Réunions suspectes
notation: +2+x

"T'es le nouvel Agrafeur, c'est ça ?"

"Non, je préfère le nom de Découpeur, Madame la Directrice. Bien plus tranchant. Vif et tranchant."

Le Découpeur fit un clin d'oeil, claquant des doigts vers la femme se tenant à la porte.

"T'étais obligé d'amener ça ici ?"

"Je pense que vous voulez dire 'les', et non, je ne l'étais pas, mais ils voulaient tous rencontrer tout le monde. Ils ne pouvaient juste pas supporter de ne pas tous vous voir."

La Directrice pinça son nez en direction du siège de chair pourrie.

"T'as vu quelqu'un d'autre ?"

"Personne n'était là quand je suis arrivé."

La Directrice fit le tour de la table, prenant le siège directement opposé au Découpeur.

"Bon. Je dois le demander. Comment t'as amené ça ici sans que les gens remarquent ?"

Le Découpeur regardait fixement les dents de la Directrice. Il y avait une tache de rouge à lèvres sur l'une d'entre elles.

"Sans remarquer ?"

"… Tu sais quoi ? Je veux même pas le savoir."

Un silence embarrassant se forma entre eux. La Directrice se retira dans le confort de son portable, envoyant des messages à ses divers acteurs, puis jouant quelques parties de solitaire. Les rares fois où elle osa lever les yeux, le Découpeur était en train de désassembler une main humaine. Il pela la peau, puis arracha les muscles avec ses ongles ensanglantés. Il souriait innocemment, pinçant les tendons et regardant sa marionnette squelettique danser.

Putain de gosse, pensa la Directrice

"Hé les mecs, vous devez… Oh. Nouvel Agrafeur, c'est ça ?"

Le Compositeur se tenait, gêné, dans l'encadrement de la porte.

"Découpeur. Vous devez être Monsieur le Musicien, n'est-ce pas ?"

"Euh, Monsieur le Compositeur, en fait. Est-ce que c'est… Putain, ça pue. C'est humain ?"

"Vous voulez dire 'ils', et oui, ils le sont."

"Ah. Cool. Vraiment putain de métal."

"Majoritairement de la peau et des os, en fait."

Le Compositeur se tourna, s'installant dans le siège voisin de celui de la Directrice.

"Bref, Sandy, tu dois écouter ça. Tu sais que je travaillais sur cet extrait… Tu sais, 'qu'est-ce qui est plus cool qu'être cool ?'. J'ai enfin fini de le mixer correctement, écoute ça. Ah, tu vas avoir besoin de ces deux trucs, tiens."

Le Compositeur tendit un iPod à la Directrice, les écouteurs se balançant tels des pendules. Elle les plaça dans ses oreilles, puis appuya sur le bouton play. Son visage fut d'abord stoïque, puis dans l'attente, puis perplexe, et enfin pris d'un rire retenu.

"C'est pas mal du tout !"

"Hé, l'Agrafeur, tu veux écouter ?"

Le Découpeur détourna son regard des carcasses pourries.

"Découpeur. Oui."

Le Découpeur se rapprocha, et le Compositeur laissa tomber l'iPod dans ses mains rouges et ruisselantes. Il mit un écouteur avec précaution, puis fit de même avec le second. Le Compositeur regardait son visage avec espoir, dans l'attente d'un semblant de changement. Il n'y en eut aucun. La piste se termina, et le Découpeur reposa l'iPod sur la table.

"Je ne comprends pas."

"Alors, tu sais d'où vient l'extrait, hein ?"

"Oui."

"Et donc, tu as entendu le hurlement, pas vrai ?"

"Oui."

"Eh bien, c'est… Tu comprends pas ?"

"Non."

Le Compositeur hocha de la tête d'un air entendu avec la Directrice. Putain de plébéien, se dirent-ils.

"T'inquiète pas. C'est un peu compliqué. Il y a plusieurs couches."

Le Compositeur débarrassa les viscères de l'écran, changeant de piste et s'installant dans son siège en bois. La Directrice continuait de tapoter sur son téléphone. Le Découpeur était en train de désosser une autre main. Le Maçon et le Sculpteur passèrent la porte, plongés dans une conversation.

"Tu vois, c'est comme quand t'étais en train de construire ta cage d'escalier, mec, ça doit être… Ah, ouais, il est déjà là. Bouche-toi le nez, mec."

"Putain, ça pue."

