Stratagème
notation: +1+x

"Des Tater Tots1 ? C'est ça qu'ils nous donnent pour le déjeuner ? Des Tater Tots ?" Le Docteur Harold Breaker baissa les yeux vers les nuggets brunâtres dans son assiette, collés au sandwich aux boulettes de poulet avec ses fines tranches de cornichon et son ketchup insipide, lui-même gisant à côté des macaronis caoutchouteux au fromage. Le flan, en revanche, a été épargné par ces fichues coupes dans le budget de la cafétéria. En tout cas pour l'instant.

"Depuis quand la Fondation est une école primaire ?"

Prenant son plateau avec lui, le Docteur Breaker déambula sans but dans la mer de tables et de chercheurs affamés de la cafétéria.

Breaker était noir, la cinquantaine, avec de fins cheveux poivre et sel et une petite moustache. C'était un homme plutôt imposant aussi bien en hauteur qu'en largeur, cependant ses années de football du lycée étaient loin derrière lui et un abonnement forcé à la salle de sport par sa femme était prévisible dans un futur proche.

Breaker s'assit au bout d'une des longues tables en métal, dans le coin le moins occupé de la cafétéria. Il n'était pas d'humeur à sociabiliser avec un grand nombre de personnes. Le chercheur prit une bouchée de son sandwich au poulet irrégulièrement cuit.

"Hey, Breaker."

Breaker leva les yeux pour voir le Docteur Ryan Melbourne se tenant de l'autre côté de la table, portant un plateau rempli du même genre nourriture bon marché. Melbourne était grand et maigre, dans les trente ans, les cheveux cendrés en désordre, une cicatrice sur le menton et une peau fortement bronzée due à ses récentes vacances dans les Caraïbes. Il avait retroussé les manches de sa chemise, révélant des symboles chinois tatoués sur l'intérieur de son bras droit. La phrase, une fois traduite en français, donnait "Tu t'attendais à quelque chose de profond ?"

"Hey", dit Breaker monotonement tandis que le plus jeune docteur s'asseyait. "Je t'ai pas vu dans le coin récemment."

"Ouais, c'était agité au département toute la semaine. La superviseur s'est inquiétée à propos d'un risque d'épidémie mémétique, donc elle venait nous contrôler quatre fois par jour."

"Il s'est passé quoi ? Et pourquoi j'en ai pas entendu parler ?"

"Trois chercheurs ont commencé à agir exactement de la même manière pendant l'examen psychologique mensuel. Ils se mettaient à chanter une version modifiée de "The Immigrant Song" avec une utilisation très intéressante du mot 'défenestrer', en plus d'autres trucs.

"Et qui étaient les chercheurs ?" Breaker pouvait voir où cette histoire allait.

"Les Docteurs Jameson, Ulrich et Ferrier."

Breaker frappa la table de la main et éclata de rire.

"Je le savais ! Je l'ai vu venir à des kilomètres."

"C'est un miracle qu'ils n'aient pas été rétrogradés en Classe-D à l'heure qu'il est. Ils ne peuvent pas partir une semaine sans hérisser le poil du Superviseur Bricket."

"Littéralement et métaphoriquement."

"Exact." Melbourne avala une fourchette de macaronis. "Pour changer complètement de sujet, j'ai parié cinquante balles sur un truc et j'ai besoin d'une réponse de ta part."

Breaker soupira. L'habitude de Melbourne à faire des paris était le malheur de tous ceux qui le connaissaient, parce qu'il allait forcément leur demander de l'argent. Malheureusement, le docteur ne voyait pas de porte de sortie dans la cafétéria.

"Vas-y," dit-il, redoutant ce qui allait venir.

"Ok, disons, hypothétiquement, que 008 brise son confinement. L'infection se répand, sans aucune chance de confinement. Que fais-tu ?"

Breaker ne s'attendait pas à quelque chose d'aussi… sérieux.

"Je verrouille le bâtiment et commute sur les générateurs de secours. J'utilise des drones pour la reconnaissance à l'extérieur. Si c'est réellement un scénario de Classe-XC ou XK, on retombe aux bases : notre établissement est facilement défendable. On a déjà de la nourriture, de l'eau et du matériel médical. Si on est sur du long terme, on se rationnera et improvisera si nécessaire. S'il y a des SCP qui nous mettent en danger ou pompent nos ressources limitées, on les détruit. Tous les autres, on les utilise à notre avantage."

Melbourne sourit.

"C'était pas dans les règles mais je compte ça comme un plan anti-invasion zombie. Et ils disaient que tu n'en avais pas. C'est cinquante balles dans ma poche."

