SCP-6665
notation: +2+x
blank.png

[!] ATTENTION [!]


Certaines parties de ce document sont devenues obsolètes en raison d'événements récents.

Les détails additionnels sont censurés.



Objet no : SCP-6665 Niveau 5/6665
Classe : Thaumiel Top Secret

nurse.png

Vue de l'intérieur de la chambre principale de SCP-6665 où rien est visible.


Procédures de Confinement Spéciales : La salle d'ingénierie où SCP-6665 a été assemblé est convertie en zone de confinement, équipée de toutes les ressources nécessaires à la maintenance médicale et mécanique de routine. Tout membre du personnel non-autorisé tentant d'accéder à SCP-6665 doit être enfermé et interrogé quel que soit son niveau d'accréditation.

La lobotomisation ininterrompue de SCP-6665-α est garante du fonctionnement de SCP-6665 et de la Fondation tout entière. Un sujet – appelé "soignant" – doit être sélectionné afin d'accomplir les examens médicaux quotidiens sur SCP-6665 et ses composants, de manière à assurer sa coopération continue. Le soignant doit accomplir les examens médicaux suivants sur SCP-6665. Les quantités spécifiées peuvent être sujettes à des augmentations.

JOUR DE LA SEMAINE INTERVENTION MÉDICALE REQUISE
Lundi Début de la période d'affamement ; SCP-6665-█ et sa chambre doivent être méticuleusement examinés. Transfusion de sang à SCP-6665-α, groupe A+ ou compatible.
Mardi Examen général.
Mercredi Implantation d'agrégats neurofibrillaires (3 à 5 selon le comportement récent) dans SCP-6665-α au moyen de SCP-6665. Vérification du succès de l'implantation.
Jeudi Examen général.
Vendredi Injections d'agent de rétrogénèse synaptique (10 ml) par le nez. Ceci doit se poursuivre par la surveillance étroite de SCP-6665-█ et de tous pleurs qui sembleraient provenir de l'intérieur de la chambre noire. Auto-conviction subséquente que ces pleurs ne signifient rien.
Samedi Examen général.
Dimanche Fin de la période d'affamement. Épuration de tout vide résiduel. Réparation de toute occurrence coïncidente. Essuyage des yeux et de la bouche de SCP-6665-α.

Cette routine peut être ignorée le 20 juillet, le 12 octobre, le 14 février et le 22 août. Aux deux premières dates, la procédure peut être poursuivie avec une efficacité marginale si un gâteau au chocolat orné de plusieurs bougies est présent.

Les employés incapables de se souvenir d'informations vitales et / ou personnelles en raison de SCP-6665 doivent recevoir discrètement des informations de remplacement ; leur mémoire doit être altérée afin de correspondre à ce changement. Tous les civils entrant en contact avec un employé affecté doivent subir une altération mémorielle similaire correspondante à l'information de remplacement. Les bases de données civiles doivent être ajustées en conséquence.

Tout vomissement d'un employé affecté doit être attribué à une intoxication alimentaire. Le vomi doit être minutieusement nettoyé et incinéré.

NARM0.0.iaa – l'intelligence artificielle d'assistance grammaticale de la Fondation – a été mis à jour avec des protocoles de mesure lui permettant de réparer si possible la perte d'information résultant des erreurs de SCP-6665. Cependant, de telles réparations sont habituellement futiles.


BLACKBOXWTBK.png

Emblème du projet BOÎTE NOIRE.

Description : SCP-6665 est le projet BOÎTE NOIRE, qui est responsable de la censure de toutes les informations classifiées dans les bases de données de la Fondation.

SCP-6665 consiste en un appareil conique biomécanique de 15 m de haut bloqué en position verticale en lévitation à l'intérieur du Site-01. SCP-6665 a principalement la forme d'un orbitoclaste1 dont le diamètre diminue graduellement de 2 m à une fine pointe à son extrémité.

Au sommet de SCP-6665 – au lieu de la poignée d'un orbitoclaste normal – se trouve une chambre noire de composition inconnue de 2 m de haut. Un grand réservoir de verre surmonte cette chambre et l'alimente directement par sa seule ouverture. Alors que l'imagerie interne montre que cette chambre est creuse, elle n'affiche rien. Ce rien est désigné SCP-6665-█.

SCP-6665-α est la précédente Coadministratrice de la Fondation Malorie Auguste. SCP-6665-α est soumise à une lobotomie constante par SCP-6665 qui perce à travers ses pensées. SCP-6665-α a été intégrée à SCP-6665 ; les détails supplémentaires sont strictement indéterminables.

Périodiquement, le réservoir au-dessus de SCP-6665 se remplit d'une substance visqueuse sans source apparente, un liquide noir et pourtant coloré. Après environ une semaine de fonctionnement continu, le réservoir est entièrement rempli et son contenu est alors déversé dans la chambre de SCP-6665-█. Cette chambre vibre alors violemment pendant quelques heures, comportement qui s'apaise graduellement.

Suite à cela, SCP-6665-α vomit rien par sa bouche, qui forme alors quelque chose.

