SCP-562
notation: 0+x

Objet # : SCP-562

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : En raison de la nature spontanée et non-physique de SCP-562, la totale prévention de ses effets est impossible. Le confinement, par conséquent, se focalise sur la réduction du nombre d’évènements pouvant être attribués à SCP-562, l’identification d’incidents en rapport avec SCP-562, et la dissimulation des éléments anormaux au public.

Les alias utilisés régulièrement par SCP-562 ont été répertoriés sur les listes de délinquants sexuels recherchés à travers le monde. Des indices suggèrent que les campagnes d’avertissement sur les dangers d’Internet ont permis de réduire le nombre d’occurrences d’incidents en rapport avec SCP-562 ; par conséquent, celles-ci doivent être encouragées dans les écoles européennes.

Description : SCP-562 désigne un phénomène se produisant sporadiquement sur des sites de chat sur Internet. Au cours d’un événement SCP-562, un utilisateur est contacté par une entité s’identifiant fréquemment par les pseudonymes “Sylvia Gateman”, “Tom Hedge”, ou “Dick O’Dale”. Pour une liste complète des noms utilisés par SCP-562, consulter l’Addendum 562-4. Les comptes utilisés par SCP-562 ne présentent aucune anomalie et sont abandonnés après usage.

Pendant un évènement SCP-562, SCP-562 tente de convaincre le sujet de participer à une fête. Le cheminement habituel d’un incident lié à SCP-562 se déroule généralement comme suit. Tout d’abord, SCP-562 contacte le sujet et entame une discussion. Puis, SCP-562 fait croire au sujet qu’ils vont dans le même établissement scolaire ou qu’ils vivent à proximité l’un de l’autre. Enfin, SCP-562 va parler au sujet d’une “fête”, d’une “danse” ou de “festivités” toutes proches, et l’encourager à y participer. Même si SCP-562 est très persuasif, il semble n’y avoir aucune compulsion induite chez le sujet contacté, qu’il accepte ou non de participer. Si le sujet refuse, ou encore s’il interrompt la discussion sans accepter, aucun effet anormal ne se produit.

Les personnes acceptant de se rendre à la fête disparaissent au cours de ce qu’on appellera un “enlèvement” dû à SCP-562. Lorsque le sujet franchit une porte, celui-ci est transporté en un lieu inconnu. Les émetteurs éventuellement présents sur le sujet cessent de fonctionner, et les appareils de surveillance montrent qu’il disparait complètement dès qu’il franchit la porte. Les humains observant un enlèvement dû à SCP-562 rapportent voir des lumières brillantes et multicolores à travers la porte en question, et percevoir des voix et de la musique, ainsi qu’une nette odeur de noix de muscade.

Les sujets victimes d’un enlèvement dû à SCP-562 sont retrouvés morts dans la forêt ancienne la plus proche, de quatre (4) à huit (8) années plus tard. L’autopsie révèle que la mort est due à de multiples défaillances d’organes cohérentes avec la vieillesse. Dans la plupart des cas, une importante (mais inoffensive) quantité de miel, de lait et d’alcool est retrouvée dans le système digestif du sujet. Les tentatives visant à découvrir la provenance du miel ont jusqu’ici été soldées par un échec. Le cadavre est toujours découvert vêtu d’habits richement décorés, sans marque d’aucune sorte mais de très grande qualité. Plus rarement, le sujet porte encore sur lui un objet qu’il possédait au moment de l’enlèvement dû à SCP-562. Les objets en question sont dans un état d’usure cohérent avec des décennies d’utilisation.

On estime que pas plus de quarante (40) enlèvements réussis dus à SCP-562 ont lieu chaque année, un tiers d’entre eux étant connu de la Fondation moins d’une semaine après la découverte du corps. Le nombre annuel exact d’enlèvements ratés est plus difficile à estimer car ceux-ci sont rarement signalés, mais on suppose qu’il est inférieur à mille (1000). Démographiquement, les victimes de SCP-562 ont tendance à être des hommes pour 40% et des femmes pour 60% d’entre elles, la plupart ayant entre treize (13) et vingt-deux (22) ans. SCP-562 peut apparemment se manifester sur n’importe quel site de chat Internet, mais a tendance à cibler ceux situés en Europe.

Addendum 562-15 : A la lumière d’une série de lettres du XVII° siècle publiée récemment par la Royal Historical Society, il semble que SCP-562 ne soit pas un phénomène récent. Un des échanges concerne une certaine Lady Marchgrove et un certain Dick O’Dale, échange au cours duquel le second tente de convaincre la première de se rendre à un bal qu’il organise. Lady Marchgrove accepte de s’y rendre, et les registres historiques notent qu’elle a disparu à peu près au moment où la dernière lettre a probablement été écrite.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License