SCP-494-FR
notation: +22+x
blank.png

Objet no : SCP-494-FR

Niveau de Menace : Vert

Classe : Keter Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-494-FR ne peut être confiné du fait de ses dimensions.

MISE À JOUR DU ██/██/2018 : Afin de contenir l'anomalie, l'ensemble des mesures préventives listées dans l'étude n°2 : Damoclès, est à déployer.

Un poste d'observation permanent équipé de deux (2) transpondeurs et d'un (1) radar est installé sur SCP-494-FR. Au moins un (1) transpondeur doit être activé en permanence, en mode S et code 5000, afin de rendre SCP-494-FR détectable par les aéronefs. Un (1) transpondeur de secours doit être opérationnel en cas de défaillance du transpondeur principal. Si un quelconque aéronef entre dans un rayon de moins de sept (7) kilomètres, le code 7700 doit être entré dans le transpondeur actif, et une sommation radio doit être adressée à l'aéronef en vue de détourner celui-ci. Un (1) membre du personnel de Classe D doit être affecté en permanence à la surveillance du radar et du transpondeur.

Par mesure de discrétion, le poste d'observation est placé dans une excavation pratiquée à l'intérieur de l'objet. L'écoutille principale et l'écoutille de secours du poste doivent être révisées chaque semaine et peintes au moyen d'une peinture glycéro RAL 9010 tous les six (6) mois. Le poste est équipé de deux caissons hyperbares, d'un système de production et de recyclage d'oxygène, ainsi que d'un nombre suffisant de parachutes. Le poste d'observation sert de base à une équipe de trois (3) chercheurs, deux (2) agents de terrain et quatre (4) agents de sécurité. Lors des sorties sur SCP-494-FR, le personnel du poste d'observation doit être équipé de tenues blanches thermiques adaptées au grand froid, de masques respiratoires et de bouteilles d'oxygène.

Un réseau d'explosifs quadrille SCP-494-FR conformément aux mesures de l'étude n°2 : Damoclès. Ces explosifs ont pour but exclusif la neutralisation de l'anomalie, et doivent être vérifiés hebdomadairement. Avant tout passage dans une cellule orageuse, la commande de déclenchement doit être isolée. Cette commande, située dans le poste d'observation, est doublée d'une commande à distance possédée en tout temps par le Pr Mauras. En cas de catastrophe imminente faisant suite à un indice Damoclès noir (voir étude n°2 : Damoclès), la commande de déclenchement doit être actionnée simultanément par le Pr Mauras et un agent sur site, entraînant une détonation après un délai de trois (3) minutes.

Au moins une (1) équipe tactique d'intervention aéroportée, équipée de tenues thermiques adaptées au grand froid, de masques respiratoires et de bouteilles d'oxygène, doit être disponible en permanence pour extraire le personnel de SCP-494-FR.

drone

SCP-494-FR au dessus du Mexique le██/██/2016 - capture par drone MALE de type Harfang.

Description : SCP-494-FR est un nuage de type cumulus mediocris relativement allongé, d'un volume approximatif d'environ quatre millions (4 000 000) de mètres cubes. Le volume du nuage subit une légère mais constante augmentation n'affectant pas sa silhouette générale. De manière générale, l'objet ne semble pas différer de l'aspect des cumulus mediocris non-anomaux. Toutefois, observé de très près, SCP-494-FR semble avoir une texture minérale.

SCP-494-FR est solide, composé d'une roche sédimentaire calcaire blanche, marine, de type biomicrite, à grain très fin, tendre, marquante, poreuse, contenant environ 92 % de carbonate de calcium CaCO3 et 6 % d'argile. Il a été conclu que l'anomalie est un bloc massif de craie blanche d'une masse volumique d'environ mille huit cents (1800) kg/m3. La masse de SCP-494-FR a ainsi été réévaluée à plus de sept millions deux cent mille (7 200 000) tonnes. Les méthodes de cyclostratigraphie et magnétostratigraphie permettent de dater SCP-494-FR du Crétacé, plus précisément des strates géologiques allant du Cénomanien au Campanien. Les analyses menées par le Dr Lachenal confirment que SCP-494-FR est constitué de manière strictement identique aux falaises de craie de la région d’Étretat, en Normandie, France. Cette identification est formelle, de par la présence de la strate typique du Cénomanien Normand, et par comparaison des coccolitophoridés (concentration et types) retrouvés sur les deux sites. La région dite de la côte d'Albâtre, en Normandie, France, est donc désignée comme SCP-494-FR-1.

L'étude comparative de l'érosion des deux sites a été lancée le ██/██/2015 par le Dr Lachenal, suite à sa conjecture selon laquelle un transfert de masse s'opérait entre SCP-494-FR-1 et SCP-494-FR. Le croisement des recherches du CEREMA1 sur le recul du trait de côte en Normandie, et des mesures monitorées de SCP-494-FR et de SCP-494-FR-1, mènent aux constats suivants:

  • SCP-494-FR gagne un volume strictement proportionnel à celui perdu par le site de SCP-494-FR-1.
  • SCP-494-FR subit une érosion éolienne et hydraulique standard, étant livré aux aléas climatiques.
  • La dégradation du trait de côte entraîne une augmentation du volume de SCP-494-FR supérieure à l'érosion que l'objet subit.

Le Pr Mauras a commandé aux Dr Jaggi, Dr Lachenal et Dr Marino l'établissement d'un ensemble de mesures préventives pour tenter de confiner l'anomalie, de la surveiller et de la neutraliser. Ces éléments font l'objet de l'étude no 2 : Damoclès. Pour surveiller au mieux l'évolution de l'anomalie, celle-ci est balisée selon une grille dont les casiers ou "secteurs" mesurent cent (100) mètres de coté. Verticalement, l'anomalie est balisée selon ses strates géologiques.

Le mécanisme permettant à l'objet de léviter est à ce jour inconnu, aucun des éléments extraits de SCP-494-FR ne conservant cette propriété. SCP-494-FR évolue à une altitude moyenne variable, située entre mille cinq cents (1500) et deux mille cinq cents (2500) mètres. Cette altitude moyenne est impactée par la population aviaire présente sur l'objet, comme le démontre l'étude no 3 : Sanctus. SCP-494-FR entre régulièrement en phase de haut vol, son altitude moyenne s'élevant pour atteindre entre six mille (6000) et sept mille quatre cents (7400) mètres, ce durant un maximum de quatorze (14) jours consécutifs. L'anomalie dérive selon une trajectoire aléatoire sur tout le globe, à une vitesse constante de 16,8 m/s. Les tentatives pour ralentir ou détourner SCP-494-FR sont, à ce jour, restées vaines.

Indétectable par radar, SCP-494-FR présente une menace notable pour les engins volants. Des débris issus de collisions antérieures ont été archivés dans de cadre de l'étude no 1 : Testis. À cet effet, un poste d'observation équipé de transpondeurs a été implanté secteur I-22, strate Santonien, le ██/██/2015. Aucune nouvelle collision aérienne n'a eu lieu depuis cette date.

SCP-494-FR abrite une importante population aviaire répartie à sa surface, ou nichant dans des cavités. Ignorée lors des études préalables du nuage, la population aviaire fait en réalité partie intégrante de l'anomalie SCP-494-FR. Cette population est caractérisée par la présence d'espèces particulièrement inadaptées, mais aussi de certaines espèces censées avoir disparu. Les populations aviaires de SCP-494-FR et SCP-494-FR-1 font l'objet de l'étude no 3 : Sanctus.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License