SCP-488-FR
notation: +19+x
blank.png
Morne%20%C3%A0%20l%27eau%20version%20libre%20de%20droits.png

Cimetière de Morne-à-l'Eau.

Objet # : SCP-488-FR

Niveau de Menace : Orange

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-488-FR-α et l'ensemble de ses occupants (désignés comme SCP-488-FR-β) doivent être stockés dans une cellule de confinement pour humanoïdes spécialisée de 20 x 20 x 4 mètres, équipée d'un sas de sécurité déguisé en entrée de caveau obéissant aux standards esthétiques du cimetière de Morne-à-l'Eau (Guadeloupe) et disposant d'un système de communication de type interphone. La totalité des murs et du plafond doivent être recouverts d'une couche épaisse de sel. Un contrôle mensuel de l'état de cette couche doit être effectué par le personnel d'entretien. Un ravitaillement hebdomadaire de SCP-488-FR-β en nourriture et produits d'entretien divers doit s'effectuer selon les standards précisés dans le document d'entretien 488-FR-F-version 5.2. Une évacuation et un contrôle des poubelles doit être effectué systématiquement suite à ce ravitaillement par le personnel d'entretien assisté d'au moins deux (2) membres de l'équipe de recherche afin d'éviter d'encombrer la cellule ainsi que l'accumulation potentielle d'objets pouvant favoriser une brèche de confinement.

La tradition locale visant à allumer des milliers de bougies le soir du 31 octobre au cimetière de Morne-à-l'Eau (Guadeloupe) doit être vivement encouragée dans les médias locaux.

Caravane.png

Extérieur de SCP-488-FR-α.

Description : SCP-488-FR est la désignation collective d'un ensemble d'entités et d'objets anormaux dont l'élément principal est une roulotte en bois peint, désignée SCP-488-FR-α.

SCP-488-FR-α est un espace non-euclidien fonctionnant selon un principe de charnières quadridimensionnelles : par exemple, ouvrir une porte fait apparaître un espace qui ne peut physiquement pas se trouver à l'intérieur de la roulotte d'après ses dimensions extérieures, déplier un panneau permet d'agrandir lesdites dimensions extérieures, ouvrir un tiroir permet d'accéder à d'autres tiroirs à l'intérieur de celui-ci, etc. Plusieurs objets (boites, placards, coffres etc) contenus à l'intérieur de SCP-488-FR-α possèdent également cette propriété. Toutes les charnières peuvent être dépliées de l'intérieur comme de l'extérieur.

Extrait du Rapport d'Intervention 488-FR-1 du 31 Octobre 1882

(…) L'on appela un spécialiste pour examiner l'objet confisqué à l'Entité au sortir de la roulotte afin de s'assurer de son innocuité. Lorsque le Chercheur Delfosse l'inspecta, il ne parvint à l'ouvrir ; l'Entité, s'avérant pacifique, reçut permission d'en démontrer l'usage sous bonne garde. Se saisissant du couvercle en bois, elle l'ouvrit, et en tira un second couvercle de proportions identiques en tous points, avant de le faire pivoter le long de la charnière intérieure ; ceci fait, une boite de dimensions identiques à la première se colla à celle-ci sans qu'aucune jointure ne soit visible, doublant par là la taille d'origine de l'objet. L'Entité réitéra cinq fois cette opération, doublant toujours la taille de la boite, jusqu'à ce que l'objet devint un coffre de proportions gigantesques qui jamais n'aurait pu tenir dans une poche ; pourtant, il fallut bien admettre que l'objet confisqué avait été découvert dans le revers de son gilet en premier lieu. Le coffre s'avéra contenir un grand nombre de costumes de théâtre, eux-mêmes normaux sous tous abords.

SCP-488-FR-α contient une grande quantité de chambres et de pièces à vivre variées. SCP-488-FR-α et ses différents objets contiennent aussi principalement du matériel de théâtre (costumes, accessoires, décors, etc) ainsi que des objets divers (ustensiles de cuisine, livres, vêtements, possessions personnelles variées, etc) appartenant aux entités occupant SCP-488-FR-α, désignées SCP-488-FR-β-[désignation variable].

SCP-488-FR-β-1 à 7 sont identifiés comme les membres principaux du groupe occupant SCP-488-FR-α et sont toutes des entités anormales conscientes et sapientes. SCP-488-FR-β-8 à 11 sont quatre autres entités anormales conscientes et sapientes, mais identifiées comme des membres moins importants du groupe. SCP-488-FR-β-a à k sont des entités anormales non-sapientes s'approchant davantage d'animaux. Une liste exhaustive des entités est consultable ci-après.

