SCP-396-FR
notation: +14+x
blank.png

Objet # : SCP-396-FR

Niveau de Menace : Jaune Orange

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : La ville de ████████ en ex-U.R.S.S. renommée Site He-396-FR doit être déclarée zone de tests nucléaires interdite à la population, et toutes les informations filtrant auprès du gouvernement russe doivent aller dans ce sens. Le périmètre doit être surveillé en permanence par au moins 25 agents de la Fondation pour empêcher les intrusions dans la ville. Ces agents seront relevés tous les 6 mois et subiront à la fin de leur affectation des tests psychologiques et sensoriels.

Les 57 instances de SCP-396-FR (désignées comme "SCP-396-FR-B-01" à "SCP-396-FR-B-57" dans la suite du rapport) doivent être insonorisées en permanence par une enceinte de mousse acoustique entretenue toutes les trois semaines - durée pouvant varier selon l'avancée de la détérioration de la mousse.
Les employés de la Fondation chargés de l'entretien doivent se munir de bouchons d'oreille neufs et de casques antibruit protégeant des sons compris entre 2 et 47 000 Hz, dont l'état aura été préalablement vérifié. Aucune tentative de démontage ou destruction des instances de SCP-396-FR n'est autorisée.

SCP-396-FR-A nécessite la présence permanente d'au moins 8 agents de sécurité supplémentaires de la Fondation, dont la durée d'affectation ne doit pas excéder 6 mois. À la fin de cette période, les membres du personnel doivent subir des tests psychologiques et sensoriels. Un poste de sécurité a été construit à la surface de SCP-396-FR-A, et le mur d'enceinte ainsi que la zone d'entrée du bâtiment font office de cordon de sécurité externe. Contrairement à ce que l'architecture de la construction peut laisser penser, un seul accès a été construit, menant à la zone tampon qui garde l’ascenseur menant à SCP-396-FR-A. Cette zone consiste en une salle protégée par des portes blindées accessibles uniquement avec une accréditation de Niveau 2 ou plus. La sécurité de cette zone doit être assurée en permanence par 3 membres du personnel de sécurité.

Un unique ascenseur dans le bâtiment permet d'accéder à SCP-396-FR-A. La cabine doit être parfaitement insonorisée, et être alimentée en énergie par un générateur autonome. À l’intérieur de cette cabine, des protections auditives neuves doivent être disponibles continuellement. Le couloir souterrain menant à SCP-396-FR-A, d'une longueur de 18,5 m et d'une largeur de 1,87 m, doit être sécurisé par un sas parfaitement insonorisé protégeant l’accès à la porte de SCP-396-FR-A.

L’accès à SCP-396-FR-A nécessite une accréditation de Niveau 3 minimum, et uniquement à des fins de recherche. Le personnel autorisé dépassant la zone tampon doit obligatoirement être équipé de protections auditives neuves, et ne doit pas rester au-delà du sas plus de 8 heures.

Les civils et membres du personnel non autorisés ayant franchi le cordon de sécurité externe doivent être examinés par un psychologue et un médecin généraliste de la Fondation avant d'être remis aux forces de l'ordre si aucun effet de SCP-396-FR-A n'a été constaté. Dans le cas contraire, les sujets doivent être transférés sur le Site-Beth et détenus indéfiniment. La détention des sujets extérieurs au personnel de la Fondation affectés par SCP-396-FR-A peut être raccourcie si les tests venaient à révéler un caractère temporaire des effets de l'objet.

Description : SCP-396-FR est la désignation globale d'un système de 57 haut-parleurs urbains à pavillon disséminés à travers la ville de ████████ en ex-U.R.S.S. et d'une salle de contrôle souterraine (désignée SCP-396-FR-A) reliée à ces mêmes haut-parleurs.

