SCP-5000
notation: +33+x
blank.png

Objet # : SCP-5000

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-5000 doit être maintenu désactivé dans une unité de stockage standard située au Site-22. Tous les fichiers et renseignements extraits de SCP-5000 doivent être stockés sur un serveur sécurisé, des sauvegardes sont disponibles sur demande auprès du Département des Archives.

Description : SCP-5000 est une combinaison mécanique non fonctionnelle désignée dans ses plans de conception internes comme un "Harnais d'Exclusion Absolue" développé par la Fondation SCP. Bien que SCP-5000 soit supposé avoir déjà possédé un certain nombre de fonctions anormales destinées à protéger et à assister son occupant, les dommages qui lui ont été infligés par le passé ne lui permettent actuellement plus que de stocker des fichiers basiques. Pour consulter les fichiers contenus dans SCP-5000 lors de sa récupération, référez-vous à l'Archive 5000-1.

SCP-5000 est apparu pour la première fois dans un flash de lumière à l'intérieur de la chambre de confinement de SCP-579 au Site-62C le 12/04/2020, l'objet contenait un cadavre1 génétiquement identique à Pietro Wilson, employé de la Fondation. Pietro Wilson est actuellement affecté au Site d'Exclusion-0622, la thérapie mnésique a confirmé qu'il n'a pas connaissance de SCP-5000 et n'a aucun souvenir concernant les événements détaillés dans ses archives.


Archive 5000-1 :

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-1

Je m'appelle Pietro Wilson. Je ne sais pas ce qui se passe. Je dois être le seul qui reste.

Nous sommes euh hm le deux hm un deux mille vingt (désolé, la retranscription des pensées est assez délicate (encore désolé, je ne m'y suis pas encore, euh, habitué)). Nous sommes le 02/01/2020. C'est ça. Je viens de m'échapper du Site d'Exclusion-06. Je pense que… je n'en suis pas certain, mais je pense que tous les autres sont morts. Ces types, ils étaient très organisés. Si je n'avais pas pris la combinaison, je serais… oh mon Dieu.

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-2

Faut que je me reprenne sinon ce truc risque d'être complètement indéchiffrable. Ils voudront probablement une sorte de compte-rendu de cet incident pour la postérité.

Je suis actuellement en route vers l'installation de la Fondation la plus proche, un petit refuge pour les Agents qui se déplacent dans cette partie du pays. Il n'y aura sans doute personne là-bas, mais je devrais pouvoir entrer en contact avec mes supérieurs et savoir ce qui se passe exactement.

Ça a commencé il y a environ six ou sept heures. Un groupe s'identifiant comme la Force d'Intervention Mobile Zêta-19 ("Seulement Seul") - des Insurgés infiltrés, peut-être ? - sont entrés dans le Site, ils avaient une identification correcte et tout, et ont commencé à rassembler tout le monde dans la cantine. Puis ils ont démarré la fusillade.

Seigneur, j'ai… j'ai encore le goût du sang dans ma bouche. Je n'arrive pas à enlever cet horrible goût de métal de ma langue. C'est un miracle que je n'aie pas été frappé ou piétiné, vu comment les gens se grimpaient les uns sur les autres pour sortir de là. Si je n'avais pas atteint le Harnais d'Exclusion, je serais mort. Aucun doute là-dessus, comme précisé précédemment, ces types étaient très organisés.

Je ne suis qu'un technicien chargé du réseau électrique au SE-06, du coup je ne sais pas exactement comment ce machin fonctionne, mais je comprends les bases. Ce truc au niveau du filtre de perception ne fait pas en sorte que les gens ne peuvent pas me voir, mais plutôt qu'ils ne puissent pas admettre qu'ils peuvent me voir. Ce qui, je suppose, est la même chose quand on y réfléchit.

Mais ces infiltrés… ils n'ont rien volé, ils n'ont même pas essayé de voler quoi que ce soit. Je les ai observés après être entré dans ce machin, j'avais trop peur (quel putain de lâche) pour m'enfuir. Ils ont juste vérifié les corps et sont partis. Chaque tête a eu droit à une balle supplémentaire.

Ils étaient juste là pour nous tuer.

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-3

J'ai enfin réussi à atteindre le refuge après des heures et des heures de marche dans ce foutu désert. J'ai entendu quelques explosions au loin, peut-être que la Fondation a envoyé une FIM pour attaquer les infiltrés avant qu'ils ne s'échappent ? J'espère.

Je n'ai jamais été aussi heureux de voir de l'eau dans une bouteille de ma vie. Le Harnais subvient aux besoins de votre corps lorsque vous le portez apparemment, mais mon esprit continue de penser que je dois boire. La nature humaine, je suppose.

Bref, une fois que mes jambes seront reposées, j'essaierai de mettre ces systèmes en marche. Je dois contacter la Fondation pour savoir ce qui se passe exactement.

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-4

Putain de merde.


FICHIER TÉLÉCHARGÉ 0001-1

Contexte : Ils ont envoyé ça à tous les gouvernements, organismes de presse et agences anormales de la planète. Putain.

skiplogosmall

Le texte qui suit est un message rédigé par consensus du Conseil O5.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore notre existence, nous représentons l'organisation connue sous le nom de Fondation SCP. Notre mission précédente était centrée sur le confinement et l'étude des objets, entités et autres phénomènes anormaux. Cette mission a été le point de mire de notre organisation pendant plus de cent ans.

En raison de circonstances indépendantes de notre volonté, cette directive a maintenant changé. Notre nouvelle mission sera l'extermination de la race humaine.

Il n'y aura pas d'autres communiqués.


FICHIER RÉDIGÉ 0001-1

Immédiatement après la publication de cette annonce aux quatre coins du globe, la Fondation a lancé son assaut contre l'humanité.

La réponse aux anomalies que la Fondation a libérées a été aussi rapide qu'elle aurait pu l'être, mais le mal est en train d'être fait. C'est difficile de dire ce qui se passe exactement, mais avec ce que j'ai ici (j'ai accès au réseau de la Fondation et je suis les nouvelles) j'arrive à en savoir un peu plus. Je vais rassembler tout ce que je sais, comme ça quand tout sera fini, si quelqu'un est encore en vie il saura ce qui nous est arrivé.

