Alors vous voulez écrire un objet SCP humanoïde
notation: +4+x
blank.png

Attention :

Cet essai a été écrit en 2012 et est un produit de son temps. Le site et sa culture ont grandi et changé au fil des ans, et des parties de cet essai ne sont peut-être plus d'actualité au moment où vous lirez ceci. Malheureusement, l'auteur de cet essai n'est plus actif au sein de la communauté SCP et ne peut plus mettre à jour cette page pour refléter les temps actuels et les tendances.

Merci et bonne chance avec vos brouillons.
-Pigcatapult


Je vais être clair : faire un bon objet SCP humanoïde est une affaire délicate. C'est facile d'avoir de l’empathie pour un humanoïde. Ils ont un visage et des sentiments, la plupart du temps. Certains d'entre eux ont même une personnalité. C'est vraiment facile d'oublier d'être impartial au moment de les décrire. Ils sont beaucoup plus susceptibles d'être déséquilibrés que tout autre type de SCP. Pour cette raison, lorsque vous en faites un, les gens vont le soumettre à un examen beaucoup plus rigoureux qu'un objet SCP non-humanoïde, et les normes seront plus strictes.

Le conseil le plus important que je puisse vous donner est : N'écrivez pas votre objet SCP humanoïde comme si c'était une personne. Notez que j'utilise le terme "objet SCP humanoïde" ici. Il y a une raison pour cela. Un SCP qui brise n'importe quelle des autres règles présentées dans cet article peut toujours potentiellement faire l'affaire si celle-ci est suffisamment suivie. Si vous voulez voir un bon exemple, SCP-890 est votre homme.

Je n'ai pas dit que l'objet SCP doit être complètement dépourvu de personnalité ou de sentiment, ou qu'il ne devrait pas bénéficier d'un minimum de décence humaine de base s'il est suffisamment non-malveillant (la Fondation n'est pas inutilement cruelle, après tout), mais votre article SCP est un document sur un objet SCP. Si vous voulez dépeindre votre humanoïde comme sujet à compassion, mettez ça en valeur par un article froid et pragmatique en manque de compassion. Au mieux, vous pourrez peut-être vous en sortir en écrivant à ce sujet comme s'il s'agissait d'un animal et que vous étiez son gardien de zoo, en supposant qu'il n'est pas très dangereux. Remarquez qu'en anglais, on utilise le pronom "it", renvoyant à des choses ou des animaux, plutôt que "he", "she" ou "they", qui sont réservé aux personnes ; en français, on dira donc "il" — pour désigner le SCP et pas l'homme —, peu importe de quel sexe et genre est l'humanoïde en question. Je recommande fortement que vous en fassiez de même. (Exception : SCP-029 s'en tire avec l'utilisation de pronoms genrés parce qu'elle est complètement antipathique.)

Maintenant que votre objet SCP humanoïde n'est plus une personne, il doit toujours être référencé par sa désignation officielle dans les documents officiels, plutôt que par un nom ou une autre appellation qu'il préfère, parce que la façon dont il préfère être appelé n'a aucune espèce d'importance. En certaines circonstances, il serait approprié pour le personnel s'adressant directement au SCP par son nom préféré (par exemple, SCP-811 a une mauvaise compréhension de notre langue, donc utiliser le nom qu'il reconnaît comme le sien améliore grandement la communication), mais "il devient bougon/en colère lorsqu'il est appelé par un numéro" n'est pas une bonne raison pour ça. Essayez également de trouver quelque chose qui le décrit plutôt qu'un surnom pour leur "titre" dans la liste principale (Quelque chose comme Planète abdominale, Enfant aux yeux d'étoiles, par opposition à quelque chose comme "Vecteur").

La seconde chose importante à considérer à la création d'un objet SCP humanoïde est d'éviter "Le syndrome X-men". En règle générale, Si ce qui est anormal à propos de votre objet SCP humanoïde peut être plus précisément décrit comme un "pouvoir" ou une "capacité" volontaire, vous devriez probablement recommencer. Ajouter certains inconvénients superficiels, le rendre moche et/ou lui donner une horrible personnalité ne va pas arranger la situation. Pour citer un homme sage et souvent abrasif que je connais et que, dans certains cas, j'admire1 :

Laissez-moi vous raconter une histoire.

