SCP-610-L3
notation: 0+x

Les dégâts causés par l'effondrement rapide de la tentative d'exploration du Site C décrite dans SCP-610-L2 a provoqué une série d’événements inattendus au Site A. Alors que l'étrange formation sphérique au Site C fut brûlée et détruite, les infectés par SCP-610 habitant le Site A ont été filmés par des drones aériens entrer en crises de convulsions. Les infectés par SCP-610 immobiles se sont rapidement flétris et moururent, toute la matière charnelle se répandant à travers les objets inanimés à l'intérieur du village. Les infectés mobiles de SCP-610 qui furent capables de se relever se sont tous dirigés vers ce qui semble avoir été autrefois une résidence de la classe aisée et sont entrés dans le bâtiment. Une fois les infectés à l'intérieur, celle-ci subit un effondrement de ses fondations révélant la présence d'un tunnel en dessous d'elle. Le rapport de la taille du trou avec celle de la structure au-dessus ne permettait pas à la totalité du bâtiment de s'effondrer, ce qui laisse penser que quelque chose à l'intérieur du trou a appliqué une force directement sur la structure dans le but de la tirer à l'intérieur et d'exposer le trou.

Le trou révélé est assez large pour accueillir environ trois hommes se tenant debout d'épaule à épaule. Les sources de lumière appliquées à l'intérieur du trou par les drones télécommandés ne parviennent pas à atteindre une profondeur de plus de 4 mètres. Les objets lâchés dans le trou ne produisent pas de son d'impact, suggérant que le fond est potentiellement à une distance de plus de 1 000 mètres.

Les recherches menées à l'extérieur du trou du Site A n'ont pu se poursuivre que pendant une durée de 2 heures.

Des échantillons de l'atmosphère du Site A indiquent une mort totale de tout organisme en lien avec SCP-610. Toutes les formes de vies infectées n'ayant pas évacué en passant par le trou moururent sur place et se changèrent rapidement en enveloppes flétries. Une exploration humaine du Site A a été approuvée et immédiatement mise en œuvre. En l'espace de 30 minutes, un total de trois équipes de recherche composées chacune de deux à trois membres du personnel de recherche et quatre à cinq escortes armées était dispersé et installait des bases d'opération dans les vestiges du village. Des échantillons d'infectés par SCP-610 décédés et de matières transformées ont été renvoyés au Périmètre QG pour être conditionnés et transportés. Une équipe a réussi à récupérer un échantillon toujours vivant de tissu infecté par SCP-610 depuis un bâtiment et l'a empaqueté pour la recherche. Au cours de la deuxième heure d'exploration du Site A, des séries de détecteurs d'échos et de réverbérations ont été installés autour du trou dans le but d'obtenir une cartographie précise de celui-ci et d'éventuels embranchements.

À la fin de la deuxième heure, avant que les détecteurs ne puissent être activés, des activités sismiques ont débuté au Site A. Deux des trois équipes initiales restèrent sur le site et la troisième retourna au Périmètre QG avec les échantillons. Il a été demandé à la troisième équipe de retourner au Périmètre QG lorsque les activités sismiques ont débuté et de ne pas revenir au Site A pour porter assistance.

Le pic d'activité sismique au Site A est monté jusqu'à 2,3 sur l'échelle de Richter avant de redescendre. Immédiatement après cet événement sismique, un torrent de spores de SCP-610 jaillit du trou et recouvrit la zone autour de celui-ci sur 50 mètres. Étant donné que le personnel sur le site était en tenues de protection pour matières dangereuses de Niveau A, cette éruption de spores, bien qu'inattendue, n'engendra pas d'infections. Alors que l'éruption était en cours de signalement, les deux équipes sur le Site A se firent attaquer par des formes de vies aériennes infectées par SCP-610. Ces organismes ont été enregistrés par l'équipement vidéo des drones et ont affiché des stades d'infection extrêmement avancés. Il est impossible de déterminer quels organismes ont muté de la sorte. Plusieurs créatures aériennes ont attaqué en ouvrant leur tête en deux et en la refermant sur le personnel de recherche, les emportant dans les airs et les lâchant dans le trou lorsque cela était possible. Ces infectés aériens se sont montrés vulnérables aux tirs d'armes de petit calibre. Au cours de la tentative visant à les éloigner, un total de deux membres du personnel de recherche a été perdu dans le trou et un fut blessé par une balle perdue. Le membre du personnel blessé a été abattu immédiatement après avoir montré des signes d'infection par SCP-610 en raison de la perforation de sa combinaison.

Avant que les contacts vidéo et radio soient perdus avec les équipes restantes au Site A, une seconde secousse sismique se produisit, sa valeur de départ atteignant une magnitude entre 1 et 1,5. L'attention se porta sur le trou afin de se préparer au deuxième assaut. Un second jaillissement de spores surgit du trou au cours de l'élévation de l'activité sismique. Au moment où les valeurs relevées atteignirent une force allant de 3 à 3,5, une nouvelle entité de SCP-610 non-visible commença à émerger du trou. Les seules images capturées de cette créature affichent une tête humaine enflée, environ vingt fois plus large qu'à la normale, s'extirpant du trou, sans corps discernable. Les contacts vidéo et radio ont été perdus, les secousses sismiques ayant augmenté jusqu'à 7 pendant une durée de deux secondes avant de s'arrêter brusquement. Les inspections aériennes ultérieures du trou du Site A et des environs ne relevèrent aucune activité ni aucune trace des équipes de recherche ou d'un quelconque élément témoignant de leur présence antérieure. Tous les membres du personnel et les équipements ont été considérés comme perdus.

Poursuivre vers le document suivant, SCP-610-L4

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License