il y avait un citoyen. Dehors en plein couvre-feu. C'était un grand homme d'au moins un mètre quatre-vingts. Probablement en train d'essayer d'avoir l'air intimidant.

BONG

Palmer leva son arme à feu. "Que faites-vous ici ?!" hurla-t-il.

BONG

La silhouette resta immobile, placide. Palmer n'était même pas sûr qu'elle respirait.

"Dites-moi ce que vous faites ici ou retournez chez vous !" Palmer leva son arme.

BONG

La silhouette se balançait. Palmer réalisa deux choses en même temps : premièrement, elle se rapprochait. Deuxièmement, elle tenait un long couteau aiguisé dans la main.

BONG

Palmer tira. Le crack du fusil transperça le silence de la nuit et fut noyé dans le prochain

BONG

La silhouette tomba au sol, sa tête soulevée par la balle. Une bourrasque amena la silhouette vers Palmer et il vit qu'elle était complètement plate. Elle atterrit à environ deux mètres de lui.

BONG

Il s'avança vers elle. Il grogna et se frotta le visage. C'était une foutue silhouette en carton de Jason Voorhees faisant la publicité de Meurtres en 3 dimensions. La personne l'ayant placé ici avait probablement dû la récupérer dans la réserve du vieux cinéma, quelle blague débile.

BONG

La radio de Palmer grésilla. «C'était quoi ça ? Tu as un contact ?» C'était l'Agent Rhodes, sa petite amie.

"Négatif," Palmer soupira. "Juste un putain de gamin qui voulait faire une blague. Il m'a fait peur. Je remplirai un rapport pour les munitions utilisées demain."

BONG

Le son de la cloche coupa la réponse de Rhodes et masqua le son des pas approchant derrière lui.

BONG

Palmer n'entendit pas le couteau être dégainé.

BONG

Il n'entendit pas le rire bêlant alors que la chose à tête de chèvre leva sa lame.

BONG

Il ne réalisa pas que quelque chose ne tournait pas rond après le quatorzième

BONG

lorsqu'il se retourna. Il n'eut pas le temps de hurler.

Le BONG de l'horloge continua pendant l'heure qui suivait.


Le Directeur Jacobs s'était endormi sur son bureau. Sa bouche avait encore le goût du vers et la pomme qu'il mangeait avait eut le temps de pourrir. Il grimaça et ouvrit son tiroir, content d'y trouver la brosse à dents de rechange qu'il gardait ici.

Il avait voulu teinter les fenêtres de son bureau et les utiliser comme un miroir improvisé, mais lorsqu'il se leva pour trouver l'interrupteur de teinte, il vit un grand "5" rouge sur la fenêtre.

"C'est quoi cette merde ?" Jacobs se frotta les yeux et s'avança de la fenêtre. Il vit une large foule réunie à l'extérieur et crut pendant un moment que les habitants de ce bled paumé s'étaient encore réunis. Mais il reconnut sa secrétaire dans la foule.

"C'est quoi cette merde, bordel de merde ?" Le Directeur se frotta les yeux et sortit de son bureau en direction de l'ascenseur. Il y entra et appuya sur le bouton du rez-de-chaussée. Le sol était collant— probablement un gros lard de la Gastronomie qui faisait encore des expériences avec du caramel.

Jacobs s'arrêta devant la porte principale, activant l'alarme de rassemblement. Seuls cinq agents se montrèrent— c'était assez pour qu'il se sente en sécurité pour sortir, surtout lorsqu'il vit que l'Agent Franklin était parmi eux. Si Dalton était son bras gauche, alors Franklin était le droit. Après une brève explication de la situation, ils se dirigèrent vers la sortie.

Lorsqu'il fut sorti, Jacobs s'arrêta, causant la collision avec Franklin derrière lui. "C'est quoi ce bordel ?"

"Qu'y a-t-il, monsieur ?' Franklin fronça les sourcils en regardant le calme extérieur.

Toutes les personnes s'étant assemblées avaient disparues. Il ne les avait pas croisées en arrivant et elles ne fuyaient pas la scène. Tremblant, il se retourna pour faire face au bâtiment. Son cœur manqua deux battements alors qu'il vit ce qui était écrit sur la façade— le "5" qu'il avait vu était en réalité un grand "S".

