Extraits du Rapport sur le Programme de Recensement Sociétal de Classe-ΩK
notation: +3+x
blank.png
CensusLogo.png

Introduction

Depuis l'avènement du scénario de fin de la mort de Classe ΩK, la Fondation a lancé une campagne visant à réévaluer le comportement normal de base de l'humanité.

Afin de réaliser ce recensement, la Fondation a créé une nouvelle organisation de façade, le Programme de Recensement Sociétal. Cette organisation effectuera un recensement axé sur la reconfiguration de la définition du comportement humain de base et l'identification de nouvelles formes de fluctuation par rapport à ce comportement de base. La mise à jour des normes relatives à ce qui constitue une activité inhabituelle et éventuellement anormale permettra de mieux rationaliser la capacité de la Fondation à détecter et à évaluer les anomalies.

La division a sollicité l'aide d'organisations gouvernementales afin d'obtenir des sujets pour le recensement. En raison de la nature bénigne et publique du recensement, des civils ont été embauchés pour des postes sans exigence d'accréditation de sécurité.

Ce rapport se compose de données recueillies dans 53 pays, auprès d'environ 150 000 personnes. Le recensement a eu un taux de réponse de 83 %, et 0,74 % a accepté de réaliser un entretien de suivi.

Réponse au recensement no 4 142

Nom : Alex Thayer

Âge : 78 ans

Genre : Homme

Lieu de Résidence : 9041, Pine Street, Calgary, Canada

Famille proche vivante :

  • Molly Thayer : Âge 76 ans, Conjointe
  • Patrick Thayer : Âge 32 ans, Fils

[DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT]

Intervieweur : Bonjour, M. Thayer.

Thayer : Oh, s'il vous plaît. Inutile d'être formel. Alex suffira.

Intervieweur : D'accord, Alex, j'aimerais vous poser quelques questions sur les changements de style de vie que vous avez expérimentés au cours des dernières années.

Thayer : Par "dernières années", je suppose que vous voulez dire depuis le, euh… la chose.

Intervieweur : Depuis que les gens ont arrêté de mourir, oui.

Thayer : Eh bien, je ne peux pas raconter grand-chose de particulier, honnêtement. Les choses ici semblent plutôt normales.

Intervieweur : Pas même une nouvelle routine d'exercice ?

Thayer : Hé, je suppose qu'il y a ça. Molly et moi avons essayé de rester en forme un peu plus longtemps, puisque nous sommes coincés dans ces corps. C'est un peu effrayant d'y penser, mais c'est aussi apaisant.

Intervieweur : Apaisant ?

Thayer : Absolument. Je ne m'étais pas encore fait à l'idée de mourir. Maintenant, je n'aurai plus à le faire.

Intervieweur : Je vois.

Thayer : Mais je n'y pense pas beaucoup. Trop surréaliste. Quand j'étais petit, mes parents me rappelaient souvent que je devais être bon pour aller au paradis après ma mort. Je me souviens être allé aux funérailles de mes parents, et de certains de mes amis. Mais maintenant, tout ça est obsolète. On ne peut pas aller au paradis si on est encore en vie. On ne peut pas avoir d'obsèques si personne ne meurt.

Intervieweur : Bien sûr.

Thayer : Umm… Je pense que c'est tout ce que j'ai à dire. Vous avez d'autres questions ?

Intervieweur : Pas vraiment. C'était plutôt pertinent.

Thayer : Eh bien, je suis heureux de l'entendre. Je vais y aller alors.

Intervieweur : Merci de votre temps.

[FIN DE L'ENREGISTREMENT]

Réponse au recensement no 59 306

Nom : Erica Duville

Âge : 47 ans

Genre : Femme

Lieu de Résidence : 2240, Barrel Street, Louisiane, États-Unis

Famille proche vivante :

  • Michael Duville : Âge 46 ans, Conjoint
  • Megan Duville : Âge 15 ans, Fille
  • Rachel Wicker : Âge 49 ans, Sœur
  • John Wicker : Âge 83 ans, Père

[DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT]

Intervieweur : Bonjour, Mme Duville. Merci de m'avoir rejoint.

Duville : Oh, il n'y a pas de problème. Je n'avais rien prévu pour cet après-midi de toute façon. Honnêtement, j'ai eu beaucoup plus d'après-midi libres ces dernières années.

Intervieweur : Pourquoi ?

Duville : Comme Mike est au travail toute la journée, je suis la seule à pouvoir rester à la maison pour m'occuper de papa. Juste être là pour s'assurer qu'il ne se passe rien et qu'il ait quelque chose à manger.

Intervieweur : Quelle âge à votre père ?

Duville : Quatre-vingt-trois ans.

Intervieweur : Ah, donc vous vous occupiez de lui en cas de complications médicales ?

Duville : Je veux dire, je le fais toujours, c'est juste moins intense, vous voyez ? Je lui ai acheté un de ces boutons d'alerte, et il m'a en numérotation rapide, mais il n'y a pas besoin de s'inquiéter. Par exemple, on peut enfin repartir en vacances ! Nous sommes allés à Hawaii l'année dernière. C'était juste si… tropical ! Et nous savions que tout allait bien, car si papa avait une autre attaque, nous pourrions l'amener à l'hôpital en rentrant à la maison.

Interviewer : Une attaque ?

