SCP-435-FR
notation: +9+x
blank.png

Objet no : SCP-435-FR

Niveau de Menace : Orange Rouge

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Après la mise en place du protocole "Exode", les apparitions des instances de SCP-435-FR ont pu être limitées à dix-sept zones rurales réparties dans le monde, chacune correspondant à un périmètre de 10 km.

Le protocole consiste en la recherche, le retrait et l'interception de toutes les instances de SCP-435-FR en circulation dans la zone ciblée par l'anomalie ainsi qu'en l'envoi du bulletin de résiliation pour tous les abonnements recensés. Une fois cette étape terminée, un agent de terrain affecté à la zone de confinement doit souscrire à un abonnement. Par la suite, le courrier doit être contrôlé et toute instance de SCP-435-FR doit être interceptée puis transférée sur le Site de Stockage-Kybian. Les agents peuvent être habilités, avec autorisation préalable de leur superviseur, à effectuer des perquisitions afin de confirmer la présence d'une instance non-répertoriée de SCP-435-FR.

Les instances de SCP-435-FR doivent être détruites, après copie des informations, au Site de Stockage-Kybian.

Les instances de SCP-435-FR étant distribuées par les services postaux, il n'est pas nécessaire d'interférer avec les fonctionnaires de ces services. Les agents de terrain affectés aux zones de confinement sont autorisés à porter sur eux une arme de poing en toute circonstance.

Dans le cas où une instance de SCP-435-FR est repérée hors des cadres posés par les Procédures de Confinement Spéciales de la Fondation, il est nécessaire d'appliquer le protocole de récupération adéquat et de mettre en application le protocole de confinement "Exode" dans la zone identifiée de toute urgence.

Ce scénario représente une brèche de confinement pouvant mener à un scénario de Classe CK1 si la Fondation ne parvient pas à reprendre le contrôle sur SCP-435-FR.

En cas de signes de la présence d'entités appartenant à SCP-435-FR-A, l'agent doit se replier immédiatement dans son domicile et deux équipes d'Agents d'Intervention Tactique doivent être déployées sur la zone immédiatement. La première est affectée à la protection de l'agent de terrain et la seconde à la traque des entités.

Description : SCP-435-FR est un magazine hebdomadaire nommé "Le Front" concernant les activités d'une escouade d'un régiment d'une armée désignée SCP-435-FR-A (appelée "l'armée du huitième Mur" par ses membres). Le magazine est composé de vingt-deux à vingt-quatre pages. Il apparaît toujours accompagné d'un bulletin d'abonnement à remplir et retourner afin de recevoir le magazine chaque semaine. Une instance de SCP-435-FR ne peut apparaître que dans une zone où un abonnement est déjà présent. Dans ces zones, une autre instance sera envoyée à une adresse aléatoire chaque semaine. Le magazine est composé de plusieurs rubriques faisant appel à différents rédacteurs et intervenants.

Le magazine porte principalement sur l'armée identifiée comme SCP-435-FR-A et la thématique de la guerre, plus particulièrement sur la guerre que mène SCP-435-FR-A, qualifiée de guerre défensive. Il est souvent fait état de voyages "interplanaires"2. SCP-435-FR-A dispose d'une technologie permettant ce type de voyage et il est probable que SCP-435-FR soit son moyen d'accéder à la réalité actuelle de la Fondation.

Une fois le bulletin envoyé, la personne ayant souscrit à l'abonnement recevra le magazine chaque lundi durant toute la durée choisie. Le prix attractif et le contenu (comme la bande dessinée "Cons Battant" et les récits suivis de la rubrique intitulée "Les Fantastiques Aventures de la Brigade d'À Côté") permettent au magazine de connaître un certain succès. Cependant, sur les 206 civils interrogés au sujet de SCP-435-FR, 188 considère le contenu comme de la fiction pure. Un abonnement permet la manifestation des membres de SCP-435-FR-A. Il n'existe actuellement aucun enregistrement vidéo permettant une identification complète de ces entités. Leur apparition est toujours accompagnée de celle d'un appareil métallique comparable à une antenne satellite. Cet appareil (désigné SCP-435-FR-2 et appelé "Planteur" par les entités) semble être le point d'apparition des entités et également leur point de sortie. Le Planteur disparaît avec les entités mais laisse des traces dans le sol facilement identifiables : trois traces de pieds métalliques d'une largeur de 10 cm et d'une longueur de 30 cm situées à 74 cm d'un trou circulaire d'un diamètre de 9,8 cm.