SCP-6665 provoque le remplacement instantané des informations classifiées dans les bases de données de la Fondation par des rectangles noirs ou d'autres techniques de censure appropriées. La censure est efficace cognitivement uniquement lorsque le niveau d'accréditation de l'observateur est trop bas. SCP-6665 affecte la documentation physique grâce à des bandes d'encre noire apparaissant comme si elles étaient imprimées sur les documents affectés.

Les informations censurées par SCP-6665 sont oubliées par les employés de la Fondation. Cet effet agit en corrélation avec l'accréditation de sécurité en relation avec la confidentialité de l'information. Bien que certaines informations puissent être temporairement remémorées grâce à des sources externes à la Fondation, elles seront rapidement à nouveau oubliées.

SCP-6665 est sujet à de fréquentes erreurs. SCP-6665 censure certaines informations superflues comme les noms, les dates, les valeurs numériques et les lieux même si ces informations ne sont pas entièrement classifiées. Ceci affecte tous les niveaux de sécurité et altère rétroactivement toutes les révisions précédentes des documents concernés, empêchant quasiment toute récupération de ces données par la Fondation. En raison de cet effet, de petits fragments de données sont entièrement irrécupérables par le personnel de la Fondation quel que soit son niveau d'accréditation. Les membres du personnel particulièrement affectés par cette perte d'informations vomissent parfois rien, qui reste habituellement rien.

Il est impossible de savoir si SCP-6665 peut être déconnecté des bases de données de la Fondation ou désactivé, puisque le Conseil O5 a interdit toute action de ce type.


Addendum 6665-1 – Création du projet

Le 20/01/2020, le projet BOÎTE NOIRE a été lancé par O5-2 avec le soutien de la majorité du Conseil O5. Cette décision a fait suite aux décès des deux Administratrice originales Malorie et Maddison Auguste après un long et douloureux combat contre la démence. Après la récupération du corps de la première et le confinement de la persistance de la seconde, des plans précis de SCP-6665 ont été créés en utilisant la forme d'existence de chacune des deux comme composant fondamental de son fonctionnement.

Ces plans et leur justification ont été soumis à un vote d'approbation du Conseil O5.

Vote pour le projet BOÎTE NOIRE


Ce n'était qu'une question de temps.

Malorie et Maddison étaient des personnes formidables et des directrices plus compétentes encore. Le lien qu'elles partageaient a permis de faire de la Fondation l'organisation qu'elle est aujourd'hui. Des médiatrices et des protectrices. Comme pour n'importe qui, ce fut un déchirement de les voir vieillir, s'égarer et perdre l'esprit. Aucun amour – qu'il soit personnel ou sous une autre forme – si fort soit-il, ne peut arrêter la dégradation inéluctable de l'esprit.

Dans chaque tragédie se trouve une opportunité, tel le phénix alimentant une nouvelle flamme. Un nouvel âge commence, un âge de prospérité pour notre puissante organisation. Un âge où nous comprendrons vraiment pourquoi "protéger" n'est que le dernier mot de notre devise. Sécuriser la connaissance, confiner la réalité absolue ; quel besoin y a-t-il de protection lorsque les horreurs sont oubliées ? Effacées des mémoires ? Purgées des pensées ?

Ceci ne sera que le coup d'envoi d'un nouveau départ. Notre Fondation est le banc de test d'une véritable sécurité et d'un confinement réel. Nous pouvons vivre dans la lumière des connaissances passées pendant que l'humanité reste protégée dans l'ombre des boîtes noires.

VOTES DU CONSEIL

POUR CONTRE ABSTENTION
O5-1
O5-2
O5-3
O5-4
O5-5
O5-6
O5-7
O5-8
O5-9
O5-10
O5-11
O5-12
O5-13

RÉSULTAT
APPROUVÉ.


"Ce n'est pas ce que nous sommes. Ce n'est pas ce qu'elles étaient. Qui d'entre vous a assisté à leur mariage ? Je sais que vous n'y étiez pas tous – j'étais la dame d'honneur de Mal. Leur amour était intense, elle se souvenait encore du nom de Maddy longtemps après qu'elle ait oublié le sien, même si c'était au mauvais moment. Et c'est ceci que vous voulez faire de leur héritage ?"

"Ce n'est pas ce qu'elles auraient voulu pour nous. Laissons-les reposer en paix en laissant cette Fondation s'efforcer d'atteindre la paix."

— O5-1

"Tu as raison sur un point : leur amour était intense. Mais si c'était le cas, pourquoi gaspiller un tel pouvoir en le laissant pourrir dans le sol ?"

"Elles sont parties, Un. Il faut que tu l'acceptes. Tu devrais partager ces réflexions avec ton thérapeute, pas avec nous."

"Le projet continue."

— O5-2



Addendum 6665-2 – Documentation supplémentaire

SCP-6665 fut terminé trois mois après son approbation. O5-2 s'est portée volontaire pour le rôle de soignant et a commencé les examens médicaux de routine. La plupart étaient banals, et les directives principales du projet BOÎTE NOIRE rencontraient peu de résistance hormis des vocalisations mélancoliques sans importance

Plusieurs examens remarquables et leur documentation pertinente sont fournis ci-dessous.

