SCP-416-FR
notation: +11+x
blank.png

Objet # : SCP-416-FR

Niveau de Menace : Vert

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : La nature de l’objet ayant été découverte, le confinement au Site-He-416-FR n’est plus nécessaire. Lorsqu’il n’est pas utilisé pour des recherches, l'objet doit être contenu au Site de Stockage-Kybian. L'objet doit être placé dans un casier de 20 × 20 × 10 cm. Celui-ci doit être positionné au centre d’une salle de 20 × 20 × 3 m sans espace vide supérieur à 1 m3 pour empêcher l’apparition de SCP-416-FR-03.

Afin de mener des expériences sur SCP-416-FR, il est nécessaire de le déplacer jusqu'à une zone de test extérieure aux installations de la Fondation permettant la manifestation des effets anormaux de l'objet. Par conséquent, un poste de surveillance mobile ainsi que des caméras doivent être installés près de la zone pour assurer la sécurité de SCP-416-FR et des alentours. Une équipe de gardes allant de neuf à douze membres doit être affectée à la supervision des expériences et doit sécuriser l'endroit avant d'autoriser le transport de SCP-416-FR sur zone. Ce processus implique la mise en place d'un scénario de couverture afin d'éviter toute intrusion civile et l'installation du poste de surveillance et des caméras. L'équipe de gardes doit être répartie en trois groupes respectivement chargés de la sécurité de la zone de 00h à 08h, de 08h à 16h et de 16h à 00h. Les caméras doivent couvrir les accès principaux à la localisation de l’objet. Le poste de surveillance doit être équipé d’un moniteur de contrôle et permettre aux gardes en poste de pouvoir surveiller l'objet directement.

Lors des expériences sur zone, trois gardes doivent être présents sur les lieux à toute heure pour empêcher les intrusions potentielles, assurer la sécurité de l'objet ou prévenir l'équipe scientifique en cas d'incident 416-FR-03-1. L'espace doit être aussi fermé que possible afin de permettre une sécurité optimale. La durée maximale initialement autorisée pour les expérimentations est d’une semaine. Il est possible d'effectuer plusieurs tests durant cette période. Toutefois, un sujet test ne doit sous aucun prétexte rester dans SCP-416-FR-A plus de cinq jours. Si des variantes de SCP-416-FR-A nécessitant plus de temps sont observées, une demande d’extension peut être faite pour deux semaines supplémentaires. La requête doit être approuvée par le Dr Alméras.

lieu

Premier lieu de découverte de SCP-416-FR.

Description : SCP-416-FR est une sonnette de comptoir d’un diamètre de 9 cm et d’une hauteur de 6 cm. L'objet ne porte aucune trace de vieillissement après 4█ années de confinement. Le mécanisme de la sonnette et les pièces le constituant ne portent aucune trace d’anomalie. Les matériaux sont les mêmes que pour une sonnette de comptoir basique : principalement de l'acier inoxydable, une partie du mécanisme interne est en argent.

La manifestation des effets anormaux de SCP-416-FR est soumise à plusieurs conditions :

  • SCP-416-FR doit être placé dans un lieu abandonné depuis plus de deux mois ayant eu une fonction impliquant des salles et des pièces numérotées ou nommées qui pouvaient être assignées ou recommandées aux visiteurs. SCP-416-FR a déjà fonctionné dans : un hôtel, un hôpital, un hôpital psychiatrique, un collège, un lycée, une université, un musée, une prison, un palais de justice et une usine. Cas particulier : SCP-416-FR a fonctionné dans une épave de bateau de croisière.
  • Le lieu doit présenter sur sa façade les attributs de sa fonction. Si ces attributs sont effacés, les effets anormaux de SCP-416-FR ne se manifestent pas. Si les attributs sont restaurés, les effets de SCP-416-FR se manifestent de nouveau. Par exemple, les effets anormaux de SCP-416-FR ne se manifestent pas dans un hôtel n'ayant plus l'inscription "hôtel" sur sa façade, plus de porte fonctionnelle ou plus de fenêtres visibles. Si ces éléments sont réparés ou restaurés, les effets peuvent se manifester.
  • SCP-416-FR doit être actionné par un humain.
  • L'humain activant SCP-416-FR, désigné par la suite comme "le Sujet", peut emporter des objets mais la masse totale desdits objets ne doit pas excéder sa propre masse, vêtements inclus.

Lorsque ces conditions sont réunies, le Sujet ayant activé SCP-416-FR disparaît instantanément de notre réalité. Tant qu’un Sujet est à l’intérieur de SCP-416-FR-A, les effets anormaux de SCP-416-FR ne peuvent plus se manifester. En utilisant SCP-416-FR, le Sujet accède à un espace désigné SCP-416-FR-A qui est une dimension de poche vraisemblablement créée par l’objet. Il est impossible de sortir du bâtiment, les fenêtres et portes sont toutes verrouillées (exceptée la porte d'accès principale). Pour sortir de SCP-416-FR-A, il suffit de passer la porte du lieu servant d'accueil à l'itération de SCP-416-FR-A. Le Sujet se matérialise immédiatement dans un espace inoccupé dans les dix mètres autour de l'objet dans la réalité.

L'espace prend systématiquement l'apparence du bâtiment dans lequel est situé SCP-416-FR, mais le lieu est dorénavant habité par des entités propres à SCP-416-FR-A et est fonctionnel. Les recherches effectuées au sujet du personnel et de l'architecture de l'hôtel du parc des expositions de la ville de ██████ n'ont révélé aucune coïncidence entre le personnel occupant l'itération de SCP-416-FR-A correspondant au lieu et l'ancien personnel de l'hôtel. Il a été établi que l'espace créé par SCP-416-FR n’est pas une version antérieure du lieu réel mais bien une création propre à l'objet. Si l'architecture de la réalité est en général respectée, aucune itération de SCP-416-FR-A ne comporte de jardin, de parc, de cour ou d'accès au toit. Dans le cadre d'une itération présentant un bâtiment très étendu (lycée, université, complexe carcéral…) les formes des ailes du bâtiment peuvent différer. Cependant, les dimensions de l'itération de SCP-416-FR-A n'excèdent jamais celles de la réalité.

Les premiers rapports faisaient état de cinq entités. Il en existe désormais quinze à apparence humaine dans SCP-416-FR-A. Les entités présentes dans SCP-416-FR-A sont désignées individuellement par SCP-416-FR-01 à SCP-416-FR-15. Toutes ces entités sont récurrentes dans chacune des différentes itérations de SCP-416-FR-A. Seuls leurs rôles dans le fonctionnement de SCP-416-FR-A changent. Ces entités sont principalement présentes dans les parties communes de SCP-416-FR-A (Hall d'entrée, restaurant, réfectoire, toilettes, salon, salle d'attente, couloirs, piscine, bibliothèque…). Trois entités sont considérées comme “principales” du fait des nombreuses interactions enregistrées :

  • SCP-416-FR-01 (“La réceptionniste”) : Femme, la trentaine, 1 m 64, cheveux noirs attachés ou rabattus vers l’arrière par un serre-tête ou une coiffe. Toujours affectée à la fonction d’accueil des visiteurs.
  • SCP-416-FR-02 (“Le garçon serviable”) : Homme, entre 22 et 35 ans, 1 m 60, cheveux blonds courts ou ras. Toujours affecté à l’orientation des visiteurs, sert de guide.
  • SCP-416-FR-03 (“Le directeur”) : Homme, âgé de 53 ans selon ses dires, mesure 1 m 82, forte carrure, cheveux bruns courts. Toujours au sommet de la hiérarchie dans les différentes itérations de SCP-416-FR-A. Seule entité à pouvoir sortir de SCP-416-FR-A et donc accéder à la réalité. Apparaît toujours dans un périmètre de dix mètres autour de SCP-416-FR quand il dispose d’un espace suffisant pour cela. A accepté à plusieurs reprises de participer à des entretiens (voir Entretien 416-15).

Plus d’informations sur les entités SCP-416-FR-01 à SCP-416-FR-15 sont disponibles dans les addenda.

