SCP-926
notation: +2+x
scp-926

SCP-926

Objet # : SCP-926

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : Lorsqu'il n'est pas utilisé, SCP-926 doit être démonté et stocké dans le casier à température et humidité contrôlées réservé à cet usage, localisé dans la Salle de Recherche 5688-A. Seuls les membres du personnel ayant soumis une requête spécifique approuvée par le commandement du site peuvent manipuler SCP-926. Avant que tout accès à SCP-926 lié à des recherches ne soit autorisé, le personnel du Site 366 à Xi'an, en Chine, doit être alerté. Tout test sur SCP-926 est suspendu en attendant confirmation de l'excavation et de la récupération de toutes les statues répondant à l'objet. Voir rapport de test ci-dessous.

Description : SCP-926 est un guqin, ou cithare chinoise à sept cordes, daté du 2ème ou du 3ème siècle avant J.-C. Le haut de la caisse de résonance est fabriqué à partir du bois d'une variété ancienne et actuellement éteinte d'arbre Firmiana simplex ; la base est composée de bois de Catalpa ovata. L'extérieur de l'instrument est recouvert d'une couche de laque de composition inconnue, dont la surface comporte des duanwen, ou des motifs en craquelures, qui ressemblent superficiellement à les logographes chinois archaïques. Le dos de l'instrument comporte une inscription calligraphiée en chinois archaïque disant "Le Roi de Qin l'ordonne". L'instrument n'avait pas de cordes au moment de sa récupération par la Fondation, mais son étui incluait une pochette de cuir contenant une certaine quantité de cordes faites de soie torsadée.

L'instrument a été découvert par des fermiers locaux sur un site funéraire du district de Lintong, dans la province de Shaanxi, en Chine, en 1974. Après que le guqin ait été déterré, nettoyé et à nouveau doté de ses cordes, un musicien traditionnel local joua quelques notes sur l'instrument. Le mouvement sismique souterrain en ayant résulté conduisit à la découverte de milliers de statues de terre cuite en forme d'humains et d'animaux, enterrées dans une nécropole impériale auparavant inconnue proche du lieu de la découverte du guqin.

SCP-926 semble fonctionner comme un instrument de contrôle ou de commande pour les statues de terre cuite. Les statues sont constituées d'argile moulée et cuite, sans attributs remarquables en dehors de leur excellent état de conservation. Chaque statue représente un être humain grandeur nature, ou un animal grandeur nature comme un cheval, un porc ou un faucon. Les statues représentant des êtres humains possèdent des habits, des tailles, des uniformes et des coiffures variés, correspondant à leur rang supposé dans une armée et au rôle que l'être humain représenté y jouait (l'ensemble comporte des statues de soldats de grade varié, des scribes, des ouvriers, des musiciens, des cuisiniers, des paysans, des érudits, etc). En dépit de leur fabrication et de leur composition, les statues se sont avérées capables de bouger et d'effectuer des actions si (et seulement si) des ordres leur sont donnés par l'intermédiaire du guqin.

La syntaxe des ordres transmis par le guqin est actuellement mal comprise en raison des possibilités limitées de tests. Veuillez consulter le rapport de tests partiel ci-après :

Référence Syntaxe (notes jouées) Résultat
001 (notes inconnues jouées sur le guqin avant que la Fondation n'acquière l'objet) Des milliers de statues de terre cuite, toujours enterrées dans la nécropole, bougèrent soudainement. Les statues étaient au "garde à vous" lorsqu'elles furent déterrées, et il est supposé que le mouvement exécuté consistait à adopter cette posture. C'est ce mouvement, que les habitants locaux avaient initialement attribué à un séisme, qui conduisit à la découverte et à l'excavation des statues.
002 Série de notes Shí-èr-lǜ Toutes les statues de "soldats" déterrées adoptent une posture de parade au repos.
003 Tài Cù, puis Gū Xiǎn Toutes les statues de "scribes" acquièrent des pinceaux, de l'encre et des rouleaux de papier d'une source inconnue et adoptent une posture signifiant apparemment qu'ils s'apprêtent à prendre des notes dictées.
004 Nán Lǚ deux fois, puis Huáng Zhōng deux fois Les statues dotées de boucliers bougent rapidement pour adopter une formation défensive autour du guqin et de son musicien.
005 Wú Yì quatre fois Un certain nombre de statues de musiciens portant des tambours jouent à l'unisson. Notons qu'une des statues ayant répondu à cet ordre se trouvait à ce moment exposée au musée du Louvre à Paris, en France.
006 Dà Lǚ, puis Yí Zé, puis Lín Zhōng trois fois. Des centaines de statues d'"ingénieurs" auparavant inconnues creusèrent des tunnels jusqu'à la surface du sol dans un champ à deux kilomètres au sud du site où le guqin a été découvert.
007 Accord de Huáng Zhōng et Lín Zhōng, joué deux fois Un certain nombre de statues d'"érudits" s'avancent et récitent les œuvres du philosophe chinois Han Fei, datant du 3ème siècle avant J.-C.
008 Dà Lǚ, huit fois Des centaines de statues supplémentaires non-déterrées bougent sous terre. Les statues étaient situées sous un barrage, qui s'effondra en raison du mouvement des statues, causant des inondations importantes et de nombreuses victimes. Tous les tests ultérieurs ont été suspendus.

Addendum-926-A
Une proposition visant à assigner SCP-926, ainsi que d'autres instruments de musique anormaux/anomalies musicales en possession de la Fondation, tels que SCP-381 et SCP-2458, au programme d'armes anormales de la Commission de Bowe est actuellement à l'étude.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License