SEPT PÉCHEURS SEPT MARINIERS
SEPT ÂMES À BRÛLER
IL EN EST FINI DE L'UN ET SIX DEMEURENT
JACOBS EST CELUI QUE NOUS DEVRONS PRENDRE À LA DERNIÈRE HEURE

Il fallut plusieurs secondes à Jacobs pour réaliser que le "T" de "demeurent" n'était pas écrit avec du sang, ni même écrit. C'était un corps humain, son visage si mutilé qu'il n'était plus reconnaissable. Il portait une veste de la Fondation et on pouvait à peine lire le nom "PALMER" écrit dessus.

Jacobs vomit dans un buisson.


Au point de contrôle à la bordure de la zone du Nexus, Le Commandant Wentworth ignorait les événements prenant place à Amityville. Sa Porsche— réquisitionnée à un habitant d'Amityville, naturellement— était en train de faire le plein au dernier havre de liberté de la ville, une station service à la limite de la zone qui n'était habituellement pas affectée par les anomalies à l'intérieur.

Wentworth s'alluma une Michelson Light alors qu'il commençait à faire le plein. Il venait de passer une très, très bonne semaine en Floride et il était sur la route de son retour en ville où une bière fraîche et une grande télé à écran plat l'attendaient. Il entendait l'appel de It's the Great Pumpkin, Charlie Brown.

Ce dont il entendait aussi l'appel était le pompiste, sortant timidement la tête de la boutique. "Mon-monsieur !" lança-t-il. "V-veuillez ne pas fumer en utilisant la pompe."

Wentworth retira sa cigarette de la bouche pour parler. "Gamin, je conduisais bien avant que tu sois un spermatozoïde dans les couilles de ton père. C'est pas aujourd'hui que je vais exploser."

Wentworth n'avait pas remarqué la goutte d'essence tombée sur sa botte à l'endroit exact où une cendre de sa cigarette tomba à son tour. Il grogna un "fils de pute !" alors qu'il essayait d'écraser le feu avec son autre chaussure. Préoccupé par propagation du feu, il retira accidentellement la pompe encore en fonctionnement de son réservoir.

"Je l'avais prévenu." Le pompiste secoua la tête et songea à appeler les urgences. Il se ravisa, se souvenant de qui il s'agissait exactement.


«À tous les citoyens, veuillez sortir de votre résidence dans le calme et la discipline. Une inspection obligatoire de toutes les résidences va avoir lieu. Des rafraîchissements seront distribués. Merci de votre coopération.»

Le message tournait en boucle depuis maintenant une demie-heure. Toute la ville était dans la rue et le personnel de sécurité fouillait tout le monde, jeunes comme vieux, leur posant des questions et suggérant fortement de boire le cidre ayant été mélangé à du sérum de vérité. Quelques personnes avaient été présélectionnées pour une purge— Jacobs ne pouvait pas s'empêcher de sourire à l'idée de Jack Summers en train de sucer le canon d'un fusil en priant pour sa vie.

Jacobs s'enfonça dans le siège passager de la voiture blindée alors qu'elle roulait en direction du bureau du maire. Son poste n'était plus qu'un homme de paille— la Fondation dirigeait la ville mais les élections donnaient aux citoyens une illusion de contrôle. Cela avait permis à la Fondation de placer deux membres de son personnel en tant que candidats pendant les huit dernières élections.

Dans son bureau, le Maire Henry Dalton posa sa tasse à côté du microphone sur son bureau au moment où Jacobs rentra dans la pièce. "Wentworth était à l'extérieur de la zone du Nexus."

"De ce qu'on sait. Si Sloth's Pit peut doubler de taille en un mois alors qui peut dire que Amityville ne peut pas avoir grandi de quelques dizaines de mètres pendant les dernières années ?"