Anomalie Concernée Action menée par la Fondation
SCP-096 Des images du visage de SCP-096 ont été diffusées sur des plateformes de médias sociaux. Le nombre de morts avait déjà atteint plusieurs centaines avant que les images ne soient retirées. Pour ce que j'en sais, cette chose est toujours dans la nature.
SCP-169 Une série de charges nucléaires a explosé à l'intérieur et le long du dos de SCP-169, le faisant légèrement remuer dans son sommeil. Les tremblements de terre et les tsunamis qui en ont résulté ont dévasté un nombre important de zones côtières dans le monde entier.
SCP-662 Pendant vingt-quatre heures, un individu dont l'apparence correspond à celle de "M. Deeds" est apparu à proximité de plusieurs grands chefs d'État et les a assassinés au moyen de tout ce qui était à sa portée, avant de disparaître aussi vite qu'il n'est apparu. Je ne sais pas pourquoi ça s'est arrêté au bout du premier jour.
SCP-610 Des échantillons de SCP-610 ont été dispersés par des agents de la Fondation dans de nombreuses métropoles, comme New York et Delhi. Tous les civils présents dans les zones touchées ainsi que les agents eux-mêmes, ont été rapidement infectés et ont succombé aux effets de SCP-610. La propagation de SCP-610 a été stoppée par les efforts conjugués de la Coalition Mondiale Occulte et de l'Église du Dieu Brisé.
SCP-682 A été relâché.

Je comprends pas pourquoi tout ça se produit.


FICHIER TÉLÉCHARGÉ 0001-2

Contexte : Entre deux verres, j'ai réussi à télécharger des extraits des actualités.

<Début de l'Enregistrement>

(La journaliste Maria Henderson parle depuis l'intérieur d'une tente de secours de la CMO. Le bandeau défilant indique qu'elle se situe aux abords de Trosa, en Suède. Derrière elle, on peut voir des patients traités par des médecins en tenue de protection intégrale. Maria porte elle-même un masque chirurgical légèrement relevé pour lui permettre de parler dans le microphone, ce qui, si vous voulez mon avis, va à l'encontre du but de l'objet.)

Maria Henderson : - comme l'a déjà annoncé la Coalition Mondiale Occulte, il est conseillé aux résidents qui n'ont pas encore été évacués de se barricader à l'intérieur de leur maison le plus rapidement possible à l'aide de tous les matériaux qui sont à leur disposition.

(Un des médecins qui s'occupe d'un patient se redresse avec urgence en regardant un soldat qui se tient au-dessus des lits.)

Docteur : On en a un qui vient de dépasser sa date limite ! Préparez l'effaceur !

(Maria Henderson quitte rapidement la tente pour se rendre dans un terrain couvert d'installations similaires. On peut entendre un bourdonnement fort provenant de la tente derrière elle et voir plusieurs lumières qui clignotent. Une épaisse fumée s'échappe par un trou dans le haut de la tente.)

Maria Henderson : Il est conseillé aux personnes qui se trouvent encore, euh, dans une zone exposée de surveiller attentivement les individus qui les entourent. Si vous avez des amis ou des membres de votre famille qui commencent à dégager une odeur mentholée, ils doivent être mis en quarantaine immédiatement -

(L'alimentation a été coupée. J'ai découvert plus tard qu'à ce moment-là les télévisions se sont arrêtées partout dans le monde. Internet aussi. Le monde est devenu aveugle en seulement quelques secondes.)

<Fin de l'Enregistrement>


ENTRÉE DU JOURNAL 0001-5

C'est drôle. Avec les provisions que j'ai dans cet endroit, sans parler du Harnais d'Exclusion, je pourrais probablement survivre pendant des années en restant planté là. Mais l'idée d'être assis ici, sans avoir la moindre idée de ce qui se passe dans le monde extérieur… c'est insupportable. Pourtant, je ne suis pas sûr non plus de vraiment vouloir savoir ce qui se passe à l'extérieur.

Quand j'étais gosse (j'étais vraiment malade tout le temps, impossible de sortir comme je le faisais jusqu'à maintenant), j'aimais beaucoup les histoires de détectives, Sherlock Holmes et toutes ces conneries. Je voulais toujours comprendre ce qui se passait. Bref, mon père avait cette rangée de pots de plantes accrochés au mur à l'extérieur de la maison et ils se faisaient toujours renverser, mais il n'arrivait jamais à comprendre pourquoi. Étant donné que ça se passait environ à l'apogée de ma période d'obsession pour les détectives, je me suis mis sur l'affaire comme si rien d'autre n'existait. J'étais une véritable merde, du coup je n'arrivais jamais rien à déduire, vous comprenez, alors j'ai fini par acheter cette caméra d'espionnage bon marché avec laquelle j'ai filmé le mur pendant la nuit.

C'était un chat errant. Mon père a fini par le frapper à mort et dès le début j'aurais dû m'en douter. La curiosité… eh bien, vous connaissez le dicton. Tous ceux que j'ai impliqué là-dedans auraient eu la paix si je m'étais occupé de mes affaires. Sauf mon père, mais qu'il aille se faire foutre.

Foutu pour foutu, autant tenter le tout pour le tout. Et puis, avec le Harnais d'Exclusion, jamais ceux qui voudront me faire du mal ne sauront que j'existe.

Je suis un touriste de la fin du monde. Cap sur le Site-19. Maintenant tout ce qui compte c'est la vraie installation de la Fondation la plus proche. Je m'en vais chercher des réponses.


FICHIER ENREGISTRÉ 0001-1

Contexte : Ma rencontre avec des membres de la Fondation quelques jours après avoir quitté mon refuge. J'ai remarqué un comportement bizarre.

<Début de l'Enregistrement>

(On aperçoit au loin un groupe de soldats de la Fondation dans une clairière, ils sont neuf au total, tous sont alignés. Un dixième soldat, le Commandant, fait les cent pas en silence devant eux. Les uniformes et les insignes ressemblent à ceux de la FIM Epsilon-6 ("Idiots du Village"). Après quelques secondes, le Commandant frappe une fois dans ses mains et se dirige vers la ligne.)

Commandant : (au premier soldat de la ligne) Je fais la vérification maintenant.

Soldat nº1 : Entendu.

(Le Commandant sort un couteau et poignarde le soldat dans l'épaule. Il ne réagit pas.)

Commandant : (retire le couteau) Fais-toi soigner cette plaie.

(Le soldat hoche la tête. Le Commandant poignarde de la même façon chaque soldat de la ligne, sans qu'aucune de ses victimes ne réagisse, jusqu'au huitième, qui tressaille visiblement.)

Soldat nº8 : Argh !

Commandant : (en criant) J'en ai un vivant !

(Le Commandant et tous les autres soldats pointent rapidement leurs armes sur le Soldat nº8 et font feu sur lui, entraînant sa mort. Il tombe au sol. Le Commandant se déplace alors vers le neuvième soldat et le poignarde à l'épaule, aucune réaction visible.)

Commandant : Très bien, on est bon. En marche.

(La FIM Epsilon-6 remballe ses provisions et quitte la zone, laissant le cadavre du soldat mort au sol. Je réussis à récupérer les armes et les fournitures médicales de premier secours qui étaient sur le corps et je l'enterre du mieux que je peux juste ensuite.)

