Quelqu'un dérobe le pénis d'Aldon
notation: +9+x

1. Vous devriez lire Apprendre l'Alphabet avant d'envisager de lire ceci, jusqu'à la fin du premier acte minimum. (Le contenu de ce conte est probablement le rêve qui précède directement Boron Blisters, mais il n'y a aucun moyen d'en être sûr.)

3. Personne ne devrait lire ça. Ce conte contient un duel d’escrime au pénis.

L'une des seules choses que Jakeob Aldon aimait à propos d'être née en tant qu'homme était de pouvoir uriner tout en étant debout.

Ce fut donc avec un mélange de confusion et de stupéfaction qu'elle émergea de sa stupeur embrumée, à moitié réveillée, pour remarquer l'absence de l'organe permettant ladite action. Aldon marcha de la salle de bain jusqu'à la petite parcelle de chaos qu'elle appelait temporairement un "salon" puis tapa sur l'épaule de son colocataire.

"Oi, Finn."

Finnegan répondit, sans quitter des yeux son écran d’ordinateur.

"Y’a quoi ?"

"Est-ce que tu as encore un pénis ?"

"Hum. La dernière fois que j’ai vérifié, oui."

"Vérifie encore."

Finnegan enfonça ses doigts entre sa peau et ses vêtements, puis leva ses sourcils. Il enfonça sa main au fond de son boxer, pour vérifier là où la chair aurait dû être. Finnegan crispa son visage en une grimace, détournant enfin les yeux de son écran d’ordinateur.

"… Je ne suis pas sûr de ce que j’attendais."

"Quand as-tu… vérifié pour la dernière fois ?"

"Ce n’est pas le genre de chose que j’ai besoin d'examiner activement. Merde, il n’y a rien là-dedans. C’est comme si j’étais une putain de poupée Barbie ou quelque chose comme ça."

Aldon frotta ses paumes contre sa tête.

"Je n’ai aucune idée de la façon de résoudre ce problème. Je ne sais même pas par où commencer."

"As-tu regardé les cassettes ?"

"Les cassettes ?"

"Comme les caméras de sécurité."

"On a des caméras de sécurité ?"

Finnegan cligna deux fois des yeux.

"Non. C’était stupide. Oublie ce que j’ai dit."

Ils se turent tous les deux, entrant dans une profonde contemplation pendant une demi-minute.

Le silence fut rompu par un léger ricanement provenant de l'extérieur de leur fenêtre. Tous deux se tournèrent vers le bruit, apercevant l'éclair d'un mouvement. Ils se précipitèrent en direction de la porte, l’ouvrant en grand pour voir une créature semblable à un gnome détaler à l’angle de la rue, gloussant frénétiquement tout en tenant, au-dessus de sa tête, une paire de longues parties charnues. Aldon et Finnegan se regardèrent, partageant un moment pour apprécier l'absurdité totale de la situation, avant de poursuivre la chose. Finnegan lui cria :

"HEY ! J’UTILISAIS ÇA !"

Les deux tournèrent à l’angle de la rue, sprintant le long du trottoir. Finnegan, habitué à être assis devant un ordinateur des heures durant, commença à se faire distancer. Aldon, étant beaucoup plus athlétique, suivait le rythme de la rapide créature. Elle mit plus d'énergie, comblant lentement l’écart entre les deux. Le gnome jeta un coup d'œil par dessus son épaule, gloussant pendant que ses trophées rebondissaient dans ses mains. Cela le distraya cependant de l'endroit où il se dirigeait ; il trébucha légèrement, perdant sa prise sur l'un des deux objets. Il se retourna pour récupérer l'organe, mais remarquant qu'Aldon se rapprochait, il le laissa simplement sur le sol. Aldon ralentit alors qu'elle passait devant le membre abandonné, le ramassant avec dextérité au sol.

Ce n'était pas le sien.