"Un plan anti-invasion zombie ? C'est comme ça que tu l'appelles ?"

"Ou un plan d'urgence SCP-008, si tu veux."

"Je m'en fiche un peu, à vrai dire." Breaker retourna à son sandwich.

"Oh, allez. Demande-moi un truc."

"Très bien." Il foudroya du regard l'autre chercheur. "C'est quoi ton plan anti-invasion zombie ?"

"Tu gâches ta question ! Demande-moi quelque chose de différent."

Breaker se gratta le menton.

"Ok… T'es coincé dans une pièce avec 173."

"Je pense que ne pas cligner des yeux est la première chose à faire. Tant que je garde un œil ouvert, je courrais en arrière vers la sortie de secours le plus vite possible."

"Ça me va. C'est vraiment la seule chose à faire."

"À moi. 705 débarque dans la salle de pause."

"Tu rigoles ? Ils n'auraient même pas une chance contre mon neveu de cinq ans."

"Envois-le dedans ; ce serait hilarant. Peut-être qu'on pourrait les présenter à 387 après ça."

"Ne laisse pas l'administration entendre celle-là. 239 se réveille et décide qu'elle ne nous aime pas trop."

"Je fuis au Canada."

Breaker lança à Melbourne un regard du genre "tu ne prends pas ça au sérieux, alors que moi si ?".

"Quoi ? C'est toi le type sérieux, pas moi. 055 brise son confinement."

"Quoi ?"

"Exactement."

"Peu importe. Nous n'avons même pas de numéro cinquante-cinq, je crois. Une épidémie massive de 217."

Melbourne croisa les bras et avait l'air irrité.

"Tu t'attends à ce que je dise quelque chose de stupide du genre 'J'attends que Rights ait un nouveau gosse,' c'est ça ? Et bien tu as tort et ton idée est stupide. Choisis une chose à laquelle on n'a pas encore eu affaire."

"Bien. Que dis-tu de celle-là ? Une vidéo de 597 se retrouve sur le net."

"Oh mon Dieu." Melbourne écarquilla les yeux. "Est-ce que tu sais seulement ce que tu suggères ?"

"Tu vas probablement me le dire."

"Tu parles que je vais te le dire ! Écoute, la plupart des mecs qui ont les hormones qui partent en sucette ne connaissent que la philosophie du "plus de nichons". La révélation du fait qu'il y a quelque chose qui existe qui s'apparente à "trop de nichons" enverrait Internet dans une spirale anarchique suivie d'une implosion."

"C'est… Tu sais quoi, je ne dirai rien."

"C'est mieux."

Il y eu un silence gênant.

"804 devient hors de contrôle," dit Breaker.

"J'essaye de me souvenir de mon entraînement chez les Scouts ? Soit ça, soit je l'explose avec une pierre, je ne sais pas. C'est supposé t'amuser et ça n'est définitivement pas en train de t'amuser. Écoute, voilà ce qu'il se passe : 231-7 accouche, et ce coïncidant avec une brèche de confinement de 682, 076-2 se retournant contre la Fondation et quelque chose de vraiment vilain qui sort de 354. La somme de ces événements causant une brèche de confinement d'environ tous les objets de niveau Keter que nous avons."

Suite au joker joué par Melbourne, Breaker était silencieux. Environ trente secondes passèrent, le chercheur ne bougeait pas d'un pouce. Enfin, un sourire assuré se dessina sur son visage.

"Tu as encore le même sourire, Breaker." Melbourne pointa sa fourchette vers lui. "Rien de bon n'arrive jamais quand tu as ce sourire."

"C'est le plus facile jusqu'à présent."

"Comment ça ? Le suicide ne fait pas partie des règles."

"Ça reste facile. D'abord, j'active le protocole de suppression d'urgence de la prison des Classes-D, puis je m'y précipite et j'applique 447 sur chaque corps s'y trouvant."

L'expression sur le visage de Melbourne n'avait pas de prix.

"Mais qu'est-ce que c'est censé faire bordel ?"

"Et bien, puisque les choses ne peuvent pas être pires, l'effet normalement catastrophique de laisser 447 proche d'autant de corps devrait annuler tout le reste." Breaker se leva, prenant avec lui son plateau vide. "Ou alors je détruirai juste l'univers. Dans tous les cas ce sera une amélioration et je crois que c'est la fin de notre jeu, mon ami."

|Centre|

Auteur original : DjoricDjoric
Source Originale : The SCP Foundation
Date : 23/01/2010
Lien : Stratagem

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License