SCP-454
notation: 0+x

Objet # : SCP-454

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-454 doit être gardé dans un sac plastique avec un fin morceau de papier cardstock au pH neutre. Il peut être confiné avec des procédures standards et une sécurité minimale. Il n'y a pas besoin de confinement psychologique.

Description : SCP-454 est un comic1 intitulé "La Crypte de la Terreur". La première de couverture représente une image d'une femme, regardant nerveusement autour d'elle, avec une figure indistincte derrière elle. Le prix est coté à dix centimes de dollars et le numéro de publication est le dix-sept. L'objet comporte de légers dommages dus à l'âge et une usure normale. Bien que la couverture fasse mention d'un loup-garou, l'histoire n'en contient pas.

Montrer à un sujet une photographie de l'objet ne provoquera pas une tentative de l'obtenir. Cela n'a pas d'effets inhabituels physiques ou mentaux sur les sujets n'ayant pas vu plus de █ pages intérieures. De tels sujets vont éprouver un léger désir de lire l'objet, mais pas plus fort que celui provoqué par d'autres objets intéressants.

L'histoire à l'intérieur du comic, aussi loin que les recherches sont capables de le déduire, concerne une femme traquée par une mystérieuse force. Julia, la protagoniste, se réfère à la force par “Lui”. La plus grande partie de l'histoire concerne les efforts de Julia pour échapper à “Lui” ; elle est finalement sûre qu'elle l'a vaincu, uniquement pour [DONNÉES SUPPRIMÉES]. Les première et dernière pages comportent également un certain nombre normal de publicités pour un comic des années 1950, qui ne présentent pas l'effet primaire de l'objet.

Si un sujet montrant des niveaux normaux d'empathie commence à lire le comic, il deviendra de plus en plus intéressé par lui, exprimant de la peur et du soulagement au fur et à mesure que l'histoire progresse et de l'horreur à la fin. L'état psychologique du sujet se détériore jusqu'au déni excessif et à la dépression lorsque l'histoire se finit. Après lecture du comic, les sujets commencent à penser et parler uniquement d'un besoin de sauver Julia de “Lui”. Si du temps seul et du matériel approprié leur est laissé, les sujets écriront ou dessineront des prolongements de l'histoire, afin de pourvoir une suite où Julia survit. Cependant, chacun de ces efforts va finir par la mort de Julia, comme avant. Dans le cas où le sujet fait survivre Julia, à travers un deus ex machina ou d'autres intrigues similaires, il va jeter son œuvre, disant que cela ne s'adapte pas à l'histoire.

Ces œuvres vont occuper une grande part du temps et du travail du sujet. ██% des sujets souffrent de sévère dépression, devenant introvertis et peu communicatifs. Un taux de suicide plus important que la moyenne a pu être observé. Des interviews avec les sujets et l'étude de notes oubliées montrent une sensation d'impuissance et d'avoir échoué à sauver Julia.

Les sujets ayant des antécédents de [DONNÉES SUPPRIMÉES] subissent un événement supplémentaire. Le sujet va s'écrire dans l'histoire, clamant avoir trouvé la parfaite façon de sauver Julia personnellement. Approximativement ██% de tels sujets sont ensuite retrouvés [DONNÉES SUPPRIMÉES].

Les sujets misogynes ou présentant de faibles niveaux d'empathie ne montrent aucun effet psychologique et ne montrent aucun intérêt pour le comic ou les personnages après lecture.

Addendum : Dans le cadre d'une expérience récente, des membres du personnel de Classe D présentant des niveaux d'empathie normaux eurent à lire le comic et furent placés en isolation. Après ██ essais, un sujet déclara avoir trouvé un moyen de sauver Julia. Il fut trouvé mort avec [DONNÉES SUPPRIMÉES]. La caméra de sécurité de la pièce avait subi des troubles électriques durant cet événement, dans lesquels une silhouette fut vue brièvement debout dans la pièce. Aucun signe d'effraction ne fut relevé. L'équipe de sécurité fut placée en liberté surveillée.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License