Sous la plume de Mortarion
notation: +21+x

Bonjour et bienvenue dans cet essai!
Un jour m'est venue une idée:
A quoi ressembleraient certains personnages du Site Aleph si c'était moi qui les avait écrit?
Voici quelques pages revisitées, versions alternatives de vos héros favoris, sous forme de conte et avec mon style d'écriture dépressif mélodramatique sombre.

Dr Grym

"[…] Et puis il y a ce type, là, le docteur Grym. J'ai encore du mal à le croire, mais je te le jure : ce type est tout simplement… immortel. Et pourtant, je passe mon tour si on me propose sa putain de place. J'ai glané ce que j'ai pu auprès du Département de Recherche, et j'ai pas compris la moitié, mais ils disent que ses cellules peuvent juste pas arrêter de se renouveler, alors que son corps a atteint ses limites. En un mot…. Il se décompose. Ce mec se décompose vivant. C'est pas visible, c'est au niveau cellulaire… Je suis pas scientifique, merde, mais imagine ? Ses cellules meurent, elles sont remplacées inlassablement, et elles meurent tout de suite. Toutes ses blessures… On voit sa chair ramper sur ses plaies pour essayer de les refermer. Il paraît que même un membre amputé peut se régénérer ! Mais vu la gueule qu'il fait pour une coupure, je peux pas imaginer la douleur d'un bras qui repousse… On dirait bien que Dieu lui en veut personnellement, à celui là. Il se décompose, mais il a pas le droit de mourir. On lui tranche la gorge, il a pas le droit de mourir. Il reste sur Terre, à gémir comme un chien quand son corps essaye de le sauver d'un repos bien mérité. C'est pour ça qu'il est de notre coté d'ailleurs. C'est ça le deal. Il nous aide, et en échange, il bénéficie d'un magnifique harnais tout droit sorti d'un film de SF, avec des seringues et des câbles partout, et qui lui délivre en permanence directement dans la colonne vertébrale de quoi oublier que ses nerfs sont en train de se détruire et de se reconstruire chaque seconde. Avec ça, il a l'air plus détendu… au moins tant que ça marche. Mais quand ça s’arrête… Merde, j'ai jamais vu quelqu'un gueuler aussi fort. Je veux même pas imaginer une telle douleur. Il a même soulevé un pauvre type en blouse à bout de bras, comme ça ! Je suppose que ça aide, d'avoir des fibres musculaires qui se réparent à peine déchirées…"

Extrait d'un mail inter-site intercepté pour divulgation non-autorisée.

Dr Kaze

"29 Juin 98
Cette semaine a été je pense, la plus éprouvante de ma carrière. J'ai opéré des chercheurs à cœur ouvert, j'ai retiré des balles traçantes de l'abdomen d'un agent de FIM hurlant, maintenu à la table par ses amis. Et pourtant, rien ne m'a préparé à cette semaine. Ils m'ont emmené un brancard vide, avec des attaches fermées, m'ont fait signer une décharge, et sont partis en me laissant une liste d'instructions et une autorisation de budget… presque illimité. Et j'ai fait ce qu'on m'a dit. Un coup de spray colorant, et son visage est apparu. Tu parles d'un super-pouvoir… Connerie de Marvel. Evidemment, qu'un type invisible serait aussi aveugle. Une rétine invisible, elle l'est pour tout le monde. Mais j'ai fait ce qu'on m'a dit. Je suis sûr qu'en lui retirant les yeux, j'en ai fait de la charpie. Je suis sûr que si il redevient visible, on verra sa gueule couturée de cicatrices. Et je suis sûr que j'ai perdu 2 kilos en sueur. Mais je l'ai fait. Je lui ai implanté les deux optiques fonctionnelles, et j'ai attendu. Je l'ai mis en "observation, mais merde, si il s'était infecté, j'en aurais rien su. La greffe a bien tenu, je pense, il s'est réveillé, il m'a remercié. Je ne comprends pas comment fonctionne son anomalie, mais les optiques ne sont visibles que là où elles sont à découvert. En un mot, on ne peut les voir que de face, les yeux ouverts. Deux cercles métalliques flottants, sertis d'une faible lumière rouge. Et si on tend l'oreille, des bruits de pas, une respiration, et le petit vrombissement léger caractéristique d'une optique en marche. Ils sont revenus, ils l'ont escorté jusqu'à leur véhicule, et sont repartis. Mais est ce qu'il est vraiment parti ? Des fois, j'ai l'impression de voir une ombre du coin de l’œil. Chez moi, au travail, dans mon lit. Je me tourne, plus rien. Mais je sais qu'il pourrait être là, juste face à moi, les yeux fermés. J'ai peut être croisé son regard. C'est insupportable. Chaque fois je m'arrête, j'écoute, sans un mouvement, retenant mon souffle. Et j'attends. J'attends ce foutu petit vrombissement."

