SCP-400
notation: +6+x

Objet # : SCP-400

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : La seule colonie active de SCP-400 en détention par la Fondation (désignée SCP-400-B) est actuellement hébergée dans une cellule de confinement pour jeune humanoïde dans l'aile des objets Euclide du Site-77. Chaque cellule contenant une colonie active de SCP-400 doit être sécurisée avec un sas sous les précautions de bio-sécurité de niveau 4. Toutes les ventilations de la cellule doivent être couvertes avec un filtre métallique avec des intervalles faisant au maximum 0,2 centimètres de diamètre, suivi par un spray aérosol 400-AF à changer mensuellement et à renvoyer au personnel de recherche chimique sur site doté d'une accréditation de sécurité de niveau 3/400. L'accès à but expérimental demande l'approbation à la fois d'un membre du Comité d'Éthique et l'article adapté du superviseur LGED (actuellement le Dr Marshall Grant). Les manipulateurs de SCP-400 ont pour obligation de porter des combinaisons anti-bactériologiques de niveau 4, et ils doivent être décontaminés avant de sortir. Dans les situations d'urgence, la prévention du contact olfactif avec SCP-400 est suffisante pour prévenir les expositions accidentelles dans la plupart des cas. Pour les instructions du personnel soignant, veuillez vous référez au Document 400-C version 1.3.

Les agents opérants dans les États-Unis métropolitains doivent reporter tous les cas de chutes importantes dans les statistiques d'admission des crèches, des pré-écoles et des écoles primaires dans leur région assignée. Les membres de la FIM Beta-7 ("Chapeliers Maz") doivent rester de service pour l'identification, la recherche et l'élimination des infections SCP-400 actives. Les localisations découvertes comme étant infectées doivent être mises en quarantaine en utilisant la Couverture 139-B (Peste Bubonique). Les investigations menées par les médias doivent être catégoriquement refusées et tous les membres de la presse démontrant de l'intérêt pour la quarantaine doivent être détenus et se faire administrer un amnésique de Classe B avant d'être relâchés.

Tout membre du personnel de la Fondation affecté par SCP-400 sera assigné en quarantaine jusqu'à trois semaines. Si les effets anormaux subsistent après ce laps de temps, le membre du personnel sera sujet à une évaluation psychologique avant de retourner au travail. Si les effets anormaux sont toujours présent après l'administration d'un amnésique de Classe A, le membre du personnel peut être réassigné à des recherches non-anormales, ainsi qu'à des positions administratives ou médicales. Les civils exposés doivent se faire administrer un amnésique de Classe A avant d'être relâchés. Veuillez vous référer au Document 400-1R pour les instructions sur la réintégration par zone géographique. Les dommages créés par les infections affectant les populations de 500 habitants ou plus peuvent nécessiter l'emploi d'un agent amnésique Ennui-02 localement si nécessaire.

Au moins une colonie active de SCP-400 doit être collectée pour toutes les infections subséquentes, et doit être supervisée par du personnel en recherche génétique avec une accréditation de sécurité de niveau 3/400.

Description : SCP-400 est la désignation collective d'une espèce anormale similaire à des Armadillidium vulgare, plus communément appelé cloportes. Les individus de SCP-400 sont morphologiquement similaires aux A. vulgare en apparence, mais ils peuvent être distingués visuellement par des motifs striés brillants de couleur rouge sur leur carapace dorsale. L'identification visuelle est seulement possible pour les individus n'étant pas sous l'influence des effets anormaux de SCP-400. SCP-400 est un organisme parasitaire qui se nourrit de sécrétions mammaires humaines. L'accès à cette source de nourriture est obtenu en habitant et en manipulant des enfants humains décédés.

Les personnes affectées sont sujettes à un agent sensitif Type 3 transmis par un vecteur de phéromones, qui fait réapparaître l'instinct de protection et d'alimentation envers son enfant présent dans chaque être humain. Les personnes sujettes à cet effet sont incapables de percevoir SCP-400 ou les dommages qu'il cause aux enfants. Une exposition au personnel de Classe D actif a déterminé que cet effet ne s'applique pas aux surveillances audio et vidéo et les précautions de danger biologique de niveau 4 sont suffisantes pour prévenir la manifestation des effets. Les membres du personnel briefés sur les effets de SCP-400 n'ont pas montrés d'immunité aux fausses perceptions créés par l'anomalie.