RAPPORT #██ — ██/██/██20


RÉSUMÉ : Des coups résonnent à l'intérieur de la chambre noire. SCP-6665-α convulse, ce qui provoque un dysfonctionnement temporaire de SCP-6665 dans son ensemble. SCP-6665-α vomit rien, qui devient une porte.

Elle s'ouvre. Rien sourit, des cabas dans les mains, et annonce :

Je suis là !

SCP-6665-α tend les bras. Elle s'accroche aux cendres. La porte se ferme. Elle se fond en rien, ce qui pousse SCP-6665 un peu plus loin dans l'œil de SCP-6665-α. L'ensemble reprend un fonctionnement normal.


"C'est cruel et tu le sais. Je peux le voir à ce sourire qui se dessine sur ton visage. Tu affiches tout le temps ce sourire à présent, et je sais ce qu'il signifie. Tu as peut-être convaincu tous les autres, mais je ne serai pas vaincue aussi facilement."

— O5-1

"Ce n'est rien d'autre qu'une élégie de corps fugaces. Plus tôt tu acceptes cela – tu les acceptes – plus tôt monde atteindra la paix que tu cherches."

"Je commence à augmenter l'implantation d'agrégats neurofibrillaires afin d'améliorer l'inhibition des souvenirs."

— O5-2


RAPPORT #██ — ██/██/██20


RÉSUMÉ : Après que le réservoir de SCP-6665 se soit vidé, le fluide est immédiatement refoulé dans la citerne. Cela provoque l'engorgement de SCP-6665 et fracture légèrement le verre du sommet du réservoir. Une petite quantité de fluide en est éjecté et tombe sur le sol. Les couleurs de la flaque miroitent et elle émet des accords de guitare.

Une voix qui chante résonne à l'intérieur de la chambre noire.

Si nous mourrions demain tout irait bien.
Si nous nous envolions nous pourrions vivre enfin.

Quand je regarde ces yeux bleus dont je suis épris
Je vois mon reflet qui te sourit
Qui te sourit
Qui te sourit
Qui te sourit

SCP-6665-α tente de refermer les bras. Avant qu'ils aient pu se rejoindre, ils retombent mollement.

La fissure est rapidement réparée sans autre incident. Le résidu a été remis dans le réservoir, où il est intégré avec réticence.


"Deux, qu'est-ce que c'était que ça ? Un vient de l'apporter su mon bureau et… je m'en souviens, je crois. D'avoir marché au rythme de son chant."

"Ça ne ressemble pas à la mort… ça ne ressemble à rien de ce dont tu m'as assurée."

— O5-7

"Evaline, as-tu déjà vu un de ces vers morts sur le trottoir sous la pluie ? Ils sont tout gonflés et gigotant, rendus à la vie par l'eau. Mais il n'y a plus rien à l'intérieur, juste un mélange absurde de fluides. À peine un reflet de la vie. Tu es une femme intelligente, je sais que tu comprends."

''L'asservissement nous échappe ; je demande l'autorisation d'augmenter les périodes d'affamement."

— O5-2


RAPPORT #██ — ██/██/██20


RÉSUMÉ : SCP-6665-α essaye de retirer SCP-6665. Par conséquent plusieurs dangers cognitifs se retrouvent soudain non censurés dans les bases de données de la Fondation. MAL victimes sont enregistrées.

SCP-6665-α vomit. Le vomi devient un lapin noir et blanc. Le nœud rouge sur sa tête saigne. Le lapin sourit, rien d'autre ne sourit.

Des voix se font entendre :

Ahh! Oh mon dieu !

Tu l'aimes ? Je suis désolée – j'étais inquiète, je savais que tu voulais un animal, un chien, un lapin – quelque chose comme ça, je n'ai pas-

Mal, je l'adore.

Vraiment ?

Bien sûr que oui ! Regarde-le – la ? Regarde, il est adorable !

Ouf, quel soulagement… désolée.

Arrête d'être désolée, Mal. (Glousse) Tu pensais vraiment que je n'aimerais pas un lapin aussi mignon ?

Je sais, c'est bête, je – je suis contente que tu l'aimes.

Je serai heureuse si tu aimes le tien également ! Ferme les yeux, on va, euh, faire un petit tour.

(Rire.)

Je – je peux ouvrir les yeux ?

Presque ! Jennie m'a aidé à choisir, je crois qu'elle a vu juste !

Je peux —

Un instant… maintenant !

(Cris de joie.)

Un – un nouvel avion ? Maddy, tu n'aurais pas dû… il… il est magnifique !

Eh bien, (Glousse.) comme toi, Mal. Comme toi.

(Démonstrations d'affection.)

Joyeux anniversaire.

Le lapin n'est plus là. Les yeux de SCP-6665-α se mouillent légèrement. Elle cesse ses tentatives de retirer SCP-6665.

L'échec de la censure du prénom d'O5-1 est une conséquence de ce dysfonctionnement.


"Deux, tu as tort, c'est l'évidence même. Tu peux bien te boucher les oreilles. Ceci n'est pas la paix… pas pour moi, ni pour personne, elles sont toujours ici. Et dans quel but ? Pour que ton influence grandisse encore un peu ?"