Les entités de SCP-435-FR-A observées sont des soldats, plus précisément des agents d'intervention disposant d'un équipement moderne. Les entités ne cherchent pas à être exposées au monde et prennent leurs précautions afin d'éviter toute découverte de leur existence par le grand public. Toute identification précise est entravée par les masques portés mais divers éléments permettent de les différencier (stature, taille, démarche, attitudes, voix…). Une bombe se déclenchant par onde radio est située dans la mâchoire de chaque entité et s'active dès le décès ou la capture du porteur. Le niveau au combat des entités varie entre celui des soldats d'une armée régulière à celui de membres d'une unité d'élite. L'utilisation de points d'apparitions inattendus grâce à leur technologie représente leur principal avantage tactique. La nature imprévisible de leurs opérations constitue un obstacle à toute interception par les équipes d'intervention tactique. Cependant, l'isolement géographique des zones de confinement ainsi que la surveillance déployée permettent généralement aux équipes de la Fondation d'approcher et d'entraver les actions des entités. Les rencontres ne débouchent que rarement sur des échanges de tirs, les agents de SCP-435-FR-A préférant se replier lorsqu'elles ne sont pas encore à portée des agents de la Fondation.

Les moyens pouvant être déployés par SCP-435-FR-A augmentent proportionnellement au nombre d'abonnements dans la zone. Pour que ces derniers puissent être considérés comme groupés, il est nécessaire que chaque adresse se trouve dans un rayon de 5 km d'une autre. La zone d'apparition des entités de SCP-435-FR-A dépend des adresses des abonnements. Les opérations menées par les entités ne durent généralement pas plus de huit heures, se déroulent, dans une grande majorité des cas, de nuit et peuvent cibler des lieux hors de la zone d'apparition.

Les agents de terrain en charge des zones de confinement ont rapporté plusieurs tentatives d'effraction sur leurs habitations. Selon l'article du dossier spécial sur les "agents invasifs" du numéro ████, ces opérations avaient pour but de récupérer les instances de SCP-435-FR reçues par l'agent. Des précautions furent prises, notamment sur le jour de réception, afin d'assurer la sécurité des instances et leur destruction.

SCP-435-FR-A peut être assimilé à une organisation gouvernementale. Les opérations revendiquées ont comme objectif principal la protection de leur "plan originel" et parfois la "suppression de menaces extra-dimensionnelles". Ce dernier objectif a pu être confirmé par l'observation de la confrontation entre une escouade d'entités de SCP-435-FR-A et une entité inconnue apparue dans une zone de confinement. Il s'agissait d'une créature lithoïde de quatre mètres de haut. Des résidus des munitions utilisées par les entités de SCP-435-FR-A pour la neutraliser ont pu être récupérés et analysés. Il s'agissait de cartouches explosives renforcées par un métal inconnu. D'autres conflits impliquant des créatures non-identifiées ou d'autres groupes armés ont été observés. Cependant, depuis la mise en place des nouveaux dispositifs de surveillance et d'interception, le nombre d'opérations a grandement diminué.

Les entités appartenant à SCP-435-FR-A s'exprimant à travers SCP-435-FR sont conscientes du confinement mais n'ont pas exprimé d'hostilité. Dans la rubrique "Ennemi Unique N°1" de l'instance de SCP-435-FR identifiée sous le numéro 1028, le rédacteur Revenge définissait la Fondation ainsi :

"Les informations que nous avons pu obtenir sur cette organisation convergent en ce sens : la Fondation SCP n'est pas une organisation opposée à nos desseins. Leurs idéaux peuvent coïncider avec les nôtres dans la régulation de leur plan d'existence. Les mesures prises contre nos agents invasifs sont efficaces et entravent notre progression. Cependant, le plan d'existence dont il est question n'a pas encore développé la technologie du voyage interplanaire stable malgré les nombreux exemples à leur disposition. Ce n'est pas un plan à risque de type Damoclès. Nous n'y menons que les opérations nécessaires à la stabilité de la situation globale…"