À son arrivée dans SCP-416-FR-A, le Sujet doit répondre aux questions de SCP-416-FR-01 afin d'obtenir l'accès à une salle / une pièce / une chambre ici identifiée sous l'appellation "espace attribué". Il obtient la clé de cet espace et peut s’y rendre quand bon lui semble. Si le Sujet refuse de répondre aux questions, il est jeté hors de SCP-416-FR-A par deux entités servant de gardiens. Les espaces attribués ont les mêmes formes que leur version des lieux réels. Mais ce qu'il y a à l'intérieur, comme les meubles, et la fonction de l'espace peuvent différer. Un Sujet ne peut se voir attribuer qu’une clé par an et par itération de SCP-416-FR-A. Si le Sujet ne retourne pas dans SCP-416-FR-A pendant un an, il doit à nouveau répondre aux questions de SCP-416-FR-01 qui lui attribue alors une nouvelle clé. Les espaces attribués peuvent avoir des propriétés et contenus qui leurs sont propres.

Plus d’informations sur les espaces attribués sont disponibles dans les rapports d’expérimentations et de visites.

Trois incidents sont à déplorer suite aux expérimentations sur SCP-416-FR. Deux incidents impliquent la disparition des personnes envoyées dans SCP-416-FR-A dont un agent de la Fondation et un Classe-D, le troisième implique une blessure par balle sur un Classe-D par SCP-416-FR-12. Le Classe-D disparu n’a jamais été retrouvé malgré les recherches. La disparition d’un individu au sein de SCP-416-FR est confirmée à partir de l’instant où la sonnette redevient fonctionnelle sans que personne ne soit sorti.

Sans interaction avec SCP-416-FR, le seul effet détectable se manifeste dans un périmètre de dix mètres autour de l’objet : les individus de sexe masculin non imberbe présents dans ce périmètre développent une envie latente de se laisser pousser la moustache.

Il y a également un risque d'incident 416-FR-03-1, c'est-à-dire d'apparition de l'entité SCP-416-FR-03, si le périmètre autour de l'objet présente des espaces vides. Si les membres de l'équipe de recherches n'ont aucune question à lui poser, l'entité doit être interpellée afin qu'elle regagne SCP-416-FR-A dans les plus brefs délais.

SCP-416-FR a été trouvé en 197█ dans l'hôtel du parc des expositions de la ville de ██████ dans la région Île-de-France, département des Hauts-de-Seine. SCP-416-FR désignait au départ l’hôtel entier. Après un déplacement non autorisé de la sonnette de comptoir par l'agent █████ effectué sur place, il a été établi que l’anomalie n’était pas liée à l’hôtel mais à ladite sonnette. Les premières procédures de confinement spéciales furent revues et l’objet put être transféré au Site de Stockage-Kybian.

Addenda

    • _

    ATTENTION : LE FICHIER SUIVANT EST CLASSIFIÉ DE NIVEAU 4


    TOUTE TENTATIVE D’ACCÈS AU FICHIER SANS UNE AUTORISATION DE NIVEAU 4 SERA ENREGISTRÉE ET ENTRAÎNERA DES SANCTIONS DISCIPLINAIRES IMMÉDIATES.

    Objet # : SCP-416-FR

    Niveau de Menace : Vert Jaune

    Classe : Sûr

    Procédures de Confinement Spéciales : La nature de l’objet ayant été découverte, le confinement au Site-He-416-FR n’est plus nécessaire. Lorsqu’il n’est pas utilisé pour des recherches, l'objet doit être contenu au Site de Stockage-Kybian. L'objet doit être placé dans un casier de 20 x 20 x 10 cm. Celui-ci doit être positionné au centre d’une salle de 20 x 20 x 3 m sans espace vide supérieurs à 1m3 pour empêcher l’apparition de SCP-416-FR-03.

    Afin de mener des expériences sur SCP-416-FR, il est nécessaire de le déplacer jusqu'à une zone de test extérieure aux installations de la Fondation permettant la manifestation des effets anormaux de l'objet. Par conséquent, un poste de surveillance mobile ainsi que des caméras doivent être installés près de la zone pour assurer la sécurité de SCP-416-FR et des alentours. Une équipe de gardes allant de neuf à douze membres doit être affectée à la supervision des expériences et doit sécuriser l'endroit avant d'autoriser le transport de SCP-416-FR sur zone. Ce processus implique la mise en place d'un scénario de couverture afin d'éviter toute intrusion civile et l'installation du poste de surveillance et des caméras. L'équipe de gardes doit être répartie en trois groupes respectivement chargés de la sécurité de la zone de 00h à 08h, de 08h à 16h et de 16h à 00h. Les caméras doivent couvrir les accès principaux à la localisation de l’objet. Le poste de surveillance doit être équipé d’un moniteur de contrôle et permettre aux gardes en poste de pouvoir surveiller l'objet directement.

    Lors des expériences sur zone, trois gardes doivent être présents sur les lieux à toute heure pour empêcher les intrusions potentielles, assurer la sécurité de l'objet ou prévenir l'équipe scientifique en cas d'incident 416-FR-03-1. L'espace doit être aussi fermé que possible afin de permettre une sécurité optimale. La durée maximale initialement autorisée pour les expérimentations est d’une semaine. Il est possible d'effectuer plusieurs tests durant cette période. Toutefois, un sujet test ne doit sous aucun prétexte rester dans SCP-416-FR-A plus de cinq jours. Si des variantes de SCP-416-FR-A nécessitant plus de temps sont observées, une demande d’extension peut être faite pour deux semaines supplémentaires. La requête doit être approuvée par le Dr Alméras.

    Description : SCP-416-FR est une sonnette de comptoir d’un diamètre de 9 cm et d’une hauteur de 6 cm. L'objet ne porte aucune trace de vieillissement après 4█ années de confinement. Le mécanisme de la sonnette et les pièces le constituant ne portent aucune trace d’anomalie. Les matériaux sont les mêmes que pour une sonnette de comptoir basique : principalement de l'acier inoxydable, une partie du mécanisme interne est en argent.

    La manifestation des effets anormaux de SCP-416-FR est soumise à plusieurs conditions :

    • SCP-416-FR doit être placé dans un lieu abandonné depuis plus de deux mois ayant eu une fonction impliquant des salles et des pièces numérotées ou nommées qui pouvaient être assignées ou recommandées aux visiteurs. SCP-416-FR a déjà fonctionné dans : un hôtel, un hôpital, un hôpital psychiatrique, un collège, un lycée, une université, un musée, une prison, un palais de justice et une usine. Cas particulier : SCP-416-FR a fonctionné dans une épave de bateau de croisière.
    • Le lieu doit présenter sur sa façade les attributs de sa fonction. Si ces attributs sont effacés, les effets anormaux de SCP-416-FR ne se manifestent pas. Si les attributs sont restaurés, les effets de SCP-416-FR se manifestent de nouveau. Par exemple, les effets anormaux de SCP-416-FR ne se manifestent pas dans un hôtel n'ayant plus l'inscription "hôtel" sur sa façade, plus de porte fonctionnelle ou plus de fenêtres visibles. Si ces éléments sont réparés ou restaurés, les effets peuvent se manifester.
    • SCP-416-FR doit être actionné par un humain.
    • L'humain activant SCP-416-FR, désigné par la suite comme "le Sujet", peut emporter des objets mais la masse totale desdits objets ne doit pas excéder sa propre masse, vêtements inclus.

    Lorsque ces conditions sont réunies, le Sujet ayant activé SCP-416-FR disparaît instantanément de notre réalité. Tant qu’un Sujet est à l’intérieur de SCP-416-FR-A, les effets anormaux de SCP-416-FR ne peuvent plus se manifester. En utilisant SCP-416-FR, le Sujet accède à un espace désigné SCP-416-FR-A qui est une dimension de poche vraisemblablement créée par l’objet. Il est impossible de sortir du bâtiment, les fenêtres et portes sont toutes verrouillées (exceptée la porte d'accès principale). Pour sortir de SCP-416-FR-A, il suffit de passer la porte du lieu servant d'accueil à l'itération de SCP-416-FR-A. Le Sujet se matérialise immédiatement dans un espace inoccupé dans les dix mètres autour de l'objet dans la réalité.