Il était une fois un homme riche venu visiter la maison d'un pauvre qui vivait dans un ghetto. Il portait son meilleur costume, parce que quand vous faites des interactions sociales, il est poli d'être bien habillé, n'est-ce pas ? Tandis qu'il allait vers cette maison, il fut attaqué et volé, car il semblait avoir de l'argent.

La fois suivante qu'il lui rendit visite, il porta de nouveau son plus beau costume, mais cette fois, il frotta de la boue sur les revers et déchira une couture pour qu'elle paraisse un peu plus rugueuse. À sa surprise, il se refit agressé, parce que même si ses habits n'étaient pas aussi éclatants, il avait toujours l'air bien meilleurs que ceux de tous les autres.

Essayer de déguiser quelque chose d'extraordinaire en le rendant superficiellement laid, malchanceux, douloureux ou quoi que ce soit ne fonctionne tout simplement pas. Franchement, c'est une technique d'écriture terriblement médiocre. Si vous écrivez un personnage avec un pouvoir magique, peu importe à quel point vous le rendez malheureux, il est toujours une personne magique.

Ou, pour paraphraser, un X-men qui est un connard, qui est mutilé et qui lâche un pet horriblement puant à chaque fois qu'il utilise ses pouvoirs reste un X-men (exception : SCP-353 a essayé d'être un méchant de type Marvel Comics et la Fondation a brutalement mis fin à cela avec des amnésiques et des procédures de confinement sévères). Je ne dis pas que les effets des anomalies de votre objet SCP humanoïde ne doivent pas avoir des désavantages ; au contraire, une grosse partie du travail de réalisation d'un objet SCP humanoïde est de donner le sentiment de "Nom de [insérer nom de divinité supérieur ici], je suis rassuré de ne pas être ce gars."

Il y a deux points dans le paragraphe ci-dessous décrivant la deuxième règle qui sont plus importants que d'autres.

Le premier est "volontaire". La chose qui détermine généralement s'il s'agit ou non d'un Syndrome X-Men est le fait que les effets anormaux en question soient volontaires de la part de l'objet SCP. Les effets de SCP-590, dans son cas, se produisent lors de tout contact physique avec un autre être humain, en dépit de sa volonté, et la Fondation exploite ce fait sans pitié. M. Deeds, qui est incroyablement puissant dans les limites de ses capacités, n'a pas de réelle volonté propre et ne peut utiliser ses capacités qu'à la demande de quiconque sonne sa cloche. SCP-027-2 est davantage la victime de ses effets anormaux que leur maître, de même que SCP-273, SCP-817 et SCP-507, ce dernier étant évoqué plus en détail plus tard.

Le second point est la "superficialité". Tout inconvénient désagréable ou circonstance défavorable que vous décidez d'infliger à votre objet SCP humanoïde doit en fait lui être substantiellement préjudiciable, et de préférence d'une manière qui découle logiquement de sa situation, plutôt que de ne rechercher qu'un équilibre. C'est similaire au fait qu'il ne fait pas donner aux personnages d'une histoire de "faux" défauts comme "trop gentil" ou "maladroit", à moins que ceux-ci soient réellement impactants. Par exemple, cela peut le conduire à laisser un antagoniste s'enfuir et revenir pour lui faire payer, ou à laisser échapper quelque chose à un moment critiquer, entraînant la blessure de quelqu'un. Je ne suis pas sûr de comment décrire ça autrement, alors je vais juste passer directement aux exemples : SCP-116 dispose d'un pouvoir auto-guérisseur fantastique… mais il n'a pas d'articulation et ne peut pas bouger sans briser ses os fragiles et ne peut donc pas communiquer sans se causer une douleur constante. SCP-166-T est une succube dont les pouvoirs lui octroient un grand contrôle sur les hommes… mais c'est aussi une nonne, qui est très affligée par sa nature propre, et sa peau est si sensible qu'elle a des escarres en portant quoi que ce soit. SCP-187 peut voir l'état des choses dans le futur… mais elle devient lentement folle à cause de ce qu'elle voit, elle doit avoir les yeux bandés pour manger, de peur de regarder la nourriture et de voir ce qui ressortira d'elle, et la Fondation lui a mis des mitaines pour qu'elle ne puisse pas griffer ses propres yeux.