"Je sais que tu t'en fous. J'ai vu la manière dont tu les regardais avant, la manière dont tu as signé leur carte d'anniversaire. Mais essaie de retrouver un semblant d'humanité, je t'en prie, //j'espère qu'il en reste encore un peu en toi.//"

— O5-1

"J'ai été trop souvent rabaissé dans la recherche d'affection des autres. Tant de cheveux gris sont tombés de ma tête. Je suis fatigué, c'est devenu épuisant. Je ne pas laisser ce genre d'événement arriver encore une fois, dans l'espoir que //tu trouves de la compréhension quelque part.//"

— O5-2


RAPPORT D'INCIDENT


Le SO/UV/IENS, l'alimentation électrique de l'aile est du Site-01 a été brutalement coupée. Le démarrage automatique de tous les générateurs de secours a échoué, provoquant une coupure totale pendant 1 minute et 45 secondes. Cela a causé une désactivation temporaire de SCP-6665 et de ses mesures de confinement, ce qui a résulté en de multiples événements sans précédents aux alentours de l'appareil.

Un enregistrement des effets de cette coupure dans la chambre de SCP-6665 est transcrit ci-dessous ; certaines informations non visibles dans la vidéo ont été fournies par O5-2.


<DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT>


(O5-2 accomplit l'examen de routine comme prévu, documentant une implantation d'une plus grande quantité d'agrégats neurofibrillaires dans le logiciel des rapports médicaux. Il parle dans son enregistreur audio.)

O5-2: Début de l'examen médical de routine. Pour le moment tout semble normal. Les yeux sont fermés, pas d'écoulement de salive. Rien d'anormal, pour une fois.

(O5-2 continue à examiner SCP-6665.)

O5-2 : La bouche s'est ouverte. C'est nouveau.

(O5-2 s'approche de SCP-6665-α.)

O5-2 : Elle articule quelque chose. Hmm, je vais essayer de, hmm, de deviner ce qu'elle dit-

(Coupure de courant. SCP-6665 se désactive. Rien est visible.)

O5-2 : Merde.

(O5-2 se dirige à tâtons vers l'interphone de la chambre, essayant à plusieurs reprise d'entrer correctement l'extension du Département de l'Énergie avant d'y parvenir.)

O5-2 : Qu'est-ce qui se passe chez vous ?

(Quelque chose de volumineux tombe doucement sr le sol.)

O5-2 : Allô ? Quel – quelqu'un m'entend ?

(Des gardes essaient d'entrer dans la cha,bre de confinement mais la porte est bloquée en raison de la coupure de courant.)

O5-2 : Merde, merde – le générateur d'urgence, où – ? Je ne vois rien, putain, où est l'interrupteur ?

(Rien murmure.)

O5-2 : Qui est là ?

(O5-2 commence à longer la paroi à la recherche de l'interrupteur du générateur de secours de la chambre de confinement. Une deuxième série de pas lourds avance péniblement sur le sol.)

O5-2 : Non, non, tu ne – Où est le – ?

(Bruits de gorge suivis par un coup humide. O5-2 est de plus en plus agité.)

TOIDEMOI : Qu'est-ce que tu – où allons-nous ?

JETAIME : Chhh, juste une seconde !

(Gloussements étouffés ; une porte s'ouvre puis se ferme. Ce n'est pas le bruit d'une des portes de la chambre de confinement.)

JEPEUXPA: Alors… quoi ? Qu'est-ce que tu voulais ?

SLEFAIR : Désolée, je… il fallait juste que je m'éloigne de tout le monde, j'ai pensé que nous pourrions… Je – je me demandais si tu voulais sortir quelque part, une fois.

(Craquement. Alors qu'O5-2 longe le mur, il n'a plus la texture du ciment mais celle du papier peint. Le sol craque comme un plancher alors qu'il court, paniqué et complètement désorienté.)

ESANSTOI: … que veux-tu dire ?

ÀJAMAIS : Eh bien… tu es toujours si gentille ! Et fascinante, aussi. Crois-moi, je n'aurais jamais cru que les avions pourraient autant m'intéresser… les avions ! Pardon. Mais, euh, quand c'est toi qui en parle, j'ai l'impression de… de pouvoir t'écouter pour toujours.

(O5-2 monte un escalier ; ses mains font tomber des cadres accrochés au mur. Deux volées de marches le poursuivent. Il est bousculé par deux silhouettes gloussantes. Il se raccroche à la main-courante.)

O5-2: Ce n'est pas le présent ! C'est – c'est le passé, vous êtes toutes les deux dans le passé. Laissez-le disparaître. Lâchez prise.

malwhatswrong.png

Vue de la vidéosurveillance à ce moment de la panne.

(La main-courante n'est plus là. O5-2 tombe dans les escaliers sur un grand lit. De multiples bruits de pas résonnent indistinctement autour de lui. Le craquement s'amplifie.)