    L'espace prend systématiquement l'apparence du bâtiment dans lequel est situé SCP-416-FR, mais le lieu est dorénavant habité par des entités propres à SCP-416-FR-A et est fonctionnel. Les recherches effectuées au sujet du personnel et de l'architecture de l'hôtel du parc des expositions de la ville de ██████ n'ont révélé aucune coïncidence entre le personnel occupant l'itération de SCP-416-FR-A correspondant au lieu et l'ancien personnel de l'hôtel. Il a été établi que l'espace créé par SCP-416-FR n’est pas une version antérieure du lieu réel mais bien une création propre à l'objet. Si l'architecture de la réalité est en général respectée, aucune itération de SCP-416-FR-A ne comporte de jardin, de parc, de cour ou d'accès au toit. Dans le cadre d'une itération présentant un bâtiment très étendu (lycée, université, complexe carcéral…) les formes des ailes du bâtiment peuvent différer. Cependant, les dimensions de l'itération de SCP-416-FR-A n'excèdent jamais celles de la réalité.

    Les premiers rapports faisaient état de cinq entités. Il en existe désormais quinze plus de seize à apparence humaine dans SCP-416-FR-A. Les entités présentes dans SCP-416-FR-A sont désignées individuellement par SCP-416-FR-01 à SCP-416-FR-15 SCP-416-FR-16. Toutes ces entités sont récurrentes dans chacune des différentes itérations de SCP-416-FR-A. Seuls leurs rôles dans le fonctionnement de SCP-416-FR-A changent. Ces entités sont principalement présentes dans les parties communes de SCP-416-FR-A (Hall d'entrée, restaurant, réfectoire, toilettes, salon, salle d'attente, couloirs, piscine, bibliothèque…). Trois entités sont considérées comme “principales” du fait des nombreuses interactions enregistrées :

    • SCP-416-FR-01 (“La réceptionniste”) : Femme, 32 ans, 1 m 64, cheveux noirs attachés ou rabattus vers l’arrière par un serre-tête ou une coiffe. Toujours affectée à la fonction d’accueil des visiteurs.
    • SCP-416-FR-02 (“Le garçon serviable”) : Homme, entre 22 et 35 ans, 1 m 60, cheveux blonds courts ou ras. Toujours affecté à l’orientation des visiteurs, sert de guide.
    • SCP-416-FR-03 (“Le directeur”) : Homme, 53 ans, mesure 1 m 82, forte carrure, cheveux bruns courts. Toujours au sommet de la hiérarchie dans les différentes itérations de SCP-416-FR-A. Seule entité à pouvoir sortir de SCP-416-FR-A et donc accéder à la réalité. Apparaît toujours dans un périmètre de dix mètres autour de SCP-416-FR quand il dispose d’un espace suffisant pour cela. Visiblement en conflit avec SCP-416-FR-B, a accepté à plusieurs reprises de participer à des entretiens et a révélé l'existence d'une entité consciente organisant le fonctionnement de SCP-416-FR. Après de nombreux entretiens et des recherches historique, il est probable qu'il s'agisse d'un auteur naturaliste du XIXe siècle. Cette entité est identifiée SCP-416-FR-B. (voir Entretien 416-15).

    Plus d’informations sur les entités SCP-416-FR-01 à SCP-416-FR-15 sont disponibles dans les addenda.

    À son arrivée dans SCP-416-FR-A, le Sujet doit répondre aux questions de SCP-416-FR-01 afin d'obtenir l'accès à une salle / une pièce / une chambre ici identifiée sous l'appellation "espace attribué". Il obtient la clé de cet espace et peut s’y rendre quand bon lui semble. Si le Sujet refuse de répondre aux questions, il est jeté hors de SCP-416-FR-A par deux entités servant de gardiens. Les espaces attribués ont les mêmes formes que leur version des lieux réels. Mais ce qu'il y a à l'intérieur, comme les meubles, et la fonction de l'espace peuvent différer. Un Sujet ne peut se voir attribuer qu’une clé par an et par itération de SCP-416-FR-A. Si le Sujet ne retourne pas dans SCP-416-FR-A pendant un an, il doit à nouveau répondre aux questions de SCP-416-FR-01 qui lui attribue alors une nouvelle clé. Les espaces attribués peuvent avoir des propriétés et contenus qui leurs sont propres.

    Plus d’informations sur les espaces attribués sont disponibles dans les rapports d’expérimentations et de visites.

    Trois incidents sont à déplorer suite aux expérimentations sur SCP-416-FR. Deux incidents impliquent la disparition des personnes envoyées dans SCP-416-FR-A dont un agent de la Fondation et un Classe-D, le troisième implique une blessure par balle sur un Classe-D par SCP-416-FR-12. Le Classe-D disparu n’a jamais été retrouvé malgré les recherches. Toute personne restant plus de cinq jours dans SCP-416-FR-A, développant des relations avec les entités, ayant une routine dans SCP-416-FR-A, acceptant l'idée que les entités sont peut-être humaines malgré les rapports des chercheurs et, plus généralement, participant à la vie dans SCP-416-FR-A s'expose à un phénomène désigné "incident 416-FR-R". Ce phénomène se déroule en plusieurs étapes :

    • 0 à 120 heures : L'individu s'acclimate à la vie dans SCP-416-FR-A et les entités interagissent avec lui afin qu'il les considère comme des personnes à part entière. L'individu a alors envie d'excéder le délai autorisé et il est incité à le faire par certains éléments intrigants qui le poussent à revenir les observer le lendemain.
    • 120 à 144 heures : L'individu perd progressivement ses souvenirs au sujet de pourquoi il devrait partir de SCP-416-FR-A. Cela inclue ses obligations, les avertissements des scientifiques, ses attaches émotionnelles et le souvenir d'un monde extérieur. (À partir de cette étape, l'individu peut être considéré comme perdu.)
    • 144 à 168 heures : L'individu développe une hostilité pour tout ce qui pourrait l'amener à considérer la possibilité de partir de SCP-416-FR-A.

    L'agent de la Fondation ██████ a été victime d'un incident de type 416-FR-R et est désormais identifié SCP-416-FR-14. Il n'existe actuellement aucun moyen d'inverser le processus et toutes les interactions avec SCP-416-FR-14 se sont soldées par un conflit et donc un échec. Ce phénomène est qualifié de "réécriture" au regard de la nature de SCP-416-FR-B. La disparition d’un individu au sein de SCP-416-FR est confirmée à partir de l’instant où la sonnette redevient fonctionnelle sans que personne ne soit sorti.

    Sans interaction avec SCP-416-FR, le seul effet détectable se manifeste dans un périmètre de dix mètres autour de l’objet : les individus de sexe masculin non imberbe présents dans ce périmètre développent une envie latente de se laisser pousser la moustache.

    Il y a également un risque d'incident 416-FR-03-1, c'est-à-dire d'apparition de l'entité SCP-416-FR-03, si le périmètre autour de l'objet présente des espaces vides. Si les membres de l'équipe de recherches n'ont aucune question à lui poser, l'entité doit être interpellée afin qu'elle regagne, SCP-416-FR-A dans les plus brefs délais.

    SCP-416-FR a été trouvé en 197█ dans l'hôtel du parc des expositions de la ville de ██████ dans la région Île-de-France, département des Hauts-de-Seine. SCP-416-FR désignait au départ l’hôtel entier. Après un déplacement non autorisé de la sonnette de comptoir par l'agent █████ effectué sur place, il a été établi que l’anomalie n’était pas liée à l’hôtel mais à ladite sonnette. Les premières procédures de confinement spéciales furent revues et l’objet put être transféré au Site de Stockage-Kybian.

    Addenda

      • _

      Enregistrement du 4 juin 20██

      Interrogateur : Dr Nemi
      Interrogé : SCP-416-FR-03


      Avant-propos : Trois jours depuis le début de l'expérience ██. SCP-416-FR-03 est apparu dans le périmètre de SCP-416-FR. Il fut d'abord appréhendé par les gardes et fouillé puis interrogé afin de confirmer son identification en tant que SCP-416-03-FR avant d'être autorisé à interagir avec l'équipe scientifique en gardant une distance de sécurité de deux mètres. Il n'a donné aucune information sur ce qu'il se passait dans SCP-416-FR-A. D'humeur jovial, il a abordé le Dr Nemi en mentionnant qu'il n'avait pas été interrogé depuis longtemps. Le Dr Nemi, avec l'approbation de sa collègue, la Dre Calma, proposa à SCP-416-FR-03 d'être interrogé sur le fonctionnement de SCP-416-FR.