<Fin de l'Enregistrement>

Notes de Fin : Pas la moindre putain d'idée de ce qui se trame.


FICHIER ENREGISTRÉ 0001-2

Contexte : Une transmission bizarre que j'ai captée sur une vieille radio. Je ne sais pas si c'est important, mais j'essaie de tout consigner pour la postérité.

<Début de l'Enregistrement>

(Il n'y a que l'audio. La voix est masculine, le locuteur a à peu près mon âge, je dirais.)

Voix : Sept. Cinq. Tu m'entends ? Il y a un trou qui brille dans les trous situés entre tes paupières. Je n'ai jamais été à Versailles auparavant. Je veux être aimé. Neuf. Je suis derrière toi maintenant. Cinq. Je suis deux d'entre nous, derrière toi maintenant. La déesse mange la ville dans la mer. Neuf. Il y a un trou dans le sol avec une réponse qui attend dedans. Sept. Regarde, tu éclos. Tu éclos !

(Le message continue en boucle.)

<Fin de l'Enregistrement>

Notes de Fin : Le message s'est arrêté lorsque j'ai retourné la radio et que j'ai vu qu'elle était complètement endommagée au point d'être irréparable. Est-ce que je vais bien ?


lesbois.jpg

Merde alors, je peux mettre des photos dans ces trucs ?

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-6

Quand je pensais que le Site-19 était plus ou moins proche, je n'ai pas vraiment pris en compte le fait que je n'ai pas de véhicule. Je ne peux pas prendre le risque de me balader avec une voiture ou quoi que ce soit du genre, quand bien même je passerais inaperçu, le véhicule ne le serait pas. Il suffit qu'un soldat de la Fondation ou qu'une anomalie errante la repère et je suis mort.

N'empêche, marcher dans les bois, même avec la protection du Harnais, n'est pas l'expérience la plus agréable. Ce serait difficile de s'écarter du chemin si quelque chose venait à passer par là, par exemple. C'est pas parce que les choses ne peuvent pas me remarquer qu'elles ne peuvent pas me rentrer dedans.

Ça me donne le temps de réfléchir, en revanche. Sur des questions du genre : pourquoi diable je vais au Site-19 ? Qu'est-ce que j'espère accomplir ? Si je voulais rester hors de danger, survivre le plus longtemps possible, ce serait mieux pour moi de m'éloigner le plus possible de tout personnel de la Fondation et non de me jeter tout droit dans la gueule du loup.

Ce sont les réponses, je suppose. Plus que tout, je veux des réponses.

Même si derrière je me fais battre à mort.


FICHIER RÉDIGÉ 0001-2

J'ai atteint le Site-19. La sécurité est dans un piteux état, la plupart des anomalies ont été remises en liberté il y a un moment, donc c'était plutôt facile d'entrer. À chaque fois c'est pesant de passer devant des chercheurs qui vaquent à leurs occupations. Ils parlent encore comme des collègues, débattant de la manière d'obtenir un maximum de pertes humaines, comme s'ils avaient toujours fait ça.

Mais leurs yeux… c'était comme s'il leur manquait quelque chose. Une étincelle. Je ne pouvais pas les voir comme des humains quand je regardais leurs yeux. Ou peut-être même pas comme des vivants. Difficile à expliquer, mais ça m'a donné la chair de poule.

En accédant à la base de données de la Fondation avec des accréditations que j'ai volé à des membres du personnel senior, je pense avoir réussi à établir une chronologie de base sur ce qui s'est passé juste avant leur déclaration de guerre. Je ne sais pas ce que tout ça signifie, mais on va dire que c'est un début.

Date Événements
16/12/2019 Les O5 remarquent qu'un projet nommé "PNEUMA" intéresse beaucoup les membres du personnel senior. Apparemment, c'était un projet d'amnésie de masse comme le projet KALEIDOSCOPE, sauf qu'il était principalement axé sur l'inconscient collectif humain, le psychospace, appelez ça comme vous voulez. Il semblerait qu'il y ait eu une sorte de percée scientifique dans la cartographie de ce psychospace, sauf que je ne peux pas voir ce qui a été découvert parce que c'est putain de censuré. Un classique.
17/12/2019 Un vote est effectué par le Conseil O5, le résultat est unanime. Le Comité d'éthique est également d'accord. Je ne sais pas ce sur quoi portaient les votes, parce que c'est putain de censuré.
19/12/2019 Une série d'instructions (les instructions sont censurées pour pas changer) est envoyée à tous les membres du personnel senior et aux Directeurs de Site. Une vague de suicides et de démissions déferle sur la Fondation, le Docteur Charles Gears fait partie des employés qui démissionnent.
22/12/2019 Un certain nombre de fichiers sont envoyés à tous les membres du personnel senior et Directeurs de Site restants, avec des instructions pour que leurs informations soient également diffusées parmi les membres du personnel placés sous leurs ordres. Les fichiers sont accompagnés du message "endurcissez vos cœurs". Tous les suicides et démissions cessent immédiatement après la diffusion de ces documents.
25/12/2019 Blocage total de toutes les communications entrantes et sortantes des Sites de la Fondation. L'exécution de la majorité des anomalies humanoïdes et montrant de l'empathie pour les humains est menée par le personnel de chaque Site au cours de la semaine suivante. Des informations suggèrent qu'une équipe d'assassins a été envoyée à la poursuite du Dr Charles Gears, mais elles ne précisent pas si elle a atteint son objectif ou non.
02/01/2020 Des Forces d'Intervention Mobiles sont dépêchées sur tous les Sites d'Exclusion pour exécuter tous les membres du personnel y travaillant. Immédiatement après la réussite de ces missions, la Fondation déclare la guerre à l'humanité.

Je ne suis pas trop sûr de tout ce que ça implique. Le Conseil O5 a-t-il envoyé une sorte d'agent mémétique pour que tout le monde soit d'accord avec eux ? Peut-être, mais ça n'expliquerait pas pourquoi le Conseil O5 voulait éliminer l'humanité à la base. Je comprends pas. Je comprends pas, un point c'est tout.

Il y a aussi plus d'informations sur les anomalies que la Fondation utilise activement. Avec la mise à l'arrêt des actualités, c'est difficile d'obtenir beaucoup d'informations concrètes ailleurs que sur leurs archives et même, ce que j'y trouve est toujours censuré, bordel de merde. Je veux dire, c'est la fin du monde, à quoi bon encore éditer des trucs ? Qui s'en soucie ?! Dites-moi juste ce qui se passe !

Et puis merde. Je vais tout consigner dans un tableau. Pour la postérité ou peu importe.