SCP-488-FR se déplace afin d'effectuer des représentations de théâtre de nature anormale. La méthode de déplacement du collectif repose sur une combinaison des propriétés dimensionnelles de SCP-488-FR-α et de l'anomalie principale de SCP-488-FR-β-1 "Mirobole". Dans un premier temps, SCP-488-FR-β-1 se place à l'intérieur de SCP-488-FR-α, puis emploie son anomalie de décorporation pour se placer à l'extérieur tout en laissant son corps physique à l'intérieur. Le reste du groupe replie ensuite SCP-488-FR-α de l'intérieur. Une fois SCP-488-FR-α réduit à une boite de taille facilement manipulable, la manifestation non-physique de SCP-488-FR-β-1 restée à l'extérieur prend ladite boite dans ses mains et se déplace dans les airs jusqu'à la destination voulue. SCP-488-FR-β-1 peut ensuite initier le dépliage de l'objet avec l'aide des autres entités présentes à l'intérieur, jusqu'à ce que SCP-488-FR-α reprenne sa forme de roulotte.

Il ne semble pas exister de limite au déplacement aérien de SCP-488-FR-β-1 ; cependant, l'entité étant physiquement incapable de toucher une limite continue tracée à l'aide de sel, et confiner cette entité spécifique revenant à confiner SCP-488-FR-α, les mesures de confinement les plus économiques possibles reposent sur cette propriété de l'objet.

Toutes les autres entités semblent ne pouvoir interagir avec la réalité que de façon limitée ; il leur est extrêmement difficile de toucher ou manipuler tout objet matériel ne provenant pas de la caravane tant que celui-ci n'a pas été manipulé une première fois par SCP-488-FR-β-1 ou qu'elles ne déploient pas elles-mêmes d'immenses efforts de concentration. Cette propriété des entités disparaît pour vingt-quatre (24) heures chaque année le 31 octobre.

Premier%20doc%20300px.png

En-tête du premier rapport de confinement de SCP-488-FR.

SCP-488-FR a été acquis par la Fondation suite à son apparition le 31 octobre 1882 dans le cimetière de Morne-à-l'Eau (Guadeloupe), après plusieurs signalements locaux d'un théâtre ambulant qualifié de "bizarre". La seule antenne de la Fondation présente sur l'île à l'époque était très réduite et composée de cinq employés uniquement. A l'arrivée des employés sur place aux alentours de 18h00, la troupe de SCP-488-FR avait déplié l'avant de la roulotte sous forme de décor forestier empiétant partiellement sur plusieurs sépultures locales, elles-mêmes incluses dans ledit décor ; la pièce jouée était une version fortement modifiée du Songe d'Une Nuit d'Été de William Shakespeare, adaptée en un mélange de plusieurs patois créoles antillais et jouée devant quelques civils venus pour la plupart entretenir des tombes en arrachant des mauvaises herbes. La représentation en était à la scène 1 de l'Acte 2, SCP-488-FR-β-9 jouant une fée, SCP-488-FR-β-4 jouant Puck, SCP-488-FR-β-5 jouant Obéron et SCP-488-FR-β-2 jouant Titania.

En dépit du sous-nombre évident des employés de la Fondation, les entités anormales composant la troupe de théâtre s'avérèrent coopératives et non-violentes, et acceptèrent d'interrompre la pièce, de remballer leur matériel, et de répondre à plusieurs questions. Suite à plusieurs jours d'entretiens successifs et de négociations, les membres de SCP-488-FR acceptèrent de leur plein gré d'être confinés tant qu'aucune violence physique envers eux ou leur matériel n'ait lieu et qu'ils soient régulièrement ravitaillés. Les termes exacts ont subi des modifications mineures diverses depuis 1882, mais leurs fondamentaux n'ont à ce jour pas été remis en question.

Rapports d'Entretien :

  • Entretiens du 02/07/1966

Interviewés : SCP-488-FR-β-1 "Mirobole", SCP-488-FR-β-2 "Ophélia", SCP-488-FR-β-3 "Calchexie", SCP-488-FR-β-5 "Ellébore", SCP-488-FR-β-8 "Mévobel", SCP-488-FR-β-7 "Thuss".

Intervieweur : Chercheur Petrus

Avant-propos : Le document d'origine remontant au confinement initial de SCP-488-FR mentionnait et résumait plusieurs entretiens avec les entités SCP-488-FR-β sans toutefois les retranscrire intégralement. L'équipe de recherche ayant estimé utile de posséder une seconde source au sujet de ces échanges, il a été décidé de mener de nouveaux entretiens portant sur le contenu des premiers. SCP-488-FR-β-h est perché sur le chapeau de SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" pendant la totalité de cet entretien.


<Début du Rapport>

Chercheur Petrus : Bonjour. Je suis ici pour clarifier certains points dû à l'ancienneté de votre dossier.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : Aucun souci.

SCP-488-FR-β-5 "Ellébore" : C'est compréhensible.

Chercheur Petrus : Votre volonté de collaborer avec le confinement est notée et appréciée. Commençons. Tout d'abord, veuillez confirmer et si possible compléter les faits énoncés dans le rapport que je vais vous lire.

