SCP-371
notation: +1+x
phage.png

Illustration de la physiologie de SCP-371.

Objet # : SCP-371

Classe : Euclide

Procédures de Confinement Spéciales : Tous les spécimens de SCP-371 doivent être confinés dans un aquarium d'eau salée contenant au moins sept cents cinquante (750) litres d'eau pour un spécimen et à une température comprise en 2 et 5 degrés Celsius. Les murs doivent être construits avec un matériau imperméable ou du verre poli, et d'une épaisseur d'au moins 5 cm. Une fois tous les trente (30) jours, un animal vivant pesant entre 25 et 45 kilogrammes (de préférence des poissons océaniques, bien qu'en cas d'urgence, des vertébrés terrestres incluant les humains avec la tête gardée en dehors de l'eau suffisent) doit être déposé dans l'unité de confinement. Suite à l'achèvement du cycle lytique après dix jours, beaucoup de spécimens de SCP-371 peuvent être conservés et tous les autres peuvent être tirés de l'eau, séchés et incinérés.

Tout membre du personnel entrant intentionnellement dans la chambre de confinement de SCP-371 doit être équipé d'un équipement de plongée comprenant une armure de plongée, des plaquettes épaisses et un casque en kevlar “Shark-proof”, disponible en commerce. Si ces mesures échouent ou s'avèrent insuffisantes pour une quelconque raison, l'approvisionnement mensuel en animal peut être supprimé.

Il y a actuellement 15 spécimens de SCP-371 en confinement.

Description : SCP-371 est un virus macroscopique marin, en apparence similaire à un bactériophage. La taille des spécimens de SCP-371 varie de 20 centimètres à 2,5 mètres, ils sont légèrement transparents et peuvent être confondus avec des méduses dans l'eau.

La physiologie et le comportement de SCP-371 semblent similaires à ceux d'un virus microscopique ordinaire, bien qu'avec de nombreuses adaptations qui en font un prédateur marin redoutable : les queues fibreuses contractiles, montrées dans l'image A, sont composées de protéines solidifiées et sont adaptées pour la locomotion (nage, saisie, marche sur le sol océanique) ; une embase aiguisée et endurcie ressemblant à un bec, rendant le virus capable d'injecter du matériel génétique à travers la peau de ses proies pluricellulaires ; et probablement un organe sensoriel inconnu (SCP-371 ne peut ni voir ni entendre, mais semble chasser en sentant la chaleur, les vibrations et le gradient de pression/salinité). Le plus remarquable est le mécanisme de codage de SCP-371, qui n'utilise pas l'injection directe d'ADN/ARN, mais plutôt de nombreux paquets de microscopiques ADN-codés, qui entrent dans les cellules hôte et les utilisent pour redonner naissance à l'organisme macroscopique à l’intérieur de l'hôte.

Étapes de l'infection par SCP-371
Heure 0, Infection : SCP-371 perce la peau de l'hôte et y injecte du matériel génétique, généralement dans la cavité crânienne ou abdominale, causant des douleurs importantes.
Heure 8, Transcription (“Création de lien”) : les “paquets” génétiques de SCP-371 commencent un processus de transcription/translation normal, lié avec l'ARN de l'hôte.
Heure 95, Synthèse (“Naissance”) : Pendant que les cellules-hôtes se répliquent, elles commencent à coder des protéines extracellulaires dans la cavité abdominale, qui formeront les nouveaux spécimens de SCP-371 au fil du temps (entre 10 et 100, selon la taille de l'hôte ; la taille du spécimen varie avec la taille de l'hôte).
Heure 240, Lyse (“Explosion”) : Une fois que les spécimens ont atteint une taille de 20 centimètres, ils quittent le corps de l'hôte d'un façon ressemblant à une explosion modifiée, causant de graves traumatismes à l'hôte et résultant souvent en une grave hémorragie, des blessures internes, et la mort. SCP-371 lyse seulement dans l'eau et va retarder cette étape pour les proies terrestres, attendant qu'elles entrent dans l'eau à nouveau.

phage.jpg

Image probable de SCP-371 provenant du film de l'exploration de la fosse du bassin de Guaymas. Les queues en fibre contractiles ne sont pas visibles sur ce cliché.

Durant le reste de sa vie, SCP-371 chasse et apparemment filtre les sels et sédiments de l'eau de l'océan pour grandir jusqu'à 2,5 mètres. La moyenne d'un cycle de vie du virus est de 60 jours, bien que le plus vieux spécimen confiné à ce jour ait 109 jours.

Addendum 371-A
Les spécimens de SCP-371 initiaux ont été trouvés dans le ████████████ de la mer des Caraïbes, suite à la mort de ████████ ███████, qui avait été attaqué lorsqu'il plongeait avec un équipier, qui supervisait une prise de film de trois spécimens SCP-371 grimpant sur lui (deux sur la tête, un sur la poitrine). Les spécimens ont lysé dix jours plus tard lorsque M. ███████ prenait un bain.
Les véhicules d'exploration préparés par la Fondation découvrirent et confinèrent les spécimens initiaux. Récemment, une expédition de recherche menée par des civils a ramené des images de spécimens de SCP-371 de la fosse du bassin de Guaymas, et l'hypothèse que SCP-371 soit natif du sol océanique de la région de Hadal fut émise, incluant les zones de cheminées, remontant à la surface lorsque les proies deviennent rares.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License