Anomalie Concernée Action menée par la Fondation
SCP-1370 Les services de télévision refonctionnent temporairement. Sur toutes les chaînes on peut voir des discours de propagande de SCP-1370, qui ne fait que répéter sans cesse son plan pour conquérir le monde ou je ne sais quoi. Les effets de celui-ci ne sont pas si graves que ça.
SCP-1048 Je ne sais pas comment la Fondation a réussi à attraper ce truc la première fois, mais des séquences prises en hélicoptère montrent des hordes d'ours créés par 1048 se précipitant dans les rues de Paris. Les images ne sont pas très nettes, donc je n'en suis pas sûr, mais il semble qu'il y ait aussi un énorme ourson rouge au loin, qui se promène à côté des gratte-ciel.
SCP-1290 SCP-1290-1 et SCP-1290-2 ont été déplacés de leur emplacement initial et sont utilisés comme dispositif rudimentaire pour lancer des projectiles sur une installation sécurisée de la CMO appelée Ganzir3. Je ne suis pas sûr à 100 % de ce que j'ai lu dans les dossiers, mais il semblerait que ce ne soit qu'une des nombreuses anomalies purement absurdes qu'ils utilisent pour essayer de s'introduire là-bas. Si vous voulez mon avis, ils feraient mieux de tirer des missiles, mais personne ne me demandera mon avis, ils sont tous devenus fous.
SCP-1440 SCP-1440 est transporté de camps de réfugiés en camps de réfugiés par la Force d'Intervention Mobile Nu-22 ("Les Hommes-Fusées"), au sein desquels ses effets anormaux provoquent la destruction rapide des communautés en fuite. Bizarrement, la façon dont ces événements sont décrits dans les dossiers donne l'impression que SCP-1440 n'a en fait aucun effet sur le personnel de la Fondation qui se charge de lui.
SCP-1678 La Fondation abandonne volontairement le confinement de SCP-1678, en évacuant le personnel de la zone qui entoure l'anomalie. Étant donné le chaos généré par d'autres anomalies, l'évacuation de Londres est impossible, les responsables du Service Occulte Britannique4 ordonnent aux citoyens de se réfugier à l'intérieur de SCP-1678, dans les sous-sols de la ville. Aussitôt que la ville souterraine a atteint sa capacité maximale, la Fondation a fait exploser le dispositif nucléaire qui y avait été installé préalablement.

Je vais essayer d'enquêter un peu plus avant de sortir d'ici, voir ce que je peux trouver.


[FICHIERS SUPPRIMÉS]


ENTRÉE DU JOURNAL 0001-7

Il s'est passé environ trois mois depuis ma dernière entrée. Dieu seul sait ce que j'ai bien pu faire pendant tout ce temps. Tout ce qui s'est passé entre ce moment et maintenant est entièrement vide dans ma mémoire et il semblerait que les fichiers amassés pendant cette durée aient également été effacés. De ce que je sais, je devrais être le seul à pouvoir faire ça, donc débrouillez-vous pour trouver une réponse.

J'ai l'impression d'avoir subi quelques coups durs. J'ai quelques cicatrices qui ne me disent pas grand chose et j'ai un bandage autour de la tempe. Le Harnais d'Exclusion ne semble pas être abîmé, par contre, alors je ne sais pas ce qui a pu me faire mal. Peut-être que je suis tombé d'une falaise ou quelque chose comme ça ? Le plus triste, c'est que je me vois bien faire quelque chose comme ça. Je n'ai jamais été particulièrement futé.

Le Site-19 n'est plus qu'un vaste souvenir, enfin, il existe toujours, je suppose, mais je suis à l'autre bout du pays. Je ne pourrais même pas vous dire pourquoi. Mais c'est bizarre. J'ai l'impression d'avoir un but maintenant, même si je ne suis pas sûr à 100 % de le connaître. La seule chose que j'ai en tête c'est l'endroit précis où je dois me rendre.

J'ai une mallette dans la main. J'ai du mal à me rappeler de ce qu'elle contient exactement, tout ce que je sais, c'est qu'elle n'est pas ronde et que je dois l'amener à SCP-579.


[FICHIERS SUPPRIMÉS]


ENTRÉE DU JOURNAL 0001-8

J'ai sous-estimé le temps qu'il me faudrait pour arriver jusqu'à SCP-579. Le Site-19 représentait déjà une randonnée à lui seul, mais 579 c'est une autre histoire. Je ne saurais même pas où il se trouve sans cette documentation (que je ne sais pas comment j'ai obtenue, mais c'est pas la question).

J'ai arrêté de compter les cadavres que je croise. Il doit y en avoir dans les quatre chiffres maintenant. Bon sang, peut-être plus.

Je suis tombé sur le cadavre d'un enfant dans une maison où j'avais pris des provisions il y a quelque temps, c'était un petit garçon. Au début, j'ai cru qu'il avait reçu une balle dans la tête, mais quand je suis allé l'enterrer, j'ai vu que des choses bougeaient sous sa peau. Des petits vers pâles, des centaines, qui se sont répandus à la seconde où je les ai touchés. Ils recouvraient son visage. Et riaient tous. Puis ils sont partis en trombe dans les égouts.

Je n'essaie plus d'enterrer les gens. Continuer de le faire est beaucoup plus difficile qu'on ne le pense.


[FICHIERS SUPPRIMÉS]


FICHIER RÉDIGÉ 0001-3

Ce truc dans la mallette est un miracle. Je ne sais pas ce que c'est, mais si les choses deviennent trop compliquées pour moi, il me suffira de l'ouvrir et l'instant d'après, je serai à des kilomètres de l'endroit où j'étais, avec une sensation de chaleur au fond de moi, comme si quelque chose m'avait donné un coup de pouce. C'est comme une sorte de bouton personnel pour passer les situations trop difficiles.

J'ai réussi à récupérer un accès temporaire à la base de données de la Fondation sur la dépouille d'un agent que j'ai trouvé à moitié enterré dans les bois. Les loups s'occupaient déjà de lui, mais ça ne les dérangeait pas que je prenne son ordinateur portable. Ils ne m'ont pas remarqué, en tout cas.

La Fondation continue de balancer tout ce qu'elle a en stock un peu partout. Pourquoi pas mettre tout ça dans un tableau.

