SCP-979
notation: +1+x
blank.png

Objet # : SCP-979

bunny.JPG

SCP-979, réagissant à l'objectif.

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Tout individu suspecté d’avoir été exposé à SCP-979 doit passer des tests pour détecter toute modification de sa psyché. SCP-979 doit être contenu dans une cage métallique (avec un sol en plastique) d’approximativement 5 m x 5 m x 5 m. Ne produisant pas de déchets, SCP-979 n’a pas besoin de litière. SCP-979 doit néanmoins avoir accès à un biberon de 150 millilitres rempli quotidiennement, pour éviter qu'il se dessèche. SCP-979 a également droit à un (1) abri pour léporidé de taille moyenne à grande, en plastique standard de n'importe quelle couleur, disponible sur le commerce. SCP-979 doit être surveillé avec une caméra cachée vingt-quatre (24) heures sur vingt-quatre. Tout changement dans le comportement de SCP-979 doit être enregistré et signalé à un membre du personnel de Niveau 3 ou supérieur.

Description : SCP-979 est une statue de pierre animée de la forme d’un individu de la famille des léporidés. SCP-979 présente des différences subtiles avec un individu normal de la famille des léporidés, incluant mais ne se limitant pas à l’expression de sentiments à travers différentes expressions faciales, et des changements de posture se rapprochant de réactions humaines. Ses oreilles et pattes arrières étant de trop grande taille, SCP-979 a des difficultés conséquentes à effectuer des mouvements normaux. Le comportement de SCP-979 indique une certaine conscience, mais celui-ci ne réagira généralement à tout type de stimuli que par la peur ou l’évitement. Toute autre réaction doit être signalée à un membre du personnel de Niveau 3 ou supérieur.

SCP-979 émet un bruit à haute fréquence en réponse à n’importe tout type de stimuli ; le volume dudit bruit semble être proportionnel au niveau de détresse de SCP-979. Rester à proximité de SCP-979 durant une période de temps prolongée peut provoquer une synesthésie, qui se manifeste généralement après quatre (4) heures et qui augmentera durant une période de temps variable d’environ trois (3) semaines. Il a été montré que l'exposition au bruit émis par SCP-979 provoque une accélération du développement de la synesthésie ; cependant, des enregistrements ont échoué à reproduire ses effets et le bruit en lui-même ne semble pas en être la cause principale. Le premier sens touché est généralement l’ouïe, bien que la raison en est inconnue. Les humains exposés à SCP-979 décrivent "des chuchotements et bruissements" associés à des sensations de toucher et vont éviter tout contact physique autant que possible. Généralement, les premiers symptômes apparaissent après environ dix (10) minutes d’exposition.

Au bout d’une (1) semaine, l’exposition à SCP-979 provoque une synesthésie impliquant trois (3) sens, bien que ceux-ci varient d’une personne à l’autre. Un début de psychose commence à se développer à ce stade, bien qu'il soit impossible de déterminer si cela vient d’un problème d’ordre mental, de la synesthésie ou de tout autre facteur inconnu. Le seul membre du personnel connu (ici appelé SCP-979-V1) ayant été exposé à SCP-979 a décrit les symptômes d'une forte anxiété, notamment l'idée récurrente d’un être imaginaire lui touchant presque la peau en permanence, surtout la nuit, durant laquelle les membres du personnel exposés eurent l’impression que l’entité imaginaire remontait et descendait leurs côtes, en restant à la limite du contact physique.

Après approximativement deux (2) semaines, la synesthésie causée par SCP-979 s'étend à tous les sens, même si certains sens semblent moins affectés que d’autres, en fonction de l’individu touché. Pour SCP-979-V1, la pensée récurrente d’une entité imaginaire est devenue une obsession et SCP-979-V1 a tenté d’attaquer ladite entité — avec apparemment peu de succès. Toute tentative de description de l’entité imaginaire s’est révélée infructueuse. Durant cette période, SCP-979-V1 a tenté de se suicider ██ fois et a développé de sévères insomnies. De plus, SCP-979-V1 rapporta avoir eu des hallucinations de l’entité susmentionnée lui léchant presque la peau, ainsi que d’autres types de contact physique tels que des baisers, des caresses et [SUPPRIMÉE]. À aucun moment SCP-979-V1 n’a décrit avoir été réellement touché.

Au bout de trois (3) semaines, la synesthésie s'étend à tous les sens. SCP-979-V1 a eu des difficultés extrêmes à recevoir tout type d'information sensorielle, son esprit bloquant régulièrement les sens en raison d'une surcharge. SCP-979-V1 a montré des comportements similaires à SCP-979 lui-même et a apparemment tenté d’interagir avec les hallucinations avant de tomber dans un état catatonique. Après ceci, il n’y eut plus aucune progression pour une période de cinq (5) semaines, après laquelle le sujet fut découvert avec une immense entaille dans le torse, les organes retirés de la cavité abdominale. Les raisons d’une telle blessure sont inconnues.

SCP-979 fut découvert à ██████, au Chili. SCP-979 était présenté durant l’exposition d’un artiste sous le pseudonyme "The Kind Man", au musée de ████████. Après de nouveaux rapports faisant état d’hallucinations et d’une recrudescence de synesthésies, SCP-979 fut placé sous la supervision de la Fondation.

Addendum :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License