En lisant la colère sur le visage de Jacobs, Dalton s'exclama, "C'est dingue, même pour vous. Je veux dire, d'abord vous coupez Internet dans la ville. Ensuite vous coupez les privilèges de largage aérien, puis le droit de rassemblement, et enfin les putains d'écoutes téléphoniques et des traceurs. La seule raison pour laquelle cette ville ne s'est pas révoltée contre vous c'est parce que vous droguez les arrivées d'eau. Et maintenant vous les alignez dans la rue pour les fusiller ?"

"Depuis quand ça vous pose un problème ?" demanda Jacobs.

"Depuis que j'ai décidé que vous étiez littéralement taré." Il regarda sa tasse. "…vous avez drogué le cidre, n'est-ce pas ?"

"Ça masque mieux le goût que le café ou le soda. De plus, cette merde venant de Sloth's Pit est bonne." Jacobs haussa les épaules. "D'ailleurs, vous êtes celui qui a mis une balle non pas dans un, mais deux de la fratrie de Summers. Je pense qu'il est temps que vous finissiez le travail."

"—inissiez le travail."

Jacobs cligna des yeux. "Il… y a toujours eu de l'écho ici ?"

Dehors, il y avait eu une explosion. Une voiture fut renversée. Des coups de feu furent tirés et les agents étaient mis en déroute.

Dalton regarda sa tasse. Il l'avait laissée posée sur le bouton de diffusion du microphone.

L'ancien agent n'eut pas le temps de supplier qu'on le laisse en vie que Jacobs lui avait déjà tiré une fois dans la bouche, puis deux, puis encore dix fois pour faire bonne mesure.


Jacobs courait entre les bris de verre et les balles. La Fondation avait installé des dizaines de planques dans toute la ville, prévues spécifiquement pour les situations comme celle-ci— à l'épreuve des radiations, souterraines, dix ancres à réalité redondantes et assez de nourriture et d'eau pour sustenter quelqu'un pendant six mois.

Donc, naturellement, Jacobs ne fut pas surpris lorsqu'il trouva le bunker le plus proche en feu à son arrivée, vidé de son contenu. Ce fut le même constat pour les deux autres qu'il visita. La meilleure option suivante était un magasin de surplus de l'armée au bout de la zone commerciale, vidée depuis longtemps par la Fondation. Il en avait la clé sous la forme d'une brique à travers la fenêtre.

Cette partie de la ville était déjà en proie à plusieurs émeutes et une fenêtre brisée de plus n'allait pas attirer l'attention de la foule, du moins c'est ce que Jacobs espérait. Il s'assit hors de vue du bâtiment et sortit son téléphone pour appeler le site. Ce fut un fort son statique qui le salua, les brouilleurs que la Fondation avait installé ayant intercepté son appel et le rendant impossible. Une certaine musique à propos de pluie un jour de mariage lui vint en tête.

"Je chie dans ce putain de trou paumé !" hurla-t-il.

"Là-dedans !"

La fenêtre fut terminée d'être brisée et une demi-douzaine de citoyens déboula à l'intérieur, brandissant ce qui était clairement de l'armement de la Fondation. Ils lui braquèrent tous leur arme dessus de façon désordonnée et Jacobs lâcha un rire.

"Qu'est-ce qui a de drôle ?" demanda l'un d'eux en siffla entre ses dents.

"D'une, vous avez une tenue d'arme à chier. De deux, ce sont nos armes. Essayez de me tirer dessus, allez-y."

Il y eut un clic de détente, suivi d'un grand

BANG !

et d'un bruit de bris de verre alors que l'ancien porteur de l'arme fut projeté à l'extérieur du bâtiment et s'écrasa contre un mur de briques de l'autre côté de la rue. Le fusil était au sol, là où se trouvait précédemment le citoyen, avant de se détruire dans un nuage de fumée.

"Heu." Jacobs se leva. "Je savais que ça te tuerai mais je ne savais pas comment. La R&D aime le burlesque je supp—"

Jacobs apprit rapidement que la R&D n'avait pas pris en compte le fait de mettre KO avec la crosse du fusil.


"Monsieur ? Monsieur !"

Jacobs se réveilla avec sa cravate attachée sur son visage. Elle avait été tirée sur sa tête dans une tentative hasardeuse de l'attacher ; il pouvait sentir son cou contusionné. Il était attaché à une chaise dans une pièce extrêmement sombre. "Qui est là ?" lança-t-il.