[Lecture du rapport d'acquisition (voir plus haut).]

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : C'est ce qui s'est passé. Ensuite on a négocié ce qu'on devait nous livrer régulièrement, j'ai juré qu'on n'allait pas bouger de là tant qu'on était sympas avec nous, et notre parole, ça a suffit les premières années. Et puis dans les années 20 ya eu un de vous autres qui m'a fait pas mal parler sur les soukougnans et le coup du sel a été rajouté. Je peux pas trop le blâmer. C'est déjà bien qu'on m'écoute sans vouloir me chasser ou me tuer. Les gens sont pas comme ça avec nous d'habitude. Toutes ces superstitions comme quoi on boit du sang ! Sérieusement ! Est-ce que j'ai une tête à faire ça ?

SCP-488-FR-β-8 "Mévobel" : [Gesticule.]

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : [Replace quelques-uns des cheveux de SCP-488-FR-β-1 derrière son oreille.] Je suis d'accord avec Mévo, tu as une tête bien trop adorable pour faire des horreurs pareilles, ma grande.

SCP-488-FR-β-7 "Thuss" : [Ébouriffe ses plumes, crache sur le sol.] C'est même pas bon, comme boisson.

Chercheur Petrus : Je vois. Il semble que votre… troupe soit formée d'entités venant de plusieurs endroits très différents.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : On peut dire ça comme ça.

Chercheur Petrus : J'ai lu les notes de mes prédécesseurs sur vos origines respectives. Cependant, il reste de grandes zones d'ombres. Veuillez préciser comment les choses se sont passées et dans quel ordre.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : C'est pas comme s'il y avait une chronologie précise. C'est compliqué.

SCP-488-FR-β-5 "Ellébore" : Le voile est plus ou moins fin selon vos lieux et vos époques.

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Faerie est, disons, à temps variable.

SCP-488-FR-β-3 "Calchexie" : Heureusement que Mimi est pas là, sinon vous seriez parti pour une leçon sur le Rêve et sur comment il est à la fois passé et présent en même temps.

Chercheur Petrus : Une chronologie relative de vos rencontres respectives, dans ce cas.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : D'accord. Hum. J'ai déjà expliqué aux anciens de chez vous comment ça s'était passé par chez moi quand certains ont appris que j'étais une soukougnan.

Chercheur Petrus : Tout à fait.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : On va gagner du temps alors. Le problème quand t'es en feu follet, c'est que tu peux pas porter ton corps, il est trop encombrant. D'habitude, on le cache dans un arbre pour pas se le faire détruire pendant qu'on n'est pas dedans. Et là tu comprends, ça rendait les voyages très compliqués pour moi. Donc je devais me déplacer physiquement d'un endroit à un autre sans passer par la Merveille et je me suis dit, je peux pas passer ma vie à aller d'île en île, tôt ou tard on va m'attraper pour de bon. Et j'avais déjà fait pas mal de chemin et j'étais en Martinique quand je me suis dit ma fille, tu dois trouver un Mort Étonnant.

Chercheur Petrus : Veuillez expliquer ce terme.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : Dans tous les cimetières, il y a un mort qui reste entre ici et la Merveille, et qui a le secret de la vie et de la mort, et plein de petits pouvoirs pour embêter ou aider les gens. Si tu lui déposes un cadeau, tu peux t'attirer ses faveurs. Bon. Je suis au cimetière de la Levée, et je m'en vais trouver un. Et celui de la Levée à l'époque, c'est une vieille dame pas commode, et elle aime pas partager son cimetière avec d'autres de la Merveille. Et elle me dit écoute, moi je t'envoie loin d'ici avec ton corps et tout si tu emportes le croqueur d'os avec toi, j'en ai assez de lui. Et c'est comme ça que je me retrouve projetée dans les airs à travers l'océan avec Sépulcre, qui arrêtait pas de parler et parler et parler qu'il ne reverrait jamais la Merveille à cause d'elle.

Chercheur Petrus : Et vous êtes donc arrivés en Europe.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : Je vais pas vous embêter avec les détails. On s'est beaucoup promenés. On a d'abord rencontré Ellébore en Allemagne et c'est lui qui a proposé qu'on se construise une roulotte. Il voulait le faire depuis longtemps mais comme vous savez c'est très difficile pour ceux qui sont entre deux mondes de manipuler des objets si personne de ce côté-ci ne les aide.

SCP-488-FR-β-5 "Ellébore" : Ça n'était pas aussi joli à l'époque. Plutôt un genre de charrette. C'était moi qui la tirait.

SCP-488-FR-β-3 "Calchexie" : Pendant tout ce temps, je faisais la manche vers -

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Eh. Eh. La manche… le long de la Manche.