      <Début de l'enregistrement>

      Dr Nemi : Bonjour, SCP-416-FR-03. Cet entretien est fait dans le cadre des recherches sur l'objet SCP-416-FR et a pour but d'obtenir des informations utiles quant à la nature ou au fonctionnement de l'objet. Êtes-vous disposé à répondre honnêtement ?

      SCP-416-FR-03 : Vous pouvez m'appeler ████ Verti, vous savez. Et cette petite moustache vous va à ravir !

      Dr Nemi : Cet enregistrement sera transmis à mes supérieurs et le protocole précise que nous ne devons pas sympathiser avec les sujets d'études. Pourriez-vous répondre à ma question ?

      SCP-416-FR-03 : Oh, d'accord. Et bien oui, je répondrais honnêtement aux questions qui m'intéresseront.

      Dr Nemi : *soupire* Bien. Premièrement, qui est à l'origine de avez-vous la moindre idée sur l'origine de SCP-416-FR ?

      SCP-416-FR-03 : Et bien il est né en 1███ dans la charmante ville de █████…

      Dr Nemi : L'objet est né ? Sa date de fabrication ?

      SCP-416-FR-03 : Non, non, il est bien né.

      Dr Nemi : L'objet est une personne ?

      SCP-416-FR-03 : Qui sait ? Cela pourrait tout aussi bien être l'esprit malade d'un chat sénile. *rit* Détendez-vous. Je ne me suis pas fait tout seul, et puis c'est écrit dans sa préface.

      Dr Nemi : 03, je ne comprends pas grand-chose à ce que vous dites. Mais si vous savez qui est la conscience de SCP-416-FR…

      SCP-416-FR-03 : Il n'est pas la conscience à dire vrai, il n'est pas l'objet non plus, mais il en a le contrôle.

      Dr Nemi : D'accord, donc vous connaissez son identité ?

      SCP-416-FR-03 : Bien sûr, et mille autres d'ailleurs, mais vais-je vous honorer de ce savoir ? Vais-je vous donner cela à béqueter ? Vous qui êtes un rapace des flots ? La berge est si proche mais si lointaine !

      Dr Nemi : Je vous en prie, 03, pouvez-vous répondre à la question ou dire clairement que vous ne souhaitez pas le faire ?

      SCP-416-FR-03 : Qui sait ne sait pas ! Les mots passent en vous et pourtant vous n'en retenez rien. Je dus marcher longuement avant d'apprendre ces quelques paroles.

      Dr Nemi : Peut-être qu'il vous empêche de révéler son identité directement…

      SCP-416-FR-03 : Nullement, j'avais juste envie de me payer votre tête. Il s'appelle ██████ ███████. Ils s'appellent ██████ ███████, ██████ ██ ██████████, ███████…

      Dre Calma : Pardon ?!

      Dr Nemi : Du calme. Vous confirmez votre déclaration, 03 ?

      SCP-416-FR-03 : Bien sûr !

      Dr Nemi : Avez-vous des preuves de ce que vous avancez ?

      SCP-416-FR-03 : Les gens ne me croient jamais quand je leur dis cela, alors j'ai ramené ceci. *sort un vieux carnet de son manteau* Faites-le… analyser par vos experts. Votre ancien comparse est très loquace sur l'efficacité de votre personnel. Vous verrez.

      Dr Nemi : *saisit le carnet* Je vous remercie. Je vais me rendre au laboratoire rapidement, pourrions-nous reprendre cette discussion plus tard, ou une autre fois ?

      SCP-416-FR-03 : Bien entendu ! Vous savez, Alden, c'est toujours un plaisir de parler avec vous.

      Dr Nemi : Bah c'est pas réciproque.

      Dre Calma : Al' !

      <Fin de l'enregistrement>

      Conclusion et suite : Les analyses ont permis de confirmer que le carnet fourni par SCP-416-FR-03 datait bien du ███e siècle. Des recherches plus approfondies permirent de confirmer qu'il avait effectivement appartenu à ██████ ███████. Le fonctionnement de SCP-416-FR-A étant dépendant de lui, il est clair que sa fonction joue un rôle dans la logique du fonctionnement de l'objet.

      Requête du Dr Nemi au Dr Alméras : Je sais que vous allez penser que c'est inutile. Et c'est peut-être le cas. Mais c'est la première piste un peu tangible. On peut étudier cet objet sans prendre trop de risques. Je sais que la Fondation n'a pas de budget superflu à allouer, mais je vous en prie, laissez-nous poursuivre les recherches. On tient une piste. Intégrez au rapport que nous sommes incertains quant à la capacité des autres entités à sortir également de l'objet. Montrez-leur le rapport sur la chambre 28 de l'hôtel Continental, trouvez quelque chose. Je vous promets de découvrir comment ils ont fait.

      Réponse du Dr Alméras : Alden, vous avez déjà la couverture d'actualisation du rapport suite à l'incident 416-FR-03-1. Si des ordres intimant la clôture du dossier viennent, je verrai ce que je peux faire. En attendant, faites votre travail et profitez-en pour mener vos expériences.
      PS : J'ai reçu les enregistrements, cette moustache vous va étonnamment bien.