Anomalie Concernée Action menée par la Fondation
SCP-2000 La Fondation a délibérément déclenché l'éruption du volcan de Yellowstone, détruisant SCP-2000. Pour l'instant, des anomalies déployées par la Fondation Caritative de la Manne ont réduit les répercussions environnementales à un degré dérisoire, mais ce n'est encore qu'une question de temps avant qu'on ne s'étouffe avec les cendres.
SCP-2200 D'une manière ou d'une autre, la Fondation semble avoir produit en masse SCP-2200-1 et ces épées se retrouvent entre les mains des réfugiés. Avec toutes les victimes que SCP-2200-1 abat, SCP-2200-3 se retrouve surpeuplé par un amas de SCP-2200-4 vivants piégés sous un amas de SCP-2200-4 morts.
SCP-2241 Une des rares anomalies humanoïdes qui n'a pas été éliminée. Il semblerait que SCP-2241 soit utilisé comme une arme vivante pour détruire les plus grands camps de réfugiés qui émergent, forçant les survivants à rester en petits groupes. Aucune idée de comment ils font pour qu'il leur soit loyal à ce point, mais ça m'étonnerait qu'il apprécie ça. Les informations les plus récentes sur SCP-2241 indiquent qu'il est actuellement utilisé pour participer au siège de Ganzir. Apparemment, ils sont en difficulté là-bas.
SCP-2466 SCP-2466 a été utilisé à plusieurs reprises pour contraindre les survivants originaires de █████████, en Californie, à commettre des actes à la fois socialement perturbants, hostiles et physiquement violents. Cette méthode était apparemment efficace, mais après sa quatre-vingtième utilisation, SCP-2466 a planté et est devenu inutilisable. Je présume qu'il n'y avait plus d'habitants.
SCP-2639 Les SCP-2639 ont été envoyés dans des communautés de survivants et des installations de groupes qui se sont opposés à la Fondation dans le but de tuer toutes les personnes sur place. Apparemment, on leur a dit qu'ils combattaient des monstres qui s'étaient échappés de leur confinement et qui détruisaient le monde. De toute évidence, ils ont compris que ce n'était pas le cas, car ils ont refusé de faire quoi que ce soit depuis à peu près la sixième fois qu'ils ont été déployés. Tant mieux pour eux.

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-9

C'est agréable d'avoir de la compagnie, même quand les gens autour de vous ne savent pas que vous êtes là. Je suis assis autour d'un feu avec un groupe de soldats de la CMO qui essaient de trouver leur chemin… eh bien, je ne pense pas qu'ils aient vraiment quelque part où aller pour le moment. Ils errent, probablement. J'ai pensé à me dévoiler, à tenter de leur demander de m'aider à atteindre 579, mais je ne veux pas prendre de risque. Je me suis peut-être habitué à ne pas exister.

Oubliez le moment où j'ai dit que je suis un touriste, je suis un fantôme.

Cette combinaison est une véritable merveille. Grâce à elle j'ai réussi à me connecter à la base de données de la CMO pendant qu'ils faisaient du café. Les nouvelles ne sont pas bonnes.


FICHIER TÉLÉCHARGÉ 0001-3

Contexte : Il s'agit de l'enregistrement d'un entretien mené dans un centre d'interrogatoire à Ganzir. À ma connaissance, c'est la première fois qu'un membre du personnel de la Fondation capturé parle pendant un interrogatoire. La personne chargée de l'interrogatoire est le Commandant Morrison, un scientifique appelé Docteur Rhodes est également présent. L'homme interrogé est un membre de la Force d'Intervention Mobile Oméga-2 ("Gardiens du Secret"), Samuel Ross. Il n'y a pas de vidéo, seulement de l'audio. Je ne sais pas si c'est dû à un problème avec le fichier ou si c'est simplement comme ça que ça a été enregistré.

<Début de l'Enregistrement>

Commandant Morrison : Vous savez où vous êtes ?

Samuel Ross : Je suis à Ganzir, c'est ça ? Vous nous avez attrapés alors qu'on essayait de s'infiltrer.

Commandant Morrison : C'est exact. Vous savez pourquoi vous êtes ici ?

Samuel Ross : (calmement) Vous allez m'interroger, je présume.

(Pause.)

Commandant Morrison : Docteur ?

Docteur Rhodes : J'ai confirmation. Le sujet n'a rien d'implanté dans son corps, pas d'agents mentaux ni de dangers-sensitifs non plus. Vous pouvez commencer sans crainte.

Commandant Morrison : Très bien.

(Pause.)

Commandant Morrison : Aucun de vos collègues que nous avons interrogés n'a parlé. Pas un seul, pas un mot n'est sorti de leur bouche. Alors pourquoi vous vous êtes décidé à parler maintenant ?

Samuel Ross : On s'est déjà rencontrés. Vous vous en souvenez ?

(Pause.)

Commandant Morrison : Pardon ?

Samuel Ross : C'était lors de cette opération en collaboration avec vous à Tenerife, il y a quelques années. Avec le prince des mouettes. Vous vous en souvenez ? Je portais un masque à gaz à l'époque, donc vous ne me reconnaissez probablement pas, mais moi je vous ai reconnu et ça m'a fait rire. C'est pour ça que je parle.

Commandant Morrison : C'est la seule raison ?

Samuel Ross : Ouais.

(Pause.)

Commandant Morrison : Quand nous vous avons surpris, essayant de vous infiltrer dans la ville avec les réfugiés, vous et vos camarades avez commencé à tirer au hasard dans la foule. Des hommes, des femmes et des enfants ont tous été assassinés sans raison. Vous ne trouvez pas ça insensé ?

Samuel Ross : (rit)

Docteur Rhodes : (discrètement) … connard.

Commandant Morrison : Vous trouvez ça drôle ?

Samuel Ross : Excusez-moi, je ne voulais pas être impoli, c'est juste que… j'ai juste trouvé que c'était un peu hypocrite.

(Pause.)

Commandant Morrison : Hein ?

Samuel Ross : Eh bien, je veux dire, vous m'interrogez comme si les informations que vous obtiendrez vous aideront, mais vous n'avez pas le temps de faire quoi que ce soit, de mon point de vue. Peu importe le nombre de fois où vous tirez sur Able, l'Europa du Professeur Crow va bientôt mettre cet endroit en pièces. Mais vous continuez à agir comme si vous pouviez faire quelque chose. Vous ne trouvez pas ça insensé ?

(Pause.)

Commandant Morrison : Si vous êtes juste venu pour dire des balivernes, on peut toujours envisager un interrogatoire un peu plus musclé. Je n'ai pas envie d'en arriver là, mais si vous m'y obligez je le ferais.

Samuel Ross : (rit) Faites ce que vous voulez. Une fois que vous avez compris que vous n'êtes pas censé ressentir la douleur, vous n'avez plus rien à craindre.

Commandant Morrison : Que voulez-vous dire par là ?

Samuel Ross : Vous…

(Pause.)

Samuel Ross : Non, vous ne voudriez pas que je le dise.

Commandant Morrison : Au contraire, j'aimerais beaucoup.

Samuel Ross : Je ne parle pas à vous.