Addendum 1 - Rapport d'incident :

    • _

    Date : 17 octobre 20██

    Sujet du rapport : Disparition de l'agent de terrain en charge de la zone de confinement n°4 de SCP-435-FR

    Déroulement des évènements :

    22 h 21 : Le superviseur en poste reçoit une communication de l'agent Furt évoquant des activités étranges aux alentours de son domicile. Une vérification satellite est effectuée et la présence d'entités appartenant à SCP-435-FR-A est confirmée. Leurs mouvements indiquent une opération en cours, les entités se dirigent vers une usine désaffectée située à 14 km de là. Une unité d'agents d'intervention tactique est dépêchée sur place pour intercepter les entités.

    22 h 38 : Nouvelle communication de l'agent Furt mentionnant des mouvements proches de son domicile. Une vérification satellite est effectuée et aucune anomalie n'est détectée. L'insistance de l'agent occasionne une vérification poussée et la présence d'entités camouflées est confirmée. L'alerte est donnée et l'unité d'agents d'intervention tactique est envoyée en urgence, une communication par radio en continue est établie avec l'agent Furt.

    22h h 43 : Aucune réponse de l'agent Furt, l'examen des bandes audio permet de situer la disparition à 22 h 42 .

    22 h 48 : Déploiement de l'unité d'agents d'intervention tactique dans la zone de confinement, renforts accordés. Disparition de la première escouade d'entités confirmée, balayage satellite de la zone.

    22 h 57 : Découverte des traces des deux Planteurs. Confirmation de la disparition des deux, abandon des recherches. L'agent Clément Furt est désormais considéré comme disparu.

    <Fin du rapport>

    Note du superviseur : Après consultation de mes collègues affectés aux autres zones de confinement, cet évènement est une première. Toutes les opérations précédentes impliquant les lieux de vie des agents de terrain n'avait jamais eu pour conséquence leur enlèvement. Au nom de tous les superviseurs et également des agents, je demande la requalification du Niveau de Menace de SCP-435-FR en rouge. Les moyens actuellement mis à notre disposition sont insuffisants pour gérer efficacement d'autres évènements de ce type. - Superviseur Alan Dupli Demande de requalification prise en considération.

      • _

      Misère : Chers lecteurs, chères lectrices, bonjour ! Pour le numéro de cette semaine, nous avons décidé de sortir des sentiers battus. Vous n'êtes pas sans savoir que les questions de la torture ainsi que de l'utilisation de certaines armes douteuses ont animé les débats houleux que vous avez pu lire dans nos pages. Ainsi, afin de nous diversifier, j'ai choisi d'aujourd'hui parler de l'enlèvement en temps de guerre. De ce que cela implique, de son utilité stratégique, mais également de l'impact psychologique aussi bien chez nos opposants que dans nos rangs. Et pour en parler, j'ai le plaisir d'accueillir avec nous l'agent Clément Furt, agent de terrain pour le compte de la Fondation SCP. Nous allons lui donner la parole dans un instant mais avant cela, je souhaite également la bienvenue à mes comparses, mes acolytes, mes chroniqueurs, Phénix, Campagne et Bass Boosted. Et je vous précise que si le format d'aujourd'hui vous paraît très oralisé, c'est totalement normal. Ne pouvant pas réellement compter sur la collaboration de monsieur Furt, nous avons fait le choix de retranscrire cette édition en nous basant sur un enregistrement. Car, si vous ne le saviez pas, les précédentes éditions étaient en réalité des assemblages de communication pendant que nous étions tous à divers endroits, ennuyés par l'attente du combat. Nous allons donc pouvoir commencer, et en premier lieu je voudrais donner la parole à Clément Furt !

      Agent Furt : … Bonjour.

      Phénix : Bonjour monsieur Furt, j'aurais adoré vous connaître dans d'autres circonstances. Nous avons réussi à accéder à votre dossier militaire, vous savez ? C'est impressionnant ! La mission que vous meniez, c'était votre retraite ou vos vacances ?

