SCP-542
notation: +1+x

Objet # : SCP-542

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-542 doit être gardé dans une cellule de huit (8) mètres sur (8) mètres possédant une salle de bain attenante. Il peut émettre des requêtes concernant des meubles ou des objets à condition que ceux-ci ne puissent pas être transformés en instruments chirurgicaux. Jusqu’ici, les requêtes les plus notables de SCP-542 ont été les suivantes :

  • un lit "queen size", sans draps ni couverture, matelas simple (accordé) ;
  • deux bureaux de travail (accordés) ;
  • une armoire (accordée) ;
  • une sélection de manteaux, de blouses et de pantalons (accordée) ;
  • plusieurs miroirs (refusés) ;
  • une sélection de matériel de couture, ainsi que des coupons de tissus (initialement accordé, refusé suite à l’Incident 542-B-03) ;
  • plusieurs étagères où ranger des ouvrages anatomiques et médicaux, anciens et récents (accordées) ;
  • un jeu d’échec (accordé) ;
  • des cahiers vierges et de quoi écrire (accordés) ;
  • des mots croisés en allemand fournis régulièrement (accordés) ;
  • des lavabos de taille industrielle (refusés) ;
  • une lime à ongle en métal (refusée ; une lime en carton a été fournie en remplacement) ;
  • un coupe-ongle (refusé) ;
  • l’accès à sa trousse chirurgicale personnelle (refusé excepté en situation de test ; voir l’Addendum).

La pièce doit rester verrouillée, boulonnée, et surveillée par au moins deux (2) gardes membres de personnel de Classe D en toutes circonstances. SCP-542 doit être nourri deux (2) fois par jour par un membre du personnel de Classe D et doit subir une transfusion sanguine (50 cl, groupe sanguin et rhésus quelconques) par semaine.

Si SCP-542 subit une défaillance d’organe, il peut demander un organe de rechange ; dans ce cas, le personnel médical de la Fondation doit lui administrer des sédatifs et réaliser la greffe. En dépit de ses constantes requêtes, SCP-542 n’est pas autorisé à réaliser d’opération chirurgicale intrusive sur lui-même, excepté en situation de test. Les organes et les tissus rejetés doivent être conservés pour étude.

Dans le cas où SCP-542 briserait le confinement, il doit être maîtrisé par l’utilisation de doses massives de tranquillisant ou immobilisé au moyen d’un filet. Si SCP-542 entre en possession de tout type d’objet (couteau, éclat de verre) qui puisse être utiliser pour couper, des tirs non létaux sont autorisés.

Description : SCP-542 était à l’origine (selon le sujet) un humain mâle de type caucasien, de nationalité allemande ; ceci semble être confirmé par le fait que sa langue maternelle semble être l’allemand, et qu’il parle toute autre langue avec un accent allemand. SCP-542 demande fréquemment que les membres du personnel l’appellent "Herr Chirurg" ou "Chirurgien", parle couramment l’allemand, l’anglais et le français, et connaît quelques mots de polonais et d’italien. Les tests de QI standards évaluent le QI du sujet autour de 150. L’âge exact de SCP-542 est inconnu, compte tenu de la disparité des échantillons de tissus prélevés. Le sujet déclare avoir été 'terriblement normal' avant le début de la Première Guerre Mondiale, et prétend avoir travaillé pour le parti Nazi lors de son accès au pouvoir, bien qu’il ait considéré leur programme 'simpliste et ennuyeux.'

SCP-542 a souvent été décrit comme un "monstre de Frankenstein". SCP-542 peut camoufler ses traits inhabituels sous plusieurs couches de vêtements, mais il préfère porter uniquement un pantalon afin d’exhiber son ventre distendu, sa cage thoracique déformée et la structure hors-norme de ses bras. L’épiderme du sujet est constitué de différents morceaux de peau de pigmentation différente, certains ayant cicatrisé entre eux tandis que d’autres sont toujours maintenus en place par des points de suture. La structure osseuse et musculaire asymétrique de SCP-542 révèle que la majorité de son corps a été remplacée par des greffes. SCP-542 admet avoir eu besoin d’"assistants" dans certains cas, dont le remplacement partiel de sa colonne vertébrale. Bien que l’apparence de SCP-542 change d’une opération à l’autre, ses bras sont toujours proportionnellement trop longs, et ses mains ont été modifiées afin d’y ajouter des articulations supplémentaires au niveau des doigts.

La peau du visage de SCP-542 est tendue sur son crâne, de sorte que la structure osseuse est visible à travers. Les dents implantées dans sa mâchoire appartiennent à des individus différents, certaines n’étant apparemment pas d’origine humaine. Régulièrement, SCP-542 vomit ou crache du sang, ce qui requiert une transfusion sanguine chaque semaine environ. Le sujet possède actuellement deux cœurs et plusieurs exemplaires d’autres organes. La façon dont SCP-542 garde trace de sa propre structure pendant qu’il effectue une opération est inconnue ; le sujet prétend qu’il a simplement 'une très bonne mémoire.'

