SCP-47-47-J
notation: +5+x
dog-at-at.gif

SCP-47-47-J dans sa zone de confinement.

Objet #: SCP-47-47-J

Classe: Sûr

Procédures de Confinement Spéciales: SCP-47-47-J doit être gardé en espace intérieur dans un enclos pour animal du Site 20.  Bien que SCP-47-47-J semble profiter de manière bénéfique des interactions avec les humains, pour des raisons de sécurité et de productivité, cela doit être limité à un niveau acceptable au vu des consignes de sécurité déterminées par le Directeur de la Sécurité du Site 20.  Une attention minimale est à part cela nécessaire pour éviter une brèche de confinement, tant que l'Objet SCP n'entre pas en contact avec de la neige.

SCP-47-47-J doit avoir à sa disposition une source d'eau, 16 onces1 d'un mélange 1:1 de croquettes sèches et de pâtée pour chien tous les jours, et doit être promené lorsque cela est nécessaire.  Les articulations autour du cou et des portions non flexibles des pattes doivent être nettoyées et lubrifiées une fois par mois.  Lorsqu'il ne fait pas d'exercice, SCP-47-47-J semble se contenter de faire le tour de son enclos ou de dormir.

Pour assurer la protection de SCP-47-47-J, aucune ficelle, aucun fil ou aucun autre objet similaire ne doit se trouver dans son enclos.

Dans le cas d'une brèche de confinement accidentelle durant ses périodes d'exercice, les membres du personnel sont invités à se baisser et à s'agenouiller et à faire des bruits de baiser en tenant des friandises.

Veuillez noter que certaines personnes trouvent SCP-47-47-J ''mignon''.  Des recherches poussées n'ont révélé aucune preuve que cela puisse être le résultat d'un effet mémétique anormal.  Les personnes qui pensent être sérieusement affectées par les expressions, le comportement ou l'apparence physique de SCP-47-47-J notamment ces yeux doivent se rendre chez le Psychologue du site pour subir un examen.

SCP-47-47-J ne doit en aucunes circonstances être autorisé à sortir lorsqu'il y a de la neige sur le sol.  Au cas où cela se produirait, SCP-47-47-J se mettra à avancer lentement en ligne droite tout en déchargeant ses armes énergétiques.  Les Équipes de Confinement ont été entraînées à se placer derrière l'Objet-SCP, à s'approcher subrepticement de lui par l'arrière, et à le soulever par le torse jusqu'à ce que ses pattes ne soient plus en contact avec le sol.  Bien qu'il soit difficile d'empêcher SCP-47-47-J de vouloir essayer de sortir lorsqu'il y a de la neige, le gronder semble être une punition suffisante suite à un tel incident.

Description: SCP-47-47-J est une entité autonome en plastique ressemblant de manière superficielle à un AT-AT de la série de films Star Wars croisé avec un chiot.  Le mot ''Rusty'', rédigé par une main d'enfant, est écrit au marqueur permanent sur un panneau de son dos.  Bien que le torse, les pieds et des morceaux d'articulation sur les pattes soient rigides et semblent de nature mécaniques, la tête, la queue, et le reste des pattes sont plutôt flexibles et peuvent sembler être organiques selon l'éclairage et l'angle de vue.  Les caractéristiques morphologiques sexuelles, à supposer qu'elles existent, n'ont pas encore été découvertes, mais les analyses ADN suggèrent que les parties canines de l'Objet SCP appartiennent à un mâle.

Lorsqu'il est menacé ou acculé, ou lorsqu'il lui est permis de marcher à l'extérieur lorsqu'il y a de la neige au sol, les crocs de SCP-47-47-J se rétracteront pour révéler une petite paire de tourelles ressemblant vaguement à celles visibles sur les AT-ATs des films Star Wars.  Ces armes se sont révélées dangereuses, mais sont généralement semi-léthales, causant au pire des brûlures au second degré comparable à celles causées par une exposition thermique.  Les tourelles tirent simultanément en de courtes et rapides rafales lorsqu'il s'agit d'une réaction au stress ou alternativement avec des tirs continus et d'un rythme plus lents lorsque l'objet marche dans la neige.

Un démantèlement partiel des plaques du torse de SCP-47-47-J révèle du plastique flexible en dessous, identique au matériau formant les pattes.  Une exploration chirurgicale du plastique souple montre la présence d'un réseau de tubes vides faisant continuellement circuler le sang dans le corps.  Une analyse ADN fut effectuée sur le sang et permit de déterminer qu'il s'agit d'une sous-espèce jusqu'ici inconnue de Canis lupus familiaris.  Un examen attentif des tourelles ne révéla aucuns canons ou mécanismes ; elles semblent avoir été moulées dans un morceau de plastique identique à celui employé pour la carapace thoracique.

SCP-47-47-J n'a pas été observé urinant ou déféquant, mais ses flatulences ont été décrites comme étant particulièrement nauséabondes.

Journal de récupération: Oh, c'était triste.  Vraiment, vraiment triste.  Imaginez un gamin en train de mourir du cancer.  Imaginez que ce gamin voulait plus que tout un chiot pour Noël, mais qu'à la place il reçut un stupide jouet Star Wars.  Le gamin fait un vœu à une étoile ou quelque chose comme ça, peut-être qu'il fait un pacte avec le diable, peu importe, et bam.  Le jouet est maintenant un chien.  Moins de deux semaines plus tard, les Agents de la Fondation défoncent la porte, assomment les deux parents du gamin à coups de taser sous ses yeux, mettent un grand coup de pied dans les parties du gamin et volent son chien.  En sortant de la maison, ils piétinent également la maquette que le gamin faisait pour son cours de science, comme si ils lui en voulaient personnellement.  Trois jours plus tard, le gamin, ayant perdu toute envie de continuer à vivre, rampe jusqu'à la tombe du Vieux Dan et rend l'âme en laissant couler une larme.  Il meurt les yeux grands ouverts et ses parents ne retrouvent son corps que trois jours plus tard.

Ça s'est passé un peu comme ça. Sauf que c'était ENCORE plus triste. Vous devriez avoir honte.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License