SCP-610
notation: +33+x
blank.png

Objet no : SCP-610

Classe : Keter

Procédures de Confinement Spéciales : En raison de la vaste étendue que l'"infection" par SCP-610 couvre, son confinement est impossible. L'isolement de la zone s'est avéré bien plus efficace, et le gouvernement russe a permis la mise en place d'un périmètre de sécurité afin de garder la population hors de ces zones sous prétexte d'opérations militaires.

Si tout organisme présentant des caractéristiques compatibles avec SCP-610 est aperçu à proximité de ce périmètre, le protocole établi indique qu'il doit être engagé avec des armes légères jusqu'à ce qu'il s'immobilise, puis éliminé par le biais d'armes et de munitions incendiaires depuis la plus grande distance possible. Tout être vivant rentrant en contact physique avec un organisme infecté par SCP-610 est considéré comme une source de propagation et doit être immédiatement supprimé et incinéré. Toute personne rentrant dans un périmètre de trois mètres autour d'un être vivant infecté par SCP-610 doit se retirer immédiatement de la zone, être isolé du reste de son équipe et soumis à un examen médical utilisant uniquement des procédés à distance afin de déterminer si l'infection a eu lieu ou non, ainsi que les mesures appropriées à mettre en place.

Actuellement, les vecteurs connus de l'expansion de l'infection par SCP-610 semblent être focalisés sur le contact physique. Les mouvements de drones dans des zones fortement infectées ont renvoyé des échantillons d'air contenant des particules minuscules qui provoquent la diffusion de SCP-610 lorsqu'elles sont exposées à des composants organiques. Les résultats des tests sur ces particules ont montré que la plupart ont besoin de plusieurs jours pour se manifester si elles n'ont pas directement été en contact avec des poumons ou des tissus hépatiques exposés. Les particules testées ont présenté un rythme de croissance rapide contraignant à l'incinération de l'environnement de test avant les vingt-quatre heures suivant l'exposition initiale, avec un incident de deux heures risquant de compromettre l'installation. Étant donné que ce type de croissance rapide ne se manifeste que dans des matières organiques externes au corps humain, cette forme d'infection est actuellement considérée comme une préoccupation mineure.

Ces spécificités ont soulevé une série de questions concernant la possible origine de l'infection en conjonction avec la faille [DONNÉES SUPPRIMÉES]. Le protocole de confinement conserve pour l'instant une politique de la terre brûlée, et les paramètres de l'infection n'entraînent pas d'inquiétude concernant la transmission par l'eau ou par l'air, à moins d'un changement de l'environnement.

Description : Les rapports initiaux de SCP-610 proviennent directement du gouvernement russe par des voies confidentielles. Ces rapports se composaient principalement de disparitions d'agriculteurs de la région et n'ont pas été pris en compte jusqu'à ce que la police locale, suivie par la police régionale et enfin le gouvernement, aient chacun envoyé un agent qui ont tous omis de se déclarer dans un délai de 72 heures. Un petit contingent militaire a été dépêché sur les lieux, mais se retira rapidement avant que la Fondation ne soit contactée pour enquêter.

La zone de SCP-610 se trouve non loin du lac Baïkal, en Sibérie méridionale. Les zones où sont situées les infections connues ont été reportées sur une carte qui nous a été fournie ici. Le périmètre de confinement, marqué en bleu, délimite ces zones d'infection, et aucun autre emplacement n'a été identifié à ce jour. Toute incursion dans le périmètre doit être préalablement signalée et confirmée durant l'exploration. Un compte rendu doit être rédigé dès le retour.

SCP-610 semble au premier abord être une maladie contagieuse de la peau ayant pour symptômes provoqués des éruptions cutanées, des démangeaisons et une sensibilité accrue de la peau. Dans les 3 heures suivant la contraction, la maladie provoque des imperfections semblables à de lourdes cicatrices au niveau de la poitrine et des bras, qui se répandent progressivement vers les jambes et le dos dans l'heure suivante. La victime en est ainsi complètement recouverte en cinq heures. Une exposition à des températures élevées diminue considérablement la vitesse de la propagation.

Une fois la propagation de l'infection totale, les fonctions vitales de la victime cessent pendant approximativement trois minutes avant qu'elles ne repartent au sextuple du taux d'activité normal d'un être humain. Suite à cela, les cicatrices de la victime commencent à se mouvoir d'elles-mêmes et à croître à un rythme soutenu. Les caractéristiques typiques de l'être humain commencent à disparaître à partir de ce stade de l'infection, et l'évolution de cette mutation semble être en grande partie due au hasard. À ce stade, les sujets ont été observés développer trois membres ou plus, tels que d'autres bras ou jambes. La tête peut devenir difforme, s'allonger ou s'élargir, et des parties du sujet peuvent se fendre et s'ouvrir, laissant ainsi d'autres branches de chair se développer. La durée de cette étape de l'infection demeure inconnue, et aucun des sujets ne semble progresser vers un stade supplémentaire.

Pour des raisons encore inconnues, une personne infectée cessera de bouger et se placera dans un endroit qu'elle juge convenable où elle s'enracinera. L'accroissement de chair de la victime commencera alors à se répandre sur tous les objets alentour pour les consommer. Toutefois, ces objets ne propagent pas l'infection comme le ferait une créature vivante. Les effets d'un contact prolongé avec ces objets sont décrits plus loin dans ce document. Il est supposé que ce comportement consiste à établir une aire hospitalière à la croissance continue des autres infectés.

L'observation directe par le personnel d'être vivants infectés par SCP-610 est impossible. Les personnes infectées par la maladie cherchent immédiatement de l'aide par impulsion naturelle humaine, résultant en des infections involontaires. Les infectés ayant dépassé la phase du développement du tissu cicatriciel tentent activement d'infecter tout individu les approchant dans un périmètre indéfini. Il a été établi que si un infecté est capable de voir et d'observer un non-infecté, il se déplacera dans sa direction. Si l'infecté a perdu le sens de la vue, rester à une distance de trente mètres est considéré comme sûr.

Les observations de colonies infectées par SCP-610 ont été menées à l'aide de méthodes artificielles, telles que des robots contrôlés à distance. Les données renvoyées par ces observations, couplées avec le caractère hostile des personnes infectées tentant de propager SCP-610, ont abouti à la classification Keter. Cependant, aussi longtemps que rien n'est permis d'entrer ou de sortir des zones infectées, la menace est considérée comme neutralisée. Les préoccupations se portent sur des zones caverneuses découvertes sous les colonies infectées durant l'exploration, et des tentatives visant à envoyer du personnel de recherche dans ces zones sont en cours.

Rapports de terrain :
SCP-610-L1 - Un petit rover commandé à distance est envoyé au Site-A dans le but de localiser les membres du personnel manquants.
SCP-610-L2 - Un membre du personnel de Classe D est envoyé au Site-C avec un équipement vidéo.
SCP-610-L3 - Découverte initiale des entrées des tunnels au Site-A.
SCP-610-L4 - Exploration non-habitée des tunnels du Site-A.
SCP-610-L5 - Exploration habitée des tunnels du Site-A.
Le rapport de terrain suivant ne concerne que les membres du personnel de Classe A ou supérieure. Le visionnement non-autorisé de ce fichier est strictement interdit et sera considéré comme une violation des accords de la Fondation et du droit international.
SCP-610-L6 - Enregistrements d’exploration de l’Opération "Source Originelle".

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License