Les tests ADN effectués sur le sujet n’ont pas été concluants, son génome étant composé de fragments. Le processus qui permet à SCP-542 d’accepter des transfusions sanguines de groupes différents ainsi que des greffes de différents donneurs sans subir de rejet ou de réaction immunitaire est actuellement inconnu, ainsi que celui qui lui permet de garder toute sa motricité pendant qu’il pratique des opérations chirurgicales intrusives sur lui-même (y compris en cas d’insertion de lobes supplémentaires dans l’encéphale. Afin de poursuivre les recherches et les expériences portant sur ce processus, SCP-542 doit être maintenu en vie.

SCP-542 est la plupart du temps coopératif dans son comportement, apprécie de discuter longuement de science, de biologie et de politique, ainsi que de jouer aux échecs. Cependant, dès qu’une défaillance d’organe commence ou qu’une partie du corps du sujet se nécrose, celui-ci change radicalement de comportement et se met à observer silencieusement toute personne passant dans son champ de vision. Des informations additionnelles sur son modus operandi d’attaque peuvent être trouvées dans l’Addendum.

Depuis peu, il a été constaté que SCP-542 semble avoir constamment conscience de l’état de ses fonctions corporelles, jusqu’à être capable d’identifier précisément la localisation des défaillances. De plus, cette faculté semble s’étendre au-delà du corps du sujet ; celui-ci est capable de sentir l’état de santé des êtres humains situés à quelques mètres de lui, la distance pouvant s’étendre jusqu’à cinq (5) mètres lorsqu’il se concentre. SCP-542 a admis utiliser ce processus, dont lui-même ne comprend pas le fonctionnement, pour choisir ses victimes.

SCP-542 possède une forte connexion avec une collection de scalpels, de lames, de seringues et de divers outils chirurgicaux d’âge divers, allant d’objets modernes à des reliques datant des années 1910. Ces outils sont rangés dans une mallette en cuir noir. SCP-542 modifie la plupart de ses manteaux afin d’y ajouter des fourreaux pour y placer ces objets le cas échéant. Le sujet ne doit accéder à cette 'collection' qu’en situation de test ou pendant ses auto-opérations.

Addendum : SCP-542 a été identifié comme coupable d’une série de quarante-cinq (45) meurtres étalés sur trois (3) ans en divers lieux en Allemagne, en Angleterre et aux Etats-Unis, et est suspecté de quinze (15) meurtres supplémentaires non-confirmés au cours de cette période. Il a été observé pour la première fois il y a quatre ans par l’Agent ████████ à █████████, en Allemagne, à la suite de quatre (4) agressions, dont les victimes avaient été amputées de plusieurs muscles, nerfs et os provenant de leurs membres. Trois de ces victimes décédèrent du choc dû à la perte de sang. La quatrième, ██████ █████, se trouvait dans la chambre d’hôtel qui jouxtait celle de l’Agent ████████, qui intervint. Cet incident est détaillé dans le Rapport d’Incident 542-A-06.

SCP-542 a également causé la mort de plusieurs membres du personnel de Classe D, y compris en dehors de situations de test, en raison de négligences ou de la supposition que certains objets qui lui étaient présentés ne pouvaient pas s’avérer dangereux. Il est rappelé à tous les membres du personnel qu’en dépit de son comportement généralement coopératif, SCP-542 n’hésitera pas à procéder à des dissections sur des membres du personnel pour se distraire si l’occasion lui en est laissée. Ces incidents peuvent être lus dans les Rapports d’Incident 542-B-01 à 542-B-11. Par exemple, après avoir employé un kit de couture, sous surveillance, pour réparer un de ses manteaux, SCP-542 parvint à s’en servir pour immobiliser un membre du personnel de Classe D en le cousant à son matelas avant de lui retirer les reins et une partie du foie.

SCP-542 s’avère très coopératif lorsqu’on lui demande de réaliser une expérience sur lui-même, et semble apprécier le fait d’avoir un public l’observant directement au cours de ses auto-opérations, expliquant en détail ce qu’il fait et exposant son savoir anatomique comme un professeur lisant un manuel. Malheureusement, ceci fait courir le risque d’une attaque envers les observateurs.