"J'te l'avais dit."

"Ouais. Vraiment putain de métal."

"Majoritairement de la peau et des os, en fait."

Ils s'assirent de chaque côté du Découpeur. Le Maçon initia la conversation.

"Alors, Agrafeur -"

"Découpeur."

"Découpeur, alors. T'as pas eu de mal à trouver l'endroit ?"

"Non."

Une courte pause s'allongea en une plus longue.

"Alors…"

Une autre pause.

"Hé, Bob, j'ai fini ce truc sur lequel je bossais, tu sais, le machin 'plus cool que cool', écoute ça."

Le Maçon se pencha vers l'iPod présenté, soulagé par la distraction proposée. Son visage fut d'abord stoïque, puis dans l'attente, puis perplexe, et enfin pris d'un rire retenu.

"C'est pas mal ! Tiens, Tim, écoute ça."

Le Sculpteur prit l'iPod proposé par le Maçon, passant par-dessus le Découpeur, toujours triturant ses mains. Le Sculpteur mit les écouteurs dans ses oreilles. Son visage fut d'abord stoïque, puis dans l'attente, puis perplexe, et enfin pris d'un rire retenu.

"C'est putain de bon ! Où est-ce que tu vas le diffuser ?"

"J'pensais à l'envoyer par courrier. En parlant de ça, j'ai reçu un colis intéressant, aujourd'hui. Une version foirée de 'We Are The Champions', une reprise française de merde. La traduction s'est faite massacrer, par contre, chaque putain d'article est faux."

Le Découpeur leva les yeux, fixant les paupières du Compositeur, une sorte de vague reconnaissance lui faisant froncer les sourcils. Le Sculpteur lui répondit.

"Ouais, on va devoir parler de ça. T'es pas le seul à recevoir du courrier."

"Que veux-tu dire ?"

"On en parlera quand tout le monde sera là."

Le Peintre entra brusquement dans la pièce, un poster à la main.

"Un enculé m'a envoyé cette merde."

Il le déroula et le montra au groupe. La majeure partie de celui-ci était couverte par des griffonnages au crayon, mais au centre du poster se trouvait un postérieur humain extrêmement bien détaillé, avec l'expression 'SHE GOT A SWEET ASS' écrite en dessous à la peinture dorée.

"Ne vous approchez pas trop. Le regardez trop longtemps vous fait vous chier dessus. Ça vous fait littéralement chier dans votre froc. J'ai reçu ce truc, je l'ai regardé, en me demandant, mince, qu'est-ce que ça veut dire, et bam, ma toute nouvelle paire de sous-vêtements se retrouve ruinée."

Le Peintre enroula le poster de nouveau, s'asseyant entre le Compositeur et le Sculpteur. Le regard et le froncement de sourcils du Découpeur s'intensifièrent.

"C'est le nouvel Agrafeur ?"

"Je préfère Découp -"

"Ouais, c'est lui."

Le Découpeur se mit à regarder la Directrice. Elle continuait à jouer au solitaire sur son téléphone.

"Eh bien, il était temps de se débarrasser de l'ancien Agrafeur. Il perdait un peu son côté cool."

Le Sculpteur bougea de façon inconfortable dans son siège au commentaire de la Directrice.

"Il était pas si mal, tu sais. Ouais, il vieillissait, mais il était bien."

"Même. Les vieux ne sont pas cools."

"Va dire ça au Critique. En parlant de ça, quelqu'un l'a vu ?"

"Personne n'était là quand je suis arrivé."

"Bizarre. Normalement, c'est le premier assis."

Le Découpeur soupira.

"Est-ce que l'un d'entre vous m'écoute, au moins ?"

Tout le monde le dévisagea.

Putain de cinglé.


Felix Cori entra dans la pièce entourée de cordons. Ruiz leva les yeux de la lame en acier au carbone à moitié jaune sur sa cuisse.

"Agrafeur."

"Duchamp."

"T'as aimé la pizza ?"

"Ça allait."

"Bien."

Ruiz baissa les yeux et se remit à peindre la lame.

"Qu'est-ce que tu fais ?"

"Je peins une lame en acier au carbone en jaune."

"Pourquoi peins-tu une lame en acier au carbone en jaune ?"

"Parce qu'ils n'en vendaient pas des jaunes au magasin."

"Ah."