À partir du 14/07/2005, le Comité d'Éthique a déterminé que les futures expérimentations humaines avec SCP-400 seraient seulement accordées dans des circonstances uniques et désespérées. De ce fait, toutes les informations au sujet des relations de SCP-400 avec les humains et ses cycles de vie ont été compilées depuis la surveillance approfondie et les interviews faites à █████████, ██, le site de la découverte de SCP-400. Les conclusions sont basées sur une période d'observation de Août 2003 à Juillet 2005.

L'infection débute quand vingt-cinq (25) à cinquante (50) instances de SCP-400 sélectionnent un enfant1 et accède à son berceau. L'observation d'une instance de SCP-400 a jusqu'ici été impossible avant qu'un berceau ait été pris pour cible. Les parents et les Classes D présents sont incapables de percevoir SCP-400. Si n'importe quelle personne entre dans un rayon de 0,5 mètre autour de l'enfant, les instances de SCP-400 vont collectivement émettre un mince jet de phéromones, qui va causer une désorientation immédiate et une rapide perte de conscience.

SCP-400 va alors commencer à creuser dans la chair de l'enfant endormi. Les points d'entrée principaux sont la bouche, les yeux, l'anus, le nombril et les aisselles. L'enfant ne réagira à la présence de SCP-400 en aucune façon, ce qui suggère l'utilisation d'anesthésiants locaux. L'activité cardio-pulmonaire à l'intérieur de l'enfant va cesser pendant les quarante (40) premières minutes de la procédure, et entre trois (3) et cinq (5) heures, le mouvement va reprendre, avec des vocalisations étouffées. À ce moment, l'enfant est considéré comme une "colonie active" de SCP-400. Les sujets incapacités vont se réveiller peu de temps après le premier cri et vont chercher son origine. Les parents ou autres adultes présents à portée de voix vont montrer un intérêt normal pour le cri d'un enfant en détresse. Si la mère de la colonie est présente à ce moment, elle l'allaitera sans penser aux précédents horaires d'allaitement ou aux répétitions de ceux-ci.

Au-delà des dix (10) semaines suivantes, les parents et autres adultes vont commencer à montrer une affection ainsi qu'un instinct de protection grandissants envers la colonie. Durant cette étape, l'observation directe par les adultes et les enfants les rendra incapables de détecter n'importe quelle anormalité dans la physiologie de la colonie, en dépit des nombreuses perforations cutanées et du mouvement saccadé de celle-ci. La colonie est capable de cris basiques et est capable d'imiter l'alimentation, la défécation, ainsi que le comportement d'enfants normaux avec une capacité grandissante. La décomposition est toujours visible pendant ce temps, aboutissant à la dessiccation des derniers tissus mous restants de la colonie2.

À la fin de la douzième (12) semaine, toutes les colonies observées ont montré une augmentation de taille, comme le fait que les instances de SCP-400 soient visibles sous la peau pendant leur déplacement. Ces genres de colonies sont considérées comme matures, et les instances individuelles vont adopter un comportement reproducteur durant cette période. Durant l'alimentation, sept (7) à douze (12) individus de SCP-400 vont sortir de la colonie à travers une des perforations du derme et vont prendre contrôle d'une partie de la peau exposée appartenant à la mère de la colonie pendant approximativement 10 minutes avant de revenir à la colonie. Pendant ce temps, les mères des colonies étudiées commenceront à montrer une production de progestérone accrue, ainsi qu'une augmentation du niveau de l'hormone chorionique gonadotrope humaine, provoquée par la grossesse. Après une période d'incubation de deux (2) à trois (3) jours, les mères-hôtes vont faire "naître" vingt-cinq (25) à cinquante (50) instances de SCP-400 durant leur prochain sommeil. Les instances de SCP-400 n'ont pas été suivies de manière réussie après la naissance. L'intervalle de temps maximum de sommeil avant que SCP-400 initie une autre infection est inconnu. Après que le comportement reproducteur ait commencé, le cycle se répétera hebdomadairement pour toute la durée de l'infection. Aucune limite de temps dans la période où SCP-400 peut infecter la mère-hôte n'a pu être observée (voir Addendum 400-02).

