SCP-432 Expédition 1
notation: +1+x
blank.png

SCP-432 Expédition 1

Date : ██-██-████

Superviseur de l'expédition : Dr T S████

Le sujet est D-64502, de sexe masculin, avec une condition physique dans la moyenne. Le passé du sujet indique des antécédents d’agressions aggravées et de cambriolages. Le sujet est équipé avec le paquetage d'équipement de mission standard et envoyé dans SCP-432. La caméra est activée et le sujet entre dans SCP-432. La porte est maintenue ouverte par un poids de 3 kg placé dans l'embrasure de la porte, avec des techniciens à portée pour enlever le poids et fermer la porte si nécessaire.

La caméra s’active, montrant un court couloir construit à partir du même métal rouillé et corrodé que l’extérieur de SCP-432. Le sol est fait d’acier antidérapant comme on peut en trouver sur les passerelles industrielles ou sur les chantiers. Le corridor tourne à 90° sur la droite à approximativement 5 m devant le sujet.
Contrôle demande au sujet d’avancer au-delà du tournant.

Le sujet avance comme requis, tournant à l’angle en direction d'un long tunnel, dont la longueur exacte ne peut être mesurée à cause du manque de lumière. Une ampoule électrique conventionnelle éclaire la zone alentour, mais la lumière échoue à éclairer suffisamment au-delà de 3 mètres. D'autres lumières peuvent être observées au loin, bien qu’elles n’illuminent que certaines parties du tunnel. Contrôle demande au sujet d’allumer sa lampe torche et la luminosité est sensiblement améliorée dans les limites du faisceau de la lampe torche ; soit approximativement 20 mètres.

Contrôle demande au sujet de continuer plus loin dans le tunnel.
Après approximativement 42 mètres, un croisement apparaît dans le tunnel. D-64502 demande à Contrôle quel chemin il doit prendre, et Contrôle dit au sujet de choisir un tunnel. Le sujet choisit de partir à gauche et, avant d’entrer dans le nouveau tunnel, prend un marqueur dans son équipement et dessine une large flèche sur le mur, indiquant la direction de la sortie. Pendant que le sujet avance dans le nouveau tunnel, Contrôle note que la qualité de la vidéo a commencé à se dégrader, avec des interférences visibles apparaissant sur les moniteurs. Contrôle n’en informe pas le sujet.

Le sujet descend dans le nouveau tunnel pendant 11 mètres avant que celui-ci ne se sépare en deux chemins, à gauche et à droite. Le sujet prend le tunnel de gauche, marque à nouveau la direction de la sortie à l’aide d’un marqueur et continue. Le sujet marche approximativement 5 mètres dans le tunnel puis s’arrête et demande à Contrôle s’il a entendu quelque chose. Contrôle répond que non et demande à D-64502 ce qu’il a entendu. Le sujet est silencieux, comme s’il écoutait, puis répond à voix basse qu’il peut entendre quelqu'un au loin frapper sur le mur et crier.
Le sujet devient agité et dit à Contrôle que la personne a l’air "putain de terrifiée".
Contrôle augmente le volume de la caméra du sujet et capte des sons qui ressemblent à ceux décrits par le sujet ; un choc lointain, répétitif, conforme à quelqu'un frappant une surface métallique avec sa main ou son bras. Une voix peut être détectée, mais la qualité audio n’est pas suffisante pour discerner les paroles.

Le sujet devient davantage troublé en raison des sons. Contrôle ordonne au sujet de se déplacer dans la direction des cris, le sujet objecte, mais après une rapide discussion avec Contrôle à propos de la nature de son travail, il avance. Après approximativement 14 mètres, le tunnel tourne à 90 degrés vers la droite et descend sur une pente légère. Les interférences vidéos ont considérablement augmenté et de légères interférences audio sont maintenant audibles.

Le sujet commence à respirer avec difficulté et marmonne dans sa barbe. Le sujet continue dans le tunnel pendant approximativement 27 mètres avant que le sol ne redevienne plat. Le sujet s’arrête brusquement, s’accroupit et jure. Contrôle demande pourquoi il s’est arrêté. Le sujet reste silencieux, mais son souffle est devenu plus lourd et bruyant. Contrôle demande à nouveau pourquoi le sujet s’est arrêté et D-64502 répond qu’il a entendu un hurlement puis que les coups et les cris se sont brusquement arrêtés.

Contrôle ordonne au sujet de se relever et d’avancer, mais le sujet s'agite et demande la permission de partir. Après plusieurs minutes d’argumentation, le sujet se relève, prend une longue gorgée d’une des bouteilles d’eau et avance à nouveau, bien que lentement.
Plus loin, le tunnel se sépare en deux, vers la gauche et vers la droite, et Contrôle demande au sujet de partir à droite. Le sujet marque le trajet de retour vers la sortie avec un marqueur et va à droite.

Le tunnel finit sur un cul-de-sac après 6 mètres. Contrôle ordonne au sujet de repartir au croisement et de prendre le tunnel de gauche. Celui-ci finit aussi sur un cul-de-sac après seulement 4 mètres. Le sujet a l’air de s’être un peu calmé et suggère de retourner au croisement précédent pour essayer l’autre tunnel. Contrôle discute avec le Dr █████, qui décide de rappeler le sujet et d’analyser les données récoltées jusque là. À ce moment, le sujet est à l'intérieur de SCP-432 depuis exactement 37 minutes.

Contrôle ordonne au sujet de revenir. Le sujet repart en arrière dans les tunnels, suivant ses marques vers la sortie. Au premier croisement, le sujet s’arrête à nouveau et demande à Contrôle s’il a entendu un bruit. Contrôle confirme qu’il détecte un son, mais demande à D-64502 d’expliquer ce qu’il entend. Le sujet identifie le son comme étant le vent. À ce moment, la caméra enregistre un petit amoncellement de ce qui semble être des feuilles mortes qui se sont envolées depuis le tunnel non exploré de droite. Le sujet fait remarquer que le courant d’air sent le renfermé. Contrôle demande au sujet de collecter plusieurs feuilles pour analyse puis d’avancer dans le tunnel de droite pour en localiser la source.

Le sujet collecte des feuilles et se plaint de l’ordre de rester dans SCP-432, mais avance vers l’entrée du tunnel. Alors que le sujet s’approche de l’entrée du tunnel, un fort rugissement peut être entendu résonner sur le canal audio, similaire à celui d’un grand animal comme un ours ou un lion. Le sujet panique, hurle et court vers la sortie, ignorant les demandes de Contrôle d’enquêter sur le son.

Le sujet sprinte vers la sortie et s’effondre dans la zone de stockage. L’expédition est interrompue, la porte refermée et verrouillée, le sujet emmené pour un débriefing.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License