"L'Agent Smythe. C'est vous, Monsieur ?"

"Appelez-moi Jacobs." Il grogna. Sa tête lui faisait un mal de chien. "On est où ?"

"Je sais pas. On a été submergés par les habitants sur Elm Street. Ils ont renversé notre véhicule. J'ai fui et je suis tombé dans une putain de fosse piégée."

"Ils ont préparé ce coup." Jacobs serra les dents. "Pendant des années. Quelle bande de connards d'ingrats."

Dans l'obscurité de la pièce, une matrice de lumières rouges apparut.

1:00

"Bon Dieu d'bon Dieu." Jacobs déglutit. "Est-ce que c'est—"

"Je pense que c'est une bombe."

Jacobs remarqua de la lumière derrière lui. Il jeta un œil et vit qu'une porte venait de s'ouvrir. "Ils nous narguent."

"Je-je pense que je peux atteindre mon couteau." Shythe était partiellement visible, attaché de la même manière que Jacobs, la seule différence étant que ses mains étaient dans son dos. Il fit tomber le couteau de combat qu'il avait sorti. "Ah, merde !"

"Fais-le glisser vers moi si tu y arrives !" Les mains de Jacobs étaient attachées face à lui. "Je te libérerai une fois que j'aurai terminé !"

Le compteur commença le compte à rebours.

0:58

Smythe shoota dans le couteau vers le directeur.

0:55

Jacobs tenta de le ramasser, serrant la lame entre ses doigts.

0:52

Sa main se mit à saigner.

0:49

Le couteau était aiguisé et les cordes étaient faibles.

0:45

Comme dans du beurre.

0:41

L'étreinte autour de ses jambes commença à se relâcher.

0:39

Il se tourna vers Smythe et essaya de couper ses liens.

0:32

Ils étaient bien plus difficiles à couper, c'était un genre de plastique tressé.

0:25

Le centre était en métal.

0:20

La bombe commença à biper.

0:15

Le centre commençait à être entamé.

0:10

Mais pas assez vite.

0:09

Jacobs se mit à courir.

0:08

Il était dans une maison abandonnée que la Fondation avait condamné des années de cela.

0:08

Il s'avança vers la porte d'entrée et se précipita à l'extérieur.

0:06

Un bruit horrible retentit derrière lui et il se mit de nouveau à courir.


Une demi-heure plus tard, Jacobs s'agenouilla alors que des briques explosèrent sous des tirs de pistolet. Une voix familière lança : "Arrêtez-vous ou je tire !"

Jacobs leva les mains et les laissa en l'air même alors qu'il soupirait de soulagement et de reconnaissance. L'homme qui venait de tirer était l'un de ses agents. "Agent Franklin ?" Il grogna. "C-c'est moi, Jacobs."

"Merde." Franklin rengaina son arme. "Désolé, monsieur."

"La ville est devenue tarée." Jacobs s'avança vers lui. "Ils— ils ont buté Dalton, fait péter Smythe, Dieu sait ce qu'ils me réservent. Je…" Il se frotta le visage. "Bordel. On doit aller quelque part… dans un endroit sûr."

"Il reste une planque. Sous l'école." Il déglutit. "Je ne dirai rien de plus. L-la moitié de mon escouade, elle… e-elle a été fauchée par un bus scolaire rebelle en ayant oublié de regarder des deux côtés avant de traverser Main Street…"

"Cette ville est foutue." Ajouta Jacobs. Il n'avait cette position que parce qu'il était enclin à appuyer sur le champignon et ramener l'ordre dans cet endroit. "Allez. On y va."

Franklin et Jacobs regardèrent des deux côtés avant de traverser la rue. Un pâté de maison plus loin, Jacobs s'apprêtait à tourner dans une ruelle, lorsque Franklin le stoppa. "Quoi encore ?"

Franklin éclaira le sol de sa lampe torche, révélant des dizaines de fissures le sillonnant. "Qui marche sur une fissure se casse la nuque à coup sûr."