L’objet est passé sous la supervision de la Fondation après plusieurs rumeurs concernant une ville « hantée » en U.R.S.S. La classification de SCP-396-FR en tant qu’objet anormal a été approuvée après la découverte en 1965 d’archives de la division "P" du GRU concernant un projet de recherche visant à développer une technologie analogue à SCP-061. Les entrées du dossier s’arrêtent brusquement le 25 mai 1964. Cela correspond, après recoupage des données, à une annonce le lendemain dans le journal d’état Pravda faisant état d’une épidémie très virulente de typhus ayant brutalement frappé ████████.1

Les instances de SCP-396-FR-B-01 à SCP-396-FR-B-57 font partie d’un lot de haut-parleurs à pavillon, développés et construits en 1952 sur commande du régime Stalinien, et sont les seuls modèles à présenter des propriétés anormales. Aucun son audible sortant des objets ne peut être perçu, mais des analyses sur un plus large spectre révèlent que toutes les instances émettent en continu un son similaire, variant en intensité et en fréquence, affectant tous les êtres vivants à portée. Les haut-parleurs sont disposés de telle sorte à ce que les sujets soient soumis au son émis quelle que soit leur position dans la ville. Les effets apparaissent progressivement, les premières manifestations commençant quelques minutes après le début de l’exposition, et se déroulent en suivant un schéma global similaire pour tous les sujets testés (la durée et l’intensité des effets variant selon les personnes affectées).

Phase 1 : Le sujet touché va tout d’abord éprouver un sentiment de mal-être qui va rapidement se muer en une angoisse et un désespoir profonds.
Après environ une heure, des acouphènes, bourdonnements et autres parasites auditifs apparaîtront chez le sujet, et iront en s’intensifiant jusqu’au paroxysme des effets constatés.

Phase 2 : Deux à trois heures après le début de l’exposition, le sujet entendra des chuchotements indistincts et ce qu'il décrira comme des pleurs, renforçant son mal-être et son angoisse. Contrairement aux parasites auditifs, les sujets testés ont souvent indiqué une origine précise à ces sons, éprouvant instinctivement diverses émotions (de l’inquiétude à la peine) pour la source des pleurs.

Phase 3 : La phase la plus intense se déclare après environ quatre heures d’exposition. Les parasites auditifs deviennent constants et extrêmement intenses, et le sujet commencera à visualiser des silhouettes humanoïdes sombres apparaissant progressivement dans son champ de vision. Elles ont été décrites par les sujets comme « perdues » ou « appelant à l’aide », et semblent tenter de rentrer en contact avec le sujet. À ce jour, une seule tentative de communication avec les entités a eu du succès, voir rapport de test 396-FR-B-41.

Note : Les █ décès provoqués par l’exposition prolongée au son ont été interprétés comme des réactions de sujets fragiles au stress intense éprouvé. L’hypothèse d’une létalité intrinsèque et systématique de SCP-396-FR est donc à rejeter pour l’instant. - Dr ████

Après plusieurs tentatives, il est maintenant avéré qu’il est impossible d’interagir physiquement avec les instances, quel que soit le moyen utilisé. Une étude des archives de la ville a permis la localisation de SCP-396-FR-A qui semble être la source des effets anormaux des instances de SCP-396-FR.

Peu d’informations ont pu être obtenues concernant le lieu en raiso des effets qu'il subit. Les principaux éléments connus ont étés rassemblés suite à l’analyse approfondie des archives de la ville et du dossier de la Division "P" concernant l’objet.

SCP-396-FR-A est une salle souterraine, localisée à 30 m directement sous le [DONNÉES SUPPRIMÉES] de la ville, construite au milieu des années 1950 dans un ancien réseau de cavernes aujourd’hui comblées. Elle semble avoir été conçue comme laboratoire de recherches et centre de contrôle.

L’apparence ainsi que le contenu précis de la salle sont inconnus, la porte a résisté à toutes les tentatives d'ouverture, et aucune des méthodes de sondage testées2 n’a donné de résultats, la salle semblant entièrement hermétique à toute forme d’interaction physique connue.

Bien qu'aucune trace de dispositif de diffusion sonore n'ait pu être trouvée, les appareils de mesure détectent un bruit constant en provenance de la porte, relativement similaire à celui émis par les instances de SCP-396-FR.




L'accès à ces documents est protégé et nécessite une accréditation de Niveau 3 ou plus

Veuillez entrer vos codes de sécurité.






Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License