SCP-488-FR-β-3 "Calchexie" : …J'arrive pas à croire que tu n'aies trouvé ce jeu de mot que maintenant. Euh. Oui. Donc en gros, je pouvais plus rentrer chez moi mais comme vous le voyez [pointe du doigt son respirateur] je ne peux pas trop m'éloigner de la mer non plus, et à l'époque, j'avais pas ça. Je traînais le long de… [pointe SCP-488-FR-β-2 du doigt.] …de la Manche, ne recommence pas, toi. Et des fois à Ys quand elle était accessible. Je racontais des histoires et je chantais des trucs pour les passants. Jusqu'au moment où Mirobole et compagnie sont arrivés, et je leur ai donné l'idée de former une troupe tous ensemble.

SCP-488-FR-β-5 "Ellébore" : Et maintenant qu'on l'avait elle et qu'il lui fallait un genre de baignoire pour dormir, on commençait à avoir un problème : l'espèce de charrette, il fallait l'agrandir.

Chercheur Petrus : Parlez-moi des charnières dimensionnelles.

SCP-488-FR-β-5 "Ellébore" : Calchexie nous dit qu'elle a entendu dire qu'il restait des Klok-Tomtes dans les Alpes et qu'on devrait en trouver un. [Voit l'expression du chercheur.] Des faes horlogers. Ils sont très forts, mais aussi très difficiles à trouver. Trop souvent exploités par les humains.

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : [Fait un geste dramatique.] Et c'est là que j'entre en scène.

SCP-488-FR-β-7 "Thuss" : [Ébouriffe ses plumes et grommelle de façon inintelligible.]

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Comme je ne voulais pas reprendre… les affaires familiales, disons…

SCP-488-FR-β-7 "Thuss" : …La guerre contre mon peuple, elle veut dire.

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Tout à fait… Bref, ça faisait longtemps que j'étais déshéritée et que ma famille me refusait carrément l'entrée à faerie. Et le bouche à oreille avait eu le temps de faire son travail dans les Monts Béal. Mais franchement, aller tuer des gens qui ne m'avaient rien fait juste à cause de vieilles querelles qui datent de plusieurs siècles ? Hors de question.

SCP-488-FR-β-7 "Thuss" : [Crache par terre.] J'sais que ça compte pas beaucoup pour vous, mais Ophélia, c'est quelqu'un de bien. Quand j'étais un oisillon, si on m'avait dit "un jour, tu vas être sauvé du caniveau par un chat Matagot en robe", j'aurais hurlé de rire.

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Notre truc à moi et Thuss, c'était la bonne aventure. Je tirais les cartes et lui il faisait le vieux sage de la montagne, vous voyez le genre. Un jour, on apprend qu'il y a d'autres faes exilés en ville et qu'ils cherchent un Klok-Tomte, et il y en avait un qui était venu se faire lire le passé la veille.

Chercheur Petrus : Le passé ?

SCP-488-FR-β-7 "Thuss" : Certains Klok-Tomtes vivent à l'envers.

Chercheur Petrus : [Pause.] Continuez.

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Donc nous voilà sur la place où la troupe conte ses histoires et fait son spectacle [Fait un geste dramatique en direction de SCP-488-FR-β-3.] et je vois cette apparition des profondeurs avec une voix à charmer un rossignol, et je passe plusieurs heures à l'écouter, et je me dis ma fille, tu n'es peut-être pas une guerrière, mais tu tuerais quiconque lèverait le petit doigt sur elle.

SCP-488-FR-β-3 "Calchexie" : [Sourire gêné.] Pas devant le chercheur.

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Et nous voilà tous par monts et par vaux, chantant et racontant, et on finit par trouver le Klok-Tomte sous une montagne des monts Bé- euh, en Haute-Savoie, et il nous propose d'échanger ses talents contre la plus longue histoire qu'il ait entendu de toute sa vie.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : Alors on se met tous à se relayer, et ça commence petit. Je lui raconte une histoire de Manman d'Lo, et Calchexie, ça lui rappelle une histoire de chez elle sous la mer, alors elle l'intègre à ça, et Ellébore, il remarque que ça se passe à l'époque où il était vénéré, et il rajoute une épopée de chez lui, et Thuss complète avec des légendes des seigneurs-brigands, et ça devient une fresque épique incroyable. Et c'est l'ancien temps et le nouveau temps, et nous mimons, et nous dansons, et c'est comme si tout prenait vie autour de nous et que les personnages nous échappaient complètement. L'histoire n'est plus à nous. L'histoire est le monde, et la faerie, et la Merveille, et toutes ces choses. Le cinquième jour, c'est comme si on était en transe. Il y a de la grande magie, il y a des dragons et des monstres que même les Morts Étonnants ne connaissent pas, il y a le soleil et la lune et toutes les étoiles, et elles sont dans nos voix, et toute la Merveille coule par nos bouches, sans s'arrêter.

