SPC-3284-J
notation: +4+x
SPC-3284.png

Image thermique d'une instance de SPC-3284

Objet # : SPC-3284-J

Classe : Grand Blanc

Protocoles de Cognage Sélacien : Il est presque impossible d'engager le combat avec les instances de SPC-3284-J dans leur habitat naturel en raison de la chaleur extrême qui y règne. Le protocole actuel en cas d'infestation de SPC-3284-J est d'assécher le lac de lave dans lequel elle se trouve, puis de se positionner de manière à pouvoir asséner des coups de poing aux instances, en portant des armures résistant à la chaleur. Pour cette raison, la Force d'Incursion et de Matraquage Sigma-6 ("Les Poings Enflammés de la Furie") doit participer à toute opération liée à SPC-3284-J.

Description : SPC-3284-J est une forme de vie dont le fonctionnement est basé sur le silicium et ressemblant à Carcharodon carcharias. Les instances de SPC-3284-J habitent dans des masses de lave en fusion, et disposent d'une physiologie unique leur permettant d'y "nager" de la même façon qu'un requin ordinaire nagerait dans l'eau. Elles ne semblent pas avoir besoin d'autre chose que l'énergie thermique fournie par leur environnement, mais tenteront de consommer toute matière organique à leur portée. Le mécanisme leur permettant de détecter cette matière organique est encore inconnu.

SPC-3284-J fut initialement découvert lors d'un raid sur une installation de Marshall, Carter and Shark1 Ltd., où ils utilisaient le génie génétique et [DONNÉES SUPPRIMÉES] pour créer des requins qu'ils vendaient au plus offrant. À l'aide des documents récupérés lors de ce raid, les agents du Centre furent capables de tracer une cargaison de SPC-3284-J jusqu'à un lac de lave en République Démocratique du Congo. Depuis lors, au moins █ infestations de SPC-3284-J ont été découvertes, notamment une au sein du Parc National de ████████████, aux États-Unis. Les recherches actuelles suggèrent qu'une population de SPC-3284-J migre de façon annuelle vers de nouveaux lieux à travers le manteau terrestre. Cela, associé à leur capacité à survivre grâce à l'énergie thermique, peut expliquer l'étendue de l'infestation. Des efforts pour creuser à travers le manteau terrestre sont en cours.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License