Elle rougit en l’enfonçant dans sa poche ; le voleur s’enfuyait. Il courut insouciamment à travers un paquet de feux de circulation ; Aldon se fraya un chemin en zizaguant à travers la circulation. Le gnome courut à travers les trous des clôtures en bois ; Aldon sauta par dessus. Ils coururent à travers toute la ville, se pourchassant l’un l’autre en jouant au chat et à la souris pendant une durée qui sembla infinie.

Finalement, le gnome prit un mauvais tournant, s'engouffrant dans une ruelle sans issue. Aldon s'approcha lentement du minuscule humanoïde, le menaçant de toute sa hauteur. Le gnome se tint droit, provoquant, tenant son dingdingdong volé comme une épée de fortune. Il couina en criant à son assaillant :

"Ait un peu d'honneur ! Combats moi à armes égales !"

Aldon soupira, sortant le membre qu'elle avait déjà récupéré. Elle le secoua jusqu'au garde à vous, puis se rapprocha, croisant les armes avec le voleur.

Mme Doreen Stedtworth, une dame de 81 ans qui vivait avec sept chats, entendit une sorte de vacarme provenant de l'extérieur de sa fenêtre. Elle décida d’aller voir ce que c’était.

whap whap whap whap

"EN GARDE, GOB-BITE !"

"LA PINE EST PLUS PUISSANTE QUE L'ÉPÉE !"

Doreen demandera un changement de traitement durant son prochain rendez-vous chez le docteur.

Aldon désarma son adversaire, tenant sa propre arme d’un air menaçant vers la gorge de son opposant. Le gnome déglutit avec difficulté, et tomba à genoux.

"Bien, j’abandonne, j’abandonne ! Tu as un grand talent avec une lame, bien que ce ne soit pas la ti-"

"Mon dieu, mais ferme là."

Aldon mit dans sa poche la paire de pénis, puis ramassa le gnome par la peau du cou. Elle se retourna, remarquant seulement à cet instant que Doreen Stedtworth la fixait. Aldon la salua gaiement, puis commença à rentrer chez elle.


"Donc… On les rattache comment ?"

"Oh, ils devraient juste se recoller. Probablement."

Le gnome était assis attaché à une chaise pendant que ses ravisseurs lui tournaient le dos, tâtonnant maladroitement dans leurs pantalons. Il y eut un moment d'incertitude partagé, et ensuite des soupirs de soulagement. Aldon chuchota à Finnegan.

"Donc, on l’a. Qu’est ce qu’on fait de lui ?"

"Je sais pas. Le jeter aux men in black ?"

"Il y a une frontière entre une juste punition et un traitement abject."

"Il m’a littéralement emasculé."

"C'est un petit voleur vert de dingdingdong, mais il n'est pas malveillant, juste malicieux."

"Il m’a littéralement emasculé."

"On pourrait probablement le garder."

"Il m’a littéralement emasculé."

Aldon se retourna, mettant sa main sur son cou.

"Je me demande de quelle taille de cage nous aurions besoin ?"

"IL M'A LITTÉRALEMENT ÉMASCULÉ."

Le gnome s’assit et arbora un large sourire à Finnegan, couinant une réponse.

"Tu dois admettre que c’était drôle."

"Non ! Non, je ne l’admets pas ! Tu ne peux pas aller voler des parties de corps d’autres personnes ! Allie, on ne sait rien à son sujet ! Ce truc pourrait nous voler nos paupières durant notre sommeil ! On pourrait se réveiller sans doigts ! Et le plus important, notre contrat de location interdit les animaux de compagnie !"

Aldon s'accroupit, regardant le gnome. Il était, dans une certaine mesure, adorable.

"Quel est ton nom, petit gars ?"

"Johnson. Johnson Theef."

Aldon leva les yeux vers Finnegan, luttant pour garder un air sérieux. Finnegan posa ses paumes sur son front.

"Okay, si tu veux."

Et ce fut de cette manière que Jakeob Aldon eut son premier animal de compagnie.

« Je préférais ne pas penser | Centre | Des lacérations au sternum »

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License