ENSEMBLE : Wow… euh, désolée si je parle trop, j'ai tendance à radoter un peu, je sais, je -

JETAIME: Pas besoin d'être désolée, vraiment ! Ne t'inquiète pas. (Petit rire.) Tu as toujours été si gentille avec moi, je me sens… neuve quand je suis avec toi. D'une certaine manière. Je me sens libre, je me sens, je – je me sens-

(Éclatement. Des fragments durs tintent sur le sol. Les pas s'avancent vers le pied du lit, se fondant ensemble jusqu'à ce que seule une série de pas lourds restent. Deux voix féminines résonnent ; ce qu'elles disent est largement inintelligible, excepté une seule phrase à la fin.)

JETAIME & AUSSIMAD: —et les cauchemars disparaîtront.

(Le courant revient dans l'aile est du Site-01 grâce au personnel de maintenance et après l'intervention de plusieurs membres du Conseil O5 en personne ; les lumières clignotent. Aucune partie de la chambre ne sort de l'ordinaire, sauf O5-2 qui est recroquevillé dans un coin, les yeux résolument fermés.)

(Les injections d'agrégats neurofibrillaires reprennent. Les yeux de SCP-6665-α se mouillent en cadence avec les pleurs de SCP-6665-█.)


<FIN DE L'ENREGISTREMENT>


L'enquête ayant suivi la panne a révélé qu'il s'agissait d'un ordre d'urgence dont les codes de sécurité n'étaient connus que des membres du personnel de niveau 5 et plus. L'enquête continue, bien que sa conclusion ait déjà été déduite.

Malgré la dénégation de son implication, O5-1 s'est vue interdire l'accès à SCP-6665 et à toute documentation au sujet du projet BOÎTE NOIRE. Tout membre du personnel accordant l'accès de SCP-6665 à O5-1 se verra immédiatement réprimandé et réassigné.

D'autres mesures disciplinaires concernant la conduite de O5-1 – y compris sa possible censure - sont toujours en discussion.




RAPPORT #██ — ██/██/██20


RÉSUMÉ : La servilité de SCP-6665 s'est considérablement améliorée.




ENREGISTREMENT AUDIO


L'enregistrement suivant est une rencontre informelle entre O5-1, O5-7 et O5-10 dans une salle de conférence du Site-01, enregistrée par un microphone miniaturisé et dissimulé. Les autres appareils d'enregistrement placés dans la pièce ont été détruits ou désactivés. La rencontre a été organisée par O5-1 au sujet du projet BOÎTE NOIRE en violation de ses restrictions.

<DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT>


(Bruit d'une série pas entrant dans la salle de conférence, suivie par deux autres. Bruits de chaises et de verrouillage de la porte.)

O5-10 : Tu sais, nous-

O5-1 : Je sais.

(Bruits de pas frénétiques ; bris de petits objets.)

O5-10 : …ne m'as pas laissé terminer. On ne peut pas faire ce que tu demandes – en tout cas moi, je ne peux pas. Je ne sais pas ce que tu voulais entendre d'autre.

O5-1 : Je sais, je – Eva, tu as vu le dossier que je t'ai envoyé, je-

O5-7 : C'est… la troisième fois que nous avons cette conversation. Jen. Je suis désolée, mais… tu en demandes trop.

O5-1 : Elles – tu sais, je n'y ai plus accès, mais ça ne veut pas dire que je ne peux pas voirce qui se passe. J'ai vu un de mes gardes recracher quelque chose dans sa main. Je n'ai même pas pu lui demander ce que c'était ; je ne me souvenais plus de son nom. 10 ans… Il était là depuis une décennie et je n'ai même pas pu me rappeler son nom.

O5-10 : Ça n'allège pas ton cas, tu sais, ta petite manigance, Un.

O5-1 : Je te l'ai dit ! Ce n'était pas moi. Je sais que ça en a l'air, crois-moi, mais -

O5-10 : Mais quoi ? Tu voudrais que nous autres, les douze autres, te croyions sur parole ?

O5-1 : Ces codes - les codes d'urgence – ils ne nous sont pas accessibles. Ils sont réservés aux Administrateurs, Mike, je te jure-

O5-10 : C'est Dix.

O5-1 : – qu'elles essaient de faire quelque chose avec ce qui leur reste. Il y a toujours quelque chose de vivant là-dedans. Et il leur fait du mal. Pour son profit.

O5-10 : Pour son profit ? Nous avons tous à y gagner. Tout le monde dans cette organisation, en particuliernous, en en particulier toi. Si nous pouvons sécuriser la connaissance de ces choses que nous avons confinées, et maintenir le monde ignorant et heureux, tu sais, notre job en sera beaucoup, beaucoup plus facile. Et oui, ça ne fonctionne que sur nous pour le moment, mais penses-y un peu, non ? Un monde où les monstres sous le lit et tous ces bruits dans la nuit sont simplement-

O5-1 : Oubliés ? Seigneur, Deux a exactement le même discours. Est-ce que – est-ce que tu t'en soucies seulement ?

O5-10 : Je m'en soucie, Un. Je me soucie du plus grand bien.

O5-1 : J'en ai assez de cette expression – "le plus grand bien" – plus grand que quoi ? Avons-nous une échelle pour mesurer le bien ? Une – une sorte de mesure du bien que nous conservons dans une cellule quelque part ? Malorie et Maddison valent-elles moins que – que tout ça ? Vraiment ?

(Reniflements.)

