Document SCP-701-1640-B-1
notation: +4+x

Ce qui suit est un résumé du texte publié de La Tragédie du Roi Pendu , classifié SCP-701, rédigé par le Dr. J██████ d’après une copie du Quarto de 1640 en possession de la Fondation.

DRAMATIS PERSONAE:

  • GONZALO, Roi de Trinculo
  • ISABELLA, Reine de Trinculo ; auparavant épouse de Sforza, le roi assassiné, à présent mariée à Gonzalo
  • ANTONIO, un noble mineur
  • FRANCISCO, serviteur d’Antonio
  • Le DUC DE SORTINO
  • ALINDA, fille du Duc
  • PETRUCCIO, un seigneur noble allié à Gonzalo
  • LODOVICO, un serviteur de Gonzalo
  • CORNARI, un prêtre
  • BEATRICE, une servante de la Reine
  • UN COURTISAN
  • UN GARDE DU PALAIS
  • L’AMBASSADEUR DE MILAN
  • L’AMBASSADEUR DE FLORENCE
  • L’AMBASSADEUR D’ALAGADDA

CONTEXTE :
La pièce se déroule au royaume de Trinculo (probablement une variante erronée de Trinacria, un autre nom de la Sicile), dans la capitale de Serko (un autre nom pour la ville de Syracuse). Au moment où la pièce débute, Sforza, le roi de Trinculo, est mort, de causes supposées naturelles, en l’absence de la Cour. La noblesse de Trinculo se rassemble dans la capitale pour le couronnement du nouveau roi, le jeune frère de Sforza, Gonzalo, qui a aussi épousé la reine de Sforza, Isabella.

Malgré les références que le texte fait à des villes italiennes contemporaines, telles que Florence et Milan, la plupart du contexte de la pièce est de toute évidence de la pure fantaisie. Il n’y a jamais eu de roi de Sicile comparable à Gonzalo ou Sforza, et la capitale du royaume historique de Sicile était Palerme, et non Syracuse (il est possible que l’auteur ait choisi de déplacer l’action de la pièce à Syracuse en raison de l’association historique de cette ville avec la tyrannie). Il n’existe également aucune archive d’aucun pays ou endroit appelé Alagadda, un état mystérieux mais apparemment puissant qui joue un rôle significatif dans l’intrigue. Il s’agit peut-être d’une référence à un état musulman ou à une ville musulmane située sur la côté méditerranéenne, comme Tunis ou Alger.

RESUME DE L’INTRIGUE :
L’intrigue de La Tragédie du Roi Pendu ressemble fortement à plusieurs autres pièces plus anciennes du même genre, y compris le Hamlet de Shakespeare et Titus Andronicus. En fait, certaines enquêtes portant sur des évènements SCP-701 passés ont montré que La Tragédie du Roi Pendu était souvent choisie pour une représentation en tant qu’alternative moins violente aux deux pièces susdites. Les deux assassinats mentionnés dans la pièce dans le texte de SCP-701 peuvent facilement être modifiés pour qu’ils se passent hors-scène, et le cannibalisme impliqué dans l’Acte III peut facilement être retiré du script.

ACTE I:
La pièce commence par le couronnement de Gonzalo. Gonzalo porte un toast à l’assemblée de la noblesse, puis quitte la scène. Ayant bu trop de vin, Isabella confesse à certains des courtisans restés sur la scène que Sforza n’est pas mort dans son sommeil comme cela a été annoncé. En réalité, alors qu’il s’était retiré à la campagne, Sforza a bu un somnifère qui lui a été par donné par Isabella, avant d’être assassiné par Gonzalo et sa suite. En guise de marque ultime de déshonneur, les conspirateurs ont pendu le Roi à un arbre tel un vulgaire criminel. Isabella poursuit en déclarant qu’Antonio, un noble mineur en visite à la Cour du Roi pour la première fois, est en réalité son fils, conçu avec Sforza, et qu’il est le véritable héritier du trône. Isabella s’effondre et est emmenée hors-scène par ses servantes.