Commandant Morrison : Ce que vous dites n'a aucun sens. Dites-le moi, maintenant.

Samuel Ross : … vous en êtes sûr ?

(Pause.)

Commandant Morrison : On est toujours bon niveau inoculations ?

Docteur Rhodes : Nous sommes immunisés de tous les agents mortels de la Fondation, oui.

Commandant Morrison : Alors crachez le morceau, Ross. Arrêtez de gagner du temps ou nous allons devoir être désagréables.

Samuel Ross : Bien. [INAUDIBLE]

(Pause.)

Commandant Morrison : Je… je n'ai pas compris.

Docteur Rhodes : Vous devez parler plus fort. Ce microphone n'est pas très puissant.

Samuel Ross : [INFORMATION EFFACÉE]

(On entend le Commandant Morrison et le Docteur Rhodes hurler très fort. Des craquements humides et des bruits de vent violent sont également audibles. Les cris, qui deviennent de plus en plus aigus au fil du temps, se poursuivent pendant le reste de l'enregistrement.)

Samuel Ross : Regardez ce que vous vous êtes infligé. Je vous avais dit que vous n'aimeriez pas ça, non ? C'est pour ça que vous entendez vos voix. Mais vous vouliez tellement savoir. Je vous aimais beaucoup, alors j'essayais d'être gentil. Nous sommes si gentils avec vous, vous savez. Nous nous battons dans la lumière pour que vous puissiez mourir dans l'obscurité.

(Pause.)

Samuel Ross : … répugnants.

<Fin de l'Enregistrement>

Notes de Fin : Apparemment, juste après ça, une sorte de catastrophe s'est produite à l'intérieur de Ganzir et la ville a été détruite de l'intérieur et de l'extérieur. Les fichiers ne mentionnent pas les détails, mais c'en est peut-être fini pour la CMO.


[FICHIERS SUPPRIMÉS]


ENTRÉE DU JOURNAL 0001-10

J'ai de plus en plus de mal à continuer. Quand la CMO continuait à se battre, il y avait ce sentiment que les choses pouvaient encore changer, mais maintenant qu'ils sont en fuite eux aussi, on peut vite penser que tout ça ne rime à rien. Vu que la Fondation s'est occupée de Ganzir, elle a tourné toute son attention vers les autres gens.

Je ne mange plus, je ne bois plus. Le Harnais s'occupe de tout ça de toute façon et il y a trop de risques que tout ce que je consomme soit contaminé par l'un des horribles virus que la Fondation essaie de répandre. J'ai vu des cadavres dans presque tous les états imaginables à ce jour. Certains d'entre eux se baladent même.

Chaque fois que j'ouvre la mallette, pour passer des situations trop compliquées, je fais un peu moins de progrès, je me sens encore plus mal. Peu importe les choses qui m'aidaient jusqu'à maintenant, c'est comme si je m'engourdissais. Et y'a pas que ça.

Pourquoi est-ce que je vais jusqu'à 579 ? Est-ce que j'ai vraiment une raison ?


FICHIER RÉDIGÉ 0001-4

La Fondation nous baise encore. Tenez, voici un tableau à ce sujet.

Anomalie Concernée Action menée par la Fondation
SCP-3078 Apparemment, l'Église du Dieu Brisé a réussi à rétablir Internet dans certaines régions, mais la Fondation a très rapidement niqué tout ça en mettant en ligne des milliers de copies de 3078 sur presque tous les supports possibles. Internet a donc encore été paralysé.
SCP-3179 Ce truc a été libéré de son confinement après que l'Église du Dieu Brisé ait commencé à essayer de reconstruire ses machines. Ça a déclenché une guerre civile au sein de l'Église pour savoir si cette chose faisait partie ou non de Mekhane, ce qui a considérablement freiné leurs tentatives d'aide. Cerise sur le gâteau, ça fabrique des putains de terminators à volonté, qu'est-ce qu'on se marre.
SCP-3199 Des œufs de SCP-3199 sont actuellement largués à peu près partout. Je suis sûr que vous pouvez déjà imaginer ce qui va se passer.

Je consignerai d'autres informations peut-être plus tard.


ENTRÉE DU JOURNAL 0001-11

J'ai fait un bout de chemin vers 579, peut-être un peu plus lentement qu'avant, mais qui peut me reprocher mon manque de motivation ? J'ai vu des choses étranges ces derniers temps. Plus étranges que d'habitude, je veux dire.

Commençons par les Cligneurs. Il y en a eu pas mal dernièrement. Maintenant, je suis presque sûr qu'ils ont été créés par la Fondation, même si je ne sais pas comment. Je ne connais pas la moitié de ce qui se passe, alors ajoutez ça à la liste.

Ce sont des statues, des statues de soldats (en uniformes de FIM) qui ont des orbites vides à la place des yeux. Leurs bras sont sculptés en forme de lames, un peu comme ce que vous pourriez voir sur une mante religieuse ou quelque chose comme ça. Elles sont inoffensives tant que vous les regardez. Mais à la seconde où vous regardez ailleurs, elles peuvent bouger (et elles sont rapides). J'en ai vu une traverser toute une foule de gens alors qu'une rafale de fumée l'avait seulement cachée pendant une seconde.

Je me méfie d'eux. Quand je les regarde, ça les arrête aussi, donc même s'ils ne perçoivent pas où je suis, ils vont déduire que je suis là. Ils pourraient commencer à couper tout ce qu'ils voient et ce serait la fin pour moi. Je dois faire de mon mieux pour tous les éviter.

La deuxième chose que j'ai vue est … eh bien, encore plus bizarre.

C'était à l'horizon, on aurait dit une personne étirée, hm non, c'est pas la meilleure façon de décrire ça. C'était comme si l'espace autour d'elle était étiré, et qu'elle se retrouvait étirée à cause de ça, comme une sorte de mauvais effet photoshop. Son corps s'étirait du sol jusqu'au ciel et sa mâchoire se balançait de façon perpendiculaire. Il y avait aussi ces trous, des trous noirs dans l'espace autour de son corps, ça ressemblait à des ailes. Elle avançait en flottant grâce à ça.

Il y avait aussi des gars de la Fondation, mais ils étaient en train de combattre la chose, en tirant dessus à coups de fusils et de roquettes. C'est à ce point dingue que je trouve bizarre que la Fondation lutte contre une anomalie ? Peut-être qu'ils étaient comme moi, ils ont réussi à s'en sortir quand tout ça a commencé. J'ai pensé à leur parler, mais j'ai préféré éviter. Je ne peux pas prendre de risque.

Je me suis tiré de là. Je dois trouver 579. J'ai ce besoin de faire quelque chose. N'importe quoi.