      • _
      Désignation Description
      SCP-416-FR-01 “La réceptionniste”. Femme, 32, 1 m 64, cheveux noirs attachés ou rabattus vers l’arrière par un serre-tête ou une coiffe. Toujours affectée à la fonction d’accueil des visiteurs. Considérée comme une émissaire de SCP-416-FR-B. Ne quitte que rarement son poste. Cela peut arriver dans une itération de SCP-416-FR-A de type hôtel. L'hôtel affiche alors complet et 01 peut être aperçue arpentant les couloirs. Toutes les discussions avec elle visant à cerner le fonctionnement de l'anomalie n'ont mené à rien. Elle n'apprécie pas 03 et dit qu'il n'a pas sa place ici, qu'il ne "respecte pas les règles". Interagit parfois de manière étrange avec les visiteurs en leur demandant d'expliquer certains propos remettant en question l'humanité des entités de SCP-416-FR. Cette fonction lui est sûrement assignée par SCP-416-FR
      SCP-416-FR-02 “Le garçon serviable”. Homme, entre 22 et 35 ans, 1 m 60, cheveux blonds courts ou ras. Toujours affecté à l’orientation des visiteurs, sert de guide. Il prend un air attristé quand on lui annonce les noms ou numéros de certains espaces attribués. Accepte facilement les discussions en dehors de ses heures de travail mais ne semble pas conscient de l'anomalie de son environnement. Il lui arrive de venir en aide à certains individus envoyés dans des espaces attribués dangereux. C'est principalement grâce à lui que seuls deux incidents sont à déplorer.
      SCP-416-FR-03 "Le directeur”. Homme, 53 ans, mesure 1 m 82, forte carrure, cheveux bruns courts. Toujours au sommet de la hiérarchie dans les différentes itérations de SCP-416-FR-A. Seule entité à pouvoir sortir de SCP-416-FR-A et donc accéder à la réalité. Apparaît toujours dans un périmètre de dix mètres autour de SCP-416-FR quand il dispose d’un espace suffisant pour apparaître. A accepté à plusieurs reprises de participer à des entretiens. Principale source d'informations sur le fonctionnement de SCP-416-FR. Est généralement introuvable mais sort parfois de certaines portes, disant qu'il était dans son bureau.
      SCP-416-FR-04 "La femme de ménage". Femme, 1m50, 29 ans, cheveux courts, yeux en amande. Affectée à l'entretien du lieu. Entretient une relation ambiguë avec SCP-416-FR-01 et une relation amicale avec SCP-416-FR-03. Se déplace dans tout SCP-416-FR-A mais a généralement un local, voire plusieurs. Possibilité de discuter avec elle. N'est pas consciente de l'anomalie mais trouve qu'il y a quelque chose d'étrange avec le comportement de SCP-416-FR-01.
      SCP-416-FR-05 "Le gardien de nuit". Homme, 1m72 , 28 ans, cheveux châtains mi-longs, porte des lunettes. Affecté à la surveillance du lieu de nuit. Il surveille les différentes salles et après quelques expérimentations il s'avère qu'il se rend aussi dans certains espaces attribuables pour y chercher des objets divers, allant des armes aux colis. L'examen du contenus de quelques-uns de ces colis ont révélé des marchandises courantes, comme de la nourriture. Lorsqu'il est interrogé, il répond qu'il "prépare la suite". Impossible de le croiser de jour. Ses activités doivent être surveillées par les Sujets dans la mesure du possible.
      SCP-416-FR-06 "L'avocate". Femme, 1m89, 37 ans, cheveux blonds clairs, longs et détachés. Porte sur elle sa mallette. Son surnom est tiré du fait qu'elle a un certain lien avec l'un des espaces attribués récurrents appelé "le tribunal". Elle entretient une relation amicale avec SCP-416-FR-08 et dit l'avoir aidé par le passé dans une affaire personnelle. Elle est très sympathique avec les personnes engagées dans des procédures judiciaires difficiles, comme les Classes-D. Sa conception de la législation est adaptée à celle des années 70. Se trouve généralement dans le hall ou une autre pièce commune, à travailler sur ses dossiers. N'est pas consciente de l'anomalie.
      SCP-416-FR-07 "Le serveur". Homme, 1m69, cheveux noirs courts, svelte. Est affecté au service de chambre et au service de salle. Possibilité qu'il existe plusieurs entités correspondant à l'identification SCP-416-FR-07. N'entretient apparemment aucune relation particulière avec les autres entités mais est le seul à savoir où se trouve le bureau de SCP-416-FR-03. Ne parle que rarement de lui. Il est possible de parler avec lui si on le croise au bar après le service. Il y est alors barman et adopte la conduite appropriée pour son rôle.
      SCP-416-FR-08 "La cheffe". Femme, 1m80, 41 ans, paraît plus jeune, corpulence moyenne, visage ferme et cheveux toujours attachés sous sa toque. Affectée généralement à la préparation des repas de l'itération de SCP-416-FR-A. Exception : dans l'itération de type université ████, était affectée à la surveillance de l'amphithéâtre central. Joviale la plupart du temps. Entretient une relation amicale avec SCP-416-FR-06 et SCP-416-FR-13. Se trouve toujours vers les cuisines. Apparemment compétente. Note : Les observations et expériences ne sont plus nécessaire dans le restaurant, il est désormais interdit de s'y rendre. Il s'agit d'un comportement pouvant mener à un incident de type 416-FR-R. - Dr Nemi
      SCP-416-FR-09 "Le médecin". Homme, 1m50, probablement plus de 50 ans (dit exercer depuis une trentaine d'années), cheveux gris et ras, trapu. Exerce son métier dans le cadre de l'itération de SCP-416-FR-A. Soit en tant qu'invité, soit en tant qu'employé. Il n'est pas très causant et est adepte des théories du complot. Déteste les américains, dit avoir participé à la Seconde Guerre mondiale. A un accent britannique. Semble inspiré d'Adrian Carton de Wiart, une de ses phrases fétiches ("Connards de Yankees, sans eux, la guerre aurait pu durer dix ans de plus !") est directement tirée du livre Happy Odyssey écrit par Carton de Wiart.
      SCP-416-FR-10 "Fillette et sa mère". Une femme et une enfant, respectivement âgées de 33 et 8 ans, mesurant 1m73 et 1m26, cheveux longs et châtains clairs. N'interagissent pas avec les autres entités, sauf SCP-416-FR-02. Il semble les aider. Refusent de dialoguer avec les visiteurs masculins et les femmes âgées de moins de 35 ans.
      SCP-416-FR-11 "En panne". Homme, 25 ans, 1m86, chauve, teint bronzé. Dit être tombé en panne non loin. Attend qu'on vienne le chercher. Ne donne aucune information sur lui, son travail ou les personnes censées venir le récupérer. Se trouve la plupart du temps près des toilettes, au restaurant ou au bar.
      SCP-416-FR-12 "L'enquêteur". Homme, probablement 36 ans, 1m75, cheveux déjà légèrement gris, courts, porte un grand manteau. Dit travailler dans la police en tant qu'enquêteur. La raison de sa présence diffère selon l'itération de SCP-416-FR-A. L'une de ces raisons est une enquête concernant une autre des entités. Détient une arme à feu. Peut l'utiliser sur les autres entités. Peut l'utiliser sur les sujets tests et l'a déjà fait. N'est pas conscient de l'anomalie.
      SCP-416-FR-13 "La prostituée et le gigolo". Une femme et un homme, toujours vus ensemble, n'entretiennent pas de relation amoureuse. 1m64 et 1m68, cheveux bruns longs et cheveux noirs mi-longs. Disent avoir des clients parmi les autres entités, ne disent pas lesquels. Possible lien entre la femme et SCP-416-FR-01. Traînent souvent dans les couloirs en discutant ou dans les salons. Ne cherchent pas de clients. Possibilité de passer une nuit avec l'un d'eux. Note : Il est désormais interdit de faire appel aux services de SCP-416-FR-13. Il s'agit d'un comportement pouvant mener à un incident de type 416-FR-R. - Dr Nemi
      SCP-416-FR-14 "L'agent de la Fondation". Il s'agit de l'agent ██████, envoyé initialement afin d'évaluer correctement les risques de SCP-416-FR. Il dit qu'il continue sa mission et qu'il sent qu'il se passe des choses étranges mais qu'il est à deux doigts de percer les secrets du fonctionnement de SCP-416-FR. Il n'est pas conscient de sa situation ni de ce qu'il est devenu. Il est toutefois conscient des risques de "réécriture" et assure qu'il est toujours parfaitement maître de lui-même. Que "ce scribouillard n'arrivera pas" à l'assimiler. Dit que les autres entités sont aussi humaines et entretient visiblement une relation amoureuse avec l'une d'elle. N'a pas son arme sur lui mais peut y accéder. A déjà menacé un agent venu essayer de comprendre ce qu'il était devenu. Se trouve dans les parties communes. Toutes les tentatives ont échoué. Il refuse de réfléchir sur sa situation et il ne garde pas en mémoire les visiteurs plus d'un an. Nous sommes contraints de considérer l'agent ██████ comme perdu. - Dr Alméras
      SCP-416-FR-15 "Le vieillard". Vieil homme d'environ 80 ans, 1m68, cheveux longs gris. Ne parle presque pas. N'interagit pas avec les sujets tests. Se rend aux repas. Est considéré avec pitié par d'autres personnages. Serait lié à SCP-416-FR-03. Ce dernier décrit SCP-416-FR-15 comme un stratagème de la part de SCP-416-FR pour essayer de l'atteindre. SCP-416-FR-03 a avoué que cette entité était une copie conforme de son grand frère au crépuscule de sa vie. Il ne l'avait plus vu depuis son entrée dans SCP-416-FR et même s'il sait que ce n'est qu'une illusion, il reconnaît être tenté de s'en rapprocher. Il a notamment déclaré ceci : "Ils ont poussé le vice très, très loin, vous savez. Ils ont même amené ses enfants, et je n'avais rien vu. Pourquoi eux ? Pourquoi moi aussi ? Y-a-t-il seulement une raison ? Est-ce-qu'ils voulaient tourmenter mon employeur ? Oh je suis malsain, mais eux le sont bien plus."
      SCP-416-FR-16 L'existence de -16 était purement hypothétique mais fut confirmée par l'enregistrement 5. Homme, entre 40 et 50 ans, cheveux noirs courts, assez enjoué. L'enregistrement ne permet pas de distinguer son visage. Il n'a jamais donné son nom clairement ni été aperçu ailleurs dans SCP-416-FR-A. -16 semble être très impliqué dans le fonctionnement des lieux, il est vivement recommandé d'éviter toute interaction directe avec lui. Cependant, toute apparition doit être enregistrée.
      • _

      Nom : D-1486
      Type d'itération de SCP-416-FR-A : Hôtel Continental
      Numéro de l'espace attribué : Chambre 20, premier étage
      Description de l'espace attribué : Une chambre d'enfant, un petit lit, un coffre à jouets, une armoire avec des vêtements. Une sorte de berceuse semble être jouée par une boîte à musique. Le mécanisme s'arrête peu après l'entrée dans la chambre.
      Évènements notables : Durant la deuxième heure, un bruit s'est fait entendre sous le lit et D-1486 dit avoir vu un enfant disparaître dans l'obscurité. Il n'a pas réussi à déplacer le lit ni à se glisser en dessous. L'enfant n'aurait pas émis un seul son et le bruit entendu aurait été celui de ses déplacements. Aucun autre évènement ne semble se produire dans la chambre. Après une nuit passée dedans, rien ne semble se produire.
      Dans l'hôtel, D-1486 rapporte que SCP-416-FR-02 était particulièrement occupé et n'a pas pris le temps de lui montrer l'emplacement exact de sa chambre. Une altercation entre SCP-416-FR-02 et SCP-416-FR-15 a aussi été observée. Altercation durant laquelle SCP-416-FR-15 a mentionné "l'ingratitude de ses enfants". Les deux instances de SCP-416-FR-10 étaient absentes, probablement dissimulées par SCP-416-FR-02 puisque d'autres observations ont permis de confirmer la présence des ces deux entités dans cette itération de SCP-416-FR-A.
      Note : À son retour, une perte de vocabulaire a été observée chez D-1486. Les effets se sont cependant dissipés au bout de vingt-trois heures.


