SCP-3899
notation: +2+x
big-rig.jpg

SCP-3899 en train d'apparaître

Objet # : SCP-3899

Classe : Euclide

Niveau de Menace : Orange

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-3899 ne peut actuellement pas être confiné en utilisant les méthodes conventionnelles. À ce jour, il ne s’est pas manifesté en dehors des limites continentales des États-Unis d’Amérique. De plus, les mesures secondaires employées actuellement sont considérées adéquates jusqu’à ce que les recherches offrent à la Fondation une méthode de confinement physique complète et réalisable.

Lors des manifestations de SCP-3899, toutes les émissions radios CB provenant de SCP-3899 doivent être contrôlées par les postes d’écoute de la Fondation situés à proximité afin d’empêcher les tentatives de contact de SCP-3899 avec des destinataires civils. Tous les individus contactés par SCP-3899 doivent être arrêtés, recevoir un amnésique de Classe B et être relâchés une fois le traitement administré, de même que tous les témoins oculaires. Les informations concernant SCP-3899 doivent être supprimées via un démenti de l’Administration des Transports locale et une censure des médias télévisés. Les récits concernant SCP-3899 relayés via internet doivent être dénoncés comme faux en accord avec les gouvernements locaux ou supprimés quand cela est possible. L’initiative de désinformation 3899-MARÉE-NOIRE doit être continuellement mise à jour et diffusée via les réseaux sociaux et autres sites internet à fort trafic afin de maintenir SCP-3899 dans son statut actuel de légende urbaine.

Description : SCP-3899 est, en apparence, un semi-remorque noir Peterbilt 379, comportant une remorque attachée à l'arrière. Les performances de SCP-3899 dépassent les capacités d'un poids lourd conventionnel de conception similaire : il est capable d'atteindre des vitesses excédant 430 km/h et d’accélérer et décélérer à un rythme qui entraînerait ordinairement d'importants dommages structurels au véhicule. SCP-3899 dispose également de la capacité de se déplacer de manière sélective dans l'espace sur de courtes distances, généralement pour éviter les automobilistes ou les obstacles placés sur sa route lorsqu'il se déplace à des vitesses anormales. Ces événements de transfert se traduisent par une disparition soudaine du véhicule suivie d'une réapparition instantanée de celui-ci dans un rayon inférieur à 300 mètres vers n'importe quelle direction, accompagné d'un nuage de fumée noire et dense. Des échantillons de cette fumée obtenus par des agents de terrain ont invariablement consisté en un mélange de sous-produits de combustion de diesel, de cendres volcaniques, ainsi que de sang atomisé aux marqueurs génétiques peu concluants.

Les apparitions de SCP-3899 commencent par la manifestation de l'objet sur un tronçon d'autoroute inter-étatique aléatoire compris au sein des limites continentales des États-Unis d'Amérique. L'objet apparaît en se déplaçant à la vitesse autorisée, ou bien approximativement 3km/h en-dessous de celle-ci tout en gardant une importante distance entre lui et les autres usagers. SCP-3899 accélère ensuite rapidement jusqu'à sa vitesse maximale en usant de son aptitude de transfert anormale afin d'éviter les obstacles placés sur son chemin.

SCP-3899 est apparu uniquement durant les horaires compris entre le coucher et le lever du soleil et disparaît en cas de contact direct avec la lumière du jour. Il disparaît également si sa présence occasionne un accident de la circulation (voir Addendum 3899-01).

Le conducteur de SCP-3899, nommé SCP-3899-1, émet par le biais des circuits de la radio CB de SCP-3899, à intervalles aléatoires. SCP-3899-1 engage volontiers la conversation avec n'importe quel destinataire lui répondant, bien que ses déclarations soient quelquefois incohérentes et qu'il ait toujours évité de clarifier ses déclarations concernant son origine ou son objectif (voir le Rapport d’Entretien SCP-3899-02). SCP-3899-1 apparaît comme la silhouette de ce qui semble être un humanoïde masculin en surpoids, portant une casquette sur la tête. Les rapports des témoins oculaires attestent de la présence de structures fumantes et tentaculaires à l'intérieur de la cabine du conducteur, accompagnant SCP-3899-1. Des informations plus spécifiques concernant la composition physique de SCP-3899-1 sont à ce jour indisponibles car SCP-3899 s'est montré résistant à toute forme de tentative de scanner pénétrant.