ENTRÉE DU JOURNAL 0001-12

J'ai vu un enfant mourir aujourd'hui. J'aurais pu l'aider. Je ne l'ai pas fait.

Je suis une merde.


FICHIER RÉDIGÉ 0001-4

Anomalie Concernée Action menée par la Fondation
SCP-4290 À partir d'un échantillon de SCP-008 amélioré par SCP-914, la Fondation a réanimé le cadavre de SCP-4290 et l'a relâché. Les kaijumanciens de la Main du Serpent sont impliqués, mais le fichier n'est pas clair sur les conséquences. Apparemment, la Bibliothèque s'est détachée de notre univers, mais ces types sont restés dedans. Quelle bande d'idiots.
SCP-4666 La Fondation utilise des anomalies temporelles pour faire en sorte que ce soit techniquement Noël partout- oh et puis merde.
Personne ne lira jamais ça de toute façon.

FICHIER ENREGISTRÉ 0001-3

Contexte : AUCUNE ENTRÉE

<Début de l'Enregistrement>

(On voit l'intérieur d'une bijouterie abandonnée depuis sa porte d'entrée. Le ciel nocturne peut être vu à travers une fenêtre brisée. Une adolescente est assise devant un petit feu de fortune au milieu du magasin. Une amulette ornée d'un rubis est suspendue à son cou.)

(Le filtre de perception est désactivé. La fille bondit en arrière, en alerte, prenant comme arme un tuyau rouillé.)

Fille : Qui êtes-vous ?!

Pietro : Je… je vous ai reconnu. Enfin le collier, je veux dire.

(Pause. La fille grogne et laisse tomber le tuyau.)

Fille : Ah, merde. Ils t'envoient pour me tuer ? Tu vas poireauter ici un moment.

Pietro : Non, je… je me suis… je me suis échappé aussi. Vous aussi, vous vous êtes échappé ?

(La fille se penche en avant, plissant les yeux pour voir le visage de Pietro.)

Fille : Nom d'une pipe. T'as une sale tête, l'ami. C'est quand la dernière fois que tu as dormi ?

Pietro : La combinaison… euh, on n'a pas besoin de dormir avec.

Fille : Tu dois dormir. Ton visage, c'est juste… c'est vraiment un désastre, mon vieux. C'est pas agréable à voir.

(Pause.)

Pietro : Est-ce que je peux entrer ?

(La fille recule en faisant des gestes théâtraux en direction du magasin avec un de ses bras.)

Fille : Mais bien sûr. Il y a assez de morceaux de vitre pour tout le monde !

(Pietro entre en titubant et s'assied par terre. On entend le bruit de morceaux de verre qui se brisent.)

(Pause.)

Fille : Je blaguais, hein. Tu aurais pu prendre une chaise.

Pietro : Ça ira. La combinaison est solide.

Fille : (hausse les épaules) Comme tu voudras.

(Elle s'assied en face.)

Fille : C'est un sacré attirail que tu as là. (montre son collier) On échange ?

Pietro : (rit et tousse) Pas question ! J'ai lu le rapport.

Fille : Ça valait le coup d'essayer. Ça fait un moment que tu n'as pas rigolé, non ?

Pietro : Faut dire qu'il n'y a pas vraiment eu de quoi rire.

Fille : Même pas quand Pesterbot est apparu sur toutes les chaînes de télévision ?

(Pause.)

Pietro : (glousse) Bon ok, c'était assez drôle.

(Pause.)

Fille : Alors comme ça, tu t'es aussi échappé. Enfin, je suppose que tu étais un gars de la Fondation, pas une des nombreuses personnes que j'ai fait chier pour me venger au cours de la vie que j'ai passé ici.

Pietro : Les deux sont pareils, non ?

Fille : (rit) Tu commences à comprendre !

Pietro : Ouais, je suis de la Fondation. Du moins j'étais de la Fondation. J'ai eu de la chance quand tout ça a commencé, j'ai enfilé la combinaison et je me suis échappé. Et vous ?

(Pause.)

Fille : Eh bien, j'étais membre du personnel senior, on nous avait parlé du plan avant tout le monde, mais bon sang si seulement j'arrivais à me souvenir de ce que c'était. Ça c'est probablement à cause du second fichier.

Pietro : Le second fichier ? Vous l'avez vu ? (se lève) Qu'est-ce que c'était ?!

Fille : Woah, calme-toi, gamin. On a tout notre temps. C'était juste un ensemble d'images : des oeufs, des arbres et des trucs religieux. Ça ne voulait rien dire pour moi, mais je suppose qu'ils ont encodé quelque chose là-dedans. Ça n'a pas marché comme prévu sur moi, (tapote son collier) probablement à cause de ce truc.

Pietro: (s'assoit) Donc c'était un agent mémétique…

Fille : (fronce les sourcils) J'en sais rien. Il m'est arrivé à peu près tout ce qui possible d'arriver, enfin, de m'arriver. Je connais les sensations qu'on ressent devant un agent mémétique. Ce n'est pas ce que j'ai ressenti, c'est plus comme si on me libérait de quelque chose que l'on me forçait de faire.

Pietro : Je… je vois. Donc, vous ne savez pas vraiment ce qui se passe non plus ?

(Pause.)

Fille : Du tout.

Pietro : Putain… putain.

(Pause. La fille sort une petite bouteille de bière de sa poche et prend une gorgée.)

Fille : (soupire) Du coup, tu te rends quelque part ou bien tu erres sans but en t'apitoyant sur ton sort ?

Pietro : Je me dirige vers 579.

Fille : (rit) Si tu es suicidaire, il y a des moyens plus faciles de s'en sortir, crois-moi !

Pietro : Vous savez ce que c'est ?

Fille : Pas la moindre idée, ce qui est inquiétant, je suis quand même pas n'importe qui.

(Pause.)

Pietro : Peu importe. Je dois y aller.

Fille : Pourquoi ?

Pietro : Je dois le faire, c'est tout. Et vous, où allez-vous ?

Fille : À 1437. Je vais voir si je peux pas aller taper l'incruste dans un autre univers. Je jetterai cette amulette dedans et je verrai bien où je me réveille.

Pietro : (glousse) Ça m'a l'air d'un bon plan. Bonne chance à vous.

Fille : (se lève) Je te souhaiterais aussi bien bonne chance, mais on sait tous les deux que tu n'y arriveras pas. La journée est sur le point de se terminer, je m'en vais.

Pietro : Très bien.

(La fille se lève et se dirige vers la porte d'entrée. Elle s'attarde un instant à l'entrée du magasin.)

Fille : J'espère que tu trouveras au moins ce que tu cherches.

(Elle part.)

Pietro : Moi aussi.