La troisième chose que j'aimerais indiquer —et celle-là est importante pour tous les SCP, mais est plus facile à rater avec les objets intelligents — est que la Fondation n'est pas un hôtel. La Fondation n'est pas ici pour chouchouter votre objet SCP tandis qu'il siffle son cocktail sur la plage en train de tweeter à quel point SCP-105 est trop mignonne. Nous Sécurisons. Nous Confinons. Nous Protégeons. Les objets SCP ne doivent pas avoir de contact avec le monde extérieur, parce que ça serait une brèche de confinement. Les objets SCP ne doivent pas être autorisés à sortir de leur confinement lorsqu'ils ne sont pas transportés et ne doivent pas avoir accès à d'autres objets SCP, car il s'agit d'une brèche de confinement. Les objets SCP qui s'en prennent au personnel doivent être maîtrisés aussi brutalement que nécessaire et non pas apaisés, car agir autrement serait un échec dans notre protection contre eux.

La Fondation devrait faire tout son possible pour satisfaire les besoins d'un SCP humanoïde, mais elle ne doit pas les confondre avec ses envies, spécifiquement lorsque celles-ci sont dangereuses ou non-éthiques. Les envies d'un objet SCP non-hostile et conciliant peuvent être satisfaites comme récompense pour bon comportement ou coopération, mais elles doivent rester inoffensives et dans la limite du raisonnable. Pensez chocolats, jouets et films, pas sang humain, épée et connexion internet. Sauf si les habits d'un SCP ne peuvent pas être enlevés ou si son anomalie rend les vêtements standards de la Fondation dangereux ou peu pratiques à porter, ne décrivez pas la façon dont les objets SCP sont vêtus, parce que ceux-ci portent normalement les vêtements standards de la Fondation.

Maintenant, pour les trois prochains points, j'aimerais spécifiquement attirer votre attention sur une liste d'exceptions, principalement parce qu'il s'agit de lignes qu'il ne faut non seulement pas franchir, mais qu'il faut également ne pas tenter de rejoindre, car cela a déjà été fait auparavant. Considérez que ces trois objets SCP ont défini le plafond de ce qui est acceptable pour chaque caractéristique qu'ils représentent. Vous devriez essayer de viser considérablement en-dessous de ces limites.

La première, évidemment, est la limite Able. Able, ou SCP-076-2, est aussi badass que possible ; il est notre test décisif pour avoir des personnages équilibrés. Si votre objet est plus badass et/ou davantage un personnage principal qu'Able, alors vous devez le repenser pour que ce ne soit plus le cas.

La deuxième est ce que j'appellerais la limite Bès. Bès, ou SCP-208, est le genre de gars sympa avec qui vous aimeriez être ami. Il est aimable, bienveillant, il a des pouvoirs de soin et aide le service médical. S'il n'était pas entièrement basé sur une divinité folklorique, il aurait eu tellement de votes négatifs que le module de vote aurait explosé. Il remplit plutôt bien notre quota pour le côté "gars totalement digne de confiance, totalement approchable, totalement magique et bienveillant avec qui vous aimeriez traîner".

La troisième est la limite du gamin interdimensionnel, parce que SCP-507 n'a pas de nom. Cet enfant est faiblement surveillé. Il est autorisé à vagabonder, et la Fondation lui a même donné un pistolet tirant des balles en caoutchouc. Il y a deux raisons pour ça. La première est que la Fondation l'a tellement fouetté qu'il est fondamentalement notre chiot fidèle qui se perd parfois spontanément dans d'autres dimensions. Les lieux où il va sont ce qui est réellement effrayant, honnêtement. Deuxièmement, la nature de son saut de dimension incontrôlé rend les brèches de confinement non seulement inévitables, mais d'une inéluctabilité régulière sans faute de sa part, donc imposer un niveau normal de contrôle donnerait simplement davantage de maux de tête à tous ceux impliqués.

Tout ceci étant dit, bonne chance.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License