SCP-417
notation: +2+x

Objet # : SCP-417

Classe : Euclide (Potentiellement Keter)

Procédures de Confinement Spéciales : En raison de l'impossibilité de déplacer SCP-417 en toute sécurité, SCP-417 est confiné dans █████████████████. La zone entourant SCP-417 (2,58 km² environ) est surveillée par des gardes et bordée d'une clôture surmontée de barbelés. Les civils sont informés qu'un petit village avec une peste très virulente est mis en quarantaine jusqu'à nouvel ordre. Les intrus doivent être éliminés à vue. Seul le personnel de classe D est autorisé à rentrer en contact avec SCP-417. Comme les animaux sauvages semblent éviter instinctivement SCP-417, aucune action ne doit être entreprise contre les animaux vus dans la zone fermée.

Toutes les victimes infectées par SCP-417-1 peuvent bénéficier d'une euthanasie immédiate sur demande, et leur corps doit être placé dans un récipient scellé et incinéré immédiatement. Ceux qui ne le demandent pas seront incinérés de force, sauf dans le cas des sujets de tests.

Description : SCP-417 ressemble à un baobab africain dans la taille générale et la structure, dénué de feuilles, lui donnant une apparence morte. Son écorce est terne et a une couleur inhabituelle. Malgré l'absence de feuilles, SCP-417 porte des fruits à chaque coucher du soleil. Les petits bourgeons poussent au lever du soleil, puis le fruit grandit et mûrit rapidement au cours de la journée, avant de finir avec une taille de grenade, à coquille dure. Ce fruit a la peau sombre, possède une coque lisse qui devient bosselée lorsque le fruit devient trop mûr. Cette peau dure peut être coupée ou décortiquée avec des outils.

Retirer la peau ne révèle aucun fruit ou pulpe, mais une cavité creuse contenant plusieurs insectes, désignés comme SCP-417-1. L'apparence et les espèces de SCP-417-1 changent selon les fruits, ainsi que la taille de l'essaim qui en résulte (voir Addendum # 417-B). SCP-417-1 attaquera tout ce qui bouge à coup de morsures douloureuses.

Au cours des premières minutes, les piqûres laissent place à des plaies rouges douloureuses ainsi que des blessures mineures par ponction. Aucun remède connu n'apaise la douleur des piqûres. Dans 5% des cas enregistrés, les piqûres n'ont aucun effet durable et la douleur diminue après quelques jours. 45% du temps, ceux qui ont été mordus commencent à avoir des convulsions et meurent d'une crise cardiaque en quelques heures. À ce stade, leur corps va pourrir et se dissoudre à un rythme accéléré. Un nouvel arbre va commencer à croître au cours des prochains jours, à l'endroit de la décomposition du corps.

Dans les 50% des cas restants, après une période indéterminée de 2 à 24 heures, les personnes atteintes commencent à se plaindre de douleurs sévères et d'atrophie musculaire. L'expulsion de la chair par [DONNÉES SUPPRIMÉES] semble coïncider avec la masse de SCP-417-1.

Les "Arbres de Peste", comme ils ont été surnommés, qui sont "cultivés" deviennent vulnérables à l'abattage, à l'incinération et aux herbicides conventionnels.

SCP-417 ne peut pas être déplacé, car toutes les tentatives de déplacement de l'arbre d'origine entraînent une forte agitation des branches, entraînant la chute des fruits, les ouvrant et libérant des essaims massifs de SCP-417-1. Heureusement, SCP-417-1 ne semble pas survivre plus d'une ou deux heures. Si le fruit de SCP-417 n'est pas ramassé ou secoué par les branches, il pourrit simplement sans effets nocifs.


Addendum #417-A : Bien que SCP-417 soit actuellement répertorié comme un élément de classe Euclide, son potentiel de propagation a donné lieu à des discussions sur un éventuel transfert vers la classe Keter.

Addendum #417-B : Spécimens notables de 417-1 :

  • Plusieurs douzaines de créatures ressemblant à des araignées veuves noires, possédant seulement quatre longues pattes semblables à celles des criquets, qui leur permettaient de faire des sauts incroyablement longs et rapides.
  • Vingt guêpes avec des rayures rouges et orange et des ailes semblables à celles d'un papillon, capables de voler étonnamment vite.
  • Un seul mille-pattes noir, long de cinq mètres, enroulé en boule à l'intérieur du fruit.
  • Des milliers de petites créatures évoquant des moucherons et qui émettaient un bourdonnement aigu.
Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License