SCP-421-FR
notation: +19+x
blank.png

Objet # : SCP-421-FR

Niveau de Menace : Bleu

Classe : Euclide (classification temporaire)

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-421-FR doit être confiné dans une serre du Site-Aleph, maintenue à une température ambiante de 24 °C et soumise à un taux d'humidité supérieur à 70 %. SCP-421-FR doit être planté dans un terreau arrosé régulièrement, de manière à ce qu'il soit constamment humide. Des échantillons de SCP-421-FR-1 doivent être régulièrement prélevés et analysés par des chercheurs accrédités, puis conservés à une température comprise entre 0 °C et 10 °C dans des flacons de 40 mL. Les tests portant sur des primates doivent faire l'objet d'une autorisation préalable du chercheur référent, actuellement le Dr Gobatoin, et du Directeur du Pôle de recherche, actuellement le Dr Mastro.

Description :

scp404fr.jpg

SCP-421-FR.

SCP-421-FR est une espèce de plante de la famille des Droséracées appartenant au genre Droseras. Les instances de SCP-421-FR arrivées à maturité mesurent en général une quinzaine de centimètres et comportent une dizaine de feuilles, s'organisant de manière concentrique à la base d'une tige épaisse et se terminant par une fleur de couleur mauve vif. La tige et les feuilles de SCP-421-FR sont recouvertes de poils pouvant atteindre jusqu'à trois centimètres de longueur. Ceux de la tige s'entremêlent pour former un duvet blanc, plus ou moins couvrant, tandis que ceux situés au niveau des feuilles s'organisent de manière plus ordonnée. À leur extrémité, une glande rouge sécrète des gouttelettes de SCP-421-FR-1, une substance semblable à du mucilage.

Les racines de SCP-421-FR sont relativement peu développées, peu étendues et semblent ne pas être adaptées à la composition du sol dans lequel elles se trouvent actuellement : divers mélanges n'ont pas permis de déterminer avec exactitude les éléments favorables à son plein développement, malgré les informations recueillies quant à la nature des sols de son endroit d'origine. Cependant, les tests indiquent que SCP-421-FR nécessite un apport important en oligo-éléments, notamment en calcium et en phosphore, ainsi qu'en acides aminés.

L'anomalie principale de SCP-421-FR réside dans les propriétés curatives de SCP-421-FR-1. Quelques minutes après l'ingestion du liquide par un individu blessé ou malade, la ou les zone(s) concernée(s) se voient recouvertes de SCP-421-FR-1 ayant pris une consistance gélatineuse. Le procédé associé au passage du tube digestif aux sites lésés est encore en cours d'étude, mais il est supposé que la substance, très rapidement digérée par l'organisme, emprunterait les canaux sanguins pour se diffuser et réagirait par ce biais au contact des organes lésés, infectés ou parasités. Il épouserait alors la forme des cellules détruites et parviendrait à remplir leur fonction biologique, formant un tissu de substitution. À ce jour, les tests sur le rat (Rattus Norvegicus) ont révélé une capacité à régénérer l'épiderme, ressouder les os et, dans les cas les plus sévères, remplacer un organe, même très spécialisé, tel que les yeux ou l'estomac. Dans le cas de blessures ouvertes, une application à même la blessure peut parvenir à un résultat similaire, avec pour effet visible immédiat une cicatrisation sans séquelles. L'injection de SCP-421-FR-1 directement sur le site de blessures internes s'est avérée tout aussi efficace que l'ingestion, tout en permettant des résultats plus rapides. Si les tests sur les lésions cérébrales n'ont pour le moment donné aucun signe d'affection de la psyché, des tests complémentaires sont encore nécessaires.

Journal de récupération : SCP-421-FR a été découvert lors d'une augmentation anormale des transactions monétaires sur Internet le 20/02/2008 sur le site [DONNÉES SUPPRIMÉES]. La boutique en ligne mettait en vente une "solution miracle" censée soigner tous les maux et prévenir toutes les maladies. Ce furent les témoignages laissés en commentaire qui attirèrent l'œil des agents de la Fondation, ceux-ci faisant état de guérisons avancées ne concordant pas avec les résultats usuels de produits semblables. Une perquisition au domicile de █████ █████████ à [DONNÉES SUPPRIMÉES] permit de mettre en évidence la présence d'une plante encore inconnue et potentiellement dotée de propriétés anormales. Les tests préliminaires menés sur les échantillons récupérés par la suite confirmèrent cette hypothèse, et l'individu responsable, jusque-là placé en garde à vue avec le concours de la Gendastrerie Nationale, fut interrogé afin de déterminer l'origine exacte de la plante. Celui-ci avoua avoir trouvé dans les archives de sa famille un cahier traitant d'une tribu [DONNÉES SUPPRIMÉES], où l'individu se serait approvisionné, qui utilisait les propriétés curatives de SCP-421-FR-1 afin de soigner les blessures des membres. Ce carnet (disponible aux archives sur présentation d'une accréditation de Niveau 3) permit de retrouver les traces d'un village abandonné en [DONNÉES SUPPRIMÉES], encore inconnu de la communauté scientifique. Cependant, aucun signe de la présence d'instances de SCP-421-FR ne put être retrouvé. L'individu fut amnésié et relâché suite à cet interrogatoire, tandis que le site internet et les commentaires associés furent supprimés.

Addendum 421-FR-1 :

Note de l'équipe de recherche 421-FR




Nous en avons conscience, cette anomalie possède un grand potentiel, notamment pour les Départements qui font fréquemment face à des menaces physiques. Nous pensons qu'il serait tout à fait possible de cultiver cette plante en assez grandes quantités, moyennant finance, malgré les incertitudes qui pèsent encore sur la nature exacte du sol qui développerait son plein potentiel. Il semble alors tout à fait concevable de créer des aérosols et des injections permettant de lutter très efficacement et rapidement contre les blessures, et ce quelle que soit leur nature.

Cependant, nous souhaitons vous rappeler que, conformément au règlement sur l'usage des produits anormaux, l'utilisation de SCP-421-FR en dehors de tests doit être approuvée par un Conseil Supérieur d'Administration regroupant le Directeur du Site, le Chef du Département de Recherche, et au moins un membre du Conseil O5. Par conséquent, l'usage de cette substance est pour l'instant interdit quelles que soient les circonstances, à l'exception d'une directive expresse du Conseil O5.

Par ailleurs, nous vous rappelons que de potentiels effets secondaires à long terme pourraient encore être découverts. Les tests sont loin d'être complets à ce jour et notre connaissance de cette anomalie est encore parcellaire. Il faudra sans doute attendre encore a minima une dizaine d'années avant d'avoir la certitude que ce produit est bel et bien utilisable sans danger. Nous avons conscience que ce délai peut paraître long, mais il s'agit d'une précaution nécessaire.

Nous sécurisons, nous contenons, nous protégeons.

Addendum 421-FR-2 :


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License