<Fin de l'Enregistrement>


[FICHIERS SUPPRIMÉS]


ENTRÉE DU JOURNAL 0001-13

Salut, journal. Ça fait un moment.

Je suis en train d'observer en ce moment même le Site-62C, où SCP-579 est censé se trouver. Il n'y a pas de gardes, de ce que je peux voir et toute la sécurité a disparu. On dirait que l'endroit est abandonné depuis un bon moment. Je croyais que cette installation était un point stratégique, la Fondation n'est pas de mon avis apparemment.

J'ai la mallette dans mes mains. J'ai du mal à respirer. J'ai l'impression que tout va bientôt se terminer, peu importe la façon.

Allez, il faut y aller.

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-14

Re-bonjour, journal. Ça fait seulement trente secondes environ que j'ai terminé la dernière entrée, de façon assez dramatique, je sais, mais j'ai une mise à jour importante.

À la seconde où je me suis approché du Site-62C, j'ai eu l'impression que quelqu'un pressait une arme à feu contre l'arrière de ma tête. Comme si j'étais au bord d'un toit et que quelqu'un avait posé ses mains sur mon dos, prêt à me pousser. Sûrement une de ses conneries de réponse combat-fuite, aussi perché que ça pourrait l'être.

Je ne sais pas ce qu'est SCP-579. Mais je sais qu'il me regarde.


FICHIER ENREGISTRÉ 0001-4

Contexte : oh merde oh merde oh merde

<Début de l'Enregistrement>

(On voit l'intérieur d'un couloir du Site-62C. Les murs sont gravement endommagés, comme s'ils avaient été entaillés avec un grand couteau. Les lumières au plafond clignotent.)

Pietro : Putain. Putain.

(Les lumières clignotent à nouveau. Lorsqu'elles se rallument, une statue de soldat avec des lames à la place des bras est visible en dessous. Elle a des cavités vides aux endroits où devraient être ses yeux et son visage est figé dans une expression acerbe.)

<Fin de l'Enregistrement>

Notes de Fin : J'avais tort. Ils sont bel et bien là.


ENTRÉE DU JOURNAL 0001-15

J'avais raison. Même si elles ne peuvent pas me voir, elles ont compris que je suis ici. Elles tranchent tout ce qui est à leur portée.

Je me suis fait taillader une jambe. Ça m'a fait putain de mal, mais je dois continuer à avancer. Elles ne me poursuivent pas, mais elles se dirigent vers là où je vais. Je dois y arriver en premier. Je dois continuer à les regarder.

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-16

Je l'ai fait je l'ai fait (je l'ai fait (je l'ai fait)) je l'ai fait, je l'ai fait ! Je l'ai fait je l'ai fait !!

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-17

C'est injuste.

Mais je l'ai fait. Et pourtant, c'est injuste. Elles sont bloquées derrière la porte, je peux les entendre la taillader, mais elle est renforcée, elle tiendra un moment. Quelques minutes, au moins.

Je suis dans une chambre d'observation, pleine d'appareils pour surveiller SCP-579. La chambre de confinement est en fait juste en dessous de moi. Même en plissant les yeux, je ne peux le voir qu'à peine. Il y a un trou. Il y a un trou dans le sol qui mène juste en bas.

Je sais où est 579. Même si les appareils n'étaient pas là, je pourrais le ressentir. On ne peut probablement pas s'en approcher sans le ressentir. Pendant une seconde, j'ai pensé que je pouvais juste jeter la mallette dans le trou et en avoir fini avec ça, mais ce serait trop facile, non ? Après avoir traversé la moitié du monde à pied, je suppose que je n'ai pas gagné le droit à ce que quelque chose soit facile.

Vu l'angle du trou et l'endroit où se trouve 579, la mallette n'aurait même pas pu le toucher. Le seul moyen pour elle d'entrer en contact avec est que je saute dans le trou et que je la jette pendant ma chute. Mais vu cette hauteur… lancer la mallette serait la dernière chose que je ferais.

C'est évident. C'est évident, putain.

Il m'aura fallu toute ma vie pour m'en rendre compte, mais je ne suis pas le genre de personne qui peut être détective. Je suis juste la victime du meurtre. Je meurs pour l'histoire de quelqu'un d'autre. Et toute la race humaine me suit. Je connais les coupables, leurs méthodes… mais ça, c'était déjà clair. Pour tout le monde c'était déjà clair, toutes les réponses m'avaient déjà été données. Je ne sais pas pourquoi. Au final, je n'ai pas compris la moindre chose.

Pourquoi est-ce que ça arrive ? Pourquoi la Fondation tue tout le monde ? Pourquoi est-ce que ça arrive ? Pourquoi ils ont envoyé ces fichiers ? Pourquoi est-ce que ça arrive ? Pourquoi Ganzir est tombé ? Pourquoi est-ce que ça arrive ? Pourquoi je traine cette mallette avec moi partout dans le monde ? Pourquoi est-ce que ça arrive ?!

Pourquoi je suis ici ? Pourquoi je fais ça ? Pourquoi je suis… pourquoi je vais mourir ? Est-ce qu'il y a une raison ?

Si quelqu'un lit ça, s'il vous plaît, je vous en supplie, trouvez une solution. Expliquez-moi. Quelqu'un… n'importe qui. Je comprends rien. Je comprends rien…

Elles sont sur le point d'entrer. Allez, un pied devant, puis l'autre.

regardezdeplusprès.png

SCP-579

ENTRÉE DU JOURNAL 0001-18

Oh… alors c'est donc ça.

SIGNES DE VIE PERDUS

Vous avez dit "envahis", c'est ça ? C'est peut-être l'une des dernières fois que cela arrive.

C'est exact.

Ne dites pas ça. Ça doit être pire encore pour vous. C'est ce que tout le monde dit après avoir découvert quelque chose qu'il n'aime pas.

Mon Dieu.

Ce n'est pas quelque chose qui peut être réglé en quelques heures. Vous ne pouvez pas vous taire une minute ? Bien sûr que je ne peux pas. Non, pas encore. Le sentiment d'être envahi.

Pourquoi pas ?

Ne dites pas ça !
N'en parlez pas non plus.

Nous aurions mieux fait de laisser tomber.

Je continue à penser qu'il serait préférable de mettre fin à tout cela. Mais pas avec ce que nous avons trouvé. Combien de temps cela va-t-il prendre ? Mais ce n'est pas comme ça. Tout ce que je suis. Vous savez ce qu'ils vont dire.

C'est moi.
C'est fini.
Ça prendra du temps.

Vous êtes germophobe, n'est-ce pas ?

Avez-vous obtenu une réponse ? Nous n'aurions pas dû chercher. Vous aussi. Je doute que quelqu'un parle encore de quelque chose d'autre.

Je me sens mal.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License