SCP-478-FR-EX
notation: +15+x
blank.png

Objet # : SCP-478-FR-EX

Niveau de Menace : Vert

Classe : Non confiné Expliqué

Procédures de Confinement Spéciales : De par sa nature, SCP-478-FR ne peut pas être confiné. Les procédures consistent en une surveillance constante des observatoires astronomiques et des astronomes afin de prévenir toute découverte ou analyse par une personne non habilitée, par l'observation ou le calcul. En cas de fuite d'information, les observations doivent être invalidées ou discréditées pour prévenir toute estimation sur les effets gravitationnels de SCP-478-FR ou la remise en question de la formation de l'univers. Si un phénomène contraire aux lois de gravitation devait être constaté sur Terre, il est essentiel d'y rechercher la présence éventuelle de SCP-478-FR en plus des méthodes de confinement adéquates. Suite à la décision du conseil O5, le protocole EX-478-FR "Invisible Galactique" a été mis en place pour une déclassification progressive de SCP-478-FR-EX et son intégration au sein de la théorie de la relativité générale. Son existence fait maintenant partie des théories de la physique fondamentale.

Description : SCP-478-FR-EX est une anomalie spatio-temporelle semblant être présente au sein des galaxies dans tout l'espace intersidéral. Cette anomalie est à l'origine de phénomènes observables mais contraires aux lois de la gravitation normales connues du public telles qu'énoncées par I. Newton puis par A. Einstein, et formulées dans le cadre stellaire par J. Kepler. SCP-478-FR-EX existe sous deux formes nommées SCP-478-FR-EX-1 et SCP-478-FR-EX-2.
SCP-478-FR-EX-1 est la forme dite matérielle de SCP-478-FR-EX et possède un effet renforçant le phénomène de gravitation au sein des galaxies et entre les galaxies proches. Ses effets gravitationnels sont à l'origine de 30 à 90% de la masse estimée des galaxies observables, dépendant de ladite galaxie. SCP-478-FR-EX-1 est aussi visible sous forme de filaments reliant les différentes galaxies composant un amas galactique. Sa nature exacte est indéterminée, mais il a pu être défini que SCP-478-FR-EX-1 n'est pas composé d'éléments réagissant avec la lumière. La lumière réagit cependant à sa présence par l'effet de gravitation provoqué par SCP-478-FR-EX-1.
SCP-478-FR-EX-2 est la forme dite énergétique de SCP-478-FR-EX et possède un effet s'opposant aux effets de gravitation entre les galaxies. Sa nature exacte est indéterminée. La lumière n'est pas impactée par la présence de SCP-478-FR-EX-2. Il est supposé que SCP-478-FR-EX-2 soit en lien avec divers phénomènes anti-gravitationnels, voir en soit à l'origine.

Deux théories anormales sont à l'étude concernant la relation entre SCP-478-FR-EX-1 et SCP-478-FR-EX-2 :
La première théorie est que SCP-478-FR-EX-1 et SCP-478-FR-EX-2 soient deux objets de nature anormale non-baryonique1 contraires et qui ne peuvent coexister en un même point de l'espace, l'un chassant l'autre.
La seconde théorie, la plus récente est que les deux formes de SCP-478-FR-EX soient naturellement liées et interchangeables via une version anormale de la formule d'équivalence énoncée par A. Einstein, avec $E=ma^{2}$2 , avec $a$ la vitesse maximale non-baryonique de $47█ ███ ███ m.s^{-1}$.

SCP-478-FR-EX n'a pour le moment été observé ou constaté que dans l'espace intersidéral. Cependant, aucune théorie ne peut exclure que SCP-478-FR-EX ne puisse être retrouvé sur les planètes, et par conséquent sur Terre. Son existence remet cependant en question les modèles de formation de l'univers connus.