Extrait du journal du Dr Will, Département Médical.

Dr Frog

"[…] Nan, sérieusement, t'en a jamais entendu parler ? C'est le nouveau type qui s'occupe de la répartition et du recrutement des classes Delta pour le Site. Officiellement, c'est un médecin psychologue, mais j'ai jamais entendu qui que ce soit parler d'une quelconque consultation… Il est un peu dans le délire Hannibal, tu sais, dans Le Silence de l'Agneau, du genre "Regardez moi, je diagnostique des gens pas plus tarés que moi !" Tu parles… Et le pire, c'est qu'il est aussi bon qu'il le dit. La dernière fois, ça s'est passé ici même, et même que le type que t'as devant toi était au premier rang ! Hein les gars ? [Rires] Vous voulez que je lui raconte ? Roh c'est con, si Steven était là… Steven, c'est lui qui le raconte le mieux ! Bon ben moi j'étais là. Juste là, en train d'essayer de faire marcher cette saloperie. Et là le "Médecin Psychologue", il se pointe, il regarde droit vers Didier… Ouais, l'agent Fana, si tu veux… Pis je te dis pas, avec sa gueule et sa peau pâle, limite verdâtre… Effet immédiat. Il se rapproche en souriant, et là il lui sort: " Vous allez bien ? Agent Fana ?" Ben oui, sur son badge, m'interromps pas. "Vous allez bien ?" Toujours droit dans les yeux le mec " Et eux, ils vont bien ? Ils étaient proches… Un seul ? Il était proche ? Elle était proche ? Elle ? Elle, c'est ça ? Elle manque ? Elle était très proche ?" Et c'était marrant, mais plus ça allait, plus c'était bizarre, et plus Didier avait quand même l'air de comprendre. Ça dure bien cinq minutes comme ça, plus personne parlait dans la cafet'. Alors là, "Docteur" Frog, il recommence les questions, mais à l'envers, il inverse même des mots, même qu'à la fin ça voulait plus rien dire ! " Ça va agent Fana ? Comme elle ? L'agent Fana est toujours avec elle ?" Enfin tu vois le genre ? T'approches pas de ce type va, il est bien taré si tu veux mon avis…

Quoi ?….Didier ? Ah Didier…. Ben là, il s'est mis à vomir et à chialer, puis il a hurlé que c'était lui qui avait enterré sa petite dernière sous la terrasse.
….
…. Ben merde, me regarde pas comme ça. Je t'avais dit que Steven, il la racontait mieux."

Extrait d'enregistrement audio, cafétéria du Site Aleph, 12 janvier 2012.

