SCP-986
notation: +3+x
blank.png

Objet # : SCP-986

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-986 est actuellement stocké au Dépôt pour Documents Anormaux du Site-11. Le contenu de SCP-986 doit être examiné à la recherche de changements pour des membres de l'équipe de recherche chaque semaine. Tout changement du contenu de SCP-986 doit être enregistré par l'équipe après en avoir averti le Directeur de Recherche. Une liste des messages et des récits de SCP-986 est disponible sous caution du Directeur de Recherche.

Les membres de l'équipe de recherche assignée à SCP-986 doivent de préférence avoir reçu une éducation en critique littéraire et/ou cryptographie.

Description : SCP-986 est un manuscrit non publié intitulé Les Saules Absents, probablement rédigé par le romancier américain William Faulkner. Le manuscrit consiste en 1208 pages reliées, contenant une oeuvre de fiction originale et une section supplémentaire. Aucune référence à ce manuscrit n'est faite par Faulkner dans sa correspondance personnelle, et il n'est pas cité par d'autres spécialistes littéraires parmi les autres travaux n'ayant pas été publiés par l'auteur.

A intervalle irrégulier, un texte typographié se manifeste via des moyens inconnus sur les 850 pages composant la section supplémentaire de SCP-986. Bien que le texte de Les Saules Absents soit typographié de manière cohérente avec la police d'une machine à écrire Underwood Standard Portable telle que celle utilisée par Faulkner au cours de sa vie, le texte apparaissant sur la section supplémentaire ne correspond à aucune typographie connue. Le contenu du texte apparaissant chez SCP-986 consiste invariablement en la répétition de six caractères qui, lors d'une lecture superficielle, ne semble pas avoir de signification compréhensible (ex : "GQCCKD OVNFSP QXXHAE"). Ce texte rempli actuellement 58% de la section supplémentaire, le reste des feuilles étant vierge.

SCP-986 a attiré l'attention de la Fondation en 1964, après qu'un représentant de la maison d'édition Random House se soit vu confié l'examen des travaux de Faulkner avant leur vente à des enchères au Luxembourg. L'analyse initiale lors de la découverte de SCP-986 détermina que le texte anormal apparaissant chez SCP-986 était une série de messages cryptés. Les cryptanalystes estimèrent rapidement qu'il s'agissait d'un code à chiffre, mais n'avaient pas la clé permettant de le déchiffrer. En 1972, à l'aide de modèles d'analyse mathématiques assistés par ordinateur, le Bureau de Cryptanalyse du Site-11 identifia un passage de la première édition de 1942 de Descends, Moïse comme clé du code. Les messages apparaissant chez SCP-986 ont par la suite été décodés et retranscrits.

Journal de Recherche 986-1 : Contenu de SCP-986

Pages 1-358

Sommaire : Un roman intitulé Les Saules Absents, se déroulant dans le Mississippi à trois périodes distinctes (la Guerre Civile Américaine, les années 1910 et les années 1950). Le roman s'intéresse particulièrement à l'expérience d'une famille afro-américaine, les Wilpher, à la plantation Jesperson et dans la ville fictive de Muskogee, dans le Mississippi. Contrairement à de nombreux romans précédents de Faulkner, l'histoire ne se déroule pas dans le Comté de Yoknapatawpha, et n'utilise pas de personnages provenant de son canon habituel.

Synopsis : La première partie du roman raconte l'histoire de Sunny Wilpher, une esclave de la famille Jesperson chargée de surveiller les domestiques au manoir de la plantation. Au cours de la longue absence du Colonel Alphonse Jesperson due à la Guerre Civile et à la présence de troupes de l'Union dans la campagne environnante, Sunny gère la plantation alors que ses ressources diminuent de plus en plus. Une révolte menée aussi bien par les blancs que par les noirs contre son contrôle finit par la forcer à reconnaître la maternité de Thomas Sooter, un garçon d'écurie métis étant l'enfant bâtard du Col. Jesperson.