Duville : Mais oui ! Nous avions l'habitude d'être paranoïaques par rapport à ça. J'avais la main sur le téléphone tout le temps, juste au cas où. Mais maintenant, on peut juste l'emmener à l'hôpital et il sera de retour dans quelques semaines. Ils font un de ces traitements où ils, euh… quelque chose à propos de remplacer les parties mortes avec, euh, avec des cellules souches ! C'est ça. Il a besoin d'une petite cure de désintoxication, mais il s'en sort bien.

Intervieweur : Je vois. Est-ce que votre père à des attaques régulièrement ?

Duville : Oh, pas trop souvent. Peut-être une ou deux par an.

Intervieweur : J'imagine que ça devient assez cher.

Duville : En fait, l'assurance paie pour presque tout. De toute façon, même si ça a fait un creux dans notre budget, nous avons de l'argent. Je me fiche que mon père parle moins qu'avant, qu'il s'embrouille et qu'il tombe un peu plus, il reste mon père. Je paierais n'importe quoi pour lui.

Intervieweur : Bien sûr. Je pense que cela suffit pour nos dossiers. Merci pour votre temps.

Duville : Pas de problème ! Et merci de m'avoir donner une excuse pour sortir de chez moi.

[FIN DE L'ENREGISTREMENT]

Réponse au recensement no 131 223

Nom : Dani Marquez

Âge : 26 ans

Genre : Non-binaire

Lieu de Résidence: GC2491, Rue de Barcelone, Barcelone, Espagne

Famille proche vivante :

  • Enrique Marquez : Âge 31 ans, Frère
  • Angela Marquez : Âge 53 ans, Mère
  • Miguel Marquez : Âge 53 ans, Père

Note : l'entretien original a été enregistré en espagnol, puis traduit en anglais.

[DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT]

Intervieweur : Bonsoir, Dani.

Marquez : Bonsoir !

Intervieweur : Donc, je voulais juste vous demander—

Marquez : En fait—désolé, je ne voulais pas vous interrompre.

Intervieweur : Ce n'est pas grave.

Marquez : Je voulais juste savoir combien de temps vous pensez que ça va prendre ? Je veux juste m'assurer que je ne vais pas accidentellement manquer quelque chose ce soir.

Intervieweur : Ça ne devrait pas prendre trop de temps. Puis-je vous demander quel "truc" vous avez prévu ?

Marquez : Oh, c'est comme… avez-vous entendu parler du nouveau truc des poumons d'eau ?

Intervieweur : Ça me semble familier, mais pouvez-vous me rafraîchir la mémoire ?

Marquez : C'est un truc où un groupe de personnes se retrouve quelque part sur le rivage et… marche dans l'eau. Vous avez ces chaussures lestées pour ne pas remonter accidentellement et vous marchez dans l'océan au fond de la mer. Pas de bouteille d'oxygène ni rien.

Intervieweur : Donc vous vous noyez volontairement ?

Marquez : Je veux dire… ouais, mais ce n'est pas aussi bizarre que ça en a l'air. On te donne aussi ces drogues bizarres qui suppriment ton réflexe de déglutition, et tout ce qui te donne envie de respirer. Donc tu laisses l'eau remplir ton corps et genre, c'est apaisant. Du moins, c'est ce qu'on m'a dit. Tu finis par t'évanouir, et ils envoient des gens pour te ramener sur la rive. Ensuite, tu te retrouves sur la plage en te sentant super purifié parce qu'ils viennent de pomper 4 litres d'eau de ton corps.

Intervieweur : Et vous payez pour ça ?

Marquez : Je veux dire, ils doivent se faire de l'argent d'une manière ou d'une autre. En plus, ce n'est pas comme si c'était super cher. C'est beaucoup moins cher que les autres trucs fous que des personnes font pour se détendre. Par exemple, vous avez lu l'article sur les deux types qui se sont jetés de la Tour Mapfre ?1

Intervieweur : Je me rappelle l'avoir vu aux infos, ouais.

Marquez : Ils ont dit qu'ils voulaient le faire pour "le frisson de la chute". L'opération leur a coûté un bras et une jambe, qu'ils n'ont même pas pu payer car ils ont cassé tous les leurs !

Intervieweur : J'imagine que leur assurance ne les a pas couverts ?

Marquez : Rien du tout. Surtout que leur assureur était Mapfre !

Intervieweur : [rires] Je ne me souvenais pas de cette partie des reportages !

Marquez : Oh merde. Mes potes viennent de m'envoyer un texto… apparemment ils ont avancé notre créneau de 30 minutes. Je dois y aller.

Intervieweur : Ce n'est pas grave, j'ai plus qu'assez d'informations. Merci pour votre temps.

Marquez : Pas de problème. À plus tard, mec !

[FIN DE L'ENREGISTREMENT]

Liste partielle des changements de la normalité de base

Vous trouverez ci-dessous un sous-ensemble des changements proposés pour la définition du comportement de base des sujets humains à l'échelle mondiale.
Activité Ancien NIA2 Nouveau NIA
Vivre pendant >100 ans Moyennement bas Extrêmement bas
Chagrin/Deuil Extrêmement bas Moyennement bas
Survie prolongée dans des conditions médicales dangereuses Modéré Moyennement bas
Tenter de se noyer Moyennement élevé Moyennement bas
Assister à des funérailles Extrêmement bas Extrêmement élevé
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License