      Bass Boosted : On s'éloigne du sujet, monsieur Furt, que pensez-vous de l'utilisation de l'enlèvement, du "kidnapping", en temps de guerre ? Votre dossier indique que, durant votre service dans les forces spéciales, vous avez organisé plusieurs prises d'otages afin de faire disparaître quelques individus à des fins de négociation. Vous êtes donc plutôt bien placé pour communiquer sur la fonction stratégique de ces exactions.

      Agent Furt : … Avant de vous répondre, avez-vous prévu de me relâcher ?

      Misère : C'est un excellent point que vous soulevez là ! L'enlèvement, quand il a pour finalité d'obtenir des informations détenues par la personne enlevée, met cette dernière en position de force dans les négociations. Car les informations ne pouvant être obtenues sans son concours, il est indispensable de s'assurer sa coopération. Cela peut se faire par l'utilisation de la torture comme par la négociation. Ici, monsieur Furt souhaite s'assurer qu'il lui sera possible de regagner son plan. Malheureusement, je crains que ce ne soit pas possible. Vous avez été particulièrement curieux depuis votre arrivée ici et nous vous aurions bien proposé de rejoindre nos rangs mais votre loyauté à la Fondation constitue une menace non négligeable et nous n'avons pas les ressources nécessaires pour vous mettre à l'épreuve et vous surveiller. Vous serez donc exécuté à l'issue de cet entretien.

      Agent Furt :

      Campagne : N'y voyez rien de personnel, et surtout ne blâmez pas votre mission. Nous comprenons parfaitement la nécessité du… "confinement" de nos agents invasifs. Je ne dirais pas que vous êtes un dommage collatéral, mais vous êtes un exemple.

      Misère : Tout à fait ! La prise d'otage peut aussi avoir une fonction stratégique en laissant entrevoir les moyens, les capacités d'une armée. En l'occurrence, nous avons reçu l'ordre de faire en sorte que la Fondation SCP ne cherche pas à s'opposer à nous. Nous avons déjà assez d'ennemis.

      Agent Furt : Très bien, je vais vous répondre. Mais sachez que votre action aura l'effet inverse, malheureusement. Nous avons tendance à bien moins nous opposer aux objets faisant profil bas. Il est plus probable que le niveau de menace qui vous était attribué soit réhaussé et que davantage de moyens soient déployés pour vous contrer dans le cas où des opérations similaires seraient suspectées.

      Bass Boosted : C'est une menace ?

      Agent Furt : Ce n'est pas le sujet, la Fondation n'est pas une armée mais une organisation, elle n'a pas pour but de mener une guerre sans merci. Par contre, elle cherche à confiner et à s'assurer qu'aucun objet anormal ne puisse porter atteinte à la réalité. Vous avez fait en sorte que la Fondation vous considère comme une menace, elle agira en conséquence. Et pour vous répondre, enlever une cible pour lui extorquer des informations est une idée qui peut fonctionner, tout dépend des informations, du nombre de personnes enlevées, de comment on gère l'isolement psychologique, du temps dont on dispose. Personnellement, je ne recommande pas d'enlever quelqu'un sans avoir au minimum six jours pour obtenir les infos. En six jours, avec une bonne gestion de la captivité, de préférence une pièce insonorisée, on peut faire craquer beaucoup de monde…

      <Suite de l'article jugée non pertinente>

      Notes : L'agent Clément Furt peut être considéré comme perdu. Le Niveau de Menace de SCP-435-FR est désormais relevé à rouge. Aucune information sur la localisation actuelle de l'agent Furt n'a été obtenue après analyse des documents. Un dispositif de sécurité adéquat doit être déployé dans les zones de confinement de SCP-435-FR.


      Soldat disparu

      Soldat de première classe Erwen Simon "End it"
      Brun, cheveux ras, photo récente ci-dessous. Yeux de couleur marron foncé. 27 ans.
      Le soldat de première classe Erwen Simon est porté disparu depuis la mission de routine visant à supprimer une ancre de plantage de l'escadron ennemi "Les Quinze Restants". Sous le commandement du caporal "Vici", il a disparu, près de la zone industrielle de ██████. Si vous avez une information à son sujet, vous pouvez l'envoyer à cette adresse : ██ rue du █████, █████ █████.