La deuxième partie est un récit à la première personne conté par Slumber Wilpher, un vieil afro-américain du présent (les années 1960 étant donné l'époque du livre). Slumber (qui s'avérera plus tard être le petit fils de Thomas Sooter) raconte l'histoire de sa rencontre d'enfance avec un curé itinérant dans les bois à l'extérieur de Muskogee. Suivant une exhortation mystérieuse du curé sourd lui disant de "chercher entre les arbres", Slumber embarque pour un voyage au coeur de la forêt. Après l'attaque d'un sanglier qui coûte à Slumber son index droit, il s'évanouit sous le coup de l'hémorragie, et se réveille dans une clairière perdue au fond de la forêt. Une hallucination lui apprend qu'il a découvert le lieu où repose son père.

La troisième partie est une transcription poétique d'une vision de Tyrus Murtry, le neveu de Slumber, qui travaille sur les docks de la Nouvelle Orléans. Tyrus reçoit une lettre d'une personne prétendant être sa fille adolescente. En la lisant, il se retire dans sa chambre louée à la résidence de Ninth Ward puis tombe dans une longue rêverie. Chargée d'une imagerie métaphorique et d'une narration qui semble parfois s'adresser directement au lecteur, la portion conclusive de Les Saules Absents se concentre entièrement sur une femme appelée "Hec'ba" et sur ses interludes variées dans la vie de Tyrus. La nouvelle se termine lorsque Tyrus se souvient avoir noyé un nourrisson, de sexe féminin, sur une berge remplie de roseaux, un événement qui pourrait ou non être une métaphore du récit.

Notes : Aucune propriété anormale n'a été observée. L'analyse littéraire confirme que les choix thématiques et le cadre du récit ne correspondent à aucun de ses travaux précédents. Cependant, le choix des mots, le style, la syntaxe et la narration indiquent tous que Faulkner est très certainement l'auteur de ce roman.

Pages 359-491

Sommaire : Cette section consiste en messages décodés apparaissant immédiatement après Les Saules Absents. Les messages forment un récit sans titre qui semble être une reprise d'un passage de la deuxième partie du roman.

Synopsis : Une femme amérindienne inconnue entre dans la clairière d'une forêt très similaire à celle décrite dans la deuxième partie de Les Saules Absents. Elle rappelle l'histoire de la tribu de son père dans la région, et en particulier du massacre d'un groupe de chasseurs européens peu avant sa naissance. Après avoir demandé à des esprits de la nature de protéger sa famille, elle entreprend d'enterrer son fils mort-né.

Notes : Ce récit a été décodé d'un texte apparu spontanément chez SCP-986 à la fin de l'année 1968. Etant donné que des portions de ce texte existaient déjà avant que le document ne soit récupéré par la Fondation, la date où cette portion de SCP-986 est apparue est inconnue.

Pages 492-656

Sommaire : Les pages 492-656 consistent en une autobiographie de William Faulkner. Il est à noter que Faulkner n'a pas publié d'autobiographie au cours de sa vie.

Synopsis : Un narrateur (supposément William Faulkner, bien que le narrateur ne s'identifie nulle part par son nom) fournit un bilan de sa vie en tant que romancier distingué du Sud américain. Les trois premiers chapitres du récit correspondent aux informations connues concernant la jeunesse de Faulkner. Cependant, à partir du Chapitre Quatre, des déviations majeures émergent vis à vis des documents connus liés à la vie de Faulkner. Cela inclut plusieurs événements majeurs précédemment inconnus :

  • Un internement de deux ans à l'asile de Willoughby à Jackson, dans le Mississippi à 14 ans en raison d'une maladie mentale inconnue.
  • Une liaison homosexuelle avec un professeur marié de l'université de Yale.
  • Un emprisonnement de neuf mois dans un camp allemand au cours de la Première Guerre Mondiale.
  • Une rencontre d'Arthur Findlay au cours d'une tournée de Grande-Bretagne en 1937.

Tandis que le récit continue, les événements racontés dans l'autobiographie divergent de plus en plus de la version connue de la vie de Faulkner. Vers la fin du livre, le narrateur passe de très longues périodes de temps entre chaque chapitre sans explications, et des événements semblant totalement étrangers à la vie de Faulkner (tels que son travail de porteur d'eau au Punjab, le test d'un aéroplaneur expérimental ou son procès pour meurtre) s'avèrent liés à la vie du lecteur.