"Vous n'êtes pas sérieux." Malgré tout, Jacobs avança prudemment sur le sol goudronné, marchant sur la pointe des pieds entre les fissures— puis il vit ce qui se tenait au milieu de la rue. Ouvert en deux, au milieu de la rue, placé de telle manière qu'il était impossible de le contourner, se tenait un escabeau. Sa présence ici était claire : les faire passer sous l'escabeau afin qu'ils soient touchés par la malchance.

"Tirez dessus." grogna Jacobs. "Faites-le tomber."

"D'accord." Franklin visa la structure, les mains tremblantes. Il regarda à ses pieds, s'accroupit prudemment, puis tira.

Le tir brisa le silence de la nuit et l'escabeau tomba dans une cacophonie sans nom. Franklin se téléporta presque de l'autre côté de l'allée lorsqu'il entendit un "c'était quoi ça ?" un pâté de maisons derrière eux.

"Ces foutus ploucs ont placé des pièges." Jacobs était essoufflé, s'appuyant contre un mur de l'autre côté de l'allée. Sa respiration se coupa entièrement alors qu'il venait de réaliser sur quoi il s'appuyait : un panneau affichant :

Cimetierre Historique d'Amityville

Même lui savait qu'il ne fallait pas respirer en passant devant. En y rentrant on était à l'abri. Mais au delà de cette monstruosité grande comme deux pâtés de maisons se trouvait l'école. Jacobs s'avança vers Franklin en prenant une grande respiration et la retenant.

Ils marchèrent l'un à côté de l'autre, le son de leurs pas faisant écho dans les rues vides alors que des tirs résonnaient au loin et des flammes étaient visibles dans le ciel. Il allait pleuvoir. Peut-être. Jacobs ferma les yeux et s'avança prudemment. Ils pouvaient traverser la rue, bien sûr, mais ça allait faire plus de mal que de bien— s'ils ne traversaient pas assez rapidement et commençaient à respirer, qui savait ce qu'il se passerait.

Jacobs sentit un éternuement lui monter au nez, ses yeux devinrent humides. Le mur du cimetière semblait s'étendre sur des kilomètres. Il se demandait pourquoi il y avait une faute sur le panneau. Cela faisait-il partie d'un genre de code que les habitants avaient mis en place ? Quelque chose pour dire "Hey, respirez pas ici ou vous crevez" ? Et comment fonctionnait la mort ici ? Est-ce que leur âme était sortie de leur corps ? Est-ce—

Franklin agrippa Jacobs par la manche de sa veste alors qu'il allait presque traverser la rue sans regarder des deux côtés. Ils avaient passé le cimetière. L'école était visible, ses fenêtres barricadées.

C'est à ce moment que Franklin fit la plus grosse erreur de sa vie. Il venait de dire les 7 mots qui ne devaient jamais être dits à Amityville : "Je pense que nous sommes en sécurité."

Un tir coupa le silence de la nuit, frappant Franklin dans la jambe et le faisant tomber au sol. Jacobs se pencha en essayant d'aider son compagnon— et son visage devint livide lorsqu'il vit la silhouette tenant le fusil au canon fumant.

Il mesurait au moins un mètre quatre-vingts, habillé d'un pantalon de costume noir, couvert de fourrure et possédant une tête de chèvre à six cornes. Ses yeux étaient étrangement sans vie et sa bouche débordait d'écume. Il lança l'arme sur le côté et sortit une hachette. "C'est impossible." lança Jacobs. "T-t-t-tu es censé être à Sloth's Pit !"

L'Homme-Chèvre pencha la tête sur le côté et prit sa hache à deux mains, titubant vers Franklin. Fidèle à sa lâcheté, Jacobs se tourna et courut en direction de l'école.

Franklin chercha son arme, seulement pour se rendre compte que le directeur l'avait pris. Il hurla alors que l'Homme-Chèvre fondit sur lui.


À l'extérieur de l'école, Amityville était en flammes. On entendait des cris triomphants dans un mégaphone, parlant de leur prise de la ville. Jacobs ne pouvait pas s'empêcher de rire alors qu'il marchait dans les couloirs vides— la Fondation allait survoler la zone d'un moment à l'autre pour le secourir et balancer le Protocole Penzance pour supprimer cet endroit de l'existence.