      Note : Il n'y avait qu'une bombe à faible puissance à l'adresse donnée. Deux démineurs ont été gravement blessés. La bombe a été activée à distance quand les membres de l'équipe de déminage ont commencé à analyser les circuits.

        • _

        Interrogé : SCP-435-FR-A-1
        Interrogateur : Agent Nova Cyr


        Avant-propos : Suite aux nouvelles mesures de surveillance et de confinement déployées dans les zones de confinement de SCP-435-FR, une escouade d'entités de SCP-435-FR-A se dirigeant vers un Planteur apparu dans la zone de confinement n°2 put être interceptée par l'unité d'agents d'intervention tactique envoyés sur la zone. Trois des quinze agents furent tués mais une entité fut blessée et capturée. Le brouillage mis en place permit d'éviter l'explosion du corps et le désamorçage de la bombe située dans la mâchoire de l'entité, désormais désignée comme SCP-435-FR-A-1. L'agent Nova Cyr dirigeait les opérations et a été désigné par l'équipe scientifique pour mener cet interrogatoire. Il est secondé par l'assistant de laboratoire Alden Nemi.


        <Début de l'enregistrement>

        Agent Cyr : Bonjour, SCP-435-FR-A-1. Vous êtes actuellement détenu dans un site de la Fondation, toute communication vers l'extérieur est impossible et nous avons extrait tous les potentiels agents invasifs de votre corps, idem pour votre équipement. Je vais vous poser quelques questions, de manière parfaitement courtoise, sans utiliser aucune forme de violence physique à votre encontre. Vous êtes prié d'y répondre poliment, pour commencer, mais également de manière exhaustive afin qu'aucun de nous ne perde son temps en répétitions, m'avez-vous compris ?

        SCP-435-FR-A-1 : Oui, monsieur.

        Agent Cyr : C'est parfait ! Pour rappel, lorsque je mentionne SCP-435-FR-A, je parle de l'armée à laquelle vous appartenez. Première question, donc… *fouille dans ses notes* alors, oui ! Quelle était la raison de votre présence dans la zone de confinement n°2 ?

        Assistant Nemi : Il a déjà répondu à cette question, opération de retrait d'une ancre de plantage…

        Agent Cyr : Ah. C'est vrai. Alors… quels sont les objectifs de SCP-435-FR-A ?

        SCP-435-FR-A-1 : Secret défense. On se protège juste, c'est le but du huitième mur.

        *Bruit de coup sur la table*

        Agent Cyr : De la protection ?

        Assistant Nemi : Agent Cyr, votre attitude est un obstacle au bon déroulement de l'interrogatoire.

        Agent Cyr : Mes excuses, j'ai perdu trois hommes. C'est compliqué à digérer.

        SCP-435-FR-A-1 : J'dois dire que je ne m'attendais pas à me faire avoir. On m'avait dit que par ici c'était que de la routine. Soit vous êtes là, et on rentre, soit vous n'êtes pas là, et on trace. C'est rare qu'on arrive assez près pour se faire repoudrer.

        Agent Cyr : Vous insinuez qu'on aurait été incapables de vous attraper ?

        SCP-435-FR-A-1 : Pas vraiment. On est généralement très vifs, c'est tout. Sinon vous ne seriez pas les seuls à avoir entendu parler de nous. Et ça serait un très, très gros problème ! *rit*

        Agent Cyr : Bon. Amenez-moi le manteau.

        <Enregistrement interrompu>

        <Reprise de l'enregistrement>

        Agent Cyr : …ous comprenez bien ce qu'il risque de se passer si vous ne coopérez pas, désormais ?

        SCP-435-FR-A-1 : *silence*

        Agent Cyr : A-1 ? Vous avez compris ?

        SCP-435-FR-A-1 : Oui, bien compris.

        Agent Cyr : Parfait. Maintenant, dites-moi ce que vos supérieurs cherchent en envoyant leurs poupons sur notre territoire ?

