SCP-3878
notation: +3+x
giimbiyu.png

La zone occupée par les locuteurs de la langue Giimbiyu, représentée en violet.

Objet # : SCP-3878

Classe : Thaumiel

Procédures de Confinement Spéciales : L'accès à la procédure requise pour le fonctionnement de SCP-3878 a été limitée aux accréditations de niveau 5 et traduite dans la langue Giimbiyu. Le décryptage du document ne se fera qu'avec l'accord de la majorité du Conseil O5 ou lorsque les retombées sémantiques produites par SCP-3878 s'estomperont, auquel cas SCP-3878 devrait être activé à nouveau afin d'assurer que les propriétés danger-cognitives (donc tactiquement utiles) du langage Giimbiyu soient maintenues.

La connaissance de SCP-3878 et de l'existence continue de la langue et du peuple Giimbiyu doit être supprimée de l'accès public et réservée au personnel de niveau 4 et plus. Les messages extrêmement sensibles doivent d'abord être traduits en Giimbiyu par un locuteur autorisé (désigné comme instance SCP-3878-A), puis traduits dans la langue appropriée par une autre instance SCP-3878-A : les deux sujets doivent être amnésiés directement après. En raison de la difficulté d'enseigner la langue Giimbiyu aux sujets, les instances SCP-3878-A doivent être exclusivement des individus natifs du peuple Giimbiyu.

Description : SCP-3878 est une arme sémantique développée par l'Obskuracorps en 1938, dérivée de l'étude d'objets anormaux conceptuels extraits des expéditions dans le multivers de la Société Thule. Elle était significativement différente de la majorité des armes sémantiques de l'époque, car elle ne reposait pas sur un composant physique encombrant et facile à détecter, mais plutôt sur un seul être humain soumis à un programme de conditionnement psychologique de seize semaines.

Le programme de conditionnement utilise un régime strict de psychotropes, une thérapie électroconvulsive et, à la fin du programme, une trépanation pour créer un anti-concept extrêmement puissant dans l'esprit du sujet. Lorsque le sujet est "activé" par l'exposition à un stimulus déclencheur préalablement choisi, l'anti-concept interagit avec celui de la langue maternelle du sujet et transforme toutes les instances de cette langue (écrite, enregistrée ou non) en un danger mortel qui affecte exclusivement les personnes qui ne parlent pas couramment cette langue.

Histoire : La seule activation de SCP-3878 à ce jour a été effectuée par l'Obskuracorps le 2 juillet 1939 dans le cadre d'une tentative pour couper les canaux de communication sécurisés de la Fondation. Dix-sept ans auparavant, une alliance entre la Fondation et le peuple Giimbiyu avait été formée pour contenir un objet SCP non affilié (maintenant neutralisé) – pendant la Septième Guerre Occulte, la Fondation avait engagé des membres du peuple Giimbiyu pour transmettre en toute sécurité des messages tactiques en utilisant des codes développés dans la langue Giimbiyu.

Dans une tentative de sabotage de ces canaux, l'Obskuracorps a enlevé un membre du peuple Giimbiyu du Site-43 (à l'époque, le Camp de Recherche Quisling) et l'a soumis à la procédure utilisée pour le déploiement de SCP-3878. Il a ensuite été exposé au stimulus déclencheur, ce qui a fait du langage Giimbiyu un danger-cognitif létal pour les locuteurs non natifs.

Peu après cette activation, le langage Giimbiyu a temporairement reçu la désignation SCP-3878 tandis qu'un confinement à grande échelle fut mis en place et que tous les agents parlant couramment le Giimbiyu ont été placés en confinement. Après plusieurs mois de recherche sur l'anomalie et en utilisant les renseignements recueillis par les missions de reconnaissance dans le théâtre du Pacifique, le Département d'Analyse a conclu que SCP-3878 était en fait le résultat de l'arme sémantique déployée par l'Obskuracorps maintenant désignée SCP-3878, et que cela augmentait en fait l'utilité des locuteurs Giimbiyu comme atout tactique, car les espions qui essayaient d'intercepter leurs communications seraient tués.

D'autres renseignements obtenus à la suite de la capitulation de l'Allemagne indiquent que le réel effet de SCP-3878 s'écartait sensiblement de l'intention initiale de l'arme. Ceci peut être attribué au manque de rigueur présent dans les recherches linguistiques de l'Obskuracorps, principalement en raison d'un biais introduit par les chercheurs qui tentaient de prouver la "supériorité linguistique" de la famille des langues indo-européennes – l'explosion a donc produit un "pétillement" dans lequel une grande partie des retombées conceptuelles ont été dispersées, mais aucune destruction conceptuelle réelle n'a eu lieu.

Si SCP-3878 avait fonctionné comme prévu, la langue entière aurait été effacée de la conscience de tous ses locuteurs. Suite à la dissolution de l'Obskuracorps, plusieurs copies des notes de recherche utilisées dans la création de SCP-3878 ont été perdues : l'enquête sur la possibilité que ces notes aient été divulguées à des Groupes d'Intérêts hostiles se poursuit.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License