Historique de découverte et recherches

Actions de confinements effectuées:

1960 : Suite à l'amélioration des techniques d'observation de l'astronomie anormale, en plus du contexte géopolitique et de la course à l'espace, une estimation montre que les coûts de confinement de SCP-478-FR-EX pourraient exploser dans les prochaines années. De l'autre côté, les résultats des équipes de recherche sur SCP-478-FR-EX montrent que les découvertes de la physique normale pourraient expliquer la nature de SCP-478-FR-EX.
Un rapport en vue d'une déclassification de SCP-478-FR-EX a été construit avec ces derniers résultats dans l'attente d'une consultation par le conseil O5.

Déclassification de SCP-478-FR-EX

Détails de fonctionnement du protocole "Invisible Galactique" : Le protocole "Invisible Galactique" doit se baser sur les travaux existants normaux possibles pour inciter la recherche de la découverte de SCP-478-FR-EX. La revue scientifique l'Astrophysical Journal est choisie comme revue privilégiée pour les travaux en vue de la découverte de SCP-478-FR-EX-1 par les scientifiques non-affiliés à la Fondation. Les agents infiltrés au sein de sa rédaction ont reçu pour consigne de faciliter la publication des études menant à la découverte par le monde non-anormal de SCP-478-FR-EX.

  • Décembre 1961 : Une conférence est organisée à l'université de Santa-Barbara pour parler des découvertes astronomiques normales. Le docteur █████ ██████ y est envoyé pour évoquer la "masse manquante" calculée par Franz-Daniel Kahn et Lodewijk Woltjer deux ans plus tôt. En faisant un lien avec les calculs de Fritz Zwicky près de 30 ans plus tôt, il est attendu que la recherche se tourne vers ce mystère en s'appuyant sur les travaux précédemment décrédibilisés par les actions de la Fondation.
  • Printemps 1962 : L'astronome Vera Rubin fait publier les résultats d'un travail commun avec ses étudiants, parmi lesquels figure un agent infiltré, qui démontre que la rotation des étoiles autour du centre de la galaxie n'est pas conforme aux lois de la gravitation pour une distance supérieure à 8500 parsecs du centre de la galaxie11. Bien qu'étant proche de SCP-478-FR-EX-1, ce travail n'est pas jugé crédible par ses contemporains.
  • Décembre 1963 : L'astronome Arrigo Finzi découvre un différence notable entre la masse calculée initialement estimée de la Voie Lactée en calculant l'effet gravitationnel de plusieurs objets gravitant autour de celle-ci. Sa proposition est de modifier les lois de gravitation pour de très longues distances. La piste retenue par Arrigo Finzi ne sert pas la finalité du protocole EX-478-FR.
  • Août 1965 : Vera Rubin et William K. Ford sont approchés par un agent de la Fondation pour leur fournir des observations précises de M31, prétendument effectuées par l'astronome Walter Baade. Ces rapports d'observations sont en accord avec les travaux publiés par Vera Rubin trois ans auparavant et vont leur servir de base solide. Le résultat de ces analyses est publié dans le numéro de l'Astrophysical Journal de février 1970 et expose, par des méthodes d'observations répétables, qu'il y a de la matière invisible autour des galaxies. La démonstration de SCP-478-FR-EX-1 est faite au grand public.
  • Décembre 1973 : Suite à plusieurs modélisations fournies sous couverture par la Fondation, Jeremiah P. Ostriker et Philip J.E. Peebles publient la démonstration par simulation numérique que les structures galactiques sont instables en l'absence de cette matière invisible, nommée alors Matière Noire. La partie assistance du protocole est arrêté, bien que seul SCP-478-FR-EX-1 ait été découvert. SCP-478-FR peut maintenant être déclassifié.
  • 1999 : La première évocation du terme "Énergie sombre" est utilisée par D. Huterer et M.S. Turner pour expliquer le phénomène d'accélération de l’expansion de l'univers constatée. SCP-478-FR-EX-2 a été théorisé.

Fin du protocole EX-478-FR "Invisible Galactique".

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License