Felix s'assit sur l'une des chaises en bois qui parsemaient le studio. Il était empli d'appareils électroniques et de matériel de laboratoire, une centrifugeuse fredonnant tranquillement dans un coin.

"Que contient la centrifugeuse ?"

"Un cancer contagieux."

"Pourquoi fabriques-tu un cancer contagieux ?"

Ruiz regarda Felix.

"Qu'est-ce que tu veux, Agrafeur ? Je suis occupé."

"Je ne suis plus l'Agrafeur. J'en ai eu assez de ça."

"Et ? Tu veux une tape sur le dos ? Va-t'en."

Felix s'assit dans un silence perplexe. Ruiz continuait à couvrir la lame circulaire, occasionnellement trempant son pinceau dans le pot de peinture visqueuse à ses côtés.

"Je m'attendais au moins à un 'bien joué'."

"Pourquoi ?"

"Eh bien, je les ai tous quittés, je n'en fais plus partie."

Ruiz se leva, la lame encore ruisselante dressée.

"TU n'étais pas le problème. Tu ne faisais rien du tout, et honnêtement, c'était très bien comme ça, tu étais la seule personne dans tout le putain de club dont j'avais franchement rien à foutre. Mais maintenant tu es parti, et mon putain d'imbécile de frère est avec eux, et il va tout foutre en l'air."

"Ton frère ?"

"PICO. PUTAIN DE. WILSON. Le putain de psychopathe que ton 'ami' a trouvé pour te remplacer. Ça faisait pas partie de mon putain de plan, il va juste tout faire merder. Putain. PUTAIN !"

Ruiz lança la lame humide vers le mur opposé comme un frisbee, coupant à travers le plastique comme dans du beurre. Il se redressa et regarda Felix, encore sous le choc, fronçant les sourcils comme un enfant gâté.

"Ruiz, c'est pas MA faute, tu sais, c'est -"

"Je sais que c'est pas ta faute. Je sais. Je sais. Merde. Putain. Désolé, Agrafeur."

"Je ne suis plus l'Agrafeur. Appelle-moi Felix."

"Désolé, Felix."

Ruiz se dirigea vers le mur, et commença à extirper son soleil jaune.

"C'était foutrement simple, avant. J'ai travaillé sur cette merde pendant des mois, c'était supposé être planifié à l'avance, et là il se trouve juste que cet enfoiré est dans la ville, il se trouve juste qu'il est en train d'exposer ses conneries de cadavres. C'est pas un putain d'artiste, c'est juste un monstre, et il va diablement tout compliquer."

Ruiz retira la lame du mur.

"T'étais pas censé partir. T'étais censé penser à partir, mais t'étais pas censé partir pour de bon. Felix, putain, pourquoi as-tu décidé que maintenant était un bon moment pour devenir imprévisible ?"

Felix ne sut pas quoi dire, il s'assit donc et ne dit rien.

"Pico ne sait pas dans quoi il s'embarque, Pico est un putain de barge, tu comprends pas à quel point ce putain de mec est malade. Il va tout détruire. Putain."

Ruiz s'assit et continua à peindre la lame jaune. Felix se ressaisit et posa la question qu'il était venu poser.

"Alors, qu'essaies-tu de faire, précisément ?"

"Provoquer un changement de paradigme. Retirer le système de pouvoir centralisé. Détrôner le Critique."

"Et… Comment ?"

Ruiz leva la lame.

"Tu vois ça, Felix ? Ça fait un mois que je bosse sur cette seule lame. C'est l'oeuvre la plus subtile que j'ai jamais imaginée. Regarde-la, tu ne sentiras rien. Je peux la mettre sur un présentoir, tu ne sentiras rien, je peux la mettre parmi un million d'autres lames, et personne ne remarquerait la différence. Cette seule lame fait ressembler tout ce que j'ai fait d'autre à des putain de gribouillis de gamins, parce que quand tu regardes cette lame, tu ne ressens absolument rien."

"Alors, qu'est-ce qu'elle fait ?"

"Rien. Felix, cette lame ne fait absolument rien, et c'est la plus belle chose que j'ai faite de toute ma vie. J'ai assez de conneries ici pour tuer un pays, et absolument rien de tout cela ne brise la réalité, et c'est ce que je vais montrer au Critique, et c'est ce qui va le rendre fou. Felix, je vais remplir une pièce de pièges mortels tellement évidents, tellement profondément putain de stupides que Personne ne va les utiliser."


AU TEMPS POUR L'ACTE UN

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License