        SCP-435-FR-A-1 : On est en guerre, et votre plan est un plan de transfert.

        Agent Cyr : Développe.

        SCP-435-FR-A-1 : Mais j'en sais rien, j'suis pas scientifique, moi ! J'suis soldat depuis trois ans ! J'sais comment calibrer un Planteur mais j'saurais pas vous dire comment on bidouille une ancre ou une puce d'invasion ! On sait juste qu'il y a des passages et des ancres dans votre plan alors on va les démonter, on cherche pas la guerre avec des plans comme le vôtre !

        Agent Cyr : Tiens donc, et vous pensiez que ça ferait quoi de buter l'un des nôtres ? Clément Furt, ça te parle ?

        SCP-435-FR-A-1 : …Ouais, mais c'était un avertissement des supérieurs, merde. Bordel, on s'occupe de vos problèmes extra-dimensionnels depuis qu'on a connaissance de votre existence, sans intervenir dans vos affaires. Et vous, à peine vous comprenez comment on fait pour débarquer que vous cherchez à nous bloquer. On cherche pas la guerre, mais les supérieurs veulent du respect. Tu piges ou pas ? Du respect de la hiérarchie des plans.

        Agent Cyr : Donc vos supérieurs pensaient que nous n'aurions pas les moyens de nous défendre sans même s'être renseignés sur nos capacités militaires ?

        SCP-435-FR-A : Pas du tout. Mais on a besoin d'accéder à votre plan. On essaie d'être rapides et discrets, quand on passe, on essaie de ne pas déranger… Sauf que vous nous attendez, à chaque putain de fois. On a déjà assez d'adversaires, et vous n'avez aucune idée de ce qu'il se passe…

        Agent Cyr : Il aurait été plus sain d'envoyer des négociateurs si vous vouliez un VISA. Enfin, êtes-vous décidé à parler de ce que j'ai évoqué plus tôt ?

        SCP-435-FR-A-1 : T'auras aucune information de ma bouche. Rien.

        Agent Cyr : C'est fâcheux. Bon, je vais encore vous poser quelques questions, de manière moins aimable cette fois…

        [DONNÉES SUPPRIMÉES]

        <Fin de l'enregistrement>

        Discours de clôture : Selon les propos tenus par SCP-435-FR-A-1, d'autres puissances utiliseraient notre réalité pour mener des affrontements hors de leurs territoires. Ces conflits sont inscrits dans une guerre dite "interplanaire" où l'humanité s'est développée en cherchant à prendre l'ascendant sur d'autres plans d'existence. La position de SCP-435-FR-A dans ce conflit est floue. Le danger représenté par ces autres groupes et par les entités pouvant se déplacer entre les plans est inconnu. La fiabilité de ces informations demeure également indéterminée. Nous recommandons cependant une surveillance accrue des zones de confinement afin d'évaluer les risques et d'établir de nouvelles mesures si les informations précédemment citées s'avèrent véridiques.

        Les méthodes employées par l'agent Nova Cyr feront l'objet d'une commission disciplinaire. Les informations obtenues ne justifiant pas leur emploi, l'agent Cyr est suspendu jusqu'à nouvel ordre. SCP-435-FR-A-1 a été confiné au Site-Beth suite à cet interrogatoire et a tenté de se suicider à plusieurs reprises. Des entraves ont été placées sur son corps pour éviter toute nouvelle tentative. À ce jour, aucune nouvelle information n'a pu être obtenue. Je refuse de continuer à cautionner les exactions de monsieur Cyr. Ce dossier lui est nocif, donc si vous choisissez de ne pas le transférer, je vous prierais de bien vouloir m'assigner à un autre dossier.

        Note : L'agent Nova Cyr a été retrouvé mort dans son domicile. L'implication d'entités de SCP-435-FR-A est envisagée mais l'analyse de la pièce et des images satellites montrent que les entités présentes sont arrivées après la mort de l'agent Cyr. Le meurtrier est probablement parti avec eux.

Addendum 2 - Document récupéré :

Adendum 3 - Document récupéré :

Adendum 4 - Document récupéré :

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License