Addendum 3899-01 : Le 27/11/1999, les agents de la Fondation intégrés au Département des Transports de l’État de Virginie reçurent des rapports concernant un large camion noir apparu instantanément sur un tronçon de l’autoroute inter-étatique n°64. En suivant les mesures secondaires de confinement des effets de SCP-3899 sur la population, des agents ont appréhendé Martha Lewis, une automobiliste qui roula à travers la barrière latérale de l’autoroute quand elle fut éblouie par l’apparition de SCP-3899 dans la voie adjacente à la sienne.

Rapport d'Entretien 3899-01

Date : 03/12/1999
Interrogée : Martha Lewis
Interrogateur : Agent Lee
Entretien mené une semaine après la rencontre avec SCP-3899 dans le but d’obtenir des informations. Cet entretien fut maquillé sous la forme d’un interrogatoire de police dans le cadre du suivi d’une enquête.

Lee : Merci d’avoir pris de votre temps pour venir, Mme Lewis. Nous savons que vous avez eu une semaine mouvementée.

Lewis : En effet.

Lee : Puis-je vous apporter quelque chose avant que nous commencions ?

Lewis : (rires) Non, je pense que je survivrai.

Lee : Très bien. Alors, je sais que cela va sembler répétitif, mais nous voulons nous assurer que votre histoire reste cohérente au fil des multiples entretiens. Considérez cela comme une sorte de test de stabilité mentale qui nous permet de consolider le récit des événements ayant eu lieu ce jour-là, vous comprenez ?

Lewis : J’espère que je réussirai !

Lee : (rires) Détendez-vous Mme Lewis, c’est plus une formalité qu’autre chose. Nous allons tout reprendre depuis le début. Commencez par les premiers instants de cet incident, quoi que ce soit dont vous vous vous souvenez.

Lewis : C’est toujours très clair dans ma tête. Je conduisais sur la I-64, sur le chemin de la maison après une longue journée de travail. Le soleil venait de se coucher. J’étais dans la voie de gauche et il n’y avait personne autour de moi. Je me rappelle avoir vérifié parce que j’allais prendre la prochaine sortie. Et soudain, sorti de nulle part, cet énorme camion est juste… apparu, pile à côté de moi. Il y avait beaucoup de fumée, comme si il était en flammes ou quelque chose comme ça. Et puis il avait ce son, qui ressemblait à celui d’un éclair qui serait tombé juste à côté de moi, lui aussi. Toute cette fumée a recouvert mon pare-brise et mon cœur battait très fort, tout s’est passé si vite. Avant que je puisse réaliser ce qui se passait, j’ai foncé en plein dans la barrière et dans les arbres. Je crois que je me suis évanouie. Quand je me suis réveillée, il y avait des infirmiers et des flics. Ils m’ont emmené à l’hôpital.

Lee : Je vois. Bien, tout ça a l’air de correspondre au rapport. Y a-t-il quelque chose d’autre dont vous voudriez nous parler ? Avez-vous eu des complications, ou des plaintes ?

Lewis : Il y a une chose dont je voudrais vous parler, en effet. Hier, quand je suis rentrée chez moi, j’ai regardé dans ma boîte aux lettres et j’ai vu que j’avais reçu une lettre. Elle n’avait pas d’adresse de retour. A l’intérieur, il y avait une liasse de billets, tous froissés et teintés, comme si ils étaient vieux et usés. J’ai compté et il y avait plus de 12 000 $. Il y avait une note, aussi. Elle était brûlée et je ne pouvais pas dire avec quoi elle avait été écrite. Néanmoins, ce n'était pas avec un crayon ou un stylo, plutôt autre chose.

Lee : Mh. Il y a-t-il moyen que nous puissions voir cette note ?

Lewis : Oui, je l'ai dans mon sac à main.