SCP-488-FR-β-5 "Ellébore" : Et au bout d'une semaine, le gars nous dit, "c'était une bien belle histoire, et vous êtes de bien braves gens". Tout simplement, comme ça, on avait fini, et lui aussi. Il avait fini de travailler sur la roulotte. Alors on décide de l'examiner, et on se dit, ça reste petit pour nous tous. Et il y a en fait des couloirs et des portes à n'en plus finir. Il y a un jardin dedans. Il y a des chambres ! Et des malles, et des celliers, et un grenier…

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : Et il nous montre comment tout plier et déplier, et même lui il n'est pas sûr de savoir combien il a fabriqué de charnières, parce qu'il était trop emporté par notre histoire.

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Un jour, on la racontera au monde entier. C'est une très bonne histoire, vous verrez.

Chercheur Petrus : C'est donc à ce moment que vous avez découvert votre méthode de déplacement, où la roulotte est repliée et transportée par SCP-488-FR-β-1.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : On était libres. On pouvait aller où on voulait ! On a fait des représentations en Norvège, en Inde, au Pérou…

Chercheur Petrus : J'en déduis que vous avez rencontré les autres membres de la troupe dans des endroits plus éloignés.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : Pas toujours. On a passé un certain temps à Mirmande dans les Pyrénées. Un endroit charmant, avec des gens avides d'histoires. C'est là qu'on y a rencontré Mévobel et on s'est dit, écoute, personne n'a besoin de savoir parler pour faire du théâtre, ce qui compte c'est l'émotion. On a tous fui des guerres, des persécutions, des maltraitances, et même si on est pas tous complètement présents de ce côté, on est bien contents d'être ici.

SCP-488-FR-β-8 "Mévobel" : [Hoche la tête. Un peu de cire coule sur le sol.]

Chercheur Petrus : Voyagiez-vous de cette manière depuis longtemps lorsque nous vous avons trouvés ?

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : Oh, pas du tout ! Nous n'étions au complet que depuis un an ou deux. Il a fallu beaucoup de temps pour trouver autant d'animaux-fae pour faire les seconds rôles dans nos pièces.

SCP-488-FR-β-3 "Calchexie" : Ils sont très doués pour répéter des phrases isolées, il suffit de les leur souffler d'une façon spécifique.

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : [Attrape délicatement SCP-488-FR-β-h entre ses griffes pour l'ôter de son chapeau, dont SCP-488-FR-β-h était jusque là occupé à déchirer une fleur en tissu avec son bec.] Celui-ci, je l'ai acheté à Mirmande contre deux chansons et trois lei d'argent. Il est magnifique, pas vrai ? Allez, montre au monsieur.

[SCP-488-FR-β-h tourne sur lui-même et fait la roue au creux de la patte de SCP-488-FR-β-2.]

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : [Sourit largement de tous ses crocs.] J'ai tellement hâte qu'on puisse le montrer dans une des pièces. On n'avait pas encore pu le caser quand on vous a rencontrés.

SCP-488-FR-β-3 "Calchexie" : [Lui donne un petit coup de coude en souriant.] Évidemment, dès que c'est plein de plumes et de couleurs vives, toi tu adores ça, pas vrai ?

SCP-488-FR-β-2 "Ophélia" : J'ai assez de goût pour nous deux, ma chérie.

SCP-488-FR-β-1 "Mirobole" : Avez-vous d'autres questions ?

Chercheur Petrus : Non, merci. Cet entretien est terminé.

<Fin du Rapport>


Interviewés : SCP-488-FR-β-4 "Sépulcre", SCP-488-FR-β-9 "Ouirapourou", SCP-488-FR-β-6 "Mimi", SCP-488-FR-β-10 "Quinquin", SCP-488-FR-β-11 "Book".

Intervieweur : Chercheur Petrus

Avant-propos : Entretien effectué via le sas de confinement le même jour que l'entretien précédent. SCP-488-FR-β-a est posé sur la tête de SCP-488-FR-β-11 pendant la totalité de cet entretien mais reste silencieux. SCP-488-FR-β-c est perché sur l'épaule gauche de SCP-488-FR-β-9 et répète des mots épars de la conversation.


<Début du Rapport>

Chercheur Petrus : Bonj-

SCP-488-FR-β-4 "Sépulcre" : Oui, ah, bonjour, je peux parler, on peut parler, oui. Parler c'est bien. Je peux parler ?

SCP-488-FR-β-c : Je peux [gazouillis] parler.

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : Ça serait peut-être mieux que ce soit moi qui le fasse, tu sais.

SCP-488-FR-β-4 "Sépulcre" : Oui, ah, tout à fait, tu peux parler, tu peux le faire, oui.

[SCP-488-FR-β-4 place ses deux mains devant sa bouche.]