Francisco demande à Antonio s’il croit à l’histoire de la Reine. Antonio décide d’éclaircir la situation et ils sortent de scène. De retour dans le logement d’Antonio, Francisco tente de discuter avec un courtisan. Antonio entre en scène, clairement choqué. Il déclare que, pendant qu’il était hors-scène, il a vu le Spectre de Sforza, qui a confirmé l’héritage d’Antonio et la description que la Reine a faite de la mort du Roi.

ACTE II:
Gonzalo, ayant eu vent de la confession d’Isabella, se réunit avec ses amis conspirateurs. Lodovico confirme qu’au moins trois personnes ont été témoins du délire de la Reine – le Duc de Sortino, sa fille Alinda, et un prêtre nommé Cornari. Gonzalo commence immédiatement à établir un plan visant à assassiner ou capturer les trois personnes concernées afin de dissimuler la vérité. Il ordonne qu’Isabella soit enfermée dans un couvent, sous prétexte que la Reine soit folle. Isabella, étrangement, accepte le jugement de Gonzalo. L’usurpateur sort de scène, ayant un entretien avec l’ambassadeur d’Alagadda.

De retour dans leur logement en ville, Francisco apporte à Antonio la nouvelle de l’emprisonnement de la Reine. Ensemble, ils préparent leur vengeance.

ACTE III:
Petruccio et Gonzalo invitent Sortino à dîner. Ils le tuent et ordonnent aux cuisiniers du palais de cuisiner le corps afin d’en faire un ragoût. Gonzalo ordonne qu’Alinda, qui a été témoin du meurtre, soit enfermée dans un couvent.

Antonio prétexte la folie afin de s’introduire au couvent. Prévenues de l’arrivée d’Antonio, Isabella et sa loyale servante, Béatrice, se préparent à l’assassiner avec une dose de poison. Antonio perce leur plan à jour et force Isabella à boire le poison, ce qui entraîne sa mort. Pendant ce temps, Antonio se perd dans le couvent, et libère accidentellement Alinda de sa cellule.

ACTE IV:
Au palais, Gonzalo rapporte à Lodovico qu’il a, en échange d’un ‘tribut’ non-précisé, obtenu un poison puissant et sans goût de la part de l’ambassadeur d’Alagadda. Gonzalo projette d’empoisonner le ragoût fait avec le corps du duc de Sortino afin de le servir à la Cour, pour s’assurer que la vérité ne soit jamais découverte. Lodovico quitte la scène afin de préparer le plan de l’usurpateur. Gonzalo a un bref moment de lucidité : dans un monologue, il raconte le regret qu’il porte en lui en raison de ses péchés, mais ajoute qu’il est incapable de dévier du chemin qu’il a emprunté.

Pendant ce temps, Francisco présente Alinda à Antonio, les trois étant sortis du couvent. Alinda décrit l’assassinat de son père avec des détails sinistres ; Antonio lui promet de l’épouser et de faire d’elle sa reine, dès que sa vengeance sera accomplie. Il quitte la scène afin d’aller chercher une épée, qu’il projette d’utiliser pour tuer Gonzalo.

Il y a un interlude comique entre un garde du palais et Cornari, un prêtre bouffon. A la fin de la scène, Lodovico entre et demande à Cornari de le suivre. Le prêtre n’est plus vu sur scène pour le restant de la pièce.

ACTE V:
Les invités arrivent au banquet de Gonzalo. Gonzalo veut de nouveau porter un toast, cette fois en l’honneur des ambassadeurs des nations étrangères qui sont présents. Le repas est servi ; cependant, avant qu’il ne débute, Antonio entre, apportant une confession signée qu’il a obtenu de Petruccio hors-scène, et qui inclut les détails du meurtre de Sforza et la preuve de l’héritage d’Antonio. Gonzalo est déchu de ses fonctions par les membres de la Cour outragés ; plutôt que de l’assassiner, cependant, Antonio décide d’épargner l’usurpateur et de lui accorder l’exil dans un monastère à la place. Il ordonne ensuite à Francisco de commencer à s’occuper des plans pour son mariage avec Alinda. La pièce se termine par une danse exécutée par les membres de la Cour.

EVENEMENTS SCP-701
La forme de la pièce qui est jouée pendant les évènements SCP-701 contient plusieurs déviations par rapport à la version publiée du texte. Pour un exemple typique de ces déviations, lire le Rapport d’Incident SCP-701-19██-1.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License