      Nom : D-1279
      Type d'itération de SCP-416-FR-A : Hôtel
      Numéro de l'espace attribué: Chambre 28
      Description de l'espace attribué : Sans interagir avec la pièce, elle ressemble à une chambre normale avec un placard fermé à clé. D-1279 a décidé de détruire le verrou. Une dizaine de mannequins humanoïdes se trouvaient dans le placard qui donnait sur une autre pièce. Le sujet certifie qu'ils étaient tous organiques et que leurs coeurs battaient. Les mannequins possédaient des attributs physiques humains incomplets. Certains mannequins disposaient d'un visage plus ou moins entier, d'autres étaient partiellement habillés et il en allait de même pour la constitution de leur corps. En partie organique et en partie fait d'une matière très semblable au plastique. Il a tenu une conversation avec une entité qui n'était pas présente durant ses autres visites, SCP-416-FR-05. Ce dernier était installé derrière une table et faisait des mots croisés en surveillant distraitement les mannequins. Il n'a pas paru se formaliser de la présence de D-1279 et a profité de cette visite inattendue pour lui demander d'aller lui chercher une boisson au bar. À son retour, ils ont discuté et SCP-416-FR-05 a dit qu'il souffrait d'une grave maladie. Son bras paraissait effectivement atteint par une maladie mais ne présentait aucun trait caractéristique de la nécrose ou d'infections. Cependant, les fines lignes et tâches noires sur la peau devenue complètement blanche constituent les principaux symptômes de cette maladie qui "s'étend" selon les dires de SCP-416-FR-05. Cette maladie n'a plus été observée chez SCP-416-FR-05 mais des symptômes similaires particulièrement légers ont été aperçus chez d'autres entités et également chez certains sujets tests atteints par les premiers symptômes d'un incident 416-FR-R.
      Évènements notables : Certains mannequins semblaient bouger et chuchoter sans se détacher. Cette salle doit être surveillée.
      Note : D-1279 était particulièrement choqué de cette vision. Je dois admettre que moi aussi après examen des photos. Je pense savoir à quoi sert cette salle. Mais pourquoi la rendre accessible ? Cette salle… c'est l'atelier de création des personnages. Les descriptions prennent du temps, en attendant ils sont rangés là-bas. Bordel, mais il y en a des dizaines ! On ne peut pas empêcher ça, on ne peut pas empêcher ces trucs d'exister !

      Note du Dr Alméras : Vous avez l'autorisation de réutiliser D-1279 pour étudier cette salle.


      Nom : D-1296
      Type d'itération de SCP-416-FR-A : Université
      Nom de l'espace attribué : Bibliothèque
      Description de l'espace attribué :Les rayonnages sont remplis de livres. Mais la plupart de ces ouvrages sont intégralement vides. SCP-416-FR ne peut apparemment pas créer une infinité de contenu. Cependant, les rayonnages concernant les romans sont extrêmement bien fournis. Il est possible de déposer de nouveaux livres qui seront ajoutés aux rayonnages. Certains livres sont signés ██████ █████████ (liste des auteurs classée confidentielle) et sont inédits, ce qui confirme sa leur présence dans SCP-416-FR-A. Un bureau en désordre se trouve du côté de ces rayonnages sur lequel se trouvent de nombreux manuscrits et d'études raturées. Après analyses, on y trouve la description de certaines entités récentes de SCP-416-FR. Un dispositif de surveillance a été laissé là-bas, aucun renseignement n'a pu être obtenu. ███████ est apparu et est allé récupérer quelques feuilles, il a été rejoint par ██████████, voir enregistrement 5.
      Évènements notables : L'apparition d'une silhouette poussant des chariots de livres pour les ranger. Il est impossible de l'approcher sans qu'elle ne disparaisse dans un angle mort.
      Note : Il est possible que ces livres constituent la base de données de SCP-416-FR.


      Nom : D-3752
      Type d'itération de SCP-416-FR-A : Bateau de croisière "Le █████ █████"
      Numéro de l'espace attribué : Chambre 112
      Description de l'espace attribué : La chambre contient l'ameublement d'une chambre de bateau classique mais de nombreuses traces de sang et un corps inerte, visiblement tué violemment.
      Suite des évènements : D-3752 dit avoir crié et SCP-416-FR-12 serait arrivé. Durant toute la durée du séjour de D-3752, SCP-416-FR-12 aurait tout fait pour démasquer le coupable, créant de nombreuses tensions entre les différentes entités. Cependant, l'enquête n'était pas résolue a l'issue des cinq jours. D-3752 ressentait les premiers symptômes d'un incident 416-FR-R.

      Note : L'étude de ce phénomène comporte un grand risque d'incident 416-FR-R et n'est pas nécessaire au confinement de SCP-416-FR. La demande de visites supplémentaires est rejetée. - Dr Alméras

      Message du Dr Alméras au Dr Nemi : Cher Alden, ton hypothèse me paraît juste. J'ai pu me procurer La Main, je vais examiner le scénario et chercher les éléments dont tu m'as parlés. Mais en attendant que je puisse en parler à mes supérieurs, ne tente rien. S'il te plaît.


      Nom : D-0789
      Type d'itération de SCP-416-FR-A : Hôpital psychiatrique
      Numéro de l'espace attribué : Chambre 65
      Description de l'espace attribué : Le sujet a été admis dans l'hôpital pour sa paranoïa, trouble confirmé par un psychiatre de la Fondation. La forme de la chambre correspond à celle d'une chambre d'hôpital psychiatrique de cette époque mais remplie de râteliers d'armes. Les photos montrent des lames aux formes insolites, des armes à feu et des balles n'existant pas dans la réalité et toutes sortes d'armes blanches incompréhensibles. La plupart de ces armes seraient inutiles selon D-0789 et c'est aussi l'avis des gardes. On peut aussi observer un mannequin portant une épée, rangée dans un fourreau. D-0789 étant retourné plusieurs fois dans la salle, il a tenu un inventaire des différentes armes et affirme que les armes présentes ne sont pas les mêmes en fonction de ses différents séjours. Il a notamment fait remarquer la disparition de ce qui semblait être un canon à gros calibre (assimilable à un canon de 88).
      Évènements notables : Le mannequin aurait hoché la tête abaissé son arme quand D-0789 aurait abandonné l'idée de détacher une des armes. Peut-être une manifestation de sa maladie.
      Note : L'évolution de cette salle devrait être surveillée. Si les entités commencent à s'armer, cela pourrait être dramatique pour nos expériences. Et si elles parviennent à sortir comme le fait 03, cela constituerait une menace conséquente. Demande acceptée


      Nom : D-2447
      Type d'itération de SCP-416-FR-A : Lycée
      Numéro de l'espace attribué : Salle 127
      Description de l'espace attribué : Un bureau est installé dans cette grande salle de classe. Des plans sont étalés partout dans la salle. Après étude, ces plans correspondent à ceux du lycée.
      Évènements notables : Aucun. Le Classe-D a décidé de tirer un trait sur l'un des plans. Le bâtiment s'est effondré. Lorsque SCP-416-FR-01 l'a vu surgir des décombres, il a été expulsé de SCP-416-FR-A. Cet endroit est sans aucun doute là où il (ils ?) crée les lieux. Si seulement on pouvait y accéder de nouveau…


      Nom : D-3149
      Type d'itération de SCP-416-FR-A : Hôpital
      Nom de l'espace attribué : Bureau du docteur Le Faucheur
      Description de l'espace attribué : Un cabinet de médecin où se trouve SCP-416-FR-09. Il demanda à D-3149 pourquoi était-il venu le voir. D-3149 était atteint d'un cancer du coeur, SCP-416-FR-09 lui a dit qu'il ne pouvait rien y faire et lui a prescrit des anti-douleurs.
      Évènements notables : Aucun. Il est possible de dormir dans une petite salle sur le côté ne contenant qu'un lit d'hôpital et une table de nuit. Rien à signaler dans le sommeil.
      D-3149 a pu rencontrer certaines entités uniques à cette itération de SCP-416-FR-A et a assisté à l'admission en soins intensifs d'une jeune femme visiblement rescapée d'un accident. De nombreux chirurgiens et médecins furent mobilisés afin de la sauver. D-3149 n'a pas pu assister à son rétablissement et a supplié l'équipe scientifique de le laisser y retourner. Le refus de l'équipe scientifique l'a rendu hostile, il a été maîtrisé par les gardes en poste à ce moment. Ses derniers mots avant son transfert furent "S'il vous plaît… Elle a besoin de nous… Elle a tout perdu, vous comprenez ?" Aucune autre observation de ces évènements n'a pu être effectuée dans cette itération de SCP-416-FR-A.