Martha Lewis s’est vue administrer un amnésique de Classe B et fut relâchée suite à la confiscation du document susmentionné. L’argent qui l’accompagnait fut évalué et une somme de valeur équivalente fut transférée sur le compte personnel de Mme Lewis suite à l’examen du Comité d’Ethique.

Après analyse, il fut démontré que le document SCP-3899-01 a été rédigé au charbon de bois sur le papier d’un carnet non-anormal.

Texte du document récupéré :

DÉSOLÉ. JE VOULAIS PAS FAIRE DE MAL. C’EST POUR LES DÉGÂTS. TROUVE-TOI UNE CAISSE NEUVE ET TRACE TA ROUTE !!!

Rapport d'Entretien SCP-3899-02
L’entretien fut mené par l’agent Knowles via un émetteur-récepteur radio appartenant à un hélicoptère de la Fondation durant une apparition de SCP-3899, datée du 22/10/2003.

Knowles : SCP-3899-1, vous me recevez ?

SCP-3899-1 : Merde, ma belle, tu sais que c’est pas mon indicatif ! On est sur la route, alors utilise mon nom de route !

Knowles : Oh. Dans ce cas, quel est votre indicatif ?

SCP-3899-1 : JE SUIS LE TRANSPORTEUR DE LA NUIT ET J’VAIS METTRE LE FEU ! JE SAIS QU’VOUS POUVEZ LA SENTIR, CETTE VITESSE !

Knowles : (ajuste le récepteur pour compenser le volume sonore de SCP-3899-1) D’accord. Excusez-moi. Transporteur de la Nuit, pouvez-vous me dire d’où est-ce que vous venez, exactement ?

SCP-3899-1 : JE ROULE AVEC LE VENT ! MES ROUES CHANTENT LEUR TENDRE AMOUR AU BITUME ! J’REMPLIS VOS VEINES À TOUS AVEC LE SEL D'LA ROUTE, LE GAZOLE, ET L’ODEUR D’LA GOMME BRÛLÉE ! Y A PAS DE FRÈRES LÀ D’OÙ J’VIENS, ON DOIT VIVRE POUR LA ROUTE ET MOURIR POUR RIEN !

Knowles : Je… vois. Est-ce que vous… " transportez " quelque chose en particulier ?

SCP-3899-1 : T’entends pas ça, ma belle ? Tu vois pas, ça ? C’que j’ai là, c’est le pur crépitement du Salut qui jaillit de sous dix-huit roues en même temps ! Quand vos routes s’étranglent, quand les voies sont bloquées et qu’la vitesse disparaît et meurt, j’lâche cette charge et on boira tous du gazole en respirant d’la fumée !

Knowles : Je ne suis pas sûr de comprendre. Qui êtes-vous ? Pourquoi êtes-vous ici ?

SCP-3899-1 : TOUT ÇA, C’EST POUR LES ÂMES DE LA ROUTE ! POUR LES NUITS INTERMINABLES, LES ENGINS MORTS ET TOUT CEUX QUI ESSAIENT D’ATTRAPER CET HORIZON SOUS LEURS ROUES ! JE SUIS LE RUGISSEMENT DU FER CHAUD ! JE CRIE LIBERTÉ ! JE SUIS LA MORT DE TOUTES LES BARRIÈRES ! CET ENGIN NE CONNAÎTRA PAS D’REPOS, CHÉRIE ! JE NE M’ARRÊTE JAMAIS ! TU PEUX SENTIR CE GRONDEMENT ? TU PEUX VOIR LE FEU ET SENTIR L’ODEUR D’LA FUMÉE ? JE SAIS QU’TU PEUX, J’PEUX SENTIR TON PUTAIN DE CŒUR ET JE SAIS QUE TU VEUX T’ENVOLER TRÈS LOIN AVEC MOI !

Knowles : Je… Je crois que je p-peux… Non. Paulings, putain, faites demi-tour, quelque chose ne va pas.

À la lumière du compte-rendu de l’Agent Knowles, des enquêtes ont débuté au sujet de la possible influence mémétique de SCP-3899.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License