SCP-630
notation: +1+x

Objet # : SCP-630

630

Imagerie thermique d'une instance de SCP-630-1 à 12 mètres de distance. Le sujet apparaît en noir.

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-630 est confiné à ██ mètres sous terre, dans une ancienne mine de cuivre, à ██ km au nord de ████, au Pérou (██° ██' ██" S, ██° ██' ██" W). La caverne contenant SCP-630 doit être aussi vivement éclairée que possible compte tenu des ressources disponibles, et scellée au moyen de portes blindées. Une maintenance hebdomadaire doit être conduite par du personnel de Classe D, et doit inclure :

  • L'inspection et le remplacement de toute lampe défectueuse.
  • L'utilisation des GPS et sonars fournis pour mesurer et anticiper les mouvements des limites de SCP-630.

Compte tenu du fait que la mine de cuivre de ████ est située dans l'un des environnements désertiques les plus désolés de la planète et que celle-ci ne contient aucun autre objet SCP, le confinement consiste simplement à interdire l'accès à la mine et à la gestion des individus affectés. On estime que SCP-630 se déplace de 30 mètres par an à travers un réseau complexe de cavernes, et des recherches sont en cours afin de déterminer sa future trajectoire ainsi que pour organiser des expéditions dans lesdites cavernes. Tant que SCP-630 demeure confiné, ses déplacements ne présentent aucune menace directe pour les zones habitées.

La manipulation de tout échantillon de SCP-630 ou de matériaux affectés doit uniquement s'effectuer en combinaison thermique réfléchissante. Toute personne exposée à un contact épidermique direct avec SCP-630 doit être considérée dangereuse et classifiée SCP-630-1. Les sujets exposés doit être placés sous quarantaine jusqu'à ce que leur élimination soit possible. Tout échantillon de SCP-630 ainsi que les restes de sujets classés SCP-630-1 doivent être détruits par ignition à distance à l'aide d'un mélange d'aluminium et d'hydroxide de sodium.

Description : SCP-630 est un glacier souterrain large de 130 mètres et, d'après les scans effectués par sonar, long d'au moins 12 kilomètres, se déplaçant à une vitesse estimée à 30 mètres par an. L'objet est théoriquement composé d'un mélange d'eau gelée, qui est d'un noir opaque et ne reflète aucune forme de lumière visible ou de radiation électromagnétique. La face avant du glacier est suffisamment fragile pour y prélever des échantillons ; cependant, ceux-ci se sont avérés capables de supporter une température de plus de 1500°C sans fondre. Les sondes de température indiquent que le glacier possède une température d'environ -10°C, et toute fonte significative ne peut s'effectuer que par une réaction exothermique soutenue avec les molécules d'eau situées dans la glace. Lorsque SCP-630 fond, l'objet redevient de l'eau ordinaire légèrement sale et possède un spectre de réflexion et d'absorption normal. Toute source d'eau exposée à SCP-630 gèle, formant de la glace qui se comporte exactement comme celle du glacier d'origine. Lorsque des échantillons sont mis en contact avec de la glace naturelle, cependant, aucun changement n'est observé. Des recherches visant à créer un protocole de confinement cryogénique d'urgence dans le cas où des matériaux affectés par SCP-630 entreraient en contact avec une étendue d'eau non-confinée sont en cours.

Les membres du personnel travaillant autour de SCP-630 rapportent de fréquentes hallucinations auditives, se présentant la plupart du temps comme une personne appelant à l'aide depuis l'intérieur de la glace. Le personnel a également rapporté qu'au fil du temps, ces hallucinations engendrent une impulsion difficile à résister, les incitant à entrer en contact physique avec SCP-630. L'équipement d'enregistrement ne détecte jamais de bruit inexpliqué, mais détecte des sons à basse fréquence correspondant aux mouvements du glacier. Le rapport d'acquisition indique également que des mineurs avaient abattu un pan de roche dans la caverne en pensant suivre les appels au secours d'autres mineurs prisonniers suite à un éboulement.

Lorsqu'un contact épidermique direct est effectué avec SCP-630, le corps du sujet cesse de refléter toute lumière, rendant l'aspect du sujet absolument noir, et le rendant aveugle, sourd et muet. Des tests étendus ont déterminé que SCP-630 n'affectait que les animaux à sang chaud (oiseaux et mammifères). Les reptiles, les amphibiens, les invertébrés et les poissons demeurent non-affectés en dehors du choc hypothermique. Une fois exposés, les sujets sont classés comme instances de SCP-630-1. Les sujets affectés ne répondent à aucun stimulus visuel ou auditif, se repèrent à la place via le toucher et la perception de vibrations, et suivent souvent les murs environnants afin de se cacher dans les angles des pièces.

L'analyse des instances de SCP-630-1 indique que leur température interne descend de 5°C par heure, et que les sujets tentent instinctivement de se rapprocher de sources de chaleur, comme le feu, les équipements électroniques, les ampoules à incandescence, et les êtres humains les plus proches. Lorsqu'ils sont présents en grand nombre, ils ont tendance à submerger le personnel de recherche en tentant de se réchauffer, résultant en des cas d'hypothermie sévère. Les tentatives de communication avec les instances de SCP-630-1 ont jusqu'ici échoué, les sujets étant trop obnubilés par leur quête de chaleur pour y répondre. Bien qu'ils soient difficiles à visualiser, les sujets SCP-630-1 sont sensibles aux blessures physiques et peuvent être éliminés facilement. Cependant, leurs restes doivent être traités avec précaution, tout fluide s'en échappant étant susceptible de se solidifier rapidement et de contaminer des membres du personnel non-protégés.

Suite à l'exposition initiale, les instances de SCP-630-1 commencent peu à peu à perdre en agilité et en coordination, jusqu'à ce qu'elles trouvent un recoin ou un espace isolé, s'y recroquevillent en position fœtale, et cessent finalement tout mouvement. La température environnante de chaque instance de SCP-630-1 continue ensuite de se refroidir jusqu'à atteindre -10°C, stade auquel l'humidité ambiante gèle autour du sujet en formant une pellicule de glace. Après qu'un sujet a atteint cette phase, tout contact épidermique déclenche le même effet qu'avec SCP-630. De plus, toute tentative visant à faire fondre cette nouvelle glace ne révèle plus aucune trace de restes organiques.

-Je n'aurais jamais pensé être aussi soulagé que cette chose ait été découverte dans un endroit aussi isolé. Bien qu'il semble très improbable que suffisamment de ce truc atterrisse dans assez d'eau pour causer n'importe quelle sorte d'évènement XK de notre vivant, il est probable qu'il se déplace dans le bassin aquifère de l'Amazone au cours des ███ prochaines années. - Dr ██████

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License