Chercheur Petrus : Très bien. J'ai déjà eu la plupart des informations que je cherchais au cours de l'entretien précédent. Cependant, j'aimerais que vous me parliez de ce que vous faisiez le 31 Octobre 1882, le jour où la Fondation vous a découverts.

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : Nous donnions notre première représentation sur cette île. Nous avions répété pendant tout le voyage depuis les Indes. C'était la première fois qu'on jouait cette pièce, et Ophélia, Ouira et Quinquin avaient fait des costumes magnifiques, leur plus beaux jusqu'ici. Book avait construit les décors et Ellébore les avait recouverts de plantes et de fleurs.

SCP-488-FR-β-9 "Ouirapourou" : [incompréhensible] pumpul(?) [incompréhensible] usar um vestido azul.

SCP-488-FR-β-11 "Book" : Beau. Beaucoup beau.

SCP-488-FR-β-10 "Quinquin" : [Mime de la couture, puis mime quelque chose qui se déploie.]

Chercheur Petrus : Le document que je possède est très fragmentaire au sujet de cette représentation. Il mentionne cependant qu'il s'agissait du Songe d'Une Nuit d'Été de William Shakespeare. Comment avez-vous découvert cette pièce et pourquoi l'avoir choisie ?

SCP-488-FR-β-c : [Gazouillis] Choisie.

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : C'était l'idée de Mirobole. Quand elle était humaine, je veux dire complètement, quand elle n'était pas passée à moitié du côté du Rêve, elle avait lu des livres d'humains. Un jour elle nous a dit, vous savez ce que nous devrions faire ? Jouer cette pièce où des fées se mêlent des affaires des humains, et où des humains jouent une pièce dans la pièce elle-même.

SCP-488-FR-β-4 "Sépulcre" : [Enlève les mains de sa bouche.] Ah, elle, oui, trouvait ça très drôle, c'était une mise de, une abysse de, hum, une-

SCP-488-FR-β-c : Mise [gazouillis] en abyme.

SCP-488-FR-β-4 "Sépulcre" : Oui, la, une mise en abyme oui. Très amusante, drôle, oui. On vient du, hm, des côtés de la Merveille et on vient, ah, jouer de ce côté parce que de, de l'autre on peut pas, très joli, très beau. [Il remet les mains devant sa bouche.]

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : On a acheté le livre de la pièce chez un monsieur près des Pyrénées. On l'a toujours dans la roulotte si vous voulez le voir. Bien sûr, on l'a beaucoup annoté. On avait tout traduit pour le public et tout adapté, et tout appris par cœur.

Chercheur Petrus : Le document précise que vous en étiez à la scène 1 de l'acte 2.

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : On en était juste après qu'Obéron arrive, juste après que Puck ait discuté avec la fée.

SCP-488-FR-β-4 "Sépulcre" : [Enlève les mains de sa bouche.] Oui j'étais Puck, ah c'était moi, beaucoup d'entraînement, ne pas bégayer ou dériver, non. Ça commençait avec, oui, moi qui est dans le costume très beau, perché tout en haut, le haut de l'arbre du décor, et qui dit à Ouira, Ouira avec les ailes et la robe très belle, "Oh dimwazèl fé, kikoté va tu ?"

SCP-488-FR-β-9 "Ouirapourou" : "Par môn et twou, chapo-dlo et razyé, riyel et lari, j'ai drivé patou, plu rapid que premye nouvel lin."

Chercheur Petrus : Cela suffira. Bien. Dernière question. Lors du précédent entretien, le concept de "féérie" et du "voile" ont été mentionnés. Cependant, vous avez aussi mentionné ce type de concepts sous d'autres noms, la "merveille" et le "rêve". Pourriez-vous expliciter et au besoin distinguer tous ces concepts ?

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : Ce sont nos pays, et ils sont différents, mais ce sont aussi des versions du même endroit.

Chercheur Petrus : Veuillez développer.

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : Chaque pays a ses règles et ses lois. La Faerie d'Ophélia, la Merveille de Sépulcre, le Rêve de chez moi, ce sont les lieux dont nous avons été chassés. Nous venons tous d'endroits différents, mais nos pays ont des lois très lointainement similaires les unes aux autres, alors que dans celui où nous sommes maintenant, les lois n'ont plus rien à voir avec les nôtres.

Chercheur Petrus : Il a été noté qu'il vous était plus facile d'interagir avec la réalité le 31 octobre.

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : Ça ne vient pas de chez moi, mais chez Mirobole, c'est un des moments où la limite entre les mondes devient si mince que presque tout peut traverser. Les gens d'ici ont oublié, mais c'est pour ça qu'ils mettent des bougies dans les cimetières, au départ.

Chercheur Petrus : Je comprends. Je n'ai pas d'autres quest-

SCP-488-FR-β-10 "Quinquin" : [Gesticule frénétiquement.]

SCP-488-FR-β-6 "Mimi" : Attendez ! Vous allez nous aider, pas vrai ? A nous intégrer dans ce monde ?