      Nom : D-1651
      Type d'itération de SCP-416-FR-A : Hôpital
      Numéro de l'espace attribué : Chambre 46
      Description de l'espace attribué : Chambre d'hôpital normale. Rien à signaler. SCP-416-FR-02, ici infirmier, est venu demander à D-1651 s'il avait besoin de quelque chose.
      Évènements notables : Rien à signaler avant le sommeil. Durant les trois nuits passées dans cette chambre par D-1651, il ne fit que des rêves impliquant une personne en train d'observer la scène. Les rêves sont qualifiés de cauchemars par D-1651 qui affirme avoir vécu des choses horribles. Il était convaincu que ces rêves n'en étaient pas avant d'observer sa présence par un dispositif de surveillance. Un des éléments récurrents des rêves était "les rires et la médisance intangible". Ces cauchemars se déroulaient dans des environnements généralement sombres et urbains. D-1651 déclare avoir travaillé en tant que Barman durant plus d'une année dans un de ces cauchemars. Il pense aussi avoir été mis à la place de SCP-416-FR-02 et a pu le prouver en donnant des indications sur des couloirs dissimulés derrière des portes dérobées. Ces couloirs mènent à différentes salles mais elles sont pour la plupart fermées à clés.
      Durant son séjour, D-1651 a jugé opportun de prendre le temps de discuter avec SCP-416-FR-11. Ce dernier a montré un grand intérêt pour les cauchemars de D-1651 et a sollicité son concours afin de nouer une relation avec SCP-416-FR-06 lors d'une soirée à l'hôpital. Cette dernière y était admise au service des grands brûlés mais recevait tout de même des clients dans sa chambre d'hôpital. D-1651 est d'ailleurs revenu avec un dossier complet concernant son cas et a demandé à ce que ce dossier soit envoyé au tribunal chargé de son cas. Le dossier était particulièrement solide mais n'a jamais été transmis, des amnésiques ont été administrés à D-1651.
      D-1651 a aussi fait mention de certaines difficultés financières de l'hôpital évoquées par les chirurgiens. La venue d'un "agent de l'État" était le sujet des appréhensions de nombreuses entités impliquées dans le fonctionnement de l'hôpital.
      Note : D-1651 avait un dossier psychiatrique impliquant de la paranoïa. Ces données ne sont pas fiables. Poursuite des visites non autorisée.


      • _

      Enregistrement n°5 du dispositif de surveillance de "La Bibliothèque"

      Entités présentes : SCP-416-FR-B et SCP-416-FR-16

      <Début de l'enregistrement>

      SCP-416-FR-B s'installe au bureau et commence à trier les feuilles. Il en relit quelques unes.

      Enregistrements filtré des informations superflues

      SCP-416-FR-16 : Cela avance-t-il ?

      SCP-416-FR-B : Hum… Passe-moi le manuel d'architecture gothique, s'il te plaît.

      SCP-416-FR-16 : Concentrez-vous un peu, cher ami, nous n'avons plus le temps pour ces choses-là. Où en sont les personnages ? Vous n'avez fait qu'améliorer les quelques golems déjà présents, nous sommes encore loin du compte !

      SCP-416-FR-B : Nous n'avons pas de nouvelle matière et on ne peut plus aller explorer dehors ! Ils nous observent, ils ne veulent pas qu'on parte. Monsieur Verti refuse de me dire ce qu'il se passe durant leurs échanges. Et je ne peux pas les laisser venir jusqu'à moi !

      SCP-416-FR-16 : *silence de quelques secondes*

      SCP-416-FR-B : Je suis désolé. Nous avons tous beaucoup de travail et malheureusement je ne peux plus tout protéger.

      SCP-416-FR-16 : Nous avons des responsabilités. Vous savez dans quoi vous vous êtes engagé, vous savez pourquoi vous avez été créé. Le temps va commencer à nous manquer, finissez plus vite les brouillons, ouvrez de nouvelles salles. Et lorsqu'ils viendront, n'attendez plus si longtemps, appâtez-les. Ils ne nous envoient que de piètres humains, de toute façon…

      SCP-416-FR-B : Tu n'as pas pris la Plume depuis des années. J'occupe ce poste depuis qu'ils nous ont trouvés et je suis parvenu à maintenir la progression. Nous en parlerons ce soir, avec les autres. Tu es venu seul, ils approuvent ?

      SCP-416-FR-16 : Je n'ai pas envie d'écrire à cette époque. Vous avez lu leurs livres ? C'est si vulgaire ! [DONNÉES SUPPRIMÉES] nous en a rapporté un. Ils salissent tout ! Et votre écriture, vous les singez ?

      SCP-416-FR-B : Ton père disait pareil de tes livres, ██████.

      SCP-416-FR-16 : *éclate de rire* Oh que oui, il n'aimait pas ces choses-là ! Mais le tien comme le mien seraient frappés de stupeur s'ils voyaient ce que nous écrivons maintenant.

      SCP-416-FR-B : Nos pauvres mères ne sauraient plus quoi penser. Nous étions beaux, en ce temps.

      SCP-416-FR-16 : Beaux, jeunes et fringants…

      SCP-416-FR-B : Et chaque seconde où passe le temps…

      SCP-416-FR-16 : Je repense à ce(ux ?) que l'on attend…

      Les deux entités entonnent une chanson. Elle se termine et SCP-416-FR-16 s'en va.

      <Fin de l'enregistrement>

      • _

      Enregistrement d'un entretien entre SCP-416-FR-03 et le Dr Nemi

      Interrogateur : Dr Nemi
      Interrogé : SCP-416-FR-03



      <Début de l'enregistrement>

      Dr Nemi : Ça ne vous embête pas si j'enregistre ? Vous avez débarqué sans prévenir alors je n'ai pas eu le temps de tout mettre en place.

      SCP-416-FR-03 : Aucunement, allez-y. Nous sommes toujours en France ?

      Dr Nemi : Je n'ai pas le droit de vous communiquer cette information. Bon, j'ai des questions à vous poser, comme toujours, et je compte sur vous pour y répondre.

      SCP-416-FR-03 : Naturellement, vous n'avez pas de temps à perdre.

      Dr Nemi : Nous savons déjà qui vous prétendez être et votre histoire coïncide avec nos recherches, mais qu'est-ce que vous êtes ?

      SCP-416-FR-03 : Intéressante question. Mais la réponse est liée à qui je suis. Comme vous le savez, j'ai travaillé pour ███████ ████████, et il s'est acoquiné de camarades assez peu orthodoxe avec la nature, je vous passe les détails, je ne les connais pas.

      Dr Nemi : Oui, nous savons déjà pour cela.

      SCP-416-FR-03 : Et bien, il m'a écrit ensuite.

      Dr Nemi : Pour vous demander quelque chose ?

      SCP-416-FR-03 : Vous n'y êtes pas ! Il m'a écrit. J'étais moi-même, mais ils m'ont écrit après.