Il a été suggéré que SCP-542 soit maintenu en vie afin que le processus qui lui permet de se remettre après chaque opération sans subir de rejet de greffe soit étudié et potentiellement reproduit pour usage médical. SCP-542 s’avère aussi potentiellement utile dans le cadre d’expériences chirurgicales ou pédagogiques en raison de son degré d’intelligence et de sa compulsion concernant les dissections. Toutes ses notes et ses carnets sont accessibles aux membres du personnel possédant un niveau de Sécurité de 2 ou plus.

Rapport D’incident 542-A-06 : L’Agent ████████, qui se trouvait à l’hôtel █████ à ██████████ (Allemagne), entendit des bruits de lutte et des cris de l’autre côté du couloir à approximativement trois (3) heures du matin (heure locale), au point qu’il se sentit obligé d’intervenir, sans se douter qu’il allait avoir affaire à un possible SCP. Après avoir enfoncé la porte de la chambre de ██████ █████, il vit SCP-542 en train d’amputer les muscles et les os de la jambe droite de Mlle █████. Après que l’Agent ait ouvert le feu, SCP-542 s’enfuit par la fenêtre et l’Agent ████████ contacta les autorités locales ainsi qu’une ambulance.

██████ █████, une touriste américaine arrivée en ville quelques jours auparavant, décrivit ce qui s’était passé au cours de son séjour à l’hôpital. Elle prit volontairement l’Amnésique proposé, préférant croire qu’elle avait été victime d’un accident de la route ayant entraîné l’amputation de sa jambe.
Son témoignage peut être lu ci-après.

Je suis déjà venue en Allemagne, alors je n’étais pas trop perdue… et j’avais l’habitude de prendre le bus. Et je crois bien que c’est là que je l’ai vu ; dans le bus, il y avait ce type qui portait tous ces manteaux et ce chapeau et ces lunettes, et évidemment je trouvais ça suspect parce que, vous savez, on est en été et il fait vraiment chaud… et là j’ai réalisé qu’il me regardait, mais j’ai décidé de l’ignorer. De toutes façons, il ne descendait jamais au même arrêt que moi et il y avait toujours d’autres personnes dans le bus, même tard le soir. Je l’ai remarqué pendant trois jours, et puis j’ai arrêté d’y penser… Il a dû me suivre quand je suis descendue du bus ce jour là. Enfin cette nuit-là.

Je suis montée dans ma chambre d’hôtel, et… je ne me souviens plus bien… la fenêtre était ouverte, et il faisait sombre, la lumière ne voulait pas s’allumer. Je me suis dit que quelqu’un était entré et avait volé mes affaires, alors j’ai décidé de vérifier s’il manquait quelque chose et…

[[██████ █████ montre des signes d’inconfort intense, et demande une minute pour se calmer. Autorisation accordée. Elle reprend après plusieurs minutes.]]

Il était caché sous le lit, et il avait ces… bras monstrueusement longs et les doigts… avaient beaucoup trop d’articulations et il m’a attrapé par les chevilles. Ça s’est passé trop vite, et… et il a attaché mes bras et mes jambes au lit, et d’abord j’ai cru, vous savez, qu’il voulait… enfin vous savez.

Il n’arrêtait pas de dire des trucs, du genre…"Ne vous inquiétez pas," et "Vous allez m’aider," et "J’ai besoin de votre aide…" et d’autres trucs comme ça ; c’était atrocement flippant, et il a dit que si je ne faisais aucun bruit, il allait peut-être appeler une ambulance après… et ça aussi, c’était assez flippant.

Et là j’ai réalisé que c’était pire que ce que je croyais. Il a récupéré sa veste ; elle était suspendue au porte-manteau près de la porte et je ne l’avais même pas remarquée… et il en a sorti toute une série de couteaux et… il y avait tous ces outils et je ne savais vraiment plus quoi faire. Alors j’ai décidé de tenter ma chance et j’ai commencé à crier, le plus fort que j’ai pu. Et…

[[██████ █████ a été autorisée à s’arrêter là ; un Amnésique lui a été administré et une histoire de couverture lui a été racontée.]]

Rapport D’incident 542-A-15 Pour les détails concernant la traque et la capture de SCP-542, veuillez consulter [[DONNEES SUPPRIMEES]]. Une requête pour dé-classification de ces informations est en cours d’approbation, 20██/██/██.

Note : Depuis le ██/██/██, SCP-542 a été transféré dans la zone de Recherche Biologique 12 afin de participer au Projet Olympia.
"Et je veux qu’on me le rende en un seul morceau !" - Dr. Rights

Mise à jour du ██/██/20██

Par un moyen quelconque, SCP-542 a découvert l’existence de SCP-291, SCP-827, et SCP-545. Une enquête est en cours pour savoir l’ampleur de ce que SCP-542 sait à leur sujet et comment il a acquis ces connaissances. Les membres du personnel responsables devront subir un entretien disciplinaire suivi de sanctions.
O5-██

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License