Parmi ███ infections enregistrées à ce jour, celles-ci se sont toutes produites dans le Sud-Ouest des États-Unis dans des régions rurales et montagneuses, et dans certains cas, n'ont pas été déclarées pendant neuf (9) mois. La recherche sur une meilleure détection et élimination des instances de SCP-400 est considéré comme très importante.

Addendum 400-01 : Interview 400-25

Avant-propos : Vingt-cinquième entretien d'une série d'entretiens conduits durant l'infestation █████████, ██ de 2003. Mme █████ ███ B██████ (dorénavant 'Mme B') est interviewée par le Dr Marshall Grant, l'Agent Fabian Pertucci observant la scène. Mme B a servi de mère-hôte à SCP-400-A et SCP-400-B simultanément. Le stade avancé de décomposition suggère que les colonies ont été actives depuis plus de deux ans. Elle et ses jumeaux décédés sont considérés comme des candidats possibles pour le 'Patient SCP-400-0'. Au moment de l'interview, Mme B était isolée de SCP-400 depuis quinze (15) jours. Interview menée le 7/10/2005.

Dr Grant : Bon après-midi █████, comment allez-vous ?

Mme B : Où sont mes bébés ? Qu'est ce que vous avez fait de mes bébés ?

Dr Grant : Vos enfants ont commencé à être traités pour une possible exposition à la peste bubonique, madame. Ils vous seront rendus dès que possible.

Mme B : [le sujet frappe la table] Ce sont des conneries ! Vous ne pouvez pas les séparer de moi. Vous n'avez aucun droit de séparer une mère de ses enfants. Dites-moi où ils sont ou alors vous verrez quand les avocats de mon mari entendront parler de ça-

Dr Grant : Mme B█████, nous sommes de votre côté. Nous voulons vous aider. Si vous répondez simplement à quelques question pour moi, nous ferons tout notre possible pour vous laisser les voir cet après-midi.

Mme B : Je vous ai déjà tout dit sur le formulaire. Ils ont trois mois, ce sont des garçons, [NOMS CENSURÉS], jumeaux identiques, ils pèsent près de 5 kilos, ils n'ont aucune allergie. Qu'est ce que vous voulez que je vous dise de plus ?

Dr Grant : Vous avez dit trois mois ? Quand sont-ils nés ?

Mme B : Le 5 février 2003. Maintenant, vous- !… Je suis désolée, je suis juste… Je les aime tellement. Je n'ai jamais pensé devenir une mère mais ils sont une telle joie ! Après que mon mari soit mort… [le sujet est silencieux pendant 15 secondes]… ils représentent tout mon univers ! Je ne sais pas ce que je ferais sans eux. Aucun jour ne passe sans que je me sente bénie.

Dr Grant : J'imagine. Pour l'enregistrement, savez-vous quel jour nous sommes ?

Mme B : Le dix juillet deux mille ci-… euh… Tiens, c'est drôle. Je pensais qu'ils avaient trois mois. Mon Dieu, le temps file à toute allure ! Je dois avoir une photo d'eux quelque part. [Le sujet accède à ses effets personnels et montre un portrait de SCP-400-A et SCP-400-B avant l'infection] Voilà ! Ne sont ils pas merveilleux ?

Dr Grant : Oui, madame. Alors, est-ce qu'il y a quelque chose de bizarre à propos de vos garçons ?

Mme B : Eh bien, il y a eu ce moment en Mai quand ce docteur… Non, pas du tout ! Au contraire, ils vont même très bien. Tellement sains et pleins de vie. Je suis sûre avoir entendu le petit [CENSURÉ] dire "Ma-man" pas plus tard qu'hier.