O5-10 : Mais qu'est-ce que je fais ici, hein ? Je ne devrais même pas avoir cette conversation. Nous ne devrions pas, Sept. Ce sont des gamineries. C'est la dernière fois que je laisse passer.

(Raclement de chaise. Déverrouillage et ouverture de porte. Deuxième raclement de chaise. Bruits de pas traînants en direction de la porte.)

O5-1 : Eva! Attends, attends, s'il te plaît.

(Les pas s'arrêtent.)

O5-1 : Comment… comment est-ce que Deux t'a convaincue, hein ? Tu – (Reniflements.) tu as toujours été si bienveillante. Et elles l'étaient avec toi. Alors que tant de gens… ne le sont pas.

O5-7 : Jennie… Je suis désolée, je -

O5-1 : Il – Il a été plus sympa avec toi, n'est-ce pas ?

O5-7 : Quoi ?

O5-1 : J'ai – oui, je l'ai remarqué, il ne prononce plus ton nom comme avant. Ni tes pronoms.

O5-7 : Stop….

O5-1 : Sans les guillemets, n'est-ce pas ?

O5-7 : Arrête ! Je… Je -

O5-1 : Tu m'as dit - tu m'as avoué que j'étais la troisième personne à qui tu t'étais ouverte. Je pense que nous savons toutes les deux qui étaient les deux premières.

(Pause. Plus de reniflements.)

O5-7 : J'ai fait mon deuil. Je l'ai accepté. Elles sont parties. Elles – elles sont parties.

O5-1 : Tu n'en as pas l'air. Regarde-toi – en train de pleurer tout comme moi, non ? (petit rire faible.)

O5-7 : Je veux juste passer à autre chose… Jennie, je veux être heureuse. S'il te plait… Je - Je dois y aller. J'ai besoin d'être heureuse.

(Bruits de pas traînants sortant de la pièce.)


<FIN DE L'ENREGISTREMENT>



RAPPORT #██ — ██/██/██21


RÉSUMÉ : Lors de l'un des deux derniers jours spécifiés dans les procédures de confinement, les chandelles sur le gâteau ont été soufflées malgré l'absence de vent. Les braises et la fumée ont parlé et ondulé en rythme jusqu'à disparaître naturellement.

Tu es bientôt prête ?

Pas encore Jennie ! Je – je crois qu'il me faut une taille de plus.

Encore ?

Apparemment !

(Rires.)

Bon, ben on va voir s'ils l'ont dans cette taille, je peux-

Non, non, ça va. Ne t'inquiètes pas, je pense que ça va aller. Tu en as déjà fait bien assez ! Il – il faut juste que je sois de retour à l'heure pour l'anniversaire.

Oui.

Euh… quelque chose ne va pas ?

Excuse-moi, c'est juste que – je réfléchissais.

Tu réfléchissais ?

Oui. À la liste d'invités que nous avons élaborée. Vous vouliez toutes les deux que Deux soit là, mais – Maddy, il n'a pas l'air très…

C'est un de mes vieux amis… de nos vieux amis, en fait ! C'est vrai que… il peut être un peu sec et froid, mais parfois -

(Soupir.)

Parfois il faut un peu de froideur. Sinon il ne reste que des larmes. Aucune d'entre nous n'était – n'est satisfaite de son comportement en notre présence. J'ai beaucoup réfléchi avant de le proposer au Conseil. Mal m'a convaincue – ce n'est qu'une voix ! Juste une goutte de froid. Nous – nous n'avons – Ahh !

Maddy !? Qu'est-ce que- !?

La fermeture éclair ! Elle – elle s'est prise dans mes cheveux !

(Rires.)

Attends – Ouch, ok, je suis prête !

(Couleurs élégantes en teintes de gris pâle.)

Splendide. Je – tu n'as pas besoin d'une taille en plus, c'est parfait. Tu es superbe. Mal va l'adorer.

J'espère bien ! Comment va le voile ?

Il est parfait, magnifique.

Ça l'empêchera au moins de voir mes taches de rousseur.

Hé, tu penses vraiment qu'elle - ? Tu sais que l'une des choses qu'elle aime le plus chez toi, du moins d'après ce que j'ai remarqué, ce sont tes taches de rousseur ? Tu ne devrais pas les cacher.

Vraiment ? Eh bien – je…

(Pause.)

Oh – désolée ! Je pense à mille choses en même temps. C'est… c'est un peu comme ce que nous faisons, tu sais, garder des choses belles et magiques, les cacher. Les gens pourraient les aimer, mais nous les dissimulons.

Je – je suppose, mais-

Est-ce que – désolée, est-ce que tu n'avais pas essayé de trouver un nom pour décrire – eh bien, exactement ça ? La normalité que nous avons créée en définissant ce qui est et n'est pas "extraordinaire", comme si nous contrôlions la réalité ?

Euh, si ?

Je, euh, je crois que j'ai une idée.


"Demande d'autorisation pour une extension des périodes d'affamement. La servilité semble se relâcher encore, possiblement en raison de causes extérieures, physiques ou autres."

"Elles ont tort, désormais. Ce n'est pas la bonne méthode."