Il s'est avéré après enquête que certains des événements décrits dans cette autobiographie (comme le confinement à l'asile de Willoughby1 et la rencontre avec Findlay) s'étaient bel et bien produits et n'avaient jamais été documentés par ses biographes officiels, tandis que d'autres (l'accusation de meurtre ou le cas de malaria qu'il déclare) se sont avérés parfaitement impossibles. Il est toutefois à ce jour impossible de confirmer ou d'infirmer l'authenticité de cette autobiographie.

Notes : Suite à une longue période d'inactivité, le texte codé comprenant cette section du récit a commencé à se manifester en 1975, et a continué d'apparaître jusqu'en 1982.

Pages 657-678

Sommaire : Cette portion de SCP-986 (intitulée "Que peut-on y Faire ?" en accord avec la première ligne transmise du texte) est un dialogue entre deux (peut-être trois) personnages anonymes.

Synopsis : Deux personnages anonymes parlent entre eux durant une longue période de temps. Le dialogue suit un même rythme, où le premier personnage émettra une question ou une déclaration, suivie de la phrase "que peut-on y faire ?". Le second personnage proposera ensuite une solution absurde, suivie par une nouvelle question du premier personnage.

EXTRAIT DE SCP-986 PAGE 661

"Comment convaincre un ami qu'il doit également penser à prendre soin de lui ? Que peut-on y faire ?"

"Remplis ses poches de monnaie. Fais en sorte que toutes les fois donnent l'impression d'être la seconde fois."

"Tante Marta m'a écrit une lettre aujourd'hui. Que peut-on y faire ?"

"Attendre."

A partir de la page 669 incluse, le second personnage répondra toujours au premier personnage en suggérant un acte auto-destructeur, comme une auto-mutilation, une action humiliante, ou une forme de suicide. Ce développement pourrait être interprété par le remplacement du second personnage par un autre interlocuteur.

Notes : "Que peut-on y Faire ?" a été transmis par SCP-986 de 1982 à 1984. C'est le premier exemple de texte transmis par SCP-986 qui ne corresponde pas correctement au style d'écriture de Faulkner. Les cryptanalystes sont actuellement en train d'analyser cette section à la recherche d'un niveau d'encodage supplémentaire.

Pages 679-798

Sommaire : Les pages 679-798 composent le "récit" actuellement transmis par SCP-986, et consistent en une exégèse du Livre de Thomas l'Athlète, un document non-canonique lié au Nouveau Testament biblique.

Synopsis : La majorité de cette section consiste actuellement en la reproduction de passages du Livre de Thomas, suivis d'un long commentaire pour chaque passage. Les commentaires offerts par SCP-986 se sont avérés difficiles à interpréter, étant donné qu'ils sont souvent écrits en vers poétiques, en séquences de lettres sans signification semblables au code originellement décrypté, ou en un dialogue entre des personnages ressemblant à ceux de "Que peut-on y Faire ?" (le Livre de Thomas est lui-même un dialogue pour sa majeure partie).

A la page 796, le style de la section change abruptement, et est remplacé par des fragments de phrase, consistant généralement en entre 1 ou 3 mots. A partir du 11/02/2010, c'est devenu l'unique mode de transmission de SCP-986.

EXTRAIT DE SCP-986 PAGE 796

"L'auteur de ce passage ne semble pas arriver à savoir si son lui d'en haut ou son lui d'en bas écrit ceci. Cela peut être lié à une traduction maladroite, un problème fréquent parmi les intellectuels gnostiques. Que peut-on y faire ?"

"Mets-la en quatrième. La route sera moins

Qui.

Ces yeux.

Pas de mains.

Qui.

Fuis.

Fuis maintenant.

Qui.

Aucune idée.

Aucune.

Notes : Cette section émet depuis 1998. Depuis le 11/02/2010, de courtes impulsions d'entre dix et quinze caractères se sont manifestées chez SCP-986 tous les 36 jours.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License