L'Exilé de l’Été
notation: +7+x

L’Exilé de l’Été

L’Hubris du Geôlier, le Dernier Dragon1, Reptilia supernus2, la Tarasque de Levon, l’Exilé de la Chair, le Fils Prodigue Récalcitrant, la Mère de la Mort, SCP-682

Vue Générale


L’Exilé de Été est un monstre singulier, une entité animale pourvue d’extrêmes capacités de changement de forme adaptatif. Il est communément pensé qu’il est impossible de le tuer. Il est généralement pensé qu’il a été éxilé de son monde d’origine, un endroit mécompris, et recréé ou altéré par la Fondation SCP. Il est connu pour être emprisonné sur Terre et être incapable d’en partir de façon définitive. L’Exilé de l’Été éprouve un extrême sentiment d’horreur vis-à-vis de toute vie humanoïde, et tentera de tuer toute entité humanoïde qu’elle verra.

Connaissances

Traits : L’Exilé de l’Été est un métamorphe adaptatif, changeant de forme en réponse à des stimuli extérieurs. Sa puissance varie de façon positive proportionnellement aux forces exercées sur lui3. Une fois un certain laps de temps écoulé, la plupart des adaptations ainsi gagnées sont perdues, mais son corps reste néanmoins en perpétuel changement.
En apparence, l’Exilé de l’Été semble être une créature reptilienne, bien que toutes ses caractéristiques physiques ne sont jamais que temporaires.

Nature : L’Exilé de l’Été est issu d’une espèce consciente et extrêmement intelligente d’origine inconnue. Il nous est connu qu’il existe d’autre membres de son espèce, et que ces derniers sont tous des prédateurs hermaphrodites. Aucun autre membre de cette espèce n’a à l’heure actuelle été identifié. L’Exilé de l’Été a subi des transformations qui ne permettent pas de reconnaître sa forme originale : il est donc malheureusement difficile d’en savoir plus à partir de lui sur le reste de son espèce4.

Il est admis que l’Exilé de l’Été a été banni ou Exilé de son monde d’origine ; les premières et les plus fiables sources trouvées déclarent que l’Exilé est « à jamais renié des terres de l’Été ». Les circonstances de son exil sont encore inconnues.5

L’Exilé voit les humains comme les hommes occidentaux voient les cafards, à cela près qu’il a également une peur réelle de l’homme allant au-delà de la pure peur instinctive, vu que les humains sont en comparaison énormes et ont passé des années et des années à tourmenter l’Exilé (ce qui est littéralement le cas lorsqu’il est question de la Fondation). Pour l’Exilé, les humains représentent une horreur qu’il nous est pratiquement impossible de comprendre.

Il semble porter une haine moins importante à d’autres formes de vie provenant de la Terre. Lors d’interactions avec des formes de vie ne provenant pas de ce monde, il se comporte comme un grand prédateur classique : calme et prudent avec quelques périodes sporadiques d’intenses phases de chasse.

Il n’est pas déterminé si les capacités de changement de forme adaptatif de l’Exilé sont une capacité innée à son espèce, une malédiction ou une particularité lui ayant étant infligée pour d’autres raisons, telle que la Marque portée par Cain le Vagabond, ou un effet secondaire de l’intervention des Geôliers.

Histoire et Parties Associées : L’Exilé de l’Été est étroitement lié à la Fondation SCP à un niveau occulte : la nature de cette connexion n’est pas encore totalement comprise. Les Geôliers l’ont certainement réveillé de son hibernation première et la question quant à leur responsabilité dans la création de la forme actuelle de l’Exilé n’a pas de réponse claire.
Il est connu que l’Exilé fut en hibernation pendant des siècles, jusqu’à ce que les Geôliers perturbent son sommeil. A un date inconnue, il y a une décennie voire même il y a bien plus longtemps, les Geôliers découvrirent (redécouvrirent ?) la tombe de l’Exilé, apparemment grâce à des informations héritées de leurs prédécesseurs (voir d’autres entrées reliées à l’histoire de la Fondation SCP ailleurs).
Les Geôliers déterrèrent le corps insensible alors de l’Exilé, et commencèrent à le soumettre à des expérience, tentant de combiner le corps avec d’autres entités surnaturelles. Ils furent à priori prévenus des conséquences, peut-être à la dernière minute, car aucun Geôlier n’était présent quand l’Exilé se réveilla.
Après son réveil, l’Exilé vagabonda brièvement sur la Terre, avant que les Geôliers ne réussissent à le capturer et l’emprisonner. L’Exilé tente de s’échapper depuis.
À cause de ces évènements, l’évènement est communément nommé « L’Hubris du Geôlier »
Les Geôliers réagirent avec peur à la suite de leur erreur, mais de la mauvaise façon. Leurs meneurs usèrent de l’Exilé comme d'un exemple pour montrer pourquoi la connaissance et la recherche scientifique sont dangereuses et devraient être supprimées, plutôt que de reconnaitre qu’ils auraient dû accumuler plus de connaissances au sujet de l’Exilé avant de plonger maladroitement dans les ténèbres de la tombe de ce dernier. Comme attendu, les Geôliers refusent toute aide extérieure au sujet de l’Exilé.