— O5-2



ENREGISTREMENT VIDÉO


Plusieurs employés affectés négativement par les erreurs de SCP-6665 ont fait état d'effets secondaires encore jamais vus, sous la forme de faux souvenirs. Ces souvenir disparaissent dès qu'ils vomissent rien.

Le cas le plus frappant de cet effet a été découvert chez le chercheur Marvin Kells, qui était précédemment impliqué dans le confinement de SCP-5666. Un extrait d'une session thérapeutique décrivant son cas a été retranscrit ci-dessous.


<DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT>


KELLS : Je ne sais jamais vraiment quoi dire dans ces entretiens.

███████ : Tout ce qui te vient à l'esprit.

KELLS : Je… c'est bien le problème, je crois, je ne sais pas ce qui passe par mon esprit. Est-ce que ça a du sens ?

███████ : Eh bien, nous sommes ici pour faire en sorte que oui. Que tout prenne un sens.

(Silence.)

KELLS : J'ai refait ce rêve.

███████ : Ah ? Quelque chose de remarquable cette fois ?

KELLS : Elle était… resplendissante, la fille qui était avec cette Minstrati2. Pas intelligente, je veux dire – pas brillante. Je pouvais encore voir ses yeux, immobiles, toujours les mêmes.

(La tête de Kells a soudain un spasme vers la gauche.)

KELLS : Je me rappelle encore tout ce qu'elle a dit.

███████ : Et qu'a-t-elle dit ?

KELLS : Elle a dit tant de choses que je crois savoir. Je peux rappeler ce qu'elle a dit, les souvenirs qu'elle m'a montrés-

(La tête de Kells a un bref spasme vers la droite.)

███████ : Tout va bien ?

KELLS : Désolé, c'est juste que…

(Silence.)

KELLS : Avez-vous déjà regardé directement quelque chose de très lumineux, une ampoule ou quelque chose comme ça ? Vous savez, la lumière… colle à votre vision. Elle brille encore pendant un moment.

███████ : Je crois que je comprends.

KELLS : Depuis la dernière fois que je l'ai regardée dans le rêve – elle était si resplendissante – elle est encore là. Bloquée dans ma vision. Je peux la voir dans le coin de mon œil. Elle est-

(Kells a un haut-le-cœur.)

KELLS : Elle me regarde encore. Elle se promène dans mes yeux. Elle me regarde – elle me regarde tout le temps de l'intérieur de mes yeux. Et parfois-

(Kells a un haut-le-cœur.)

KELLS : Parfois elle sourit. Elle… elle sourit maintenant, elle… !

(Kells vomit rien. Il recule précipitamment. ███████ se lève de sa chaise et se précipite vers Kells. Il marche dans la flaque et glisse sur du tissu blanc. La flaque s'étend alors qu'il essaie de se relever. Des murmures s'élèvent des bancs de l'église ; alors que le thérapeute se relève, des pétales de fleur restent collées sur son visage.)

(Alors que rien coule dans sa bouche, ███████ titube et renverse le coussin orné.)

DEMOISELLEDHONNEUR : Non, où – où est-il… Je n'arrive pas à croire que j'ai perdu – ah, je sais !

(Le thérapeute lâche le coussin. Il enfonce sa main dans sa bouche avec un haut-le cœur. Il vomit puis s'écroule. Rien chatoie brillamment dans la flaque résultante.)


<FIN DE L'ENREGISTREMENT>



ENREGISTREMENT VIDÉO


Le document suivant a été enregistré dans le bureau de O5-7 suite à une autre tentative de brèche de la sécurité de SCP-6000 par O5-1.

<DÉBUT DE L'ENREGISTREMENT>


(O5-1 entre.)

O5-1 : Salut Eva.

O5-7 : C'est Sept.

O5-1 : Tu es sér- ? (soupire) Tu as passé du temps avec Deux, je vois.

O5-7 : Un… Qu'est-ce que tu veux.

O5-1 : Je ne peux pas juste passer dire bonjour ? Nous – nous sommes amies, non ?

O5-7 : Nous – Nous sommes des collègues. Et pas depuis longtemps… désolée-

O5-1 : Eva,-

O5-7 : Sept.

O5-1 : –je ne sais pas comment se passent les votes, les débats, tout ça. Je – Qu'est-ce qui se dit ? Qu'est-ce que tout le monde pense ?

O5-7 : C'est-

O5-2 : 6 contre 6. Difficile de trancher quand il manque quelqu'un.

(O5-2 entre.)

O5-1 : Non, non – Eva, qu'est-ce qu'il - ?

O5-7 : Je suis désolée… Je… Un, tu ne respectes pas le protocole, je n'avais pas le choix-

O5-2 : Qu'est-ce que tu fais ici, Un ?

O5-1 : Vous connaissez tous les deux mon nom, merde ! Vous pouvez cacher le vôtre si vous voulez, mais-

O5-2 : Ce sont juste des formalités, Un. Tu ne sembles pas beaucoup les apprécier. Et donc, que fais-tu ici ? Que se passe-t-il ?

O5-1 : Ne joue pas au plus fin. Par pitié, pour un instant, pourrais-tu s'il te plaît agir comme une personne avec moi.