Chercheur Petrus : [Pause.] Oui.

<Fin du Rapport>


  • Entretien du 22/04/2020

Interviewé : SCP-488-FR-β-1

Intervieweur : Chercheur E. Valren

Avant-propos : Il s'agit d'un entretien de routine effectué via l'interphone de la cellule de confinement à l'occasion de l'arrivée en poste du nouveau chercheur chargé de superviser le confinement de SCP-488-FR.


<Début du Rapport>

Chercheur Valren : Bonjour. Je suis la nouvelle personne en charge du groupe de recherches. Il s'agit simplement de quelques questions de routine portant sur des observations récentes.

SCP-488-FR-β-1 : Bonjour. Ça tombe bien, ça faisait un bon moment qu'on voulait parler à vous autres.

Chercheur Valren : Nous verrons s'il reste du temps après mes questions.

SCP-488-FR-β-1 : Je vous écoute.

Chercheur Valren : Après avoir étudié tout le dossier, nous avons réalisé qu'il y a encore une chose qui n'est clarifiée nulle part. Pourquoi ne pas simplement faire rouler SCP-488-FR-α pour vous déplacer ? Pourquoi devez-vous spécifiquement utiliser votre anomalie pour le faire ?

SCP-488-FR-β-1 : Parce qu'elle est bien trop lourde avec toutes ses pièces. Il nous faudrait beaucoup trop de chevaux et on n'a pas les moyens. Le repli diminue un peu le poids, mais pas beaucoup. Moi je peux le porter quand il est tout replié parce que je suis une gen gagé1 et que je suis d'ici, mais ni toi, ni le reste de la troupe pourrait, même ceux qui ont du pouvoir. Pour toi ça serait comme vouloir faire rouler une maison avec tes mains. Pour eux, ça serait pareil mais la maison serait de la fumée.

Chercheur Valren : Le dossier disait que vous étiez en effet le seul être humain du groupe.

SCP-488-FR-β-1 : Je parle à la Merveille et j'y voyage, mais je n'en viens pas. Je peux y toucher des choses, mais c'est aussi difficile pour moi que pour les autres de toucher des choses ici. C'est pour ça que c'est à moi de le faire.

Chercheur Valren : Bien. Le personnel d'entretien nous a récemment signalé que les poubelles retirées du confinement contenaient de grandes quantités de feuilles mortes. Pouvez-vous nous expliquer d'où elles proviennent ?

SCP-488-FR-β-1 : Ah. C'est un des trucs dont je devais vous parler. C'est Ellébore. Il est assez mal en point. C'est l'absence de soleil, vous comprenez. Il y en a un peu qui filtre par les fenêtres malgré le sel, mais c'est loin d'être suffisant pour lui, et puis l'extérieur de la roulotte c'est petit, il ne peut pas y passer tout son temps.

Chercheur Valren : Je vois. C'était bien l'hypothèse principale de l'équipe. Pensez-vous que des lampes horticoles pourraient résoudre ce problème ?

SCP-488-FR-β-1 : Des lampes ?

Chercheur Valren : Des lampes puissantes qui imitent la lumière du jour. Nous pouvons les livrer d'ici demain.

SCP-488-FR-β-1 : Oui… oui, ça devrait suffir jusqu'à temps qu'on sorte.

Chercheur Valren : Le temps… que vous sortiez ?

SCP-488-FR-β-1 : Je sais que c'est compliqué pour vous et que ça doit prendre beaucoup de temps de trouver une solution, déjà qu'on vient de plusieurs Merveilles différentes, mais en plus parce que vos prédécesseurs étaient pas doués en quimbois. On s'est dit qu'on allait être patients. Mais là ça commence à faire très long, vous savez. Vous allez bientôt trouver, pas vrai ?

Chercheur Valren : Excusez-moi. Trouver quoi ?

SCP-488-FR-β-1 : Ben… un moyen pour qu'on vive tous dans ce monde-ci. C'est pas ce que vous faisiez ?

Chercheur Valren : [Longue pause.] Que vous a-t-on dit, exactement, en 1882 ?

SCP-488-FR-β-1 : Exactement ce que je vous dis ! Qu'on devait rester ici le temps que votre fondation trouve un moyen de matérialiser complètement tout le monde, et peut-être de nous aider à nous intégrer, peut-être en nous déguisant aux yeux de la population. Mais que vous ne le feriez que si on se tenait tranquilles.

Chercheur Valren : [Pause.] Ça n'est pas le but de notre organisation et ça ne l'a jamais été.

SCP-488-FR-β-1 : Qu- hein ?

Chercheur Valren : Je n'ai pas d'autre question. Cet entre-

SCP-488-FR-β-1 : Attendez. Attendez ! Il faut qu'on renégocie.

Chercheur Valren : Ce n'est pas en mon pouvoir.