Dr Grant : Je suis désolé, que disiez-vous à propos d'un docteur ?

Mme B : Oui, il est venu chez nous après qu'ils… [Pause de trois secondes, le sujet est visiblement confus] Je n'ai rien dit à propos d'un docteur ! Laissez-moi voir mes enfants, s'il vous plaît. Ils doivent être affamés à cette heure-ci ; ils ont besoin d'être nourris.

Agent Pertucci (inaudible pour Mme B) : On est en train de la perdre, revenez sur le sujet.

Dr Grant : Je vous assure, madame, nous sommes en train de leur donner la plus grande attention possible.

Mme B : Avec cette recette affreuse, je parie ! [CENSURÉ] l'a vomie la dernière fois que j'ai essayé de lui en donner. Aucun d'entre eux n'y a touché depuis. Non, c'est du lait maternel naturel pour eux, 100 %. Mon obstétricien a dit qu'ils en auraient encore besoin pendant au moins trois mois, et je ne veux prendre aucun risque.

Dr Grant : Ce n'est pas un petit peu long, deux années et demi, pour les nourrir au sein ?

Mme B : Ils… Ils ont juste trois mois !

Dr Grant : Mais juste avant, vous aviez dit…

Mme B : Je sais ce que je dis ! C'est votre faute. Vous m'emmêlez la tête !

Dr Grant : Je suis désolé si je vous ai perturbée, madame, c'est juste…

Mme B : Pour qui vous vous prenez, de toutes façons ? Laissez moi voir mes bébés !

À partir de ce moment de l'interview, Mme B refusa de répondre à plus de questions, et a montré une détresse émotionnelle et une anxiété de la séparation accrue. Les examens médicaux post-interview ont révélé des traumatismes ovariens/utérins supérieurs à ceux des autres mères-hôtes examinées. Mme B s’est vue administrer un amnésique de Classe A quand les observations ont été terminées, et est actuellement sous la surveillance de la Fondation en tant que Personne d’Intérêt.

Addendum 400-02 : En date du 14/07/2010, SCP-400-A et SCP-400-B ont été actifs sous surveillance de la Fondation depuis cinq (5) ans, indiquant que les colonies sont capables de survivre indéfiniment si elles sont continuellement approvisionnées en nourriture. Les précautions de danger biologique niveau 4 ont prévenu avec succès la reproduction de SCP-400, mais aussi la propagation de tous les effets sensitifs à l’intérieur du Site-77. L’accès limité aux expérimentations peut être accordé avec l’approbation du Comité d’Éthique et du superviseur HCML de SCP-400 (actuellement supervisé par le Dr Grant). Veuillez attendre trente (30) jours pour une vérification avant de commencer une nouvelle série d’expérimentations.

Addendum 400-03 : Le 5/10/2010, SCP-400-0 a cessé toute activité pendant son confinement après avoir ingéré un supplément nutritionnel expérimental, permettant aux examinateurs médicaux de disséquer la colonie. Malgré le dessèchement et la décomposition, les tissus musculaires restaient réactifs aux stimulus électriques. Les plus grandes concentrations de SCP-400 ont pu être trouvées dans l’estomac, la bouche, la boîte crânienne et la colonne vertébrale. Notons la présence de spécimens individuels placés à intervalles réguliers le long des nerfs moteurs principaux des extrémités, indiquant un niveau d’intelligence sans précédent, en utilisant l’architecture neurale restante de l’enfant.

Un examen des phéromones produites par les instances individuelles de SCP-400 a révélé plusieurs composés hallucinogènes, amnésiques et soporifiques capables de reproduire les effets sensitifs de SCP-400. Les analyses de plusieurs de ces composés ont révélé des similarités avec les amnésiques de Classe B et C couramment utilisés par la Fondation, indiquant une possible brèche de sécurité (risque minimal). Les concentrations en aérosol de cette mixture à moins de 50 ppm se sont avérées efficaces pour initier cet effet. Des recherches plus poussées sur le séquençage génétique de SCP-400 sont recommandées.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License