L’Exilé de l’Été a montré une grande affection pour le Cinquième Enfant Perdu, en dépit de sa forme humanoïde. La raison de cette affection est inconnue.6

Curieusement, il existe également certains rapports mentionnant des coopérations entre l’Exilé et les Geôliers de temps à autre à des fins inconnues. Si cela s’avère vérifié, la plupart des Geôliers semblent ne pas en être au courant.

Approche : Les confrontations avec l’Exilé de l’Été sont plus facilement gagnables en le distrayant ou en l’emprisonnant assez longtemps pour s’échapper. Il est tout particulièrement conseillé aux membres Humains de la Main de fuir l’Exilé de l’Été par tous les moyens possibles.
L’Exilé de l’Été ne peut pas être banni de façon permanente dans un plan n’appartenant pas à la Terre, uniquement de façon temporaire (cependant, de telles tentatives échouent la plupart du temps).

Le plus long bannissement réussi de l’Exilé fut dans les Ravelwoods (voir les sources de la Bibliothèque) suites aux effets d’un rituel particulièrement puissant, et même ce bannissement ne dura que quelques années, et fut plus facilement couronné de succès grâce à la nature des Ravelwoods eux-mêmes. L’Exilé de l’Été ne peut pas entrer dans les Voies et est interdit d’accès à la Bibliothèque.
Aucun emprisonnement de l’Exilé de l’Été n’a jamais été permanent. Les Geôliers ont été les meilleurs dans ce domaine, mais l’Exilé de l’Été s’échappe régulièrement de leurs cages. Seules les ressources que les Geôliers ont à leur disposition ont permis l’emprisonnement de l’Exilé sur la durée et de façon continue.
Les Geôliers soumettent continuellement l’Exilé de l’Été à des tests dans l’espoir de le tuer. Cela est fortement déconseillé, car exposer l’Exilé de l’Été à plus de puissance a pour effet d’augmenter la sienne propre, surtout vu que toutes ses immunités ne disparaissent pas après un certain temps.7

Observations & Histoire

Des mentions de l’Exilé de l’Été apparaissent de façon intermittente à travers l’histoire, bien que la plupart des documents y faisant rapport s’avèrent avoir été fabriqués.

Un de ces fameux documents (bien qu’apparemment fabriqué au vu des inconsistances historiques qu’il contient) est Lord Blackwood et la Chasse à la Grande Tarasque de '83. Les premières allusions proviennent d’un fragment d’un travail inconnu, nommant l’Exilé de l’Été et déclarant qu’ “elle se désole éternellement pour des tragédies inconnues” sans plus élaborer.8
Beaucoup de sources décrivent l’Exilé de l’Été comme une figure semblable à Sisyphe, étant punie pour un crime terrible à être banni dans notre monde, et étant forcé à endurer un infini, incompréhensible, et pourtant douloureux cycle. L’existence de l’Exilé ici-bas est une réelle torture.9

C. Mondessa déclare dans “Les Ames Perdues” que l’Exilé de l’Été s’est résigné à ne pas pouvoir retrouver son monde d’origine, et souhaite soit de pouvoir dormir sans être dérangé, soit de détruire entièrement la civilisation, ce qui est le plus pratique. Elle suppose que l’Exilé pourrait, en réalité, croire qu’il pourrait être libéré de son emprisonnement sur Terre une fois qu’il aurait exterminé toutes les formes de vie intelligente sur la planète – une croyance qui en fait pourrait se révéler vraie.
“L’Exilé n’est que futilité et absurdité en chair et en os. L’Exilé est le travailleur, écrasé par la noblesse, le vagabond rejÉté du refuge, l’enfant ignoré par le parent, l’amoureux abandonné, l’injustice visitée. L’Exilé, renaissant et étant perpétuellement rejeté de l’Été, nage dans les douleurs de la naissance et la mort, luttant pour atteindre un équilibre là ou aucun n’est possible. Ce n’est que quand il se réveille, quand il est conscient, quand il voit la vérité sur sa lutte éternelle, qu’il transforme sa douleur en mépris et la renvoie au décuple. Il n’y a pas de lutte qui ne puisse être gagnée par le mépris. Aucun obstacle qui ne peut être poussé sur le côté par la rage et l’indignation du juste. Quand justice est servie, c’est toujours dans le feu et avec une pierre aiguisée. » ~Septimus l’Enchanteur

Doutes


Il est possible que les Geôliers eux-mêmes aient créé l’Exilé de l’Été à partir de rien lors d’une de leurs grandes expérimentations, créant tout ce qui existe aujourd’hui à propos de son présent et de son passé – depuis l’espèce d’où il est issu et de son refuge inaccessible à son apparence rétroactive dans d’anciens contes – dans une seule et même vaste cascade de la réalité.1011

Certains documents déclarent que la Fondation essaye volontairement d’aider l’Exilé à retourner à son prime état divin, afin qu’il puisse déchaîner sa vengeance sur le monde d’où il est banni, mais la plupart d’entre nous trouvent cela peu probable.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License