SCP-488-FR-β-1 : A l'époque, si on a accepté vos termes c'est parce qu'on pensait que c'était une situation temporaire. Que vous alliez nous regarder un coup, et enquêter sur la roulotte, et nous aider, et ensuite qu'on pourrait repartir.

Chercheur Valren : Je ne suis pas responsable d'un malentendu qui date de plus d'un siècle.

SCP-488-FR-β-1 : Pourquoi nous garder comme ça alors ? Vous avez peur de nous ? On n'est pas méchants.

Chercheur Valren : Les notes de recherches des équipes précédentes signalent néanmoins que plusieurs membres de votre groupe sont des entités appartenant à des espèces dangereuses.

SCP-488-FR-β-1 : Que… hein ? Des espèces- comment ça ?

Chercheur Valren : D'après les recherches effectuées dans les années 80, il semble que SCP-488-FR-β-7 soit un "dûphon", une entité en forme de hibou du folklore des Hautes-Alpes, connue pour sa grande agressivité -

SCP-488-FR-β-1 : Des clichés et des idioties de paysans ! C'est comme si vous me disiez que les gens de mon pays sont tous paresseux ! C'est du même niveau !

Chercheur Valren : - SCP-488-FR-β-5 serait un "homme vert", une entité d'une race qui se nourrissait de sacrifices humains à l'époque des Celtes -

SCP-488-FR-β-1 : Parce que vous croyez que les gens de la Merveille sont responsables des croyances idiotes que s'inventent les gens d'ici ?

Chercheur Valren : - SCP-488-FR-β-2 viendrait aussi du folklore des Hautes-Alpes, qui précise, entre autres, que sa race, les "Matagots", étaient tous des guerriers extrêmements violents et que ce n'est que parce qu'ils se sont lancés dans trop de guerres inutiles avec d'autres races tout aussi agressives qu'ils ne sont plus aussi puissants que -

SCP-488-FR-β-1 : Mais ça aussi c'est des sornettes de paysans d'il y a des siècles ! Vous vous basez sur de vieilles traditions orales bourrées de raccourcis et de généralisations pour nous juger ? Est-ce que qu'on vous a déjà semblés agressifs ? Est-ce que Thuss a attaqué qui que ce soit durant toutes ces années ? T'as déjà vu Ellébore toucher à un seul des cheveux des gardes ? Et Ophélia, elle n'a jamais tenu une vraie arme de toute sa vie ! Vous vous basez sur des préjugés pour avoir peur de nous ?

Chercheur Valren : Nous n'avons pas peur de vous. Vous êtes simplement des anomalies.

SCP-488-FR-β-1 : On disait des trucs comme ça à mes ancêtres aussi, et toi et moi on sait très bien comment ça s'est passé. C'est quoi le plan ? Vous voulez nous exploiter ? C'est ça que vous faisiez pendant tout ce temps ? Vous cherchiez un moyen de nous rentabiliser ?

Chercheur Valren : Non.

SCP-488-FR-β-1 : Attends. Vous voulez nous détruire alors ? J'ai bien vu qu'à votre fondation vous étiez pas doués en quimbois. Il faut tout vous expliquer à vous autres. Mais même un gars comme toi doit pouvoir faire un gran débarrassé2 sur la roulotte. Ça serait facile de nous tuer et de-

Chercheur Valren : Ça n'est pas l'objectif.

SCP-488-FR-β-1 : C'est quoi alors l'objectif, merde ? C'est une prison ? On a fait quelque chose d'illégal ?

Chercheur Valren : Pas au sens propre.

SCP-488-FR-β-1 : On a nos papiers ! Enfin. Ça a dû être replié par accident quand on a quitté les Indes. Je pense que c'est dimensionnellement compacté quelque part entre la chambre de Book et les toilettes. Mais on les a, je peux les retrouver. Les flics, ils nous laisseraient partir. Tu es au dessus des flics ?

Chercheur Valren : Je n'ai pas à me justifier auprès de vous.

SCP-488-FR-β-1 : Ah ! Même toi tu sais qu'on n'a rien fait de mal.

Chercheur Valren : Encore une fois, je n'ai pas à me justifier.

SCP-488-FR-β-1 : On veut juste vivre ! On voudrait aller dehors. Et raconter des histoires aux gens. On veut leur parler de la Merveille. On veut leur donner du rêve contre le prix d'un café. On veut juste s'intégrer ! On s'est bien comportés pendant plus de cent ans ! Qu'est-ce qu'on y a gagné ? Qu'est-ce qu'on a fait de travers ?

Chercheur Valren : Rien de particulier.

SCP-488-FR-β-1 : Qu'est-ce qu'on doit faire pour que vous nous libériez alors ? Pourquoi vous nous faites ça ? Pourquoi ?

Chercheur Valren : Cet entretien est terminé.

<Fin du Rapport>


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License