SCP-666-FR-J
notation: +17+x
maison-hantee.jpg

SCP-666-FR-J.

Objet # : SCP-666-FR-J

Niveau de menace : Un noir très opaque et extrêmement foncé

Classe : Super Méga Keter Divertissant

Procédures de Confinement Spéciales Clichés hollywoodiens: SCP-666-FR-J ne peut être confiné efficacement, puisque de toute évidence, il se téléporte afin que quelqu'un tombe systématiquement dessus par hasard, y entre par hasard, et disparaisse par hasard. Les forces de l'ordre locales devront être envoyées sur les lieux le plus tard possible, de préférence après que tout le monde se soit fait massacrer. Dans le cas où les sujets viendraient demander le soutien des agents de police au commissariat le plus proche, ceux-ci devront ne surtout pas les croire, et leur rire au nez en continuant à déguster leurs donuts.

Description Scénario de qualité : SCP-666-FR-J est un manoir du 19ème siècle situé dans la forêt de ████████ en ██████████, isolé de la civilisation, lieu où il fait toujours nuit et où il y a toujours de la brume ou de l'orage. Il est abandonné depuis longtemps et est réputé pour avoir été construit sur un ancien cimetière indien. On raconte que 666 personnes y ont été assassinées, et que l'ancien propriétaire pratiquait la magie vaudou ou la magie noire, etc.

SCP-666-FR-J présente la particularité d'attirer, de temps à autre, un groupe de figurants jeunes individus qui voulait juste "partir en week-end dans un coin paumé" et atterrira inévitablement à proximité de SCP-666-FR-J. Ce groupe se composera la plupart du temps d'une jeune fille blonde aux formes siliconées (en tenue d'été même par -5°), d'un jeune homme ténébreux, arrogant, violent et musclé, d'une jeune fille brune (un peu plus intelligente que les autres), d'un ado afro-américain et d'un autre, au physique quelconque, mais sympathique cependant.

Toutes les personnes qui accèdent à SCP-666-FR-J sembleront alors être dotées du Q.I d'une moule et adopteront des comportements tous aussi inexplicables les uns que les autres. Ainsi, une fois que les individus soupçonneront l'existence d’événements anormaux dans SCP-666-FR-J, ceux-ci choisiront généralement d'aller explorer la cave/le grenier/le cimetière/la salle de torture de la demeure, en formant des groupes de un, et sans lampe de poche. La raison d'un tel comportement est totalement inconnue, mais est considérée comme normale et ne doit en aucun cas troubler le quotidien des chercheurs autorisés à surveiller la scène via des caméras en buvant des bières et dégustant des pop-corns.

Tous les planchers ou portes de SCP-666-FR-J grinceront lorsqu'on les ouvrira ou leur marchera dessus. En outre, les objets en porcelaine/en verre/en métal tomberont de leur support fréquemment, accompagnés d'une note de musique décrite comme étant désagréable et brutale, bien qu'aucun instrument connu ne se trouve dans les parages. Un chat noir et/ou le fantôme d'un enfant observés au sein même de SCP-666-FR-J surprendront les sujets en faisant leur apparition quand ils s'y attendront le moins, dans le but de leur faire peur d'une manière originale et recherchée, après que le sujet affecté se soit retourné lentement, très lentement, de manière dramatique.

De plus, un tueur se cachera systématiquement dans la maison. Il porte toujours un masque avec un sourire niais figé dessus et a la particularité d'apparaître automatiquement derrière les personnes qu'il va tuer, à commencer par l'individu afro-américain. On présume que le tueur lui-même ne sait pas pourquoi il tue, mais on suppose que c'est la conséquence d'un bizutage lors de son enfance à l'école primaire. Le meurtrier cherchera toujours à éliminer toutes les personnes qui entreront dans l'enceinte de SCP-666-FR-J, à l'aide d'un couteau de boucher en inox véritable, acheté en promo dans une grande surface. Par ailleurs, il semble être invulnérable, puisque, malgré 34 coups de hache dans le crâne, 45 coups de poignard dans le cœur, 137 coups de batte de base-ball dans l'entrejambe et 221 balles dans le corps, il est toujours debout (et n'est même pas décoiffé).

Dès qu'ils apprendront l'existence du tueur, les individus ne chercheront jamais à s'enfuir, préférant rester dans SCP-666-FR-J pour monter à l'étage se cacher dans une armoire ou sous un lit jusqu'à ce que l'on vienne les chercher. A ce jour, 75 % des personnes concernées sont mortes de cette façon (70 % assassinées par le tueur et 5 % mortes de déshydratation). Notons que 50 % des sujets féminins ont trébuché en voulant échapper au tueur (ou sont brutalement entrés en collision avec une porte). Toutefois, les 25 % d'individus restants ont souvent cherché à fuir en tentant de démarrer leur voiture, qui va caler à ce moment-là, pour un prétexte quelconque, mais fallacieux néanmoins.

Au moment de mourir, certains individus seront souvent les acteurs d'une scène d'amour quelque peu inutile, puisqu'elle ne fera donc pas long feu, mais une fois de plus, nous n'en sommes plus à une incohérence près, et ceci est aussi considéré comme étant tout à fait normal. Dans le cas où il y aurait des survivants, ceux-ci auront leurs vêtements maculés de taches de sang et/ou auront été au préalable amputés de quelques membres (la douleur s'estompera au bout de 5 à 10 min, sauf dans le cas d'une amputation de la tête, évidemment).

- Scé. Roger Padidé et John Nanard

P.S. : Toute ressemblance éventuelle avec tout film d'horreur existant serait purement fortuite.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License