D-2108

"Pitié… C'est un malentendu, je ne suis pas celui que vous cherchez, je ne vous connais pas le moindre du monde !"
Il acheva sa phrase par une quinte de toux, rendue douloureuse par ses côtes probablement fêlées sous les coups. Il tentait de se traîner laborieusement vers le coin de sa cellule, mettant autant de distance que possible entre lui et l'étranger, bien qu'il avait l'impression que celui ci ne le frapperait plus. Chez lui, la colère semblait avoir laissé place à une tristesse profonde, et désespérée. Il s'était laissé tomber dans une chaise, enfouissant son visage dans ses mains aux phalanges meurtries, et ne hurlait plus. Quand il reprit la parole, D-2108 n'osait plus ni l'interrompre, ni le supplier.
"Pourquoi vous nous avez fait ça…"
Son regard, bien qu'il terrifiait l'homme en combinaison orange, était brillant de larmes et implorant.
"C'est ça votre décision? Nous laisser alors que tout commence? Nous abandonner lorsque nous avons le plus besoin de vous ?"
Ses yeux rougis se perdaient dans le vague, pour revenir se poser ses mains ensanglantées.
"Vous étiez le meilleur d'entre nous. Vous aviez l'habitude de dire que sur nous reposaient toutes leurs vies."
Il se leva et fixa le misérable détenu battu et recroquevillé dans un coin. En lui renaissait la colère qui l'avait amené ici. La colère de savoir qu'Il ne serait plus jamais avec eux.
"Et c'est tout ce que vous nous laissez ? VOUS PENSEZ QUE VOUS ÊTES LE SEUL À AVOIR SOUFFERT ?"
Mais face à lui s'étendait la futilité de se battre encore. Il tentait de renoncer au dégoût que lui inspirait le Delta dont chaque regard terrifié rendant l'acceptation plus difficile. Il décida de la seule option qu'il lui restait: Partir, et continuer seul. Sans Lui, qu'il avait tant admiré, mais qui n'était de toute façon plus vraiment là. Il se figea à la sortie de la cellule, et réprima un sanglot pour en finir.
"Tout ça, nous l'avions fait ensemble. Je vous ai soutenu lorsque vous avez écrit la procédure 110-Montauk. Je vous ai soutenu lorsque vous avez envoyé une FIM entière à sa mort pour ralentir 682. Et sans jamais douter de vous, je vous ai soutenu lorsque vous avez insisté pour alimenter les projets de recherche sur les Amnésiques Classe Oméga. Tout ça pour ça. Tout ça pour vous."
Il se retourna, laissant voir à D-2108 qu'il ne parvenait plus à retenir ses larmes. La lourde porte de barreaux coulissait bruyamment, et il ne cessait de le fixer, les mâchoires serrées.
"Vous avez gagné. Vous avez trouvé votre sortie. Allez vous faire foutre, O5-2."

Dr Benji

"Confrères et employés du Site Aleph.
Je tiens à ce que vous sachiez tous que je partage votre douleur, et qu'autant que chacun de vous, c'est avec tristesse que je dois accomplir mon devoir. Je ne suis pas indifférent aux tensions qui règnent dans les locaux, et je partage vos doutes, ainsi que vos regrets pour ceux d'entre nous qui n'ont pas pu réagir assez vite. Nous avons, ensemble, traversé la période la plus sombre de l'histoire du Site Aleph, et devons maintenir notre efficacité pour le service de l'Humanité, malgré le deuil que nous portons tous. Il est inutile aujourd'hui, de chercher des responsables, car personne n'est coupable. Lui non plus, c'est un fait. Mais la Fondation doit savoir s'adapter, quoi qu'il lui en coûte. La libération, ou même un assouplissement du confinement, de SCP-1706-FR serait une erreur grave, et nous le savons tous. Je l'entends gémir, autant que vous, je l'entends gratter, autant que vous, et je l'entends nous appeler. Autant que vous. Nous savons tous qu'il n'a aucun besoin quelconque, il souffre seulement de cette solitude qui serre nos cœurs autant que le sien. Mais sa batterie est instable. C'est un autre fait. Nous n'y pouvons rien. Nous ne pouvions rien pour nos amis, nos collègues, lorsque nous leur tenions la main alors qu'ils mourraient des doses mortelles de radiation que dégage SCP-1706-FR. Et nous ne pouvons rien pour lui. Alors pour le bien de tous, et malgré la difficulté que cela représente et la douleur qu'est la nôtre, nous devons aller de l'avant.
Je demande donc à chacun d'entre vous de comprendre la nécessite de nos actes. Je demande donc à chacun d'entre vous de faire cet effort, qui me coûte autant qu'à vous, de vous référer à lui par la dénomination de SCP-1706-FR. Ce n'est plus le Docteur Benji."

Retranscription d'une communication diffusée par le Directeur Garrett dans le Site Aleph.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License