Pour le moment, Jacobs avait des comptes à régler. Il savait ce qui l'attendait dans la salle d'histoire décorée avec des chauves-souris en papier et des lanternes-citrouilles. Une silhouette était appuyée contre le bureau, fixant Jacobs qui venait d'entrer. "Directeur Jacobs, je présume."

"Summers." siffla Jacobs.

Face à lui, Jack Summers ajusta ses lunettes. C'était la première fois que Jacobs pouvait l'observer. Il s'attendait à un professeur filiforme aux bras de même diamètre que les stylos qu'il utilisait pour donner des heures de colle et la voix saccadée. Probablement chauve comme son idiot de frère.

À la place, appuyé contre le bureau se tenait un homme de bonne composition, un foulard couvert de sang qu'il avait noué autour de sa tête en bandage de fortune. Il tenait dans une main un pistolet ressemblant à un Beretta et dans l'autre une veste déchirée, protégeant clairement une blessure. "Avez-vous seulement idée du temps que j'ai attendu pour ça ?" Summers leva son arme. "Des années, et des années, et des années. Et maintenant, vous allez mourir."

Les yeux de Jacobs se posèrent sur l'arme. Il se mit à rire et secoua la tête. "Vous devrez vous approcher pour faire ça. Ceci appartient à la Fondation."

"Et ?"

"Seul un agent de la Fondation peut tirer avec ça. Ils sont génétiquement verrouillés à moins que, avec vingt redondances—"

Une balle frappa le mur à côté de la tête de Jacobs. Le directeur hurla et se recroquevilla, fixant Summers qui se tenait à présent droit, sortant sa main de sous la veste et révélant un badge montrant le symbole d'une tête de renard et une couronne de neuf queues. "C'est quoi ce bordel ?"

"Epsilon-11. Ils m'ont approché après que vos soldats ont tué ma famille. Vous saviez qu'ils peuvent télécharger un entraînement dans votre tête, façon putain de Matrix ? C'était kiffant !"

"Que— comment—"

"J'ai été autorisé à, et je cite, "utiliser tous les moyens nécessaires à ma disposition pour arrêter le Directeur Jacobs"." L'Agent Summers secoua la tête. "Vous deviez être remis à votre place et c'est ainsi qu'ils ont voulu le faire."

"Vous avez buté au moins une demi-douzaine d'agents !" protesta Jacobs. "Il n'y a aucun moyen qu'ils me collent un procès !"

"Vous avez buté Dalton. Ça m'a fait économiser une balle ou cinquante. Connard."

"Et Wentworth, alors ?"

"Wentworth était un foutu accident. Je pensais que la ville allait juste jouer le jeu."

"Palmer ?"

"Dans un endroit sécurisé. On a emprunté un corps à la morgue du comté et on l'a écorché avant de le crucifier au bâtiment."

"Smythe—"

"Une fausse bombe, avec des bons effets sonores."

"E-et-et Franklin ?"

"Non mais, sérieusement ?! L'Homme-chèvre est à Sloth's Pit ; c'était un costume ! On devait tous vous capturer pour que vous puissiez être jugés pour la mort de… littéralement des dizaines de citoyens. Dont mon frère." Summers arma le pistolet et s'approcha de Jacobs. "On voulait juste s'amuser un peu."

"V-vous ne voulez pas faire ça !" Jacobs avait l'air plus pathétique qu'il ne l'aurait voulu. "V-vous ne voulez pas plutôt me voir pourrir en prison pour ce que j'ai fait ?"

"Je vous ferais une faveur. Le procès est secret et vous deviendrez très probablement Classe-D." Il pointa le pistolet vers la tête de Jacobs.

Summers tira la détente.

La chambre était vide.

Jacobs hurla et se roula en boule.

"Vous avez essayé de diriger une ville qui adore ce genre de chose— les superstitions, la subversion des attentes, les rituels." Summers sourit et approcha sa tête de l'oreille de Jacobs. "Vous. Vous attendiez. À quoi ?"

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License