O5-2 : Mais je suis une personne pour toi. Encore maintenant, j'essaie de t'aider, j'essaie de faire en sorte que tu t'améliores, de t'éloigner de – de ce deuil. Depuis des mois, je – je veux t'aider à accepter, et tu n'as toujours pas atteint cette étape du deuil. Tu es toujours dans le déni. Ta thérapeute en a parlé – pourquoi ne retournes-tu pas lui parler, plutôt que de faire souffrir les gens ?

O5-1 : Mon thérapeute est en congé psychiatrique. Son ami est comateux, un collègue. Mais ce n'est pas ça qui l'a le plus perturbée. Elle a fondu en larmes au téléphone en essayant de dire son nom – de se rappeler son nom.

O5-2 : J'en suis désolé.

O5-1 : Non. Non, tu ne l'es pas.

O5-2 : Je suis également désolé d'entendre ça.

O5-1 : Non, tu-

(O5-1 pose ses mains sur son front de désarroi avant de poursuivre brusquement.)

O5-1 : Tu es impossible, Deux ! Deux, Deux, Deux. Tu n'agis plus comme une personne ! C'était déjà à peine le cas avant, et maintenant tu ne nous dis même plus ton nom. Tu es juste Deux.

O5-2 : Mon nom ?

(Pause.)

O5-1 : Non ! Tu – tu ne le connais pas non plus, c'est ça ?

O5-2 : Non, c'est toi qui-

O5-1 : Nous le connaissions probablement tous il y a quelques temps, comme toi. Est-ce que – ça a commencé avec █, c'est ça ?

O5-2 : Un, c'est- ce n'est pas professionnel.

O5-1 : Non, c'est juste vrai. C'est vrai.

O5-2 : Evaline, j'espère que cette entrevue t'a appris quelque chose. Est-ce que je peux compter sur ton voteà la prochaine réunion ?

(Pause, puis O5-7 hoche la tête à contrecœur.)

O5-1 : No, Eva, je te connais, c'est-

O5-7 : C'est-

O5-2 : C'est Sept, pour toi. Maintenant il faut avancer, Evaline. Je sais qu'au bout du compte tu feras le bon choix.

(O5-2 sort.)

O5-7 : Je suis désolée, tu-

O5-1 : Tu – tu te rends compte de ce qu'il est en train de faire ?

(Pause.)

O5-1 : Qu'est-ce que je dis – évidemment que tu t'en rends compte. Tu es heureuse qu'il – qu'il ne soit pas lui-même.

O5-7 : Jennie— Un… Je ne me suis jamais sentie aussi heureuse depuis qu'elles…

O5-1 : Tu n'es toujours pas en paix, tu ne peux pas – tu es comme moi. Comme ce qu'il dit que je suis. Tu n'arrives pas à te contraindre à l'admettre. Parce que ce n'est pas encore vrai. Leur amour était intense et il l'est toujours. Un amour comme celui-là, lorsqu'il se désagrège – lorsqu'il se décompose, tous les souvenirs de ce qu'elles ont fait ensemble… ça ne part pas facilement. Ça s'accroche. Ça résiste à la dissolution par tous les moyens.

O5-7 : Ce que tu dis n'a aucun sens… Il faut que j'y aille… je dois partir.

O5-1 : Eva, tu- ! S'il te plaît. D'autres choses leur seront arrachées afin de les alimenter, d'alimenter leur amour.

O5-7 : Qu'est-ce que tu en sais ?

O5-1 : Je – je l'ai ai vues, je les ai senties résister. Nous étions si proches… Je pense que je suis devenue une part d'elles. Mon cerveau fait des aller-retours, c'est difficile de penser… de respirer.

(O5-1 se frotte les tempes.)

O5-1 : Tu sais ce qu'il essaie de faire. Il – il n'utilise ton nom que lorsque ça l'arrange – il t'appelle une femme que lorsque ça lui est utile. Cette illusion de bonheur que sa prétendue "acceptation" t'apportes, c'est – tu sais que ce n'est pas réel.

O5-7 : Et si… et si c'était toi qui était en train de m'utiliser ?

O5-1 : Je ne ferais jamais ça, je – je ne te pousserais jamais à faire quelque chose si je ne pensais pas – si je ne savais pas que c'est le bon choix. Dis-moi, à qui fais-tu vraiment le plus confiance ? Essaie de percer à travers son – son jeu pendant une seconde, à travers toute cette acceptation insensée, penses-y. Je sais que c'est difficile pour toi – c'est difficile pour moi également, mais ce sera encore plus difficile pour tous les autres, ils seront tous emportés dans ce combat. Emportés dans leur amour.

(Pause. O5-7 commence à partir en tremblant.)

O5-1 : Je sais. Je sais que c'est dur. Je suis certaine qu'elles t'aimeront quoi que tu fasses. Elles l'ont toujours fait.

(O5-7 s'arrête un instant puis sort. O5-1 soupir et jette un regard dans l'entrebâillement de la porte du bureau, puis sort à son tour.)


<FIN DE L'ENREGISTREMENT>


Suite à ces événements, une audience disciplinaire à l'encontre de O5-1 s'est tenue. O5-7 n'y participait pas.



Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License