      Dr Nemi : Je ne suis pas sûr de comprendre…

      SCP-416-FR-03 : Je suis comme les autres, je suis un personnage. Mais je suis écrit d'après une personne réelle, j'ai été fait pour lui ressembler au mieux. Les autres sont, certes, inspirés de personnes réelles, mais ils ont été faits pour être des personnages, servant une oeuvre avec sa diégèse. Moi, j'ai été fait sans autre but que d'être moi. Cela me donne certains privilèges et pouvoirs. Comme celui de sortir lorsque cela me chante, et quelques autres qu'il vaut mieux, pour vous, ignorer.

      Dr Nemi : Et pour █████, il est aussi fait d'après une personne réelle ?

      SCP-416-FR-03 : Oh, malheureux ! Je ne suis pas clair, je m'en excuse, j'en suis confus, qu'on fustige mon être d'être un tantinet moins dispersé ! Reprenons, je suis un personnage, les autres que vous appelez "entités" aussi, votre ancien comparse aussi. Moi, je suis créé d'après une personne réelle, pas depuis une personne réelle, vous me suivez ? Non ? Bon, imaginez que vous faites le portrait d'une personne en l'observant. Et bien, ça serait moi, je suis le portrait de celui que j'étais. Bien, maintenant imaginez que vous cherchiez à créer un personnage pour vos écrits, vous allez vous inspirez de ceux que vous connaissez mais il ne sera le portrait d'aucun. Ce sont la plupart des autres "entités" que vous connaissez. Et enfin, imaginez que vous prenez un humain et que vous le forciez à devenir un dessin. Une caricature de lui-même, à devenir votre création. Ce n'est pas censé être possible, pourtant c'est ce qu'est devenu votre ami. Quelque chose qui n'aurait pas dû être possible mais qui l'a finalement été.

      Dr Nemi : Je saisis l'idée mais j'ai un peu de mal…

      SCP-416-FR-03 : Il faut bien admettre que décrire ce qui n'est pas possible est un exercice ardu. Mais si vous préférez, imaginez votre ami comme un livre. Et bien ███████ ████████ a fait un pastiche de ce livre, a arraché les pages de l'original avant de les brûler, puis a mis le pastiche dans la couverture. Est-ce plus simple ?

      Dr Nemi : Oui, merci. Mais comment savez-vous tout ça ? Vous n'êtes pas un auteur, vous n'étiez qu'une expérience, selon vos dires.

      SCP-416-FR-03 : Et bien du temps où nous n'étions que deux, à devoir préparer ce merveilleux vaisseau pour l'appareillage, il n'était pas sûr de ce qu'il pouvait ou ne pouvait pas me dire. J'ai fini par en apprendre beaucoup et par m'en servir. Ce qui est écrit ne peut être réécrit, par ailleurs. C'est ainsi que je continue, encore aujourd'hui, ma vie de seigneur dans ce château des cris. Je n'aurais jamais dû finir ainsi, c'est ce qui cause nos petits différents.

      [DONNÉES SUPPRIMÉES]

      <Fin de l'enregistrement>

      Notes : Il est clair désormais que ce que nous pressentions était véridique. J'ai bien reçu vos consignes et j'ai supprimé les passages trop dangereux. J'attends de vos nouvelles avant de relancer le sujet. - Dr Nemi

      • _

      Entrée 20 : J'ai pu reprendre le dossier et mes recherches. C'était pas trop tôt. Mais surtout, c'est l'occasion de m'y mettre. Cette suspension m'a permis de bien réfléchir. Les rapports officiels mentionnent un auteur et s'appuient sur le fait que ce sont principalement ses livres qu'on trouve dans la bibliothèque. Mais il y en a au moins cinq. Il n'y avait qu'un rapport de disparition, celui de Verti. Même pour SCP-416-FR-B, on n'a rien. Il n'a pas disparu mystérieusement, et on a poussé les recherches jusqu'au bout. Il a bien fait partie de ce groupe mais il n'a jamais disparu. Les autres non plus. Donc ce ne sont pas les personnes qui bossent là-dedans. -03 en a parlé, ce sont des personnages. On ne comprend pas les règles de l'intérieur. C'est triste à dire, mais c'est une bonne chose qu'il ait été assimilé… réécrit. Là-haut, ils ne se sont pas trop posés de questions, ils ont demandé à ce qu'on poursuive tout ça.

      Les choses ne changent pas souvent, dedans. Mais ils sont plusieurs, c'est évident. "La Plume", c'est quoi ? Je pense que c'est ce qui leur permet de contrôler SCP-416-FR. Celui qui la "prend", c'est celui qui contrôle le fonctionnement global de SCP-416-FR. Il doit écrire sur quelque chose. Quoi ? On ne peut pas encore savoir. -03 parlait du fait qu'il n'était pas possible de réécrire, une fois les choses marquées. Il devait parler des règles, de la structure de base. C'est bien pensé, il a aussi dû se faire une entrée privilégiée pour se prémunir contre les réécritures. L'atelier de l'architecte doit être la salle pour créer et modifier les architectures, les lieux.

      La bibliothèque est sûrement leur entrepôt. Et les autres salles, j'en ai déjà parlé. Ils rangent les corps, ils préparent des armes pour on ne sait trop quoi. Pour l'instant, elle est sûre. Et si les règles ne changent pas, elle le restera. Il faudra juste savoir quand arrêter les expériences, quand faire des essais avant de l'emmener sur Site. Ils ne peuvent pas voir ce qu'il se passe hors du périmètre. On doit jouer là-dessus. J'en ai parlé à Séléné, elle pense qu'on ne risque pas grand-chose mais approuve la prudence. Les règles de l'extérieur ne doivent pas dépendre de ce qu'ils peuvent écrire, c'est quelque chose de présent depuis le départ. Alors pourquoi cette histoire de moustache ? J'avais trouvé un début de réponse dans Le Père Goriot mais ce n'est pas suffisant. Ils sont plusieurs, et même s'il est aux commandes, pourquoi aucun autre effet secondaire n'a été observé ?

      Récapitulons.

      • Ils peuvent écrire les règles. Toutes les règles.
      • Ils sont plusieurs. Peu importe ce qu'en pense Alméras, ils sont plusieurs. Je ne sais pas si tout le groupe est impliqué mais c'est probable.
      • Les salles sont toutes utiles pour eux.
      • Ils ne se donnent pas en spectacle, ils ne nous révèlent rien, ils veulent se servir de nous.

      Mais je n'ai toujours aucune foutue idée de ce qu'ils veulent faire avec nous. Ou de ce qu'ils veulent faire tout court. C'est à peine si je sais ce qu'ils font. Et on n'est pas prioritaires sur les Classes-D. C'est dangereux à étudier et il nous faudrait du personnel qualifié pour faire des allers-retours dedans. On tourne en rond en leur laissant le temps de continuer sans que je ne puisse montrer quelque chose de suffisant à Alméras pour qu'il se décide enfin à les pousser à augmenter notre priorité de recherches. Ça va changer, un jour ou l'autre. Pas pour nous, mais pour eux. Et ce jour-là, je ne pense pas qu'on aura le droit d'étudier le "pourquoi".
      Merde…


      Notes du 20/██/████ : Un carnet de notes a été retrouvé, le procédé est incomplet mais c'est confirmé : ils sont plusieurs.

      "Val de l'encre" ?

        • _

        Les données suivantes sont classées comme données sensibles, seul le personnel disposant d'une accréditation spéciale est autorisé à les consulter. Tout contournement sera sanctionné.

        Journal du Dr Nemi

        Notes du 20/██/████ : Un carnet de notes a été retrouvé, le procédé est incomplet mais c'est confirmé : ils sont plusieurs.

        Et leur origine reste confuse, mais -03 nous a guidés vers des vieilleries. Il parlait de "ce qui fut perdu à [INTRUSION DÉTECTÉE] J'ai trouvé des manuscrits des salons littéraires, mais rien de bien utile, rien qui ne me dise comment ils fonctionnent. Et la Fondation m'a demandé de leur rendre compte de toutes mes trouvailles à ce sujet. Ils disent que les ordres viennent de tout en haut. Ils m'ont aussi demandé de rechercher sans lire les écrits d'un certain [SUPPRESSION DES DONNÉES…]

        [SUPPRESSION TERMINÉE]

        "Val de l'encre" ?

        Le Dr Nemi doit être mis sous surveillance dans les plus brefs délais. La recherche